En salle

01 septembre 2020

Ferraillons autour du masque !

En illustration de ce billet, vous avez gagné une photo de l’impasse de Loudéac où se trouve la résidence familiale (la « grosse » maison blanche, à gauche). Tiens ! C’est mon cadeau pour cette cent-soixante-neuvième journée depuis le début de la fin du monde du vent. La photo a une semaine mais j’avais oublié d’en faire une publication ! Le ciel est moins beau aujourd’hui mais aussi moins menaçant.

Je l’avais prise mardi en allant chercher la poubelle vidée, au bout de l’impasse ! Sur le trajet, je m’étais rendu compte que j’étais en infraction car je n’avais pas de masque. La nouvelle était tombée quelques jours avant sur nos téléscripteurs : comme dans plusieurs villes des Côtes d’Armor, le port du masque serait obligatoire partout à Loudéac ce qui n’avait strictement aucun sens vu que Loudéac n’est pas du tout touristique et ressemble à un désert en août.

L’impasse fait cent mètres, il y a cinq maisons de chaque côté, dont trois inoccupées et deux pour lesquels les habitants ne passent jamais par là mais plutôt par une rue parallèle. L’obligation du port du masque est donc une aberration !

 

Je dis ça alors que je suis un fin partisan du port de la chose dans tous les coins où il me semble utile, à savoir dans les lieux publics fermées et, en dehors, quand il y a un peu de monde. Je suis un opposant acharné quand il est grotesque, à savoir pour aller pisser quand on est au bistro (vous avez gagné une deuxième photo avec ma pomme dessus ; elle a de très belles couleurs). Le bistro est bien un cas particulier (je ne parle pas des restaurants où il me parait assez facile d’écarter les tables pour respecter un tantinet la distanciation) parce qu’il est très difficile d’y faire respecter une certaine discipline.

Ca serait pourtant simple : il faut que le personnel porte le masque, se lave


les 
mains et fasse la discipline. Il ne doit pas y avoir plus d’une personne sans masque par mètre au comptoir. Les personnes qui se déplacent ou qui sont au comptoir pour passer une commande ou pour régler doivent avoir un masque. Les tables doivent être espacées et il ne doit pas y avoir trop de personnes par masques ! Les bistros où les consignes ne sont pas respectées à l’intérieur doivent être verbalisés (sinon, les préfectures finiront par fermer tout sans discernement) ce qui nécessite plus de contrôles (pas forcément chers à mettre en œuvre : il n’y a que 40000 bistros en France, on y envoie deux gendarmes en civil dans chaque deux fois par semaine et ils peuvent sentir si l’esprit des textes est respecté et envoyer des collègues vérifier en cas de doute s’il ne semble pas possible de statuer immédiatement. Il reste un problème : les terrasses où s’entassent les fumeurs bêtement pour des durées plus ou moins longues.

 

Tous les textes relatifs au port du masque me paraissent assez débiles. En m’obligeant à mettre un masque pour aller chercher mes poubelles ou promener le chien dans des lieux divers est crétin et absolument contreproductif puisqu’il donne l’impression que le masque ne sert strictement à rien. Après, les braves gens sont incapables de faire la part des choses, un peu comme dans les terrasses des bistros.

Ce qui inspire ce billet, ce matin, est mon Facebook où je vois d’une information non vérifiée dans le temps, à savoir que l’épidémie serait en baisse, deux conclusions opposées sont tirées par des andouilles. La première est que c’est bien la preuve que l’épidémie est terminée et que le port du masque est inutile. La deuxième est que c’est bien la preuve que les consignes de sécurité sont efficaces. Reprenez votre respiration et relisez ce paragraphe.

 

Dans son billet d’hier, mon ami Seb soulignait « Evidemment « anti masques » ou « pro Raoult »  sont moqués et assimilés à des complotistes avec l’aide de toutes les rédactions et des portes flingues de la pensée autorisée sur les réseaux sociaux quand bien même ils ont (parfois) raison. » Il faut faire part de discernement. D’une part, « les anti ou pro » sont souvent des complotistes qui racontent n’importe quoi. C’est facile, il suffit de publier n’importe quoi en disant que c’est le professeur machin qui l’affirme, il est republié rapidement et fait boule de neige. C’est le principe des réseaux sociaux et des gens qui tournent entre eux. D’autre part, tous les moqueurs ne sont pas des portes flingues patati patata. Je suis un moqueur mais il me semble être assez pragmatique et pondéré.

 

Mais la racine du mal est assez claire : un gouvernement prend depuis six mois des positions ridicules sur le masque avec des textes idiots du genre « les habitants de l’impasse des Tilleuls à Loudéac [mon adresse est dans les pages blanches] doivent porter le masque pour sortir les poubelles. »

Les « anti ou pro » et les « pro ou anti » devraient se respecter mais cela empêcherait de raconter des conneries dans Facebook ce qui serait bien dommage. Dans l’attente, mettez un masque où ils sont utiles (et où ils sont obligatoires mais seulement pour éviter la verbalisation) et arrêtez les conclusions idiotes sur la base d’affirmations ridicules comme « il n’y aucun cluster à l’extérieur ». Le fait qu’il n’y ait pas de cluster ne veut pas dire qu’il n’y pas de contamination à l’extérieur mais que ces contaminations à l’extérieur ne sont pas détectables parce que les gens ne restent pas figés…

 

Quant aux complots, il faut arrêter de dire n’importe quoi à force de se demander ce qui pousse le gouvernement. Je lisais un texte d’un type, hier, qui prétendait que le gouvernement allait remettre le confinement pour empêcher deux journées de manifestation programmées ! Comme s’il en avait quelque chose à foutre de quelques centaines de milliers de manifestant ! Je passe les histoires bigpharma qui veut vendre des vaccins (les labos ne gagnent pas beaucoup d’argent en éradiquant des maladies…) ou autres.

Il y a peut-être deux autres explications valables.

Celle de l’incompétence du gouvernement, de sa peur qui pousse à faire n’importe quoi (pour l’incompétence, j’y crois volontiers mais j’ai un doute à l’échelle mondiale ; pour le n’importe quoi, j’en suis persuadé et je viens de le rappeler).

Celle de la vraie dangerosité de cette maladie.

 

Et n’oublions pas cette dernière hypothèse, s’il-vous-plait !

11 commentaires:

  1. la ville de Paris ne m'a toujours pas répondu sur mes siestes au soleil dans un parc, je suis alors un piéton qui ne marche pas, et personne n'est à proximité de moi (sinon je gueule).

    Après on est dans un cas simple et complexe en même temps : le masque protège y compris celui qui le porte en limitant la charge virale en cas de contamination. Si l'Etat fait une regle simple "masque quand y'a des gens autour de vous et qu'il y a risque" , quel % de la population va comprendre le risque ? quelle efficacité d'une mesure aussi simple ? gros doute. Oui, je suis cynique :on a un gros paquet de cons dans notre pays et aussi des tas de gens qui ont besoin d'explications sur un sujet qui est lié à la science. Et on aura alors des risques vus differents entre toto, titi qui sont dans la meme rue.

    L'Etat ( qu'ils soit chez nous ou ailleurs en Europe) doit donc expliquer des choses qui paraissent incongrues et sont in fine une limitation des libertés essentielles, d'aller et venir. Sinon j'ai encore posté dans Facebook un truc qui explique que 10% (chiffre variable selon les pays!! 10% des malades en france ça peut faire 100 000 personnes) des malades font des formes "longues", ils ne sont pas en reanimation, pas dans un indicateur ou une courbe. Mais leur vie est salopée pour de longs mois/longues années. C'est ça la vraie dangerosité de la maladie : des personnes vont devenir handicapées à cause de conneries d'autres qui se sont crus à l'abri, tout en diffusant le virus. La liberté désormais oblitérée de ces personnes me semble plus importante à regarder, que celle de celui qui couine sur BFTMV par ce qu'il doit porter un masque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ton dernier paragraphe, on est d'accord.

      Pour le deuxième aussi, mais on se mort la queue... Le gouvernement ayant fin n'importe quoi (et continuant à le faire), il ne peut plus être pédagogique (y compris en envoyant les flics verbaliser les rassemblements).

      Supprimer
    2. bah je pense qu'il ne peut que naviguer à vue sur un virus polymorphe dans l'espace et le temps. Sinon faudrait que je fasse une vidéo des gens qui portent de travers le masque dans mon quartier - qui a été un des + gros expéditeurs de malade de Paris - et avoir le % en question. C'est vraiment impressionant, et alors là se pose la question : comment expliquer à ces gens qu'ils font n'importe quoi : mettre des policiers/fonctionnaires dans la rue pendant des heures et expliquer, oh mince alors ce sont des pauvres (chance, de toutes les couleurs) : c'est du racisme social et on "infantilise" les gens vont nous dire certains militants.

      Supprimer
    3. « on se mort la queue »

      Ça vaut toujours mieux que de se décéder l'appendice caudal…

      Supprimer
  2. je te trouve l'air pénétré sur cette image, aurais-tu vu la vierge ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, je suis encore vierge de ce côté et pas du tout pénétré, par définition.

      Supprimer
  3. Pourtant on dirait qu'on t'a mortu la queue,

    RépondreSupprimer
  4. Question d'un con de droite qui voit le jeune pauvre racisé forcément délinquant mais bon... Manger un kinder = 135 € d'amende direct. A voir si sur toutes les lignes le tarif sera le même.
    Agresser un élu, un rappel à l'ordre... (et des proches élus, c'est pas des prix nobel de littérature scientifique qui les ont agressé, mais leur parent ont touché les aides scolaires).

    Moi je le masque je le met. Quand j'ai chaud et que je seul je l'enlève. Et si me fait licencier que je l'ai quitté car j'ai léché le cul ou la bite d'un puissant (ma carrière merde grave donc...), j'assumerai.
    Mais il me casse les couilles au tour de france sous le soleil de montagne. mais bon la loi est conne mais c'est la loi.

    et le masque avec le bon cochonou c'est ridicule

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...