En salle

12 août 2020

La seconde vague

Ma numérotation des jours depuis le début du confinement qui marque, à mon sens, le début « symbolique » de la crise sanitaire, est de plus en plus aléatoire. Nous sommes bien au jour 149, soit vingt et une semaines et deux jours et non pas au 148 comme pourrait le laisser entendre mon billet du 6 août numéroté cent-quarante-deux. Je demande solennellement au gouvernement de faire commencer la prochaine crise un lundi premier à 0h00.

 

Reprenons-nous ! D’ailleurs, quand je me trompe, il semble que ça excite les trolls et les commentateurs qui s’en amusent.

 

Ainsi, en ce cent-quarante-neuvième jour depuis le machin, je rentre d’un long week-end caniculaire en région parisienne et je ne sais pas si c’est la meilleure idée de vacances de ma carrière même s’il faisait réellement très chaud à Loudéac. Et je constate que nous sommes au tout début de la deuxième vague ce que je disais déjà il y a trois semaines : nous avons donc un début de vague qui n’en finit ce qui devrait au moins satisfaire les surfeurs. Je n’affirme rien. Je reprends les propos d’un éminent scientifique sans ignorer que vous pouvez tomber sur les propos de fille adoptive de la concierge d’un spécialiste tout aussi éminent qui prendront le contraire.

 

« Ce sont principalement la tranche d’âge des 18/40 ans qui est surtout concernée par la circulation du virus. Ils développent des formes peu ou asymptomatiques. Ils ne sont pas forcément exposés aux formes graves mais en revanche, ils vont favoriser la propagation du virus vers des tranches d’âges plus élevées qui elles malheureusement sont plus fragiles, plus susceptibles de développer une forme grave. » C’est un peu ce que je me tue à dire sur le blog. « Dans 15 jours, on risque de se retrouver avec une tension dans les services de réanimation et de voir un nouvel afflux de patients graves. C’est pour cela qu’il est temps d’agir. Il y a un décalage de 15 jours entre l’accélération des contaminations par le virus et le début de la tension sur les services de réanimation. »

 

Et c’est reparti, comme en 14 ! J’admire les copains blogueurs optimistes, comme Denis qui peste contre le port du masque en milieu ouvert mais je voudrais l’encourager à ne pas affirmer avec trop de certitudes certaines contre-vérités : « Comment des gens sensés, raisonnés peuvent à ce point nous ânonner des contre-vérités sur l’efficacité d’un masque qui ne sert strictement à rien en milieu ouvert ? » Comment peut-il en être sûr ? Comment nier, par exemple, qu’il y a plus de risque dans un festival de 5000 personnes à l’extérieur que dans un bistro fermé avec cinq pochetrons au comptoir ? Le virus va se dire : « hop, là ! Je suis dehors, je me calme, je ne saute pas sur mon voisin ce qui ne servirait à rien par ce que je serais emporté par le vent ? »

 

Ca fait plus de six mois qu’on raconte des conneries sur les masques, on nous a même dit qu’ils n’étaient pas efficaces, officiellement, les mêmes gens sensés, raisonnés… qui disent le contraire maintenant. Un peu de bon sens pourrait nous faire imaginer que le masque n’est pas la panacée mais qu’il est encore un des moyens les plus efficaces pour éviter de glavioter sur autrui… S’il y a « autrui », dedans ou dehors, mais si on est seuls, il ne sert à rien !

 

En d’autres termes, on pourrait dire qu’il ne sert à rien dans une pièce presque vide et qu’il est indispensable quand il y a de la foule, dehors ! Reste à définir ce qu’est une foule ce que l’on se gardera de traiter avant l’apéro du soir.

 

L’incapacité des Français à faire preuve d’un peu de discernement pousse le gouvernement à faire n’importe quoi ! Je voyais récemment une dépêche qui disait que le masque serait obligatoire dans les voitures dans les zones où il l’est pour les piétons ce qui est évidemment ridicule (il ne le serait peut-être pas si on pouvait avoir la certitude que les automobilistes avaient un masque efficace et respectaient les consignes d’utilisations mais une majorité des gens font comme moi : ils ne jettent les masques jetables que lorsqu’ils sont sales. Pour ma part, je le revendique presque : je porte ce machin pour éviter de glavioter sur autrui comme je le disais ci-dessus, ce qui est un peu la moindre des choses vu le temps que je passe au comptoir des bistros ou le port est impossible, cochon qui s’en dédit).

 

Le gouvernement faisant n’importe quoi parce que les citoyens font n’importe quoi, nous sommes relativement mal barrés. Lors de mon escapade parisienne, j’ai constaté que les gens n’y allaient pas franco sur le port à se demander si les textes ne sont pas du lard ou du cochon (il y a un jeu de mots que je n’ai pas fait : ne fais aux truies ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse : glavioter dessus – qui survivra verrat). J’ai découvert par hasard que la rue qui mène de la Comète à l’Amandine, l’Avenue Eugène Thomas avait le port dû, dans les textes mais pas les autres rues de la commune sauf la place devant le grand hypermarché. Je l’ai appris une fois arrivé à l’Amandine. J’étais donc hors la loi pendant le trajet ce qui me déprimerait si je n’avais pas la couenne solide.

 

Ainsi, le gouvernement devrait nous imposer le masque partout, sans doute aussi pour moi pour la taille des rosiers dans mon jardin qui se trouve au fond d’une impasse sans aucun passant ou presque donc sans la possibilité d’avoir un contact avec le moindre goret errant. Il va le faire à cause d’andouilles qui ne comprennent pas les enjeux voire sont franchement négationnistes (on trouve des publications « démontrant » qu’il n’y avait aucun mort de la Covid) mais comme il a lui-même complètement raté sa communication depuis le départ…

 

J’ai une copine qui est rentrée hier de vacances en Catalogne (malgré les consignes du gouvernement de ne pas y aller) : elle nous racontait combien des les gens étaient disciplinés, là-bas…

5 commentaires:

  1. Sinon pour les voitures, on gère comment les décapotables en zones denses? 😁 masque ou pas masque, that is the question

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est malin, ça va m'empêcher de dormir pendant la sieste...

      Supprimer
  2. La remarque la plus entendue de la part des 18/40 ans : On a été assez punis par le confinement maintenant on s'amuse §

    RépondreSupprimer
  3. Depuis le temps que ce billet traîne en "une", on doit bien en être rendu à la troisième ou quatrième vague, non ?

    À moins que ce soit le temps de la marée basse ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’étends les commentaires d’Arie pour pouvoir continuer à le virer.

      Supprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...