30 novembre 2015

Ne votez pas Pécresse !

La dame a réponse à tout. C'est amusant. Cette après midi je suis tombé sur le site "ville rail transport" (Google est ton ami) qui a interrogé les candidats aux élections en Ile-de-France. J'ai lu. 

A la question : "comment allez vous acheter des rames neuves ?", la dame a répondu : on va les acheter à crédit alors que la gauche, c'est con, paie cash". Si. Lisez. 

Après, elle critique l'endettement créé par la gauche et un tas de trucs, dont la mauvaise gestion des transports par le STIF depuis que la gauche préside la région alors que cela fait moins de 10 ans que le STIF dépend de la région. 

Incompétence et populisme. C'est mal. 

29 novembre 2015

Cosse : coupable


Elle veut être élue de la République. Elle se félicite d'avoir participé à une manifestation qui a dégénéré. Et elle critique les débordements annoncés et par les autorités de la République. 

La psychiatrie ? 

Tristesse

Ce n'est quand même pas compliqué à comprendre : la France a été victime d'un attentat sans précédents. Elle accueille un machin international avec 150 chefs d'Etats. Les forces de l'ordre ont mieux à faire que d'assurer la sécurité d'une manifestation et les autorités ont décidé de l'interdire, même si elle était prévue depuis un an. 

Des andouilles ont défilé quand même, avec des élus de la République. On devrait retirer à ces derniers tous leurs mandats et leur infliger une punition affreuse comme assister à un concert de trois heures de Francis Lalanne. 
  


Des connards en ont profité pour foutre la merde, saccageant le mémorial en souvenir des victimes. 

Je peux vous dire que tous ces imbéciles font mal à la gauche. Et si je le dis c'est que je discutait dans Facebook avec une personne qui disait que Macron était pas la gauche et tout ce genre de platitude. Les partis de gauche vont se partager 10% des voix, dimanche. Le FN et LR vont se partager les régions. 

On ne peut pas avoir participé à un hommage national et tolérer, trois jour après, tous ces cons qui font tant de mal à la République, à la démocratie. Et à la gauche. 

Des baffes se perdent. À tous ces cons qui veulent nous donner des leçons de liberté. 

28 novembre 2015

Après l'hommage, la raison et le vote !

Au lendemain du second tour, en 2012, l'ami Tonnégrande m'avait dit : « je suis sûr qu'il sera un grand président. » Je n'en étais pas sûr. Je savais ne pas être objectif : j'aimais bien le personnage et je m'étais battu pour lui. J'étais fier, fier de lui, fier d'avoir participé à la campagne même si je savais que ma contribution n'avais pesé en rien dans le résultat. Ce que j'étais sûr, c'est qu'il ne serait pas un aussi petit président que le précédent. On avait réussi à le foutre dehors, j'en étais content, la gauche était de retour au pouvoir, le changement allait être maintenant.

Le changement ? La gauche ? Je ne sais pas. Ce qu'il a de sûr, c'est qu'il nous fallait éliminer cette droite que traînait avec lui Nicolas Sarkozy, depuis bien avant son élection, une droite toute dans la communication, prenant des mesures ridicules, inefficaces et entrainant la France dans une chute. Puis, François Hollande est arrivé, les cafouillages ont commencé. Nous n'étions pas mieux que les autres et, en plus, nous n'avions pas réussi à nous débarrasser d'une espèce de gauche qui vivait encore sur l'héritage de Marx. Il y a eu Cahuzac, les autres guignols, les conneries de Montebourg,... Son départ, un peu après l'arrivée à Matignon de Manuel Valls a été un tournant, non pas à cause du départ de Jean-Marc Ayrault, que j'aimais bien, mais parce qu'un certain ménage a été fait au sein du gouvernement. Il y a bien sûr eu l'épisode des frondeurs mais tout ce qu'ils ont réussi à faire est de se ringardiser, emmenant avec eux Martine Aubry, Benoît Hamon s'étant déjà grillé en préférant quitter le poste ministériel le plus prestigieux qui soit pour tenter de « prendre le parti ».

Les alliés du Parti Socialiste, à sa gauche, ont été ridicules et ses ennemis, le Front de Gauche, au dessous de tout. Pourtant, au lendemain des attentats, Jean-Luc Mélenchon avait été très bien, une des seules personnalités politiques sachant rester digne. Si j'avais eu le temps, j'aurais fait un billet pour en dire du bien (mais je n'ai fait presque aucun billet depuis alors qu'en 2010, je pondais trois tartines par jour). Hier, après la cérémonie, il a tout gâché avec un tweet malheureux. Dans son dernier texte, l'ami Sarkofrance disait que cette anecdote, cette polémique, n'avait aucune importance. Il a tort. Elle est révélatrice de la petitesse du personnage.

Alors, il ne me reste plus qu'à espérer que le centre se ressaisisse, un centre large, de la gauche du PS prête à assumer des responsabilités gouvernementales à une droite qui a mieux à faire que courir derrière le Front National. Je ne parle pas d'un Front Républicain ou d'un gouvernement d'union nationale et de je ne sais quelle autre connerie, je parle d'alliance de gens largement majoritaires dans ce pays mais qui font gagner les autres, à cause de cet éternel clivage. Le centre gauche traîne ses marxistes du dimanche soir comme un boulet. Le centre droit ne sait que s'allier avec des gens qui courent à l'extrême. N'allez pas penser que je vire centriste voire droitiste. Dans n'importe quel autre pays du monde, je passerais pour un dangereux cryptocommuniste. Pas en France.

Depuis deux semaines, Nicolas Sarkozy a été au dessous de tout alors que les autres responsables de LR ont su montrer une « dignité », nécessaire en ce moment, pas facile, non pas parce qu'il suit des des événements tragiques mais aussi parce qu'il y a une double campagne électorale, aujourd'hui, une pour les proches régionales mais aussi une pour la prochaine présidentielle, réellement partie.

La cérémonie a été belle hier. Je suis fier de mon président. Il paraît qu'il a failli verser une larme. Des internautes se moquent de lui, d'autres en sont heureux : l’impitoyable aurait brisé la carapace. Grotesque. N'importe qui aurait versé une larme. Écouter « quand on n'a que l'amour » suivi de cette interminable liste de noms de morts. Alors, en tant que président de la République, porter cela sur les épaules...

Mais il nous faut atterrir. Nous avons une élection dans une semaine. Les événements, cet attentat suivi de la COP machin, la font passer aux oubliettes. Il faut quand même en parler, refaire de la politique. Seules deux régions me concernent : la Bretagne et l'Ile de France. Le Front National a très peu de chance d'y emporter, nous avons donc un combat entre le PS et LR.

A droite, nous avons d'un côté Valérie Pécresse, de la droite versaillaise, et, de l'autre, Marc Le Fur, proche de Civitas. Tous deux relativement proches de Nicolas Sarkozy, faisant partie de cette droite incompétente ayant pollué la France depuis 2002. Il faut leur faire barrage.

A gauche, nous avons, chacun d'un côté, Claude Bartolone et Jean-Yves Le Drian, de ma gauche. Il n'y a pas photo.

Alors, électeur indécis, que tu habites l'une ou l'autre de ces deux régions ou l'autre, qui préfères-tu avoir comme président ?


Et si toi aussi, tu as été fier de notre président, hier, ne laisse pas croire que la stratégie de Nicolas Sarkozy va payer. Imagine-le au milieu des Invalides, imagine-le représenter notre pays en ces temps de crise. Imagine son retour.

Même par amour pour la Nation, ne fais pas le con, bordel !

26 novembre 2015

Bleu blanc rouge - blog

Quand j'ai vu que le président Hollande a demandé aux Francais de mettre y' drapeau bleu blanc rouge à leurs fenêtres, demain, pour l'hommage de la Nation aux victimes, j'ai tiqué. D'autant plus fort que la formulation m'a paru ridicule (il fallait pavoiser les maisons...). 

Moi-même j'avais prévu de défavoriser ma photo de profil Facebook dès ce soir. Ceci étant un blog politique parfaitement bien informatif, je vais raconter pourquoi. Le bistro à côté du bureau ayant fermé, je me suis demandé ce que j'allais faire avant de prendre le métro. J'ai décidé d'aller chez le coiffeur. Le résultat : 

Récemment, un commentateur anonyme de mon blog a conseillé à mes lecteurs d'aller voir mon profil Facebook parce que sur ma photo de profil, j'avais l'air d'un abruti hirsute. Cette coupe de cheveux aurait été l'occasion de prouver que je pouvais avoir l'air d'un abruti bien coiffé, presque un jeune premier, si je ne... frisait pas la cinquantaine. 

Essayez de suivre. Nous vivons dans une Nation où des crétins réactionnaires vont faire des recherches dans Facebook pour voir quelle tronche ont les blogueurs. 

Ces cons n'ont pas mérité de vivre dans le même pays que moi. Que la gauche récupère le symbole de la France, ce drapeau, les rancis n'ont pas à le récupérer. 

Mon Facebook sera encore pavoisé demain et j'espère que la maison le sera aussi (mais je n'ai pas le temps de préparer cela, j'y vais en week-end). 

21 novembre 2015

21/11/2015 : 12 heures. Les nouvelles de @lesechogaucho

Ce matin il a fait un billet pour traiter Captain Haka de connard. Suite à une plaisanterie de Bembelly, il s'en est pris à moi dans Twitter en prenant à témoins Bembelly et Croise Pattes, persuadé que ce dernier et moi sommes en conflit. Du coup, Jacques Ambroise lui a remonté les bretelles et ils ont fini par s'engueuler. 

Je dis ça pour vous permettre de suivre. On ne peut pas être partout, non plus. J'essaie de revenir ce soir pour les engueulades de cet abruti avec d'autres. Et dimanche midi. Et dimanche soir. Mais je concède qu'on ne peut pas tout suivre. Surtout avec lui. Son cerveau a été fabriqué par Mousseline. 

Pauvre type qui ne sait pas écrire et passe une partie de son temps à me traiter de connard désagréable qui passe mon temps à m'engueuler avec autrui. L'autre partie de son temps est consacré au fait de dire qu'il n'a pas de temps pour ces conneries. 

Avec le temps...

Honte sur moi pour avoir dénigré une excellente marque de purée. 

18 novembre 2015

Le KdB du siècle


C'est demain et c'est en l'honneur de Styven et du Beaujolais nouveau réunis. La carte est prête. 

Brèves de guerre

J'ai mangé au bistro ce midi. La télé était allumée avec une chaîne d'information vu "les événements" mais avec le son presque coupé. Le connard à côté de moi a allumé la télé sur son smartphone, sur la même chaîne, mais le son à fond. Cet imbecile ne se rendait pas compte qu'il emmerdait tout le monde et que ce qu'il faisait était grotesque : les évènements étant terminés, on a beaucoup plus d'information sur le net qu'à la télé. 

Lundi midi, même bistro. D'autres abrutis à côté de moi se livraient à une analyse géopoliticomachin qu'aucun blogueur n'aurait osé faire, même moi. Hier, même bistro. C'est le loufiat qui sortait ses propres réflexions. C'est affligeants. 

Cette après midi, pause café avec une collègue. De droite. Elle était furieuse après les députés de droite qui ont hué Valls, hier. Ces crétins qui font de la politique politichienne (clin d'œil à Falconhill) ne se rendent pas compte qu'ils sont en train de tout perdre. Ils passent pour des guignols. Seul Juppé sort du lot. Il fait de la politique politichienne : il tape sur Sarkozy discrètement en soulignant les erreurs commises sous Sarko. 

Revenons à nos bistros. Ils étaient plus sereins ce week-end en banlieue que ces midis à La Défense. Visiblement, nos braves citoyens sont plus émis dans un contexte professionnel qu'à la maison. Moi-même, je dois avouer que j'ai du mal à ressentir un sentiment tel que je peux lire chez mes copains blogueurs, dans les groupes de discussion. J'ai de la compassion pour les victimes. Enfin, pour les familles, les proches et tout ça. D'ailleurs, je suis un peu fatigué de lire des conneries. J'ai évidemment peur que cela dégénère mais je n'ai pas peur pour moi, pour mes proches,... D'ailleurs, je trouve cela assez égoïste d'avoir peur pour soi et ses proches. 

"Même pas peur" disait Elooooody avec raison. J'ajouterai : "même pas ému". En colère, seulement. Envie de foutre sur la gueule. Mais la colère n'est pas bonne conseillère. Dans mon billet de ce week-end, je disais à Hollande de partir en guerre. Ce n'est pas ce que je voulais dire. Je voulais lui indiquer que s'il partait en guerre, il serait probablement suivi par "le peuple". 

Cessons la géopolitique et l'émotion dans les bistros et les réseaux sociaux. Restons zen. Des connards veulent nous tuer, détruire notre civilisation. Coupons-leur les couilles. 

Je parlais de La Défense. Il paraît que les connards de ce matin y projetaient des attentats. Je bosse à La Défense mais je me garde bien de fréquenter des centres commerciaux de dégénérés. J'avais néanmoins totalement oublié de faire le croisement entre le fait que des types projettent des attentats dans le quartier où je bosse. L'autre jour, il a fallu que j'achète un cable pour mon iPhone. Je suis allé à l'Apple Store alors que je me vante sur mon blog de ne pas fréquenter les centres commerciaux. 

Mais j'ai aussi oublué que des proches pouvaient s'inquiéter. Je ne connais personne concerné de près par le bordel de vendredi. Mais je sais que quelqu'un dans ma boîte est touché. Je ne sais pas qui. C'est secret. C'est dommage. Je lui aurais bien glissé deux mots avec une tape sur l'épaule. J'ai appelé ma mère ce soir (par habitude, pas pour la rassurer) : elle a deux relations qui sont touchées. Genre le frère de la fiancée du fils de la concierge a perdu le copain de la petite sœur de l'amant de sa mère. 

En plus touchant quand on connaît les gens. 

Nous sommes tous concernés. Mais restons froids. Comme des cadavres. 

16 novembre 2015

La jeunesse en mouvement


Il y avait samedi une réunion d'authentiques blogueurs réactionnaires. J'ai loupé ça. 

Je fais un délit de faciès. C'est mal. Mais ils le savent pas. 


L'histoire ne dit pas s'ils se réjouissait de pouvoir taper officiellement sur des méchants étrangers pas vraiment catholiques. 

Au moins, dans les partouzes de blogueurs de gauche on a des types de moins de cinquante ans. 

15 novembre 2015

On ne gagnera pas une guerre sans se battre

J’ai accompli mon acte militant : j’ai changé ma photo de profil Facebook. Cette fois, il n’y aura pas de manifestation gigantesque dans Paris. C’est dommage, ça aurait eu de la gueule. Ca a toujours de la gueule. La routine. Le 11 janvier, j’avais été manifester parce que je ne savais pas ce que je pouvais faire.  Aujourd’hui, je vais reprendre la routine sur le marché de Bicêtre, passant boire l’apéro avec les vieux à l’Amandine, avec les andouilles à l’Aéro et les copains, à La Comète.
Sauf qu’il n’y aura pas de marché, il a été annulé. Il n’y aura donc personne dans les bistros.
Faire le point de l’actualité ? Tout a été dit. La récupération de l’événement par des politiciens et des andouilles a été dénoncée. La récupération de la récupération étant de la récupération, on ferme notre gueule, à la fin. La routine. On nous dit de padamalgamer, la routine. Mais à la fin, j’ai envie de donner des baffes à ceux qui disent que l’islam n’a rien à voir avec les actes de terrorisme de l’Etat Ismalique. Comme si on n’était pas capable, soit même, de faire la différence entre un barbu armé et un barbu épicier. La routine. Tiens, de l’autre côté, au nom du padamalgame, certains appelle les musulmans à manifester, faisant là un bel amalgame.
Hier matin, j’ai écouté le discours de François Hollande, vers 11 heures. Je l’ai trouvé très bien. D’ailleurs, une grande partie de la presse, y compris étrangère, le trouve très bien, notre Président, dans ces conditions dramatiques. Imaginons Nicolas Sarkozy président ici avec Donald Trump outre-Atlantique.
Mon copain Tonnégrande n’a pas aimé les propos de Pépère. Il n’aurait pas fait assez d’annonce. Tonnégrande aurait voulu la guerre, l’envoi de « trouposol ». C’est vrai, quoi ! Elle sert à quoi notre armée, demandait-il tout en s’en prenant aux braves gens qui gueulent quand on ferme une caserne mais ne voudrait que nos trouffions se battent.
Je lui ai répondu qu’il ne fallait pas de précipitation et que si pépère réunit le Congrès, lundi, ce n’est pas pour faire un réforme de la Constitution pour autoriser l’Etat à changer les règles de la belotte. Mais il a raison le gros, il faut faire quelque chose et je crois bien qu’il n’y a pas 36 solutions, celle de tendre l’autre joue et de vivre dans la terreur n’en étant pas une.

On ne gagnera pas une guerre sans se battre et je suis persuadé qu’une majorité des Français approuverait, disons, des mesures très musclées. Il y aura cette fameuse union nationale mais il faut que nos représentants en débattent pour éviter les polémiques débiles qui ne manqueront pas de survenir.

14 novembre 2015

Cons de droite et la guerre

La récupération politique des événements a commencé. 


Prenons un blogueur de droite au hasard : Pierre Parrillo. 


Un bel exemple. "L'heure est au recueillement, mais..."

Mais quoi ? Tu peux pas te recueillir en silence ? Il faut que tu baves ?

Lisez son billet ! Il finit par accuser Hollande d'être le responsable en disant qu'il ne veut pas le faire. Je vais lui expliquer : il y a des moments où il faut fermer sa gueule. 

Fillon et Juppé sont exemplaires. Sarkozy lamentable. 

Je vais faire de la récupération. Le Pen a eu un bon comportement. Le FN va gagner deux ou trois régions. Le machin "LR" va gagner beaucoup moins que prévu à cause du comportement de son chef. Le PS va prendre une baffe mais ces attentats pourraient ressouder la nation et tout ça. Il restera majoritaire en nombre de régions et on rigolera bien. 

Blogueur, ferme ta gueule ! Ou alors de la compassion, de la solidarité, de l'union nationale,... 

Depuis ce matin, je vois passer des messages de gens qui n'ont pas de nouvelles de leurs proches qui étaient au Bataclan. Je pense à eux. Je pleure pour eux. 

Mes condoléances. 


12 novembre 2015

La fin de la solidarité ?

Ce soir, j'ai appelé une amie pour l'inviter à déjeuner demain. Elle me répond : "Bonjour.  J ai  un gros souci je me suis cassee le pied droit.  Je  fais le nécessaire pour me faire rapatrier sur le KB car je suis a bourges.  Toutes mes amitiés a fernand. A bientot.". 

Ne commentons pas le francais aléatoire, je vous prie. Ni le côté du pied. 

Je lui ai répondu qu'elle aurait pu me prévenir avant et que n'ayant rien d'autre de prévu ce week-end, je serais volontiers "descendu à Bourges" pour la "remonter" avec sa voiture. Elle m'a alors dit qu'elle attendait une réponse de l'assurance pour connaître les conditions de rapatriement de sa caisse. 

Je lui ai donc dit qu'on s'en foutait et que je pouvais me pointer. Qu'elle négocie avec l'assurance le remboursement de mon billet de train !

Non. Elle est pieds et points liée avec son assurance, ce qui nous rapproche de l'objet du KdB de demain. Une boîte privée doit décider des formes d'expression de la liberté. 

Demain à 19h30, on reçoit des médecins libéraux et des copains gauchistes nous le reprochent. 

Ils voudraient probablement résoudre la quadrature du cercle. Moi pas. Je voudrais que de cercle tourne rond c

10 novembre 2015

Éric Henry, président des toubibs libéraux, à la Comète

Le combat fait rage au sein de groupes de blogueurs : faut-il recevoir Eric Henry, président du Syndicat des Médecins Libéraux, à la Comète ? Je vais répondre en trois points. 

Petit 1 : la question ne se pose pas. Il viendra vendredi. Et même si nous ne sommes que deux, avec Gilles, pour le recevoir, nous le recevrons. Si on s'emmerde, on fera un tarot. Mais, je ne suis pas inquiet. Il y a déjà beaucoup de réponses positives dans Facebook. 

Je dois avouer que cette opposition entre la gauche et le libéralisme me gonflent sérieusement. Par exemple, quand Nicolas Sarkozy a dépensé des milliards pour sauver le système bancaire, vers 2008, c'est de l'intervention de l'Etat dans l'économie et c'est totalement antilibéral. Et toute la gauche gueulait contre Nicolas Sarkozy sans même savoir qu'elle gueulait parce la décision était une des pires décisions antilibérale de l'histoire. 

Plus récemment et anecdotiquement, je défendais un contrôle de l'implantation des commerces en ville par les communes, ce qui est antiliberal et un clown blogueur de gauche me tombait dessus au nom de la liberté des commerces, défendant ainsi une posture libérale, voire ultra libérale. A sa décharge : il a été fini à l'urine. 

Les mots ont un sens, bordel !

Je vais accélérer. 

Petit 2 : ne me faites pas croire que le système de santé va bien et qu'il n'est pas en danger, ce qui nécessite bien d'écouter tous les avis, toutes les analyses. 

Petit 3 : mes copains blogueurs et moi même avons un un truc qui permet de maintenir l'écartement entre les oreilles. Ce n'est pas parce que nous recevons un type que nous ne saurons pas faire le tri dans ses arguments. 

Et, reniant mes promesses, je vais pondre un petit 4. Imaginez qu'un ponte de n'importe quelle obédience peu fascisante demande à des blogueurs de le recevoir et qu'ils refusent, vous auriez immédiatement tendance à les traiter de connards sectaires et vous auriez raison. 

Je ne suis pas sectaire. 

C'est vendredi, à la Comète. 

Avec Marine Le Pen,sauvons nos champignons de souche !


La voilà qui alerte nos compatriotes des dangers de l'immigration bactérienne ! Rétablissons les contrôles aux frontières des méchantes cellule au faciès suspect ! 

Et interdisons aux Francais de passer des vacances au sud de Marseille...

N.B. : merci à qui de droit pour ce titre somptueux. 

09 novembre 2015

La démagogie du non élu municipal



C'est Thierry Roncin qui s'y colle ! C'est un type de Loudéac qui est connu pour faire n'importe quoi, démissionner quand il est élu, se prendre la tête avec tout le monde et faire croire qu'il a une importance qu'il n'a pas. 

D'autant que personne ne veut plus bosser avec lui. 

Cette fois, je ne sais pas pourquoi, mais un canard local lui a accordé une tribune dans laquelle il demande aux élus de renoncer à leurs indemnités. Du populisme à l'état pur. 

Il n'a donc aucun respect pour les élus, les gens qui sacrifient une partie de leur temps pour la cause des autres. Du populisme. Comment les gens qui ne font rien pourraient ne pas être d'accord avec lui ? Et ils le lisent. Et lors des élections, ils s'abstiennent. 

Ou votent pour le Front National. 

À cause de ce genre de types qui accusent les politiques, les gens qui bossent sur le terrain...

Le mouvement commun



Je n'arrive plus à compter le nombre de propositions à gauche pour la reconstruire. En voilà une autre : le mouvement commun. J'approuve. Je n'ai pas été jusqu'à signé l'appel vu qu'aucun lanceur d'appel ne m'a payé une bière mais j'approuve. Il faut l'unité et tout ça. 

Toujours est-il que je me pose une question ou deux. Ces braves gens sont-ils d'accord pour se ranger derrière la proposition qui sera rendue majoritaire à l'issue des travaux ? Ces braves gens ont-ils une posion commune vis-à-vis de l'Europe et de toutes ces cochonneries qu'elle impose ? 

D'ailleurs, je veux bien signer l'appel sans bière et même à jeun mais faut-il sortir des institutions européennes pour faire de qu'on veut ? 

Ce qu'il y a de bien avec l'UDE, c'est qu'ils sont d'accord (et en plus avec ma position, la cerise sur le gâteau). Les autres propositions de refonte de la gauche me font assez rire. 

Ça me rappelle #unite2012. 

Lettre à un jeune du ch'nord

Le Front National vient d’interdire le Secours Populaire sur le marché de Noël à Hénin-Beaumont. T’en penses quoi, Jim ? Je vois tes publications sur Facebook. Aucune n’est raciste mais elles sont parfois visiblement issues de réseaux réactionnaires, voire proches du Front National. Rassure-toi, je ne pense pas une seconde que tu puisses voter pour ces gens, d’ailleurs je ne crois pas que tu votes mais je dois t’avouer que l’abstention me rassure parfois.

Tu vois, Jim, mon frangin, mon copain, mon poteau, mon fiston, je ne sais pas si tu as réfléchi à ce que signifie la décision du Front National : elle équivaut à virer les pauvres.

Tu vois, Jim, j’ai envie de te donne des coups de pied au cul ! Pas à toi, personnellement, mais à tous les jeunes qui semblent ne pas voir dans quel monde ils vivent.

Alors reprenons. A 23 ans, tu étais chômeur dans le nord. Tu as facilement trouvé du boulot à Paris, parce que tu es un petit gars bosseur et sympathique. Tu as tenu cinq ou sept ans puis tu as suivi un de tes patrons quand il a changé de boulot et ça s’est mal passé. Alors, tu en as eu marre de cette vie de con et tu es retourné vivre avec ta copine, mon amie, Emilie. Tu as pu faire quelques boulots en intérim mais rien de folichon.

Emilie était malade et ne pouvait pas travailler. Elle vivait d’aide diverses et tu apportais un complément de salaire. Elle a réussi à trouver un logement social, une petite maison dans la banlieue de votre ville natale, très sympathique. Puis, la maladie l’a emportée. J’ai pleuré, moins que toi, en pensant à elle, à toi, à cette vie ratée.

Après, tu as pu garder la maison et tu continues à faire des petits boulots quand tu en trouves.

Tu vois, Jim, des milliers de gens sont comme toi, vivent au jour le jour, n’arrivent pas à faire de projet, à imaginer un avenir. Tous n’ont pas ta capacité à te faire embaucher quand tu vois une annonce à un petit job ou quand Pôle Emploi te fait une proposition d’embauche.

Mais tu crois vraiment qu’un parti politique qui interdit à une association qui vient en aide aux plus démunis de participer à un marché de Noël, le même parti qui interdit aux enfants de chômeurs d’aller à la cantine, auraient permis à une jeune femme malade d’avoir un logement social et son « veuf » de le conserver ?

Tu vois, Jim, ils vont forcément trouver des raisons valables pour justifier leurs gestes. Ben quoi ! Un chômeur a le temps de faire à manger à ses enfants, pas de raison que cela coûte à la société. Tu feras quoi, toi, quand tu devras aller chercher ton fils à l’école tous les midis et lui préparer à manger après avoir fait des courses avec de l’argent que tu n’as pas ?

Je t’aime toujours. J’aime tout le monde. Mais fais gaffe et engueule les gens autour de toi : s’il y a des cantines scolaires, le RSA, du logement social, ce n’est pas grâce au Front National. Il faut nous battre, tous les jours, et je compte sur toi pour arrêter les conneries dans Facebook, pour réfléchir quand tu diffuses un message politique, parce qu’une plaisanterie sur les pauvres diffusée dans Facebook, même si elle est drôle, est un message politique.


Fais gaffe. Des copains à toi vont voter Front National. Dis leur bien qu'ils font une erreur, même s'ils n'ont plus d'espoir dans les autres partis, même s'ils veulent s'en débarrasser...

Le bonheur ne viendra pas d'un bulletin mis dans une urne, un jour de désespoir. 

Le clip de campagne de Jean-Yves Le Drian

Je suis tombé dessus dans Facebook. Je lui pose une question : en le faisant, vous avez oublié les paysans, l'industrie agroalimentaire et tout ceux qui ne vivent pas dans les gros villes ou près de la mer ou c'est pour plus tard ?

08 novembre 2015

L'opportunisme illustré par Nicolas Hulot à NDDL

Nicolas Hulot n'est pas content et le dit dans Mediapart qui aime bien accueillir tout ce qui est opposé au gouvernement. Il pense que c'est maladroit d'annoncer la reprise des travaux pour l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes juste avant la « COP 21 ». Il fait une tribune. Je vais lui répondre.

« J’ai une exigence, celle de la vérité. Une liberté, celle de mes mots. Une volonté, celle de tout faire pour que la COP21 soit un succès. L’annonce de la reprise des travaux du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes à moins d’un mois du début de la conférence de Paris est pour le moins inopportune. » La vérité est qu'annoncer la reprise après la COP21 aurait été prendre tout le monde pour des cons. Parler de vérité est un scandale et sous-entend que les autres sont des menteurs.

«  Serait-ce lié à des considérations électorales ? » Je te remercie d'admettre enfin que cet aéroport est attendu par la population tant il est indispensable.

« NDDL n’est pas l’alpha et l’oméga de la réussite de la COP21, mais un geste de l’Etat sur ce dossier serait un superbe symbole. Un gage de l’exemplarité du pays qui, en choisissant d’accueillir la COP21, a pris une responsabilité historique. » Certes mais moi aussi je peux raconter n'importe quoi et dire que ce serait un superbe symbole de lancer la construction de cet aéroport beaucoup moins polluant que les autres à l'occasion de la COPmachin et un magnifique signe pour le monde entier de voir la suppression progressive d'un aéroport en centre ville de Nantes, nuisant à la santé physique et mentale de centaines de milliers d'habitants, détruisant l'écosystème du lac de Beaulieu, mettant en danger de mort tous les habitants qui voient les avion défiler au dessus de leur tête, en plein cœur d'une grande métropole.

« Pourquoi s’enfermer dans un choix déraisonnable ? » Oui. Bonne question. Pourquoi s'entêter dans des positions délirantes ? « N’ayons pas peur de le dire : les alternatives n’ont pas été suffisamment considérées par l’Etat et la transparence n’a jamais été la règle sur ce dossier. » C'est tout simplement faux, il y a eu des enquêtes, des études et tout ça. Dire le contraire est du mensonge, très amusant de la part d'un lascar qui commence sa bafouille en disant « ayons une exigence de vérité ».

Je vais néanmoins résumer : il n'y a pas 36000 alternatives. Petit 1 : NDDL. Petit 2 : Nantes Atlantique. Refaire cet aéroport coûterait aussi cher que faire l'autre (il faut détourner une ligne de train) et ne résoudrait pas des problèmes.

« Jamais il n’a été démontré que la construction de ce nouvel aéroport était la meilleure option. » Si, ça l'a été. Et tous ceux qui ont essayé de démontrer le contraire ont été couverts de ridicule.

« Mais, si les conditions d’une remise à plat du projet et de l’étude sérieuse de ses alternatives étaient réunies, menée par des experts indépendants, mobilisant la parole et l’expertise citoyenne, autour d’un comité de concertation accepté par toutes les parties, je n’aurais aucun mal à en accepter les conclusions. Les parties prenantes pourraient aussi s’y engager. » Il se répète un peu le gars, alors je vais insister : comment veux-tu (si je puis me permettre) que l'on trouve un comité de concertation accepté par toutes les parties alors qu'une des parties à une posture purement idéologique.

Je ne critique pas. Les écolos doivent évidemment lutter contre le transport aérien mais ils doivent le faire en bonne intelligence sans refuser systématiquement tous les arguments, coupant court à toute discussion. Le nouvel aéroport sera un des moins polluants au monde ; il ne provoquera pas un accroissement du trafic (du moins, ce n'est pas lui qui le provoquera), il permettra de récupérer des surfaces au cœur de Nantes pour des constructions, limitant ainsi l'étalement urbain, il sera l'occasion de la construction d'une ligne de TGV entre Rennes et Nantes, limitant ainsi l'usage de la voiture, il permettra de préserver des centaines de milliers de brave gens.

Jeter tous ces arguments au nom de la communication politique, parce que c'est bien de cela dont il s'agit est bel et bien du foutage de gueule, de l'opportunisme et tout ça.

Nicolas, tu n'es pas élu. Tu fermes ta gueule et continue à faire ton boulot : gagner de l'argent et de la notoriété en faisant le guignol en hélicoptère.

Au fait, Médiapart est le seul machin à avoir accepté ta bafouille ?

07 novembre 2015

Joie républicaine

Ecouter les médecins libéraux ?

En un peu moins de 12 heures après l'annonce, dans Facebook et sur mon blog, de la venue du président du Syndicat des Médecins Libéraux à une soirée de blogueurs, ce sont deux copains qui me font le reproche de l'avoir invité pour écouter leur propagande. Comme si la sécu allait bien et que la loi Touraine aller tout sauver. Alors, je vais leur répondre.

Tout d'abord, ce sont les blogueurs que j'invite à ces soirées. Les personnalités, comme les dernières, Céline Pina, Dominique Strauss-Kahn et Claude Bartolone, viennent à la Comète parce que leurs équipes les ont persuadées que c'était utile et m'ont sollicité. Non mais sans blague. Tiens ! Je vais lancer une invitation publique, pour la première fois : c'est avec plaisir que nous recevons tout le monde (sauf le Front National car nous sommes sectaires), mais après DSK et Barto, côté politique, le tout venant risque de ne pas attirer les foules. Il nous faut des têtes de liste, des chefs de partis...

Ronald nous rappelait récemment qu'avec l'ami Rosselin, nous avions reçu une affreuse libérale. C'est en me fritant avec une d'entre elles, qui tenait un blog « privatiser la sécu » que ma réputation de grossier personnage avait démarré. Il faut dire que mon billet avait pour titre « Connasse blogosphérique » ce qui n'était guère aimable.

C'était ma première raison : je reçois tout le monde et j'aime bien m'engueuler avec les libéraux qui n'ont rien entre les oreilles.

La deuxième est que je me fous de la propagande : je suis assez grand pour faire la part des choses entre les arguments et, au fond, je m'en fous réellement, n'ayant pas vraiment de pouvoir pour faire bouger le pays. Ce qui m'intéresse est d'écouter et comprendre et d'en tirer des billets de blog, si possible rigolos quand je suis en forme, contrairement à certains blogueurs de ma connaissance qui s'imaginent avoir un pouvoir quelconque. Je suis capable d'écouter, je n'ai pas un avis prémaché sur à peu près tout et une capacité d'indignation extraordinaire.

La troisième est que le confusionnisme m'exaspère. Notre sécurité sociale consistant à prendre du pognon sur le travail (cotisations salariales et patronales) et sur les revenus et à les refiler dans les poches de machins privés, comme des médecins, des pharmacies et des laboratoires, elle n'a absolument rien de gauche. Dans la mesure où les prélèvements sont obligatoires, elle n'a absolument rien de libérale. Disons qu'elle est étatique et capitalistique, sans être gérée par l'Etat mais par des partenaires dits sociaux. Notons que je n'ai rien contre.

En d'autres termes, si un toubib libéral peut ne pas être content d'être obligé d'accepter le tiers payant, je peux ne pas être content de filer du pognon à un privé par l'intermédiaire de mes impôts et cotisations... Pas de confusionnisme, donc.

La quatrième est que je n'ai qu'une confiance minimum dans les professionnels de santé pour des raisons personnelles. Je me rappelle une fois où j'avais une plaie sur l'avant bras qui ne guérissait pas. Vaguement inquiet, je vais à la pharmacie demander des conseils. La pharmacienne refuse de me conseiller et m'envoie voir le généraliste qui me prescrit un antiseptique et de l'éosine après m'avoir indiqué que c'était du psoriasis et vu qu'en j'en avais aux coudes et au cuir chevelu et qu'on le soignerait quand ma plaie serait guérie. Et me voilà de retour à la pharmacie pour acheter des trucs que j'aurais pu prendre dans n'importe quel centre commercial (j'ai eu la même plaie récemment, je n'ai rien fait, au bout de quatre semaines elle avait disparu). Quant au psoriasis dans les cheveux, il a disparu après deux ou trois shampoing avec un truc antipelliculaire suite aux conseils d'un copain.

Je vais raconter une autre anecdote, tiens ! Un jour, j'avais le palpitant qui partait en couilles. Le docteur m'avait faire des prises de sang et différents examens. En marge, je lui avais dit que j'avais parfois très mal aux articulations des doigts. Elle s'était foutue de ma gueule : c'était de la goutte. A mon âge. Je me rappelle ses propos : vous allez voir, cela fait très mal mais n'est pas dangereux. Un peu après, je raconte ça au médecin du travail qui me dit : vous, vous mangez beaucoup de tomates. Je réponds : non, j'ai horreur de cela. Il me dit : des champignons, alors ! Gagné ! J'en mangeais presque tous les jours.

Du coup, j'ai plus confiance dans la médecine du travail que la traditionnelle.

La cinquième est que le système va mal. Vous avez déjà tenté d'avoir un rendez vous chez un généraliste en Centre Bretagne sans vous y prendre quatre semaines à l'avance ? Vous avez déjà été pris dans la demi heure aux urgences ?

La sixième est que cela va aller de pire en pire. L'ami Gilles, le véritable organisateur de la rencontre, en parle dans son blog. La vérité est que les complémentaires vont prendre le dessus parce que l'offre médicale étant insuffisante et compliquée, il vous faudra téléphoner à votre complémentaire pour savoir quoi faire. Regardez bien autour de vous, tous les cas un peu particuliers auxquels vous avez eu à faire. Vous n'auriez pas aimé de l'assistance, un service qui vous conseille, qui vous dise quoi faire ?

Et seuls ceux capables de payer une véritable complémentaire privée pourront en profiter et la médecine sera de plus en plus inégalitaire car progressivement, les « déremboursements » vont augmenter, les maladies prises en compte à 100% diminuer, le tout au nom d'une logique comptable.

Le médecin libéral défendra nécessairement sa corporation, a priori pour gagner plus d'argent mais il n'est pas le principal fautif dans cette histoire, le fautif est une organisation de la sécurité sociale depuis des années, avec un tas de rustines dans tous les sens, imposées par l'Etat ou les organismes sociaux. Au moment du déploiement de la carte vitale, j'avais observé l'avancement des travaux (c'est très proche de mon domaine professionnel) et je regarde les évolutions...

Quand un type est malade, il faut le soigner. Pourquoi mettre une photo sur une carte vitale qui ne sert pas à grand chose si ce n'est à identifier un patient ? Est-ce que, finalement, tout cela ne coûterait pas excessivement cher pour une utilité médiocre ? Est-ce que le tiers payant généralisé incitera les plus démunis à se faire soigner sachant qu'ils devront quand même payer la partie non remboursée ?

Depuis quinze ou vingt ans, je suis opposé à tous les replâtrages de la sécu mais je veux bien écouter tout ceux qui ont quelque chose à dire...


06 novembre 2015

La médecine libérale et la loi Touraine

Un Kremlin Des Blogs loin de nos personnalités politiques et de la campagne des régionales ! Nous recevrons le docteur Marc Sylvestre, ancien vice président du Syndicat des Médecins Libéraux !

C'est un fervent opposant à la loi Touraine. Nous aurons des blogueurs libéraux de gauche, des blogueurs de gauche pas libéraux et des purs libéraux pour débattre avec ce lascar ! 

Je ne sais pas si cela va saigner mais écouter tout le monde m'intéresse. Vaste sujet : pourquoi la santé n'a pas la santé. 

J'espère qu'il n'est pas hépatologue. 

Le 13 à 19h30, à la Comète. Je laisse l'ami Gilles en dire plus en commentaires. 

Merci Claude Bartolone


Cela fut un des meilleurs KDB et je compte sur les copains pour en faire des beaux billets de blog (pour que je puisse les pomper pour faire le mien). Politeeks pourrait éviter de mettre les doigts dans le nez d'Aymeric. 

Je retiens de cette soirée que Barto picole moins qu'Huchon et qu'il connaît très bien les dossiers. Ca a dû lui faire drôle d'être confronté à des blogueurs qui cherchent le fond et pas à des journalistes qui cherchent le buzz. Je dois avouer que cela m'amuserait beaucoup de recevoir Valérie Pécresse qui a pris le RER une fois à cause des taxis de mauvaise humeur. 

J'aime bien me moquer de mémère mais je ne parle pas des taxis au hasard. Pourquoi le Syndicat des Transports en Île de France n'auraient pas en charge la"régulation" des taxis ? Pécresse s'en fout et Barto pose la question. 

Je ne cite qu'un exemple. Par contre, il n'a rien dit sur les toilettes dans le métro pour les imbéciles qui boivent trop de bière avant de rentrer. Je compte sur Pécresse pour gérer ces détails. 

Claude, merci d'être venu. 

03 novembre 2015

Page de publicité (bis)

Me moquant hier du charabia de l'ami Gauche de Combat, il est juste que je cite Pierre Parrillo, aujourd'hui, vu qu'il a réussi à écrire ceci : "Même une campagne de propagande, dont ne nous voilons pas la face que le but était de servir les intérêts du Président par accident qui se charge d’occuper l’espace médiatique en espérant qu’il pointe un jour une amélioration de la conjoncture, ils ne sont pas fichus de l’organiser correctement…"

Je vais néanmoins répondre très sérieusement à son billet sur la visite de Pépère chez Lucette, la reine des sucettes.

Premier point : cela n'a pas coûté une fortune aux contribuables, seulement un pot de café. Mettons 1000 euros avec le salaire des employés municipaux qui ont apporté les chaises. Allez ! 2000 avec la femme de ménage.

Deuxième point : François Hollande ne va pas faire une visite chez l'habitant sans que cela se sache. D'ailleurs son conseiller en communication a diffusé la photo sur son compte Twitter.

Troisième point : il ne va pas aller visiter quelqu'un sans un minimum de préparation et sans espérer un peu de buzz. Il faudrait être un lapin de six semaines pour y croire.

Merci d'y contribuer, Pierrot, mais pourrais-tu le faire en français ?

02 novembre 2015

Page de publicité

Le type qui critiquait mon français, hier, a fait son dernier billet en commençant par : "Alors qu’il s’agirait bien davantage, pour renforcer la démocratie dans notre pays, et le respect des droits des salariés, quels qu’ils soient,  particulièrement mis à mal actuellement,  de rénover en profondeur le syndicalisme, et notamment son financement, en lui  donnant davantage de représentativité, et donc davantage de raisons et de facilités aux salariés de se syndiquer, l’extrême droite française dont on sait à présent qu’elle va des identitaires au parti abusivement auto-proclamé Les Républicains depuis Sarkozy et les insultes si peu républicaines de Guaino,  ne trouve rien de mieux à faire qu’à déposer un amendement pour demander l’interdiction des syndicats"

Belle phrase, non ? On va lui expliquer : parler français n'est pas que mettre des mots bien écrits bout à bout.

01 novembre 2015

Deuil en Sarkozie

Je ne pouvais pas faire un billet pour traiter Gauche de Combat d'abruti sans m'en prendre à Pierre Parrillo au nom de l'égalitarisme forcené. Cette andouille sarkolatre fait un billet pour se plaindre qu'une compagnie aérienne française l'a obligé à manger halal car il n'y avait plus de sandwich au jambon. Il hurle parce qu'il n'a pas été prévenu et qu'il a vu cela en lisant l'étiquette. Il prend bien soin ne nous expliquer qu'il n'est pas raciste et qu'il veut bien manger halal si on me prévient à l'avance. 

Toujours est-il qu'il fait ce billet le jour d'une catastrophe aérienne dans le Sinaï. Il faut être bête. 

http://pierre.parrillo.over-blog.fr/2015/10/la-compagnie-francaise-transavia-vend-des-sandwichs-halal-a-ses-clients-sans-les-en-informer.html

Je vais lui expliquer : je m'en dots de bouffer du halal sans être prévenu dans la mesure où n'étant pas croyant je ne reconnais aucun sens à un rite religieux. Ils sont bêtes ces militants de droite. Autant que ceux de gauche pour vous dire. Si Sarkozy compte sur eux pour la victoire. Qu'ils continuent, pourtant ! Ils vont nous foutre la même ambiance pourrie qu'en 2012 et Francois Hollande sera élu face à Marine Le Pen. 

Toujours que l'information politique du jour est que la popularité de Nicolas Darkozy est passée derrière celle de François Hollande. 

La droite la plus bête du monde. 

À consommer halal et avec modération

Je parle de la bêtise sans fin de Gauche de Combat, toute tournée vers la Mecque, visiblement. Il est tombé dans le piège que je ne lui tendais même pas, c'est vous dire ce qu'il y a entre ses oreilles. 

Dans un billet avec plein de mots bien écrits même si on ne sait pas s'il sait ce qu'ils veulent dire et qui font qu'il mériterait un zéro pointé à chaque dissertation. La règle de l'abruti est d'étaler une culture ce qui fait aisément comprendre qu'il est encore plus con que ses pieds sont plats. Toujours est il qu'il commence par accorder un 0 à mon billet pour son orthographe ce qui est désolant car ce billet méritait un 20 dans la catégorie des billets écrits en fin d'après avec un iPhone. 

Ensuite, il croit parler d'économie et de politique m'assimilant à un militant d'extrême droite ce qui est toujours très drôle. Dans son billet, vous pouvez le lire, il défend la liberté d'implantation des commerces alors qu'avec Koltchak, un pur royaliste, on défend le contrôle par les municipalités pour éviter que 18 coiffeurs s'installent dans une commune de 10000 habitants. 

Je pose la question : dans cet échange au sommet qui est libéral qui est démocrate ? Qui se livre à la plus totale confusion, ne comprenant rien à rien, foutant la pagaille dans l'esprit des électeurs ?

Alors je vais lui expliquer les deux messages de mon billet. 

Petit 1 : on ne peut pas l'ultra libéralisme décider de l'aménagement de nos centres villes. On ne peut pas laisser un 19 coiffeurs s'installer sous prétexte que la coiffure marche bien parce qu'ils vont finir par tous couler et on ne trouvera plus de kebab pour s'éponger les soirs de cuite. 

Petit 2 : Robert Ménard fait un buzz et comme à chaque fois des connards de la gauche de la gauche tombent dedans en jouant aux vierges effarouchées et oubliant tout bon sens. 

Dans son billet, ce connard parle de grand remplacement en m'accusant de lutter contre ce qui est une funeste ânerie. Il ne se rend même pas compte qu'en parlant de cette théorie, il ne fait qu'inciter les électeurs à se battre contre.

Mais il n'est pas de gauche : il défend la liberté d'implantation des commerces sans le moindre contrôle par les élus. Le tout pour défendre une religion qu'il croit attaquée. Ce type est d'extrême droite St nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire en faisant un billet pour me dénoncer. Un fasciste de la pire espèce. 

Je vais rajouter un petit 3. Dans la blogosphère, il y a des blogs chiants qu'on ne lit que pour savoir ce que les abrutis ont à dire et les autres. 

Amen. 

Billet certifié écrit en début d'apéro avec un iPhone et sans la moindre relecture.