31 juillet 2014

Le con du jour !


Selon Pierre Parrillo, éminent blogueur Sarkozyste, la mort du conseiller de François Hollande, Paul Jean-Ortiz, est suspecte. Ou du moins curieuse. 

Un assassin à la solde de qui tu sais aurait inoculé un vilain cancer pour le faire taire ? Que se passe-t-il dans la tête d'un blogueur Sarkozyste ?

Je dois reconnaître qu'il m'arrive de faire des tweets foireux mais j'ai la décence de les effacer quand on me le signale. Il explique dans les tweets suivants qu'il s'étonne qu'on ait pas été au courant du cancer du monsieur. Comme si ça nous regardait... 

On ne croit donc pas à sa version. Il a réellement été odieux. Normalement, ma rubrique "le con du jour" est dans mon annexe. Là, c'est trop. 

Je présente mes condoléances aux proches de Monsieur Paul-Ortiz. 

Et je vais le faire à la Ségo : je présente mes excuses au nom de la blogosphère politique, on ne peut pas tout maîtriser. Elle ne sort pas grandie, ce soir. 

Mon hommage à Jaurès [avant l'apéro]

Il est temps, pour nous, de rendre hommage à Jean Jaurès, mort il y a 100 ans aujourd’hui, dans un bistro, ce qui est un signe de la qualité du personnage tout comme le fait qu’il ait choisi le bistro où 100 plus tard, exactement, un autre président allait choisir d’y prendre un café. Un visionnaire, donc !

Jean Jaurès est né castrais, contrairement à son père sinon il ne serait pas né, comme une escalope. Il appartenait à une famille de petits bourgeois l’ayant éduqué pour lui permettre de devenir un fameux orateur socialiste.

Brillant élève, lauréat du concours général en latin ce qui lui permet d’avoir une page Wikipedia pour inspirer les blogueurs abrutis, il monta à Paris faire des études un peu plus sérieuses que celles que lui destinaient ses parents, ce qui lui fit terminer troisième à l’agrégation de philosophie derrière Lesbazeilles et Berson, excusez du peu, quand même, d’autant que ces derniers n’étaient pas destinés à une carrière d’égérie socialiste. Après il est devenu prof et s’est marié. On suppose alors qu’il s’emmerdait copieusement et avait envie de faire le con par ailleurs mais les historiens sont assez peu diserts à ce sujet.

Du coup, à 25 ans, il se fait élire député parmi les républicains opportunistes ou modérés qui sont en quelque sorte à gauche mais considérés comme à l’origine de la droite républicaine actuelle ce qui pourrait trouer le cul à certains aujourd’hui. Nous sommes tous jaurésiens et tout ça. Toujours est-il qu’il suivait généralement Jules Ferry. Il le suivait d’ailleurs tellement souvent qu’il put s’apercevoir de la légère claudication de ce dernier et faire ce jeu de mot terrible, à l’origine de sa célébrité : « Ferry boite ».

A l’élection suivante, il n’est pas réélu. Pour s’occuper, il passa un doctorat en lettres, ce qui nécessite de les connaitre toutes, les 26, sans compter les accentuées et tout ça. Pour ce faire, il a pondu en latin une thèse sur le socialisme ce qui ne nous rapproche pas des blogueurs de vrauche. Parallèlement, pour s’occuper, il se fait élire maire adjoint à Toulouse ce qui nous amène à la grève des mineurs à Carmaux puisqu’il avait en charge l’instruction à Toulouse.

Ainsi, les mineurs se mettent en grève pour une raison dont je n’ai strictement rien à cirer. L’Etat envoie l’armée au nom de la liberté de travail ! On dirait l’UMP actuelle… Je ne sais pas s’ils avaient une Nadine Morano à l’époque. De toute manière, ils n’avaient pas Twitter. Notre Jeannot qui écrit dans un canard où il soutient la grève avec Clemenceau et fustige la République qu’il accuse d’être aux mains du grand capital. Les grévistes finissent par gagner et disent à Jaurès : t’as qu’à être notre député socialiste indépendant. Et hop ! Le revoilà à la chambre et officiellement député socialiste.

Il milite pour un tas de trucs de gauche et se spécialise dans la défense des ouvriers et des viticulteurs ce qui explique pourquoi les communistes boivent du gros rouge maintenant.

A la fois suivante, il n’est pas réélu et en profite pour devenir le chef des socialos français.

En même temps, il y a l’affaire Dreyfus qui se pointe. Au début, Jaurès est persuadé qu’il est coupable et dit même que, s’il n’a pas été condamné à mort, c’est parce qu’il était juif. Comme quoi… Ensuite, il change d’avis et écrit J’accuse de Zola.

En 1904, très remonté, Jaurès crée L’Humanité où ne travaillent pas de journalistes mais des intellectuels ce qui a changé depuis. Il utilise ce machin pour militer et finit par créer la SFIO unifiant les différentes tendances des socialistes dans le pays, tel Hollande et Mitterrand, des années avant lui.

Pour les dix années suivantes, ses dix dernières, si je compte bien, il lutte pour la paix. En 1914, les élections sont un succès pour les socialistes mais à partir de juin et juillet, c’est à nouveau le bordel dans les Balkans. Pépère se fait assassiner par un crétin ce qui fait que la gauche s’est ralliée à l’union sacrée, favorable à la guerre. Point. Pointcarré, même.

Jaurès, athlète de l'idée, tomba sur l'arène en combattant le plus terrible fléau de l'humanité et du genre humain : la guerre. Et il restera dans la mémoire de la postérité comme le précurseur, le prototype de l'homme supérieur qui doit naître des souffrances et des chutes, des espoirs et de la lutte.


Et hop ! J’ai piqué le dernier paragraphe à mon pote Léon.

100 ans dans le peignoir

Il y a cent ans, Jean Jaurès était assassiné et Louis de Funès venait au monde mais il ne va pas beaucoup mieux maintenant. L’avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, a voulu lui rendre hommage dans cette scène racontée par Médiapart.

« Le 4 mars, une escouade de policiers débarque dans les bureaux et au domicile de Me Herzog, à Paris et à Nice. Ils sont chargés d’exécuter les actes d’instruction des juges Patricia Simon et Claire Thépaut, qui enquêtent sur les liens troubles de Nicolas Sarkozy et de son avocat avec le haut magistrat de la Cour de cassation, Gilbert Azibert. »

« Thierry Herzog était si sûr de sa stratégie téléphonique, digne d'un épisode de The Wire, que ce 4 mars, quand un enquêteur lui demande en pleine perquisition combien de téléphones il possède, il répond sans ciller : « Un seul. » L’enquêteur se permet d’insister, lui demandant s’il est vraiment certain de n’utiliser qu’une seule ligne. L’avocat est formel. Oui, une seule. C’est alors qu’un enquêteur tape le numéro de son téléphone secret, qu’il utilise avec “Paul Bismuth”, pensant ainsi tromper la vigilance des policiers. Une sonnerie retentit alors à quelques mètres de là. Le téléphone était caché dans un peignoir de l’avocat, suspendu dans sa salle de bains. »


Imaginez Louis de Funès dans la scène, jouant le rôle de l’avocat, est à mourir de rire.

30 juillet 2014

Transition énergétique : c'est parti ?

Depuis le début, je suis très perplexe sur la transition énergétique, non pas que je pense qu’elle ne soit pas souhaitable, au contraire, mais je suis persuadé que l’on partira dans le mauvais sens. Les annonces de Ségolène Royal (qui fait décidément beaucoup parler d’elle en cette période) sont l’occasion pour en faire une première analyse (sur la base de cet article).

500.000 logements rénovés chaque année d’ici à 2017

Non, je n’ai pas changé… Ce n’est pas à l’Etat d’aider les propriétaires. C’est mon côté très libéral et très de gauche…

7 millions de bornes de recharge pour les véhicules électriques

« Pour passer de quelques milliers de prises aujourd’hui à 7 millions de bornes de recharge en France, toutes les nouvelles constructions, qu’il s’agisse de bureaux, de commerces et de logements, devront être équipés de bornes pour recharger les véhicules électriques. »

A la limite, pourquoi pas ? Mais le gouvernement parle sans cesse de simplifier les normes, en voilà une nouvelle. Je préférerais que les normes soient concentrées sur la consommation d’énergie par ces constructions. En outre, faut-il que seuls les salariés qui bossent dans des bureaux neufs bénéficient de cette mesure ?

Des «chèques énergie» pour les foyers modestes

« Pour lutter contre la précarité énergétique, des aides seront accordées aux ménages les plus modestes sous la forme de «chèque énergie». Sans remettre en cause les tarifs sociaux du gaz et de l’électricité, ces chèques devraient permettre aux ménages les plus modestes de rénover leur logement. […] »

Ça revient à la rénovation des logements, non ?  Heureux de savoir que les ménages les plus modestes sont propriétaires de leurs logements…

Soutenir les énergies renouvelables

« […] Réunis ce mardi par la ministre de l’Ecologie, les industriels des filières renouvelables ont été rassurés sur les aides qui leur seront accordées: les tarifs de rachat seront maintenus et des appels d’offre seront bientôt lancés pour l’éolien offshore et le solaire. »

Encore un truc qui va bénéficier principalement à ceux qui ont du pognon.

La production d’énergie plafonnée

« EDF reste maître de ses opérations mais la production globale d’énergie sera plafonnée par décret. Une manière d’obliger l’électricien à réduire la voilure lorsque de nouvelles capacités de production seront mises en service. Comprendre, un EPR ouvert contre une centrale vieillissante fermée. «Nous prenons en compte l’engagement présidentiel de fermer Fessenheim», a rappelé Ségolène Royal. »

C’est une aberration ! Le problème énergétique est mondial (on exporte de l’électricité, on en importe, bref, on se débrouille). Limiter la production alors qu’on fait une fixation sur la compétitivité des entreprises est délirants, surtout quand il s’agit d’une entreprise publique qui pourrait récupérer ainsi du pognon.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, François Hollande s’était engagé à fermer Fessenheim, il faut le faire. Mais cette mesure revient à conditionner la fermeture de centrales à la mise en exploitation d’autres… On n’est pas près d’atteindre les 50%...

Et aussi ?


Et alors ?

Le projet est lancé fin juillet : le projet de loi a le traitement médiatique qu’il mérite. Je viens d’aller voir cinq sites d’information (Google News, Le Monde, Le Parisien, Le Figaro et Libération). Aucun des cinq n’en fait de gros titres. Les trois premiers n’en parlent pas en page d’accueil. Le Figaro revient sur une interview d’Hervé Mariton qui critique la loi (pitoyablement comme peut le faire un type de l’opposition) et Libération fait un payer (réservé aux abonnés) sur « l’énergie » de Ségolène Royal.

Je suis très critique mais les écolos sont pour : le texte va donc dans le bon sens pour l’environnement (même si on peut trouver assez peu de personnes croyant à la baisse du nucléaire dans les proportions et délais promis par François Hollande).

Je suis très critique mais je ne propose rien.

CSA : rater l'occasion de se taire...

J’ai critiqué cette décision mais le CSA a refusé la diffusion gratuite sur la TNT de trois nouvelles chaînes, dont LCI. L’ami Grandludo relève que la droite critique cette décision alors que six des neuf membres du CSA ont été nommés par la droite. Le CSA a évidemment montré son indépendance avec cette décision, ce que souligne son patron dont je serai bien incapable d’écrire le nom sans me tromper.

Eric Ciotti a parlé de « motivations politiciennes d'une institution (le CSA, ndlr) très proche du pouvoir ». Un député UMP parle d’une « décision politique scandaleuse » et dit qu’Olivier Schrameck est aux ordres. Tiens ! J’ai réussi à l’écrire.  Le secrétaire général de l’UMP en charge des médias a dit que BFMTV a fait pression sur le gouvernement pour obtenir cette décision.

D’ailleurs, le Parti de Gauche, toujours lui, fidèle à sa volonté de taper sur le gouvernement, en la personne de Raquel Garrido se demande : « Et si le gouvernement avait joué avec LCI pour que BFM baisse d'un ton? »

C’est évidemment grotesque. Le CSA aurait autorisé la diffusion de LCI en gratuit, les mêmes auraient critiqué la décision en disant qu’elle est politique et vise à faire de la concurrence à BFM TV qui est très critique envers le gouvernement, notamment certains chroniqueurs !  D’ailleurs, il me semble que BFM TV emploie Guillaume Peltier.

A noter que plusieurs députés socialistes ont également critiqué cette décision, sans y voir d’intervention politique. Tout le monde la critiquant, cette mesure est vraisemblablement bonne. Pour ma part, je la critique pour une autre raison : à l’heure d’internet, c’est délirant d’interdire la diffusion d’un truc sur un média alors qu’il pourra l’être gratuitement ailleurs…

A noter qu’à l’heure où je parle, cette information fait toujours la une de Google News ce qui laisse penser d’ailleurs qu’un renouvellement des médias en questions serait le bienvenu : l’information essentielle de la journée est, selon eux, qu’il n’y aura pas de changement…

Le premier article est au sujet des syndicats qui dénoncent la décision : « Le CSA porte la lourde responsabilité des conséquences sociales catastrophiques qu'il va déclencher pour les salariés de LCI. » J’adore quand un groupe de syndicats critique les organismes nationaux de régulation des machins privés. Comme s’ils marchaient sur la tête.  La société des journalistes de TF1 refuse « qu'une autorité administrative indépendante fonde des choix aussi lourds de conséquence sur le droit à l'information en se basant uniquement sur des critères économiques. » Je suis d’accord.

Il n’empêche qu’en cas de décision inverse, les journalistes de BFM TV auraient pu déclarer la même chose.

Ainsi, Nonce Paolini a annoncé la fermeture de la chaîne à la fin de l’année, mettant la décision sur le dos du CSA qui sera responsable de la mise au chômage de 250 personnes. Il va bientôt nous expliquer que des mauvais choix de TF1 n’y sont pour rien… Je lui rappelle que son groupe emploie plus de 3400 personnes et, malgré les difficultés de LCI, a réalisé près de 140 millions de bénéfices en 2012.


Toujours est-il que beaucoup de commentateurs ont encore manqué l’occasion de la fermer, notamment au Parti de Gauche et à l’UMP.

29 juillet 2014

Partisans, vous nous faites chier !




Deux tweets ! Seulement deux. 

Ségolène Royal et les autoroutes régionales

Les attaques contre Ségolène Royal suite à l’annulation du projet d’autoroute A831 sont inacceptables, surtout dans leur forme. Des commentateurs à mon dernier billet sur le sujet m’ont apporté des informations qui me confortent dans mon opinion initiale qui avait pourtant changé ce week-end : cette autoroute ne doit pas être faite mais il faut améliorer la circulation sur les routes actuelles, notamment par le contournement de Marrans.

Toujours est-il que, comme pour Notre-Dame-des-Landes, cette route m’a toujours intéressé, ayant habité des années en Bretagne et y retournant souvent : une autoroute reliant Nantes à l’axe Paris Bordeaux est la seule solution pour relier la Bretagne au sud-ouest de la France.

Ségolène Royal a déclaré : « Ce n’est pas réaliste de mettre 900 millions d’euros dans 60 km (...) On ne va pas refaire Notre-Dame des Landes dans le Marais Poitevin! Notre-Dame des Landes aussi, ça a été décidé sur des études qui dataient d’il y a plus de 10 ans, et là, on recommence ? » C’est très drôle surtout que Notre-Dame-des-Landes est à l’étude depuis plus de 50 ans…

L’autoroute, au sud de Nantes, existe : c’est l’A83 qui débouche sur l’A10 au nord-ouest de Niort. Tiens ! Je vais vous pondre une carte, aidé par Google Maps. En rose, je « sous-ligne » l’A10, en vert, l’A83. C’est parce que mon PC est passé en Windows 7 que j’arrive à vous pondre des belles cartes comme ça. On le voit à peu près clairement : elle ne sert pas à grand-chose, elle ne passe même pas par Niort. On va dire qu’elle rend service aux gens qui ont envie de faire Nantes Niort mais fait un gros détour pour Nantes-Poitiers. En marron, je propose des alternatives qui auraient quand même été plus chouettes, non ? D’ailleurs la ligne en marron la plus à gauche, correspond un peu au tracé prévu pour l’A831. Le tracé marron le plus à droite est d’ailleurs, en gros, ce qui avait été retenu à l’origine.

Ségolène Royal nous parle de 10 ans. L’autoroute A83 a une page Wikipedia. Ce qui prouve au moins qu’il y a, en France, des gens qui ont le temps de faire des pages Wikipedia au sujet des autoroutes. Vous me direz, je suis bien en train de faire un billet de blog… Avec des jolies cartes. Tiens ! Je vous mets en bleu l’autoroute A87, qui fait Angers – La Roche-sur-Yon et en rouge, celle qui fait Nantes-Le Mans, via Angers. Tant qu’on y est, on pourrait faire une autoroute Nantes-Poitiers et une autre Niort-Angers.

Bon ! Un peu de sérieux ! Le machin grossièrement hachuré en mauve représente globalement la surface du Marrais Poitevins. Je l’ai fait à la main, comme un grand, en découvrant Paint sur Windows 7. Ne chipotez pas.

La page Wikipedia est très intéressante. « L'A83 ne fut inaugurée en sa totalité qu'en 2001 avec l'ouverture entre Oulmes et Niort. L'inauguration de cette dernière partie du tracé de l'A83 mit fin à une longue polémique débutée en 1987. À l'origine, l'A83 devait rejoindre l’A10 en contournant Niort par le sud et en passant près de Coulon et de Magné. Ce tracé était plus direct entre Nantes et Bordeaux. » Nous y voilà, à mon autoroute marron de droite.

« Finalement, en 1992, le tracé contournant Niort par le nord (plus long) fut choisi, décision rejoignant l'opinion de certains milieux économiques du département des Deux-Sèvres qui voyaient dans cette option une meilleure desserte du département. » Nous y voilà : ce sont les milieux économiques du département qui choisisse les routes à vocation nationale… Du département d’où était élue qui ?

« Les 34,4 derniers kilomètres entre Oulmes et Niort furent inaugurés par Ségolène Royal en 2001. Ségolène Royal, alors député des Deux-Sèvres [et ministre déléguée à la Famille, à l'Enfance et aux Personnes handicapées], avait d'ailleurs dû se battre contre certains élus locaux et les services de l'équipement pour que le Marais poitevin soit épargné. Elle avait alors sollicité l'arbitrage du président François Mitterrand. »

Au moins, elle a une certaine constance…

Vous noterez néanmoins que si les décideurs de l’époque avaient choisi mon tracé marron de gauche, on n’aurait pas traversé les Deux-Sèvres (entourées en gris, sur ma carte, qui commence à devenir un tantinet chargée surtout que dans l’intervalle, j’ai mis la rocade de Nantes en orange mais je ne sais plus pourquoi. Ah si ! Je me rappelle… C’est pour donner un sens au point noir).

(Discrètement, j’en profite pour entourer Chinon en blanc parce que ça me donne soif).

Le point noir ? Oui, le point noir. C’est en gros l’emplacement de l’aéroport de Nantes-Atlantique, celui que l’on voudrait déplacer pour mettre au nord de Nantes.

Arrêtons de déconner avec des bavures de couleur et commençons à médire. Avec des pointillés gris. En dessous des pointillés gris, c’est la circonscription de Melles d’où vient Ségolène Royal, avant de devenir présidente de région. L’autoroute verte est parfaite pour que les braves habitants puissent aller à Nantes, y compris à l’aéroport. Tiens ! En espèces de mauve bleu, à gauche, j’entoure la ville de La Rochelle, justement où elle n’a pas été élu, la dernière fois. Elle se trouve dans un désert d’autoroute. L’autoroute verte dessert par contre très bien également le centre de la région dont elle assurait la Présidence.

Peut-être arriverons à démontrer que la meilleure solution serait de poursuivre l’A87 (la bleue) jusqu’à la Tranche-sur-Mer et de faire un pont jusqu’à l’Île de Ré pour desservir la Rochelle sans traverser le Marais-Poitevin. J’espère que Manuel Valls réussira à retenir mon hypothèse quand il rendra ses arbitrages, ne serait-ce que pour nous permettre de rigoler dans les blogs.

Peut-être que quand la décision a été prise de poursuivre la verte au nord-est de Niort, aurait-il fallu s’intéresser des intérêts des infrastructures nationales (données en concession à des boites privées) et construire des belles routes pour rejoindre Niort et La Rochelle à partir de Fontenay et pas nécessairement une autoroute certainement très utiles aux industriels du coin.

La page Wikipédia de l’autoroute a oublié de dire que Mme Royal était ministre de l’environnement au moment où la décision relative à la fin de l’A83 a été prise.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : on ne peut pas faire traverser le Marais Poitevin par une autoroute. Les propos tenus contre Mme Royal par les élus locaux, notamment par le président du Conseil général de Vendée Bruno Retailleau, sont inacceptables.



Nullité ambiante

« Comment se détester dans les réseaux sociaux ? » est le titre du billet de Sarkofrance. Comme il parle de moi à deux reprises, je vais lui répondre. Tout d’abord, je ne déteste personne et je zappe systématiquement quand je suis agressé, non sans avoir prodigieusement insulté, si cela le mérite.  Les blogs et les réseaux sont un loisir. Mon blog politique est mon espace personnel. Point. Je compare souvent les blogs avec un bistro mais c’est tout à fait ça. Le bistro est ouvert à tous mais si un type ne plait pas au taulier, il peut le virer, le rendre tricard.

L’ami Juan a oublié quelques détails. Par exemple, nous sommes en plein conflit Palestinien, les gens viennent à s’engueuler naturellement et finissent par tenir des propos insupportables qui frisent le racisme et l’antisémitisme ce qui fait qu’on en arrive à se justifier en permanence dans un truc qui nous échappe. Par exemple, si je dis que « ah c’est moche le Hamas de faire des boucliers humains », il y a toujours un type qui va dire que je soutiens Israël. Ce n’est pas vrai, je ne soutiens personne.

Un autre détail est le désastre de la vie politique actuelle que l’on voudrait sans cesse repousser sur les autres.  C’est pourtant bien simple : l’UMP est nulle, l’UDI est nulle, le Modem est nulle, la gauche de gouvernement et les verts sont nuls et les composants du Front de Gauche sont nuls. L’autre jour, je parlais de Jean-Luc Mélenchon. Il explique que les ouvriers votent pour le Front National à cause du Parti Socialiste. Il oublie de se poser la responsabilité de sa propre formation politique.

Quant aux blogs, ils tournent en rond. Pour ma part, j’ai fait hier un billet à propos d’une autoroute, des transports collectifs et des transports individuels (c’est le hasard si les trois sujets tournent autour des transports, je le jure !). Ils n’ont pas été lus. Mon récent billet le plus lu est où je citais les commentaires antisémites chez Sarkofrance.

La presse : nulle pour la plupart. Regardez le Parisien qui annonçait l’ouverture d’une nouvelle enquête sur Sarko par le parquet. Paf ! Démenti du parquet mettant le Parisien au tapis.

Le gouvernement et le président : de pire en pire. Qu’est-ce qu’ils vont allez nous balancer Mosco à Bruxelles alors qu’ils n’en veulent pas et qu’il n’a pas bonne presse chez nous ?

Les réseaux sociaux de la vraie gauche ? De pire en pire. Je voyais des lascars qui défendaient les rentes des pharmaciens que le gouvernement essaie de supprimer pour le seul motif de lutter contre le gouvernement.

Les réseaux sociaux de la vraie droite ? Toujours aussi mauvais.

Il n’y a rien à faire.


Mais on le fait bien.

28 juillet 2014

A831 : ça Marrans pas

Je dois reconnaître que je ne connaissais pas le projet d’autoroute A831 qui doit relier Fontenay-Le-Comte à Rochefort et que j’ai appris son existence par une dépêche annonçant que Ségolène Royal l’avait arrêté, ce qui a provoqué, depuis, la colère des élus du coin, de droite comme de gauche.

Pourtant, tous les types qui ont parfois le trajet « Nantes-La Rochelle » à faire pourrait confirmer son utilité tant cette route est chiante, notamment du côté de Marrans célèbre pour sa traversée. Pour ceux qui ne connaissent pas trop le coin, il faut savoir que La Rochelle et donc l’Ile de Ré n’ont aucune route à deux fois deux voies à moins d’une cinquantaine de kilomètre vers l’est (donc vers l’autoroute « Paris Bordeaux » et vers le nord ou le nord-est (donc vers l’autoroute qui relie Nantes à cette axe « Paris Bordeaux », à Niort). Cette mise aux normes autoroutières est attendue par tous les habitants du coin et donc tous ceux qui viennent parfois les voir, ce qui est mon cas, ayant de la famille à La Rochelle. Elle est aussi attendue par les habitants dont les communes sont traversées par des routes extrêmement fréquentées, comme ceux de Marrans.

Toutefois, je pensais que les travaux ne pourront pas se faire, une nouvelle autoroute devant traverser le Marais Poitevin. Je n’y pensais donc pas.

Je comprends la colère des élus locaux parce que les études environnementales ont montré les dégâts seraient presque nuls. Ne m’en demandez pas plus, je ne connais pas le dossier, contrairement à celui de Notre-Dame-des-Landes que j’ai bien étudié à une époque.

Toujours est-il que je viens de faire une recherche d’argumentaires et on se trouve un peu dans le même cas de figure de NDDL même si on a beaucoup moins de littérature.

Par exemple, je suis tombé sur un blog des écolos du coin qui expliquaient que l’autoroute ne servait à rien ce qui est une hérésie quand on est passé au moins une fois dans le coin et qui arrivaient à le démontrer de manière grossière, avec des photos de l’autoroute au sud (celle qui relie Rochefort à Saintes, donc à l’axe « Paris Bordeaux ») à un moment où elle est presque vide.

Par contre, comme pour NDDL, les arguments importants, ceux liés à l’environnement, ne sont pas évoqués.

Etrange…

N.B. : Je précise aux trolls que :
1. je ne pensais pas cette autoroute était possible donc je ne la défends pas, sauf du point de vue de son utilité,
2. je ne ferai pas de billet sur le thème « quelle mouche a piqué Ségolène Royal ? », la presse s’amusant assez avec ce dossier.

Les Français et leurs voitures

Depuis janvier, la vitesse maximum autorisée sur le périphérique parisien est passée de 80 à 70 km/h pour réduire la pollution et le bruit. Une étude relayée par différents organes de presse (ici, l’Express) montre que les bouchons ont considérablement baissé grâce à la limitation des points de congestion et de l’effet accordéon.

Pour ma part, je ne suis pas surpris mais les auteurs de l’étude mettent eux-mêmes des limites à l’étude, expliquant que les effets externes n’avaient pas été étudiés (jours de grève des transports en commun, crise économique,…) ce que reprennent en cœur les associations d’automobilistes. Il faudra donc attendre un peu pour avoir des conclusions plus formelles.

Toujours est-il que nous parlions de ça, à l’apéro, samedi, quand un patron de bistro, plutôt à gauche, a eu cette parole mémorable : « mais tu te rends compte, Nicolas ? La mesure est efficace alors ils vont la maintenir ! Ca va nous faire chier. »

J’ai essayé d’argumenter : ben, tu vas mettre moins de temps. Il m’a répondu : oui, mais on aura la vitesse diminuée.

Alors j’ai changé de bistro.

L'Etat français et les transports publics

En errant sur Google News, je suis tombé sur cette information : « La RATP inaugure son premier tramway aux États-Unis » ! Cocorico me suis-je dit avant que mon sang ne fasse qu’un tour, me rappelant que le « P » de « RATP » voulait dire « Parisien ». Je me suis demandé ce qu’on pouvait bien foutre de l’autre côté de l’océan.

Je me suis donc renseigné et vais vous exposer ma science nouvellement acquise. Ne me remerciez pas. La RATP a créé récemment une filiale, RATP Développement SA (ou RATP Dev), qu’elle détient à 100% et qui opère dans 12 pays au monde, dont la France, hors Paris. En lisant ces machins, je me suis rappelé que j’étais déjà au courant qu’elle opérait dans quelques pays, notamment en Algérie, mais je croyais que c’était pour apporter une aide logistique du fait de ses compétences historiques et de la proximité de nos pays. Je ne savais pas qu’elle exploitait des lignes. 

Pourquoi évoquer le sujet aujourd’hui ? Je m’étais déjà interrogé à deux reprises récemment sur les groupes de transports français, une première fois à l’occasion de la grève de la SNCF, une seconde en cherchant l’organisation de la ligne de cars que j’utilise quand je vais en Bretagne, ligne de cars aux couleurs du Conseil Régional mais opérée par la CAT qui est une filiale de Transdev, un groupe qui appartient à 50% à la CDC et à 50% à Véolia Environnement, dont le premier actionnaire est aussi la CDC… mais qui était détenue à 25% par la RATP. Le patron de Transdev est l’ancien patron de RATP Dev (et a fait l’ENA avec François Hollande).

Transdev est des un des principaux opérateurs de transport public au monde, la RATP étant le cinquième acteur mondial… La liste des filiales de RATP Dev est impressionnante mais moins que celle de la SNCF (qui en a plus de 600), à peu près à égalité avec Transdev.

Tout cela est fort intéressant et je me demande si l’Etat français n’est pas le premier actionnaire de société de transport public au monde. Je ne sais pas si c’est son rôle et j’espère que, au moins, ça rapporte de l’oseille dans nos caisses.

Toujours est-il qu'on y comprend rien...

27 juillet 2014

26 juillet 2014

L'euro et l'inflation


Cette "infographie" tourne en boucle dans Twitter. Mensonge débile. Je dois reconnaître que je ne ne connais pas le prix de l'ail mais si la bière avait été à 3F50 en 2002, j'en aurais bu. Mais elle tournait entre 10 et 12 francs selon les bistros.  

Quels cons !

L'important c'est cirrhose


L'important, nouveau média dont au sujet duquel nous devrions nous agenouyer devant, a un don : casser le gouvernement. 

C'est beau ! Dénoncer le pacte de compétitivité et exiger des mesures pour les entreprises. 

Aubryiste, c'est un métier. 

Hollande, complice !


À l'instant, dans Twitter, je suis tombé sur ce communiqué de presse du Parti de Gauche : Hollande, complice des crimes du gouvernement israélien (titre qui mérite d'ailleurs d'être epinglé : Hollande n'est pas complice des crimes mais du gouvernement). 

J'ai éclaté de rire dans le bistro à la grande surprise de mes potes kabyles qui ont fini par partager mon hilarité quand je leur ai montré le billet de Corto, cette andouille de blogueur réac, tendance Sarko. Le thème général est : l'ONU est complice de la Palestine, donc la France aussi, donc Hollande. 

Bon. Je veux bien soutenir François Hollande mais j'aimerais bien savoir de qui il est complice !

Bon ! Je retourne avec mes potes kabyles. Il faut dire qu'ils ont fait la même campagne que moi en 2012. Ça crée des liens. 

Bande de complices !

Militants politiques, regardez-vous...

25 juillet 2014

Crashs en série ?

A l’heure où je ponds cette bafouille, on ne sait pas grand-chose du crash de l’avion d’Air Algérie. Plus de cent morts, dont dix d’une même famille. On pense évidemment à tous ceux qui sont dans la peine ou dans l’angoisse.  Les causes de l’accident sont inconnues. Les pilotes étaient expérimentés. Les conditions météorologiques sont probablement à l’origine de cette histoire même si, en 2014, cela semble surréaliste, avec tous les moyens technologiques dont nous disposons.

Je me rappelle encore du premier voyage long courrier que j’ai fait. Le premier et le dernier, d’ailleurs, à part le voyage du retour. C’était pour aller bosser une semaine à Tahiti, je voyageais en classe affaire. Les hôtesses étaient occupées à nous pochetronner la tronche de manière à ce qu’on passe un bon voyage. J’étais zen. A un moment, au-dessus du Pacifique, on nous dit dans les haut-parleurs qu’on va traverser une zone de turbulences et qu’il nous faut accrocher nos ceintures. Effectivement, l’avion – un DC10 si ma mémoire est bonne –  s’est mis à vraiment bouger ce qui m’amusait beaucoup… jusqu’au moment où une hôtesse – je me rappelle, une jeune blonde fort charmante – s’est précipitamment accroupie dans l’allée en se cramponnant aux sièges. Ce n’était pas pour uriner. La peur se lisait sur son visage. Les yeux exorbités comme si sa dernière heure étaient arrivée. Ses collègues avaient fait pareil. Il se passait quelque chose. Elles vivaient probablement le moment le plus angoissant de leur carrière professionnelle.

Depuis, j’ai toujours la trouille en avion. Le pilote a fait son job, la tempête s’est calmée et nous sommes arrivés à bon aéroport.

Hier soir, je discutais de tout ça avec un copain. Il bosse dans la maintenance des avions. Plus précisément, il travaille pour une compagnie, dans un service d’organisation de la maintenance des avions et donc de leurs rotations pour qu’ils puissent faire leurs vidanges périodiquement… Il s’occupe donc aussi des cas plus graves, des remplacements d’avions en panne,... Son service est ouvert en permanence pour faire face à tous les cas de figure et aux avions qui ignorent le décalage horaire quand ils sont au bout du monde.

Le copain est Sénégalais et faisait auparavant un boulot dans ce domaine en Afrique. Il connait bien Air Algérie et tous les aéroports plus ou moins importants d’Afrique. Il était donc très touché par ce crash qu’il vivait presque personnellement.

Il m’a raconté le cas le plus grave qu’il ait eu à gérer. Un avion était entré à 10000 mètres dans un orage de grêle et elle avait réussi à casser le « pare-brise » (mes connaissances en aéronautique sont assez limitées…). Le pilote avait réussi à sauver l’avion en le faisant descendre en urgence pour sortir de la turbulence et de la zone de « dépressurisation »… puis atterrir, le tout en se prenant des grêlons dans la gueule par la fenêtre cassée… Un génie. J’aime bien savoir que ces lascars sont bien payés, bien formés, bien entrainés…


Trois catastrophes aérienne en une semaine… Comment un avion peut-il "entrer" dans un orage ?

Antisémitisme quotidien

Cette gueragaza est terrible pour ses morts mais aussi pour les dommages collatéraux en France. Parce que j'ai osé faire des billets qui n'étaient pas franchement hostiles à Israël (j'en ai aussi fait des hostiles mais les borgnes ne voient pas tout), certains ont décidé que j'étais devenu un immonde raciste. Je dis certains, ils sont deux.

Je vais lancer un appel : Hé ho ! 

Voila, c'est fait. Il serait bon que les gens retrouvent un certain calme et un certain recul. 

Vous voyez l'illustration de ce billet ? Ce sont deux commentaires d'une petite dame à un billet de l'ami Sarkofrance. Le premier est d'une banalité idiote. Mais antisémite. Vous pouvez cliquer sur l'image pour l'agrandir et lire le deuxième. Je vais le traduire pour vous faire plaisir : Manuel Valls ne devrait pas être premier ministre parce que sa femme est juive.

Si ces commentaires avaient été diffusés sur mon blog, je les aurais supprimés ou j'aurais répondu en insultant la connasse. J'invite l'ami Juan à sévir et tous les blogueurs à faire gaffe.

Mais ce n'est pas le pire. La conversation suit son cours et personne ne réagit, personne ne dégaine la machine à donner des baffes.

Personne ? Si... Didier Goux, parfaitement connu comme blogueur réactionnaire (et Normand un peu pochetron). Faites gaffe, amis gauchistes... Vous ne vous rendez plus compte.

24 juillet 2014

Roi fainéant


Cette une de Valeurs Actuelles tourne en boucle dans les réseaux sociaux. Elle est évidemment conne et odieuse mais on se consolera en se disant que la presse militante de droite devient aussi bête que les blogs politiques militants de droites. C'est rigolo. 

C'est aussi rigolo de voir que la presse militante ne cherche qu'à gagner du pognon en faisant jouir des militants mais pas à convaincre des militants du camp d'en face alors que les lecteurs sont persuadés du contraire. Les militants sont bêtes. Ce qui n'est pas une exclusivité de la droite, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. 

Elle nous rappelle Corto dont chaque billet est orienté pour donner des orgasmes à des vieilles filles. 

Restons sérieux. Malgré son apparence débonnaire, ceci est un billet de fond. Lisez la Constitution. Le président est là pour inaugurer des machins, présider le Conseils des ministres et agir en cas d'urgence si une guerre thermonucléaire nous menace par exemple. 

En gros, un président doit être une potiche. Jacques Chirac a exercé ce rôle de 1997 à 2002 ce qui était très bien d'autant qu'on a gagné la seule coupe du monde s'étant passée pendant cette période. 

Les militants de gauche réclament souvent une révision de la Constitution pour passer à la sixième, une République non présidentielle. Valeurs Actuelle soutient ce truc, si j'en crois leur une. 

Avec toutes ces conneries, je ne sais plus qui sera tondu à la libération.

Faites-nous préférer le train !

Le week-end du 14 juillet, j’étais à Loudéac, en Centre Bretagne. Je suis revenu à Paris le lundi (le 14) en train, comme lors de toutes mes visites au pays. J’ai pris un car au bled. Arrivé à Saint Brieuc, un TGV attendait. La rame a été accolée à une autre en provenance de Brest et les deux sont parties vers la capitale avec une escale à Rennes, une autre à Laval et une autre au Mans.

Quel technocrate a décidé de faire se rejoindre les deux rames pour former un TGV double à Saint Brieuc et pas directement à Brest ? Quelle andouille a fait en sorte qu’un TGV Saint Brieuc Paris s’arrête à Laval ? Notons bien que je n’ai pas la réponse et les moyens de juger de la pertinence de ces décisions. Je m’interroge. Par exemple, un lascar a décidé qu’il fallait un TGV double dès Saint Brieuc pour ce retour de week-end prolongé. Dans ce cas, pourquoi le faire s’arrêter à Laval et au Mans, voire à Saint Brieuc ?

Désolé de prendre un exemple local qui déroutera ceux qui ne connaissent pas la géographie…

La SNCF s’interroge sur l’avenir et la rentabilité du TGV selon cet article des Echos (lire aussi les articles suggérés à la fin de la page) même si la réforme ferroviaire a été votée. En résumé (grossier), la marge opérationnelle a baissé et une grande partie des revenus sert à payer l’entretien du réseau (du moins sa location à « ex RFF ») et à financer le TER. Les patrons réfléchissent donc à trois scénarios. Je vais les aider.

Petit 1 : je n’ai rien à cirer de la marge opérationnelle de ce qui devrait être un service public. L’important est que l’argent public ne servent à des compagnies privées ou étrangères, du moins concurrentes à notre service public.

Petit 2 : comment se fait-il que l’aller-retour entre le Kremlin-Bicêtre et Loudéac soit moins cher pour deux personnes en voiture de location qu’en train (voire pour une personne si on ne prend pas l’autoroute) ? Comment se fait-il qu’il me faille 5 heures en transport en commun pour un trajet de 440 km ? La réponse à la deuxième question est évidente (je ne demande pas un TGV direct entre ces deux patelins !) mais imaginez-vous bien que si j’avais une société de location de voiture près de chez moi, je ne prendrais plus le train…

Pensez aux trajets réellement effectués par les gens. Par exemple, vous faites une ligne grande vitesse entre Le Mans et Rennes – et c’est très bien – pour gagner une demi-heure mais il me faut encore prendre une heure pour aller entre chez moi et Montparnasse alors que le trajet prend vingt minutes, ne serait-ce qu’il faut environ 20 minutes pour aller du métro jusqu’à sa place dans le train en passant par la borne pour retirer les billets…

Pensez au trajet global… C’est bien beau de mettre Paris à 3h de Saint-Brieuc mais s’il faut que j’attende le car 50 minutes (ce qui est souvent le cas) et que ce dernier met 45 minutes pour aller à Loudéac, ça coince.

Pensez à tous les trajets ! Tiens ! Essayez de réserver un billet Loudéac - La Rochelle par Internet sans passer par Paris...

Petit 3 : arrêtez les machins de guignols comme les idTGV qui ne servent à rien, les TGV à bas prix au départ de Marne La Vallée,…  Changez complètement les méthodes de détermination des prix, simplifiez les abonnements, supprimez les réductions pour ceux qui réservent longtemps à l’avance,…

Petit 4 : faites des voitures sans enfant et connards qui n’arrêtent pas de parler. Arrêtez de vendre des places dans des « box 4 personnes » à des gens voyageant seuls. Faciliter les réservations et le « tout électronique » (en 2014, être obligé de s’arrêter à une borne ou imprimer chez soi un billet,…). Arrêtez la surréservation (mettez plus de trains…). Remboursez automatiquement les billets électroniques en cas de retard important.

Petit 5 : revoyez l’aménagement des TGV. L’absence de prise de courant à chaque place n’est pas normale. Le wifi devrait être disponible partout (sauf dans les tunnels si contraintes techniques). Faites de la place pour les bagages.  Soyez logique dans la numérotation des places.

Petit 6 : changez l’esprit du wagon bar… On n’y va pas par plaisir mais pour consommer si on a faim ou soif. C’est un service au client, pas un commerce ! S’il y avait moins de plats chaud et plus de vrais sandwichs, vous gagneriez plus de pognon car il n’y aurait plus la queue à faire. Mettez les moyens à vos loufiats pour qu’ils ne perdent pas de temps sur chaque action, notamment au moment du règlement.

Petit 7 : arrêtez de desservir les petites gares mais renforcez la coopération avec les TER (l’article mis en lien et ses petits frères montrent très bien comment les élus veulent « leur gare TGV »). Par exemple, « mon » Saint Brieuc s’arrête à Lamballe et Vitré (et Laval mais c’est quand même plus gros). Je n’ai rien contre ces patelins mais enfin…  Les types qui partent de Lamballe ou de Vitré ne mettraient pas beaucoup plus de temps pour aller à Paris s’ils allaient en TER jusqu’à Rennes ou Le Mans : les portions ne sont pas « grande vitesse ». Sinon, je vais aussi exiger une gare TGV à Loudéac…

Que la SNCF s’organise comme les compagnies aériennes, quoi…

Ce qui nécessite d’avoir les gares organisées en hub, ce qui n’est pas du tout le cas. Vous avez déjà essayé de prendre un TER après un TGV en gare de Rennes… ?

Enfin, à vous de nous faire préférer le train…


Je me demande si les types qui bossent dans les services centraux de la SNCF prennent souvent le train.

23 juillet 2014

Casque qu'à dire


La photo de la une de Paris Match a fait 1453474 fois le tour de la blogosphère aujourd'hui avec Nicolas Sarkozy faisant du scooter sans casque. Ça buzze, on dit. Alors, je vais rebondir sur mon blog même si je suis bien en retard sur le buzz en question, avec deux remarques. 

La première : il ne fait probablement rien d'illégal : la photo ayant vraisemblablement été prise dans une propriété privée, celle de sa belle mère. En français : il pose. N'oublions pas pas que ce canard est peut-être à sa solde. Je dis "peut-être" pour faire joli. Il a beaucoup de canards à sa solde. Tiens ! C'est Valeurs Actuelles qui envoie les Proust de François Fillon. Pas "envoie", "enverrait", pardon. Le conditionnel est de rigueur. 

La deuxième : il est "dans son image". En gros : "fuck la loi, fuck la justice". Pardon. Il "serait". L'impact est évidemment positif pour une majorité de français. Sur le thème : que l'Etat arrête de s'occuper de conneries, je suis un rebelle, moi. Tous les jeunes vont apprécier, dans toutes les catégories de population. 

Alors, amis gauchistes, arrêtez de faire buzzer des conneries. Rappelez donc aux jeunes en question que c'est lui a fait les mois sécuritaires, Hadopi et tout ça.  Le machin qui les empêche de télécharger des films sans payer. Le fait que son retour serait une énorme régression de la société. 

Message personnel : François, Manuel, il serait bon que vous évitiez de faire des lois sécuritaires à la mode Sarkozy et que vous museliez votre majorité. Car, techniquement, le nouveau machin (déposé hier ou en cour d'étude ?) est une connerie. C'est une privation de liberté. C'est une loi de droite. Le type même de moi qui ulcerait les électeurs indécis au cours de la précédente législature. Je suis un peu de mauvaise humeur. Vous pourrez faire passer le pacte de compétitivité parce que tous les Français comprennent que les entreprises ont besoin de baisser ses coûts pour vendre (sauf à gauche de la gauche, mais ça...), ce qui est nécessaire à l'embauche et à la baisse des déficits du commerce extérieur. Mais arrêtez avec ses conneries sécuritaires, vous allez tout perdre. 

Les erreurs de Jean-Luc Mélenchon

Actif retraité
« Le groupe socialiste, qui détient à lui seul la majorité absolue à l'Assemblée, a voté pour la réforme […]. Le groupe écologiste s'est abstenu. Celui des radicaux de gauche et celui du Front de gauche ont voté contre, de même que ceux de l'UMP, hormis une poignée de ses membres, qui se sont abstenus, comme la majorité du groupe UDI» C’est à propos de la réforme territoriale qui n’est pas le sujet de mon billet contrairement à Jean-Luc Mélenchon qui forme un excellent sujet ! Je vous le conseille. Par exemple, hier, il annonçait se mettre au repos ce qui ne l’empêchait pas de manifester aujourd’hui et de continuer à dire des bêtises dans le poste.

Pourquoi je parle de la réforme territoriale, alors, me demanderont les plus vicieux d’entre vous ? Parce que le Front de Gauche a voté avec l’UMP. Je me fous des raisons de ce vote, moi-même, je ne sais pas quoi penser de cette réforme. Mais c’est trop souvent le cas.

Alors quelles bêtises ont été sorties par notre Méluche, aujourd’hui ? « Le gouvernement a fait tant de maladresses que je me dis que c’est un calcul. On se demande s’ils n’allument pas eux-mêmes un incendie qu’ils souhaitent, de façon à provoquer en France une espèce de confrontation qui leur servirait. Je me demande dans quelle mesure c’est pas leur façon à eux de préparer une absurde montée en puissance du lepénisme car qui peut croire sérieusement qu’à part une poignée d’énergumènes, il y aurait en France, dans la protestation contre l’agression de Gaza, de l’antisémitisme ? Ne changeons pas de sujet, ce n’est pas la question qui est posée aujourd’hui ! »

Je ne vais pas répondre à propos de l’antisémitisme. J’ai vu dans Le Monde une très bonne chronique à ce sujet. Nier sa montée est délirant… Toujours est-il que je trouve odieux de dire que le gouvernement provoque volontairement le bordel à des fins électorales, notamment quand c’est un responsable politique qui le fait. Tant pis.

Toujours est-il qu’il fait une nouvelle erreur politique et pas seulement du fait qu’il dise explicitement aux électeurs de voter pour le Front National. En outre, si la gauche de la gauche a perdu le vote ouvrier, il faut peut-être qu’elle réfléchisse aux causes.

Reprenons cette histoire de réforme territoriale et de fusions de régions. C’est une réforme populaire. La plupart des gens s’accordent sur sa justification (mais pas sur le découpage !). Néanmoins, c’est un serpent de mer… Imaginée par la droite mais pas finalisée, déposée par la gauche… Ceux qui votent contre vont passer pour des passéistes, des guignols qui protègent leurs postes…

Tiens ! Une devinette ! Qui a déclaré « Ils sont en train de jouer au puzzle ou aux ciseaux avec la carte de France avec comme arrière-pensée, pour Madame Royal, Madame Aubry: "où sera ma baronnie demain, je serai baronne de quoi? Quel score fera le Front National dans ces nouvelles régions ?" Où est la réflexion sur l'intérêt de la France et des Français dans cette affaire-là ? » ? C’est Florent Philippot. La gauche de la gauche, l’UMP et le Front National partagent les mêmes positions au sujet de la réforme territoriale.

A mon dernier billet, un commentateur m’a laissé un commentaire rappelant les erreurs de Jean-Luc Mélenchon. Je vais le résumer. En quittant le PS en 2008 et en s’alliant au PCF, il a cru pouvoir créer quelque chose, notamment manipuler les élus du Parti Communiste. Son positionnement politique ne convient totalement presque à personne à gauche. Pour les socialistes, c’est un traitre qui a craché dans la main qui l’a nourrie pendant plus de 30 ans (ancien salarié de la fédération socialiste du Jura, apparatchik vivant de ses mandats à Massy,…). C’est un éternel parachuté. « Pour l’extrême gauche, c’est un social-traitre qui joue aujourd’hui au révolutionnaire. Pour les écologistes, c’est un gars énervé qui fait marrer avec ses petites manies de bateleurs d’estrade. Pour les Français, c’est un fada qui tantôt choque, heurte et inquiète, tantôt amuse par ses outrances verbales, ses exagérations et ses coups de menton dignes d’un Tartarin de Tarascon. » Les types de la vraie gauche sont les dindons de la farce, couillonnés par leur mentor.

Il n'est apprécié que par la droite : il tape sur le Parti Socialiste et le gouvernement.

Comme l’UMP, le Front de Gauche vote avec le FN. Accuser les socialos de le faire monter est peut-être retranscrire la vérité mais c’est une erreur supplémentaire.


Il ne faut pas qu’il prenne du recul mais qu’il prenne sa retraite politique ou qu’il fasse ce pourquoi il est payé par le peuple : siéger à Strasbourg.

Moquons-nous des Rosbifs

Avec l’affaire de l’avion Russe abattu, la France est critiquée pour la vente à la Russie de porte-hélicoptères avant même d’avoir la confirmation que les Russes sont bien en cause dans cette histoire. David Cameron, le premier ministre anglais, notamment, a critiqué notre pays. Il s’est fait rembarré par Laurent Fabius, hier…

Notre ministre lui a rappelé, hier, que le contrat avait été signé du temps de Nicolas Sarkozy et, surtout, qu’un contrat, cela se respecte. J’ajouterai, pour ma part, que quitte à dépenser du pognon pour des engins de mort, autant que Vladimir Poutine nous refile le pognon pour faire travailler quelques ouvriers et faire rentrer l’oseille.

Cela étant, un rapport parlementaire rosbif est tombé ce matin : le Royaume-Uni continue à vendre des armes à la Russie. Monsieur Cameron devrait s’occuper de ses fesses plutôt que des nôtres. En plus, je croyais que c’était un libéral ? Depuis quand se mêle-t-il de notre commerce ?

22 juillet 2014

Les jeunes avec Sarkozy !

Voilà un nouveau compte Twitter à suivre (pas moi, merci...). 

C'est un compte officiel ! Encourageons le militantisme. Abonnez-vous ! Penser que des jeunes puissent supporter Nicolas Sarkozy a un côté surréaliste. 

Allez ! Travaillez plus pour gagner plus ! Pour acheter un logement et tout ça. Il vous a fait le coup en 2007. Si vous étiez nés. Un million de chômeurs en plus. 600 milliards de dettes sur les épaules de vos gamins pas encore nés !

Ouais ! Les jeunes avec Sarko ! Hop hop hop. 

Jean-Luc Mélenchon se met au vert

Jean-Luc Mélenchon a donné une interview dans Hexagones, nouveau machin que je ne connais ni des lèvres ni des dents. C’est sur abonnement, ne cliquez pas où raquez. Voilà quelques extraits, vous pourrez en lire d’autres la presse, notamment le fait qu’il pronostique la victoire de Marine Le Pen en 2017. Toujours est-il qu’il se met au vert.

Je suis subjugué de voir à quel point il peut se tromper. Par exemple, alors qu’il est interrogé sur sa bonne campagne de 2012, il répond : « Ce n’est pas la campagne qui est bonne, c’est le fait que je ne me suis pas trompé sur l’analyse du moment politique. J’ai eu aussi de la chance. Comme personne ne croyait en ce que je faisais, tout le monde m’a foutu la paix, y compris dans ma propre coalition. J’ai démarré à 3,5 %. Beaucoup pensaient que si je faisais 8 %, ça serait méritoire ; on me taperait sur l’épaule, on reviendrait à la popote. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Quand je suis arrivé à 8 %, c’était trop tard, j’étais devenu incontrôlable. De 8 pour bondir à 10, ça a pris deux mois. Et à partir de là, c’est fini, le mouvement était tellement puissant que plus personne ne le contrôlait, ce qui faisait mes affaires. C’est à la fois une campagne et une insurrection. »

Tout cela est évidemment faux. Il a grimpé sans cesse entre début mars 2012 et le premier tour, jusqu’à atteindre 15 ou 16%, le tout pour finir à 11%. Il a été grisé par les meetings, tout comme les militants (le tout sur une présence acquise de François Hollande au second tour donc sans « vote utile », ce qui fait que les 15 ou 16% étaient possibles).

Il continue : « Mon idée était que je pourrais prolonger ensuite l’insurrection en m’appuyant sur le bilan de la campagne. » Je coupe. Il a oublié d’une part ce que je disais, à savoir que le bilan de la campagne est mitigé (11% est un bon score mais il est inférieur aux prévisions) et d’autre part qu’il a lui-même fait une erreur, ensuite, en allant se présenter face à Marine Le Pen à Hénin-Beaumont. Je continue « Ce que je n’avais pas envisagé, c’est que cette force puisse être étouffée par le poids du retour aux vieilles traditions partiaires, aux arrangements, aux accords électoraux. » Il pense ce qu’il veut mais il y a forcément des accords électoraux : ce n’est pas possible de gagner des élections sans cela. Dès le lendemain de la présidentielle, il fallait revenir à une « tradition partiaire » et attendre les Européennes pour en sortir vu que les partis de gauche n’ont pas la même vision de l’Europe.

«  Jusqu’à ce néant qu’a été l’élection municipale qui a complètement décrédibilisé ce qu’était le Front de gauche, explosé entre ceux qui ne voulaient pas d’alliance avec le Parti socialiste et ceux qui se sont vautrés dans cette alliance. » Ils ne se sont pas vautrés, ils ont tenu une position intelligente, du moins, je trouve.

Il poursuit en justifiant sa stratégie face aux médias où il se plante également en jouant la victime alors qu’il a eu une forte exposition médiatique.

La suite de ses propos est largement reprise par la presse : « Là, on est dans une période où l’on a besoin de se reposer. Parce qu’on vient de passer cinq ans terribles. Nous sommes en échec. Pour moi la séquence a été écrite entre deux européennes : on a fondé le Front de Gauche pour les européennes de 2009 et à la suivante on passait devant le PS. Tout était en place. Tout ça a été planté pour une poignée de postes aux municipales. » Je ne crois pas qu’il ait raison. Peut-être qu’avec une bonne dynamique, le Front de Gauche aurait-il pu bénéficier de ce qu’a bénéficié EELV en 2009. Toujours est-il que battre le Parti Socialiste à des européennes ne peut pas être un objectif sérieux. Il a voulu jouer avec des élections, il a perdu…

Un peu plus loin, il évoque le Front National et tombe sur l’éternelle rengaine du Parti Socialiste qui fait tout pour le faire monter pour gagner des élections. S’en plaindre n’est pas la bonne stratégie. Le Front de Gauche ne doit pas être dans l’opposition au Parti Socialiste mais à la droite.

Ensuite : « Madame Le Pen récite des morceaux entiers de notre programme. Leur ligne, c’est d’occuper l’espace politique de la gauche. Quel est l’espace politique de la gauche ? C’est le peuple. Quel est le problème de la droite ? C’est le peuple. » Il y a des choses qu’il ne devrait pas dire, comme le peuple est le problème de la droite, on n’insulte pas les électeurs… Toujours est-il qu’il est temps qu’un responsable politique constate que Marine Le Pen pique le programme de la gauche de la gauche…

Je lui souhaite bien du repos.https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gifIl en a besoin. Dans la suite de l’article, il s’en prend à ses alliés, un peu comme avant, les traitant quasiment de pleutres, puis il explique qu’il espère gagner en faisant appel au peuple, tout comme il considérait sa campagne de 2012 « comme une insurrection ».

Bien du courage.