19 mars 2017

L'insécurité au quotidien

Figurez-vous que je suis allé à Auchan, hier, pour acheter un câble d'iPhone (il en faut un par mois, ça me coûte plus cher en câbles qu'en iphone) et des chaussettes (je préfère en acheter des neuves que me faire chier à refaire des paires mais une fois par an seulement, sauf ce mois-ci mais les dernières étaient nulles à chier. Poubelle). En sortant, je me suis dit : "tiens ! Et si j'appelais ma mère ?" plutôt que d'attendre le traditionnel appel dominical du dimanche. Je le fais. 

J'arrive au niveau de la sortie du parking et je passe sans faire gaffe car j'avais l'appareil à l'oreille mais le "bonhomme" était bien au rouge (un peu comme Tonnégrande). Un type s'arrête en pilant (ou vice versa). Il ouvre la fenêtre de sa voiture (un gros 4x4) et m'engueule. À mon avis, il était originaire du nord de l'Afrique. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il était Arabe, je ne veux pas stigmatiser ces pauvres gens que l'on a colonisés. Ses propos étaient peu aimables. 

Je lui ai donc dit : ta gueule connard. C'était la seule réponse appropriée. Il a continué à m'engueuler et moi à l'insulter pendant que je continuais à discuter avec ma mère (mais mettais le doigt devant le micro quand je gueulais)(Ca fait près de trente cinq ans que j'arrive à simuler dès colères tout en faisant des trucs importants. Ca a commencé quand j'étais directeur adjoint de centres de vacances, j'engueulais les gamins qui commençaient à pleurer en voyant mon regard tour en faisant la comptabilité ou des trucs comme ça, et je continue à faire pareil au boulot. La dernière fois, j'engueulais un fournisseur au téléphone tout en jouant à la belote sur mon iPhone, ce qui est quand même très important). 

Je m'attendais à ce que con sorte de sa voiture pour me casser la gueule (j'attendais réellement, j'ai un côté vicieux). Nous nous insultions de plus en plus fort mais il me semble que ces conducteurs de 4x4 d'origine, disons-le, je connais mon quartier, algérienne, mais je vais passer pour un raciste, aient quelques réticences à sortir de leurs grosses voitures pour se battre avec un type de 110 kg. 

Nous pouvons donc en conclure que l'immigration ne provoque aucun problème de sécurité. D'ailleurs, depuis 29 ans et six mois que j'habite Paris, je n'est été agressé que deux fois. Lapremier par un escalier, la deuxième, récemment, par une plaque de verglas. 

18 mars 2017

Le 23 avril, j'ai piscine (et anniversaire) mais pas bureau de vote


J'avais une vague hésitation mais cette annonce est de trop. En plus elle est RT par un compte "La droite avec Macron". 

Au second tour, je voterai pour le candidat le moins à l'extrême droite sauf si c'est Fillon, Le Pen, Dupont machin ou Assel truc. 

A la limite, j'aurais pu voter pour eux  si l'élection avait lieu demain pour faire plaisir à Didier Goux dont au sujet du quel il prend un an le 19 mars. 

Mais le jour de mon anniversaire, je vote pour qui je veux. Si je veux. 

Cette élection est délirante. À droite, nous avons deux escrocs manifestes. À gauche, deux types qui n'ont aucun sens politique. Au centre, un lascar qui raconte n'importe quoi. 

Tiens le sens politique. Je me demande si les supporters d'Hamon et Mélenchon ne sont pas pires que leurs idoles. Tiens ! Avec l'élection en Hollande et la déroute d'Hollande (pardon), ils sont persuadés que c'est la sociale démocratie qui dégoûte les électeurs. Ils ne peuvent pas imaginer que c'est la gauche en général  qu'ils ne veulent plus voir. Quand tu le leurs dit, ils sortent des chiffres. Ils te disent que la vraie gauche fait plus de point que la fausse gauche mais oublient que la vraie gauche pourrit les mandats et est incapable de gagner toute seule. Et ils balancent des types de droite au pouvoir. 

Alors, je ne joue plus. Parce que ce n'est pas un jeu. 

14 mars 2017

Recomposition en vue

Ce ne sont pas les errements de Manuel Valls qui me feront basculer « chez Macron ». Il n’empêche que son refus de soutenir Benoît Hamon, bien compréhensible malgré son engagement lors de la primaire signifie la fin du PS. Comme de l’autre côté, nous avons aussi la disparition du grand parti de gouvernement de droite, cela est assez rigolo, finalement.

Cette disparition est à relativiser. Tout d’abord, on verra le 23 avril au soir, qui n’est pas que le jour de mon anniversaire. Ensuite, il reste à « LR » un socle d’environ 20% d’électeurs, socle que n’a même plus le PS… Qui sont ces 20% ? Il est quand même incroyable que des gens continuent à donner leur confiance à François Fillon. Comme disait l’ami Romain Blachier, dans ces Facebook, Fillon serait pris dans un réseau de pédophiles, il garderait ces 20%... Ce sont des gens qui sont à droite, sans être à l’extrême droite, parce qu’ils savent bien que les gens de gauche mangent les enfants et n’ont aucune valeur, alors que, à droite, il reste des valeurs. Quelles sont-elles ? C’est la question que je me posais au saut du lit, ce matin.

C’est important, les valeurs. Moi-même qui n’ai envie de voter pour aucun candidat officiellement de gauche, je finis par me demander quelles sont les valeurs de gauche. Je suis allé voir sur Wikipedia. Cette encyclopédie me dit que le libéralisme est une valeur de gauche dans certains pays, notamment aux USA. Tant mieux ! Moi-même, je suis libéral. Par exemple, je suis contre l’Etat quand il impose des horaires de fermeture des bistros quand il n’y a pas de tapage public, de trouble à l’ordre du même métal. C’est bien un truc de droite, ça ! Imposer une heure de fermeture à un commerce. Je suis de gauche et libéral. C’est prouvé.

C’est compliqué la droite et la gauche avec (ou sans) Wikipedia. A droite, nous avons comme valeur : liberté, justice, nation et tolérance. J’ignorais que la tolérance était de droite. Ca me parait totalement le contraire en France. Remarque, si on observe les militants politiques de gauche dans les réseaux sociaux, on peut difficilement de dire que la tolérance est de gauche. Pour moi, la justice est une valeur de gauche. Cela étant, vu le temps que passe la droite dans des affaires juridique, on ne peut qu’en déduire qu’ils aiment les juges. La liberté me semble être une valeur de gauche, aussi. Je vais laisser la nation à la droite. Ils ont d’autres valeurs, toujours selon notre encyclopédie en ligne : mérite, ordre, sécurité, tradition et conservatisme. Je le leur les laisse mais il faudrait interroger les électeurs de droite pour savoir ce qu’ils en pensent. A gauche, on a : « égalité, solidarité, progrès, insoumission ». Très bien. A mon avis, l’insoumission a été ajoutée récemment par un facétieux supporter de Jean-Luc Mélenchon.

Figurez-vous que j’étais au bistro, dimanche midi, ce qui n’est pas une information en soi mais j’étais avec des gens de droite. Un type qui se prétend Gaulliste mais je ne sais pas s’il sait pour quoi. Un autre qui et dans la grande descendance du RPR. Une dernière qui votera Marine Le Pen mais qui défend François Fillon dans cette période de tourmente. C’était le jour où a éclaté l’affaire des costumes. Aucun de nous n’avais lu le JDD mais on avait tous eu vent de l’information. Ces trois individus défendaient à fond le vainqueur de la primaire de droite. C’était très drôle. Les autres copains, pas de gauche mais moins à droite, étaient pliés de rire. Le deuxième s’est même mis en colère qu’on ose dire que son candidat pouvait être malhonnête. C’était faux criait-il ! On n’arrivera jamais rien à prouver. Tant pis, lui ai-je répondu, avec toutes les casseroles, il y a bien une part de vérité.
Etrangement, on trouve moins de militants de gauche au comptoir. Du moins, ceux qui viennent boire l’apéro font un peu profil bas. Mais dans les réseaux sociaux, ils deviennent abjects. Je ne vais pas citer trop d’exemple mais un seul. Un militant socialiste de vieille date qui s’était déjà « éloigné » d’Hollande l’a traité de « pauvre type », hier. Je vais lui rappeler qu’on est un certain nombre à avoir soutenu pépère pendant cette période et qu’il ferait mieux de nous donner des raisons à continuer à défendre le PS, outre que certains ont un peu trop le monopole de la connaissance de ce qu’est la vraie gauche et que « ça commence à bien faire ». Revenons à 2012. François Hollande a eu environ 27% au premier tour. Il reste environ 12% des électeurs qui envisagent de voter pour Hamon. On suppose que les « 15% » restants font partie des 15 ou 20% des Français qui sont contents de Hollande, dans les sondages de popularité, et qu’ils sont partis ailleurs. Tout cela est de l’arithmétique.

Mais Benoît Hamon, de sa faute ou pas, a perdu ces « 15% ». S’il a gagné la primaire ce n’est pas lié à son positionnement politique mais c’est aussi purement arithmétique. Les votants souhaitaient éliminer Valls et Montebourg. La primaire n’était pas un congrès… Le Parti Socialiste n’est plus le grand parti qu’il a été parce que son candidat n’a pas su faire l’ouverture à tous ses sympathisants alors qu’une majorité, une large majorité, était dans l’aile droite de ce mouvement.

Il y aura une refondation à gauche si Emmanuel Macron gagne, autour des élus de gauche qui le soutiendront, ceux dont on dit souvent qu’ils font partie de la gauche de gouvernement. Je ne vais pas développer : je n’ai aucune idée précise de ce qui se passera. A droite d’ailleurs non plus. Je ne vois pas une refondation de LR s’ils ne redeviennent pas réellement à droite, c’est-à-dire sur une idéologie réelle mais supportable que nous pourrons combattre joyeusement.

Cette idéologie réelle mais supportable n’est pas tout ce qu’a pu défendre la droite depuis 2010 avec ce rapport à l’islam par la stigmatisation et tout. Je ne vais pas leur donner de piste, qu’ils se débrouillent. Mais la droite n’est bien fait que ça depuis bientôt 10 ans. Elle a de la chance : les élections locales sont gagnées par les partis dans l’opposition au niveau national. Mais, pour la première fois depuis 1978, elle risque bien de perdre une deuxième série d’élections nationales consécutives. Ce parti, dit de droite de gouvernement, va probablement passer 10 années consécutives dans l’opposition. Nous, à gauche, on est habitués…

Bon courage,

Bonne recomposition à tous.

Pendant ce temps, je vais continuer à raconter des conneries dans mes blogs.

On apprend aujourd’hui la mise en examen de François Fillon (qui n’est pas une surprise mais on aurait dû l’apprendre demain). C’est le même jour où on a confirmation que Manuel Valls ne devrait pas soutenir Benoît Hamon. Les gars, vous n’apprenez rien des faits ? Macron va être élu avec une ligne politique proche de celle d’Hollande mais encore plus centriste. Donc à droite, je vous l’accorde…

10 mars 2017

Une campagne au dessous de tout

Entre l'infographie de LR sur l'équipe de Macron (avec le nez crochu et la faucille rouge), celle de l'équipe d'Hamon pour comparer ses soutiens avec ceux de Macron et les propos de Peillon sur les chambres à gaz (sans compter tout ce que j'ai pu louper aujourd'hui), on a l'impression qu'ils sont tous en train de devenir fous.

C'est une sensation déjà connue. Au fur et à mesure que l'on imagine le résultat final, les "perdants" font n'importe quoi dans une espèce d'ultime sursaut mais, cette année, je crois qu'on dépasse les bornes. Les militants LR ont l'impression qu'on leur vole l'élection tant ils étaient sûrs de gagner (et tant ils pensent qu'ils sont les seuls à avoir la légitimité pour gouverner) et ils s'aperçoivent qu'ils vont, pour la première fois depuis toujours, passer deux législatures consécutives dans la minorité...

A gauche (enfin, la vraie, hein !), ce match pour la quatrième place entre Mélenchon et Hamon (et, du moins, leurs supporters) atteint un sommet du ridicule.

Je vais boire pour oublier. Le changement, c'est maintenant.

09 mars 2017

La dame est tombée

Tonnégrande était aux premières loges, fumant une cigarette en terrasse. J'étais au comptoir et j'ai loupé le début. Il m'a raconté. La dame avec sa canne anglaise s'est arrêtée sur le trottoir en face de l'entrée de la Comète. Elle est restée quelques minutes puis s'est laissé tomber. Elle semblait vouloir dormir là. Le remue-ménage m'a sorti de ma léthargie et du bistro. 

On s'est approché d'elle. Au début, je pensais que ce n'était qu'une pochetronne ordinaire en bout de course.  Je me disais qu'on allait l'aider à bouger de quelques mètres pour la mettre sur un banc ou sur les escaliers de Leclerc, comme nous aurions pu faire avec une clochardes. 

Notons bien qu'il n'y a aucun cynisme dans mes propos, aucun mépris. Les gens se saoulent la gueulent s'ils veulent. On les range dans un coin pour qu'ils évitent leur pire nuit. Ça fait des années que je traîne dans le quartier. Je fais ce que je peux. Je paye des verres aux gugusses qui veulent se réchauffer dans le bistro. J'appelle le 115 quand il fait froid. Alors la dame, je l'aurais bien mise sur un transpalette pour la poser dans un endroit plus "cool". 

On s'est approchés quand même pour voir. La dame n'était pas une SDF ni même probablement une vraie pochetronne. Elle avait simplement trop bu et était "en détresse". On lui a demandé si elle voulait qu'on appelle pompiers. Elle a dit oui. 

Tonnégrande l'a fait et je suis resté auprès d'elle. Évidemment, j'ai donné le mauvais numéro à cette andouille. Il a appelé le 115 au lieu du 18. Il a donc traîne de standard en standard. 

Je suis resté près de la dame. Je ne suis pas un bavard et n'avait aucun mot pour la réconforter mais j'arrivais à convaincre les passants qu'on s'en occupait. Les gens sont cons. Il y a même un client du bistro qui voulait la ramener chez elle, mais je n'avais pas confiance. Il ne savait pas où elle habitait et je me méfie toujours des cons qui veulent faire le bien. Je lui ai demandé d'arrêter d'autant que la dame voulait réellement être prise en charge par les pompiers selon ce que je comprenais de ses propos dans son espèce de comas. Le type m'a envoyé chier en me disant : moi, je sais ce que je fais, j'ai été bénévole chez Emaus. 

Les cons sont toujours des cons. Il a fini par partir, encouragé par un autre client. 

Pendant ce temps, Tonnégrande montrait une certaine exaspération après sa succession d'appels, de standards,... je croyais qu'il avait abandonné mais je me trompais. Du coup, j'ai appelé les pompiers. J'ai expliqué mon cas à un gugusse qui m'a orienté vers un autre standard. J'attendais quand un camion de pompiers est arrivé. Tonnégrande avait réussi. J'ai donc raccroché 

On discute deux minutes avec les sapeurs sans aucun reproche. Non, on ne connaît pas la dame. Non, on ne sait pas pù elle habite, probablement dans le quartier. Ils nous remercient. On essaie de leur faire comprendre que c'est nous qui les remercions. 

On les laisse bosser. 

Mon téléphone sonne. C'était un pompier qui se demandait pourquoi j'avais raccroché. Je lui explique : un autre type avait déjà appelé probablement et vos collègues sont arrivés entre temps. 

Ces gens sont fantastiques. 

On aura sans doute jamais aucune nouvelle de la dame. Et c'est aussi bien. Outre le fait qu'on s'en fout, c'est sa vie. 

Il n'empêche qu'il y a huit semaines, je suis moi-même tombé devant la Comète. Depuis, je marche avec une canne anglaise, comme la dame (elle ne me sert à rien, elle n'a pas touché le sol aujourd'hui. Elle me rassure). Des tas de gens sont passés et ont proposé de m'aider. 

J'ai refusé. 

Je crois qu'on a rassuré la dame. Je ne sais pas ce qu'on aurait pu faire d'autre. 


Pauvre gauche

J'ai une profonde admiration pour mes amis et autres connaissances qui continuent à défendre Benoit Hamon alors que tout semble plié. Pour différentes raisons, le PS n'est plus le grand parti qu'il a été. 


J'ai moi-même soutenu Ségolène Royal en 2007 (pas avec enthousiasme, je le reconnais) puis François Hollande en 2012. À cette époque, on était à peu près sûrs que notre candidat serait au second tour (en 2002 aussi, remarque !). En 2012, on était même certains qu'il gagnerait. 


Moi, avec Hamon, j'avais déjà à moitié jeté l'éponge. Depuis qu'il est revenu sur son revenu (heu...) universel, j'ai abandonné. Le plus drôle est qu'il a été conseillé par Piketty, le gars qui dit à tout le monde ce qu'il doit faire parce que c'est un expert reconnu mais qui n'a jamais eu à se faire élire. C'est quand même rigolo de les voir pleurnicher quand ils constatent que l'aile droite du PS se range derrière Macron alors qu'eux, ils ont été fidèles à Hollande. Ce n'est pas faux mais le nombre de types qui ont tapé sur Pépère dans l'aile gauche du parti en question est impressionnant. 


Néanmoins, je n'ai rien à cirer d'Emmanuel Macron. Il n'arrive pas à me convaincre (et je suppose qu'il s'en fout). Je suis orphelin. 


Je crois que c'est l'ami Gilles qui disait ce matin que ce n'était pas la peine de voir les sondages pour constater que Macron est favori. Il suffit de voir le nombre d'attaques qu'il subit. 


On en est là. Pour les types officiellement de gauche, ce n'est pas la droite et l'extrême droite qu'il faut abattre mais Macron. Ils sont tellement cons, et je pèse mais mots, qu'ils ne se rendent pas compte qu'en tapant sur Macron, ils ne font que favoriser Fillon. 


Ils font bien ce qu'ils veulent, en fait. Mais ça sera sans moi. En deux ou trois jours, je me suis fâché avec deux bons potes parce qu'ils ont dépassé les bornes. Sans se rendre compte. Je vire de mes listes d'amis, j'unfollowe,... je ne supporte plus ce niveau d'intolérance. De rancoeur... Le plus grave est qu'ils ne se rendent pas compte que leur PS est fini. Par leur faute en plus. 


Car ils oublient le fond. Tenez ! Je lisais des propos sur la fusion des régimes de retraite annoncée par Hamon. Mais qu'est-ce qu'on en a à foutre ? L'ami Jeff diffusait un truc expliquant que ça ne changerait pas grand chose (je lui reconnais une parfaite objectivité) pour les fonctionnaires mais les gens gueulent. Hamon a été le seul à pointer les évolutions du monde du travail (avec son revenu universel) mais ses supporters ne voient pas qu'elles s'accompagnent nécessairement de celles des retraites. En plus, la sodomie des mouches n'apporte rien (à part un mal au cul de ses honorables bestioles). Un fonctionnaire a un contrat définissant les conditions de sa retraite. Balayer cela d'un coup de stylo sera jugé non conforme à la Constitution. 


Ce combat, cette haine,... contre Macron se fera sans moi. 


Récemment, je voyais des abrutis qui gueulaient parce qu'il faisait monter sa femme sur scène lors des meetings. C'est odieux. 


Surtout que ce n'est pas sa femme mais sa mère. 

08 mars 2017

La journée de quoi ?

Nous attendions tous le 8 mars avec une impatience qui nous honore. Nous voulions voir tous ces militants féministes. Pardon ! Tout-e-s ces militant-e-s féministes qui vont déclarer que nous ne sommes pas la journée de la femme mais la journée internationale des droits des femmes.

Certes, c’est l’appellation voulue par notre Ministère des droits des femmes mais il s’agit d’une journée internationale, mise en place par l’ONU, et il s’agit bien de la journée internationale des femmes.

J’ai honte de faire du militantisme à l’envers mais je ne suis pas sûr qu’inventer des conneries fasse avancer la cause. Ce qui est dommage.


Vous pouvez troller.

04 mars 2017

La proximité avec les candidats

Plusieurs sites comme celui-ci proposent des séries de question politiques pour évaluer la proximité avec les candidats. Ici, par exemple, je suis beaucoup plus proche d'Emmanuel Macron que des autres. Je ne sais pas comment est calculée la note de la colonne de droite. J'avais répondu à ce même test, hier, avec mon iPhone dans le train, Macron était déjà en tête avec 43 mais Hamon était beaucoup plus proche.

Dans un autre, c'est Hamon qui arrivait en tête. Je suppose que ça dépend aussi de l'humeur du "sondé" et de la priorité apportée à chaque thème.

Aujourd'hui, Macron gagne dans "mon esprit" parce que je me fous du nucléaire et que le questionnaire est orientée vers la taxation du capital (pour moi, elle n'est pas prioritaire contrairement à celle des revenus). Hamon aurait pu passer devant avec des trucs comme la légalisation du cannabis et le revenu universel. Mais je suis farouche pro-européen ce qui explique peut-être des choses. 

Tant pis. De toute manière, plus ça avance, plus il est probable qu'aucun candidat n'aura mon suffrage au premier tour.

Quel que soit le test que je fasse, la suite de la hiérarchie est la même. Mélenchon, d'abord. Hier, il était un peu au dessus (9 je crois), suivis de Fillon et Le Pen, bonne dernière.

Toujours est-il que cela m'amuse beaucoup de voir le résultat des militants politiques (ceux que je suis sont surtout proche de Mélenchon et d'Hamon ; je ne me souviens plus avoir vu le résultat d'un fan de Macron). Généralement, Le Pen arrive troisième, Macron quatrième et Fillon bon dernier.

Les gars, vous devriez vous poser des questions.

Moi, je reste de centre gauche sans bouger les oreilles.

03 mars 2017

Conneries de campagne

Ce qu'il y a de bien avec cette campagne, c'est qu'on peut raconter n'importe quoi dans les blogs (et ailleurs) tous les jours. Le lendemain, c'est devenu une connerie. Cette semaine, j'ai dit mardi que Macron allait gagner. Le lendemain, qu'il fallait se méfier de Fillon. Et hier que Montebourg était une grosse andouille. Ah non ! Ca, c'était pas une connerie. 

Que dire aujourd'hui ?

Certains pensent que Fillon va laisser sa place à Juppé. C'est une connerie. Il a les parrainages et le pognon. Il n'a aucune raison de se barrer. 

Certains pensent que Juppé va se présenter en plus de Fillon. C'est une connerie. Il n'a aucune chance d'arriver au second tour. À son âge et après sa carrière, il ne terminera en étant celui qui a fait perdre la droite. 

Certains pensent que Fillon sera le seul candidat de la droite. C'est une connerie. Il y a Macron (smileys). Ou un candidat de l'UDI. Ils ne vont pas s'abaisser à soutenir Macron et à donner raison à Bayrou. 

Certains pensent que Fillon laissera sa place à Baroin. C'est une connerie. Ou pas. 

Tiens ! Je vais retenir cette dernière connerie ce soir. Il me semble que Baroin est apprécié d'une grande partie de la droite. 

À demain pour une nouvelle connerie. 

02 mars 2017

Quand Montebourg reprend l'argumentation du FN


Sans commentaire. On dirait des propos de Jean-Marie Le Pen, de la part d'un type qui visait l'investiture du PS. 

Ce billet ayant peu d'intérêt, je vous propose une photo de ma nouvelle coupe de cheveux. 


01 mars 2017

Sondages présidentiels

J'ai trop de types dans mes abonnements qui sont persuadés que Fillon va perdre. Moi même, dans mon billet d'hier, j'étais un peu léger (il était ambigu : je voulais dire qu'il est impossible qu'Hamon passe devant Macron même si je le souhaite). J'étais un tantinet optimiste. Fillon soude son électorat. Il fige les 20%. Si les centristes présentent un candidat, par exemple, Fillon est sûr d'être au second tour. Ou si les types de gauche ou du centre macroniste se déchirent, c'est bon pour lui. La différence de voix est faible. 


En 2002, Chirac a figé ses 20% (et même un peu moins). Les sondages s'il y a 17 ans le donnaient perdant. Les copains (ou pas) de gauche qui relaient ce sondage semblent le faire pour démontrer qu'Hamon garde des chances me paraissent franchement optimistes.