29 avril 2006

28 avril 2006


Ca y est ! La grande bataille pour 2007 se (re)lance !

MM Sarkozy et de Villiers font monter la pression sur le thème de « ceux qui n’aiment pas la France doivent la quitter ». Relançons la crainte de l’immigré, l’arrestation aux frontières, et tout le tralala. Même Le Pen n’a plus de méchanceté à dire sur les étrangers : il a tout le temps de se foutre de ces zigotos.

Rajoutons en une petite couche sur l’insécurité et tous les thèmes de la campagne 2007 seront là.

MM. Hollande et Fabius, vous avez fait, en début de semaine, une faute professionnelle grave, qui mériterait un licenciement immédiat. Vous avez répondu, presque en même temps, sur le thème « il faut régulariser les sans papier ». Répondre revient à admettre de positionner le débat sur cette terre malsaine.

S’il y a des émeutes dans les banlieues, des noirs entassés dans des hôtels insalubres, ce n’est pas qu’il n’y a pas assez de policiers ou de douaniers ou qu’ils ne bossent pas correctement, c’est qu’il y a un grave économique qui débouche sur un problème social.

Le débat doit porter sur ça. Par sur le reste.

Que vois-je dans la presse ? « Le thème de l'immigration a dominé les échanges lors du premier débat présidentiel télévisé jeudi soir sur France 2, qui a vu s'affronter de manière plutôt caricaturale des candidats déclarés ou probables ou leur bras droit. » Est-ce vraiment important l’immigration aujourd’hui ? Oui, évidemment, il faut rejeter le texte de Sarkozy… Mais est-ce bien le hasard si Sarkozy sort ça un an avant les présidentielles ?

Il faut refuser ce débat !

Ce n’est pas qu’un lieu commun : s’il y a de l’immigration chez nous c’est qu’il y a des problèmes économiques dans les pays d’origine. S’il y a des problèmes d’immigration chez nous, c’est qu’il y a un problème économique chez nous.

Si on ne lance pas le débat maintenant, en bâtissant un projet de société qui ressemble à quelque chose, non seulement les élections sont d’ores et déjà perdues, mais surtout qui va aborder le problème ?

Le pire, si on n’oblige pas la droite à parler économie pendant la campagne, et s’ils sont élus, et quand ils le seront, ils pourront prendre toutes les mesures économiques qui veulent, bien libérales et tout ça… et qui, comme toutes les mesures prises depuis 2002 ont été contreproductives en aggravant la situation.

Regardez la presse, dans les pages politiques, il n’y a que la gauche qu’il parle social, économie, précarité (quand ils ne sont pas occupés à se tirer dessus mutuellement). Personne à droite, depuis le coup du CPE, n’est revenu sérieusement sur le sujet. Tout sur l’immigration et bientôt tout sur la sécurité !

Alors, Mesdames et Messieurs de gauche, un peu de sérieux : pas d’idée foireuse ou de réponse hors sujet sur le thème de l’immigration et de la sécurité.

Que du social et de l’économie…

Et quelques sujets de société.

Tiens le mariage entre homosexuels ou l’adoption par des couples homosexuels, ça fera plaisir une partie de notre électorat…
Et après on pourra fortement demander son opinion à M. Sarkozy.
- il est pour : il se fout à dos la majeure partie de son électorat (sauf si les conservateurs deviennent progressistes, mais là, je n’y comprends plus rien),
- il est contre : il se fout à dos toute la communauté homosexuelle de droite.

Voilà un sujet rigolo.

22 avril 2006

C'est qui, le chef ?

Ca y est ! Berlusconi a admis sa défaite et la victoire de Prodi. Il continue à ronchonner.

C’est beau la démocratie !

Mais au moins, là-bas, le premier ministre est un élu du peuple et il est désigné (élu) par le parlement. Parce que, chez nous, le chef du gouvernement est nommé par le président de la république et est responsable devant le parlement, invité à voté pour le type après un vague discours de politique générale alors que c’est lui (le parlement) qui est élu.

Comment voulez-vous qu’il fasse son boulot ? Comment voulez-vous que ça marche ?

Le président choisit un type dont le parlement ne veut pas mais qu’il est obligé de suivre parce qu’il faut bien.

Si je regarde nos voisins allemands, anglais, italiens et autres : c’est le chef de la majorité (celui qui porte le projet pendant l’élection) qui devient premier ministre. Chez nous, c’est le contraire, c’est le premier ministre qui est sensé devenir chef de la majorité ! En fait, chez nous, ça marche en période de cohabitation (je parle de 86 et 97, parce qu’en 93, on se demande bien ce que Balladur est venu faire là) !

Elle est belle la cinquième !
*************************
Ceci m'amène une autre réflexion. J'allais faire un autre article mais avec le même titre. Nous allons mutualiser afin de dégager des économies de titres.
*************************
Lisant la presse ce matin, je vois qu’on nous parle d’un nouveau sondage donnant Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy au deuxième tour en 2007, sa majesté l’emportant d’une tête sur l’empereur.

Quoiqu’on pense des deux et quoiqu’on pense des sondages, surtout un an avant les élections, ceci me réjouit.

Ca serait la première fois depuis très longtemps (peut-être bien la première élection de De Gaulle, puisque c’est la première élection au suffrage universel), que les deux candidats présents au deuxième tour de l’élection présidentielle seraient candidats pour la première fois à cette élection.

Ca nous donnerait un coup de jeune, et même si Sarko fait un peu office de vieux réac, c’est peut-être ça la rénovation ?

Depuis Giscard, on n’avait pas eu un petit jeune à la tête de la boutique ! Au moins il a eu le mérite de rajeunir un peu la politique française. C’est peut-être d’ailleurs le seul truc qu’on puisse se rappeler de son septennat.
*************************
Si Ségolène est élue, elle pourrait mettre Hollande comme premier ministre. Ca limiterait les frais d’hébergement et de repas.
*************************
Pour parvenir à rassembler sur sa candidature les voix de la droite "populaire, sociale et nationale", M. Le Pen a lancé l'idée d'une "coalition des patriotes", avec "M. de Villiers, M. Mégret ou M. Bayrou", et "d'autres mouvements ou personnalités".

Voila ce que j’ai lu dans la presse ce matin (ou plus précisément dans actu.voila.fr). Il doit être contant le Bayrou ! Au moins, à l’UMP, ils sont issus du RPR (dans RPR, il doit bien avoir un R qui correspond à République) avec, malgré tout, un certain héritage Gaulliste.

Alors que, malgré tout, à l’UDF, ça fait 30 ans qu’ils veulent nous faire croire qu’ils sont au centre mais ce n’est pas la moralité qui les étouffe.

Ceci dit, ce n’est pas Bayrou qui a parlé de s’allier avec Le Pen mais le contraire.

19 avril 2006

What's append ?

On va finir par croire que je n’aime pas les anglais, ce qui est d’ailleurs faux : je m’en fous !

Ces gars là se moquent de nous quand on descend dans la rue pour refuser la destruction systématique du droit du travail et quand on ose critiquer le libéralisme.

Voilà ce que nous apprend actu.voila.fr cette après-midi : "19 -04 16:55:16 Les syndicats britanniques se sont dits mercredi déterminés à agir contre la fermeture de l'usine de Ryton du constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën, annoncée la veille pour 2007 avec 2.300 suppressions d'emplois à la clef".

Ils ont bien raison.

On peut se moquer d’eux s’ils manifestent ?

17 avril 2006

Démocratie


Ceci est une photo d'Africains du Sud (à Soweto je crois) attendant pour aller voter (c'est surement vrai, j'ai récupéré ça sur http://www.guardian.co.uk/gallery/image/0,8543,-11104901402,00.html ).

C'est une très grande queue.

09 avril 2006

La fin d'une époque

C’est amusant. Avec un peu de chance Prodi va gagner ce soir. Ce qui est une chance pour la démocratie, Berlusconnerie n’étant trop fréquentable.

Ceci dit, que je m’intéresse aux élections italiennes est relativement surprenant mais c’est probablement lié à des connaissances intimes récentes à la lueur de vérandas. Tonnegrande et Ramdane comprendront.

Néanmoins, si la politique de nos voisins est un sujet passionnant, ce qui l’est plus, c’est la manière dont est vue la politique française à l’étranger. Surtout cette semaine.

Parce que la semaine dernière, tous les journaux étrangers, avec l’histoire du CPE, disaient globalement que les français sont des ringards, incapables d’accepter des réformes, plus soucieux d’aller dans la rue que vers le progrès.

Faut dire que dans tous les pays du monde, il n’y a pas un droit du travail qui permette de licencier sans motif les deux premières années de contrat. Remarque, il y a des pays sans droit du travail.

En fin de semaine dernière, nos dirigeants se ridiculisent en promulguant une loi pour qu’elle ne s’applique pas…

Et paf ! La presse étrangère commence à changer de ton. Nos voisins viennent de se rendre compte que la France est la seule grande démocratie où le peuple lutte contre un libéralisme exubérant !

Ca a commencé il y a un an avec le rejet de la constitution européenne (moi j’étais pour, comme quoi…). Ca a continué il y a quatre ou cinq mois avec les émeutes dans les banlieues (je ne sais pas si c’est lié au reste, mais si les gugusses qui sont descendus dans la rue n’étaient pas victimes d’un système abruti, on en serait pas là). Et maintenant la descente dans la rue contre la fin du droit du travail.

Pour en revenir à l’objet initial de cet article, il y a une semaine on était ridicules et ringards… et maintenant on est les seuls, les premiers, à lutter contre le capitalisme universel !

La révolution mondiale partira-t-elle de la France ?

Vive la France ! Et tout ça grâce à Chirac, Villepin et Sarkozy qui arrivent à être tellement ridicules qu’ils vont faire tomber la droite mondiale.

Je n’abuse pas. J’espère.

08 avril 2006

Non au CPE


Notre équipe de scientifique qui faisait des recherches sous-marines afin de retrouver le cerveau de certains vieux abrutis tourant à la sénélité vient de se mettre en grève.

Ils avaient embauché des jeunes en CPE pour les aider dans leurs travaux indispensables. Mais deux ans ça fait court pour la tâche en question.

Ce qui m'amène deux explications :
  • ce matin je me spécialise dans la recherche de photos d'équipes de scientifiques... J'ai expliqué la raison sur un autre blog,
  • le vieux en question, si je me moque de lui en face il fond en larmes, alors, comme il n'a pas internet, j'en profite.

05 avril 2006

"Les syndicats, portés par le succès des manifestations de mardi, demandent aux parlementaires UMP le vote d'une loi abrogeant le contrat première embauche "avant le 17 avril", en annonçant, dans le cas contraire, un "nouveau temps fort de mobilisation".L'événement " Nous apprend la presse (et surtout actu.voila.fr).

Soit.

On a obtenu la suspension du truc mais aussi la couverture de ridicule de notre république et de nos dirigeants.

Il faudrait peut-être commencer à discuter. Voyons voir à quoi aboutira les prochaines négociations, avant de recommencer à descendre dans la rue.

Vaudrait éviter une couche de ridicule supplémentaire, de type, à l'étranger : "les français ont obtenu la suspension du CPE et continuent à manifester".

01 avril 2006

Action



Ceci n'est pas un dessin de Jacques Faizant, mais une photo de M. Chirac, notre vénéré président.

... Qui vient de promulguer une loi en demandant à ce qu'elle ne s'applique pas.

Une première.

La démocratie est en marche.

Et en plus, sa cravate n'est pas belle.