13 août 2018

Hollande 2022 ?!?


Moi, vous me connaissez, je suis un grand supporter de François Hollande. Je l’ai soutenu pendant la campagne pour la primaire en 2011, pour celle de la présidentielle en 2012 et pendant tout le mandat, ou presque. Quand il a annoncé ne pas se représenter, je n’étais pas déçu tant il était évident qu’il n’avait aucune chance.

Hier, c’était son anniversaire et quelques andouilles ont lancé un tract pour son retour en 2022. Ca a fait le tour de la presse et ça a bien amusé les réseaux sociaux. Si Hollande est élu en 2022, je serai le plus heureux des hommes mais moins qu’en cas de baisse de la TVA sur la bière. S’il se présente, j’essaierai de le soutenir avec mes modestes moyens (un blog moribond et un compte Twitter poussif) mais, d’ici là, je vais laisser l’eau couler sous les cons.

Si le PS se décide enfin à entamer la critique du mandat, je ne dis pas que je ne donnerai pas mon avis mais le PS ayant décidé de crever tout seul sans faire le boulot indispensable, je vais continuer à diffuser des photos d’andouillettes dans Facebook.

Toujours est-il que les réseaux sociaux ont bien rigolé avec ces tracts, par ailleurs très mal foutus, je soupçonne le MJS d’être à la manœuvre, s’il y a des hollandistes dans ce truc. Voyons quelques plaisanteries.

« Ha ha, il a fini son quinquennat avec 4 % ». Oui, mais il avait commencé la campagne pour les primaires avec 3 %. Il part de plus loin.

« Ha ha, il est hors de question que je vote encore pour lui. » Oui, mais s’il est au second face à Mme Maréchal, arrivée en tête au premier tour ? Tu vires collabo ?

« Ha ha, il a été le pire président de la cinquième ! ». Oui, tu as raison, ou presque. De pire, il y a eu, dans l’ordre chronologique : de Gaulle, Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Macron. Tu vas me dire que tu veux bien en débattre. Moi aussi. Allez ! On va laisser tomber les deux premiers par respect pour les vieux gaullistes encore étanche mais, franchement, les autres,… Tiens ! Hollande est quasiment le seul sans casseroles…

Ses défenseurs (je suis abonné à un paquet!) n’ont pas été en reste. Ils ont rappelé ses bons résultats économiques en oubliant qu’ils se sont fait tellement attendre que, à ce niveau, ça devient une bataille d’enragés.

Les copains, laissons Hollande faire ce qu’il a envie de faire, y compris se remettre en selle, s’il veut. Il sait gagner des campagnes électorales. N’oublions jamais que ça, il sait le faire. Contrairement aux autres guignols qui ne savent que s’agiter en croyant être la parole du peuple. Qui, à gauche, a mis son camp au pouvoir depuis le début de la cinquième ?

On en reparle dans trois ans mais, pendant ce temps, laissez moi faire la sieste.





08 août 2018

L’opposition la plus bête du monde

Ce soir, deux sujets (au moins, car je n’évoque la polémique sur Macron et son bain de foule). 

Il y a d’abord le PS qui a été voir une andouille belge pour lui demander de conduire sa liste. C’est complément con. Comment un type inconnu chez nous pourrait faire plus de 3% ? J’ai dit ça dans Facebook et on me répond, à moi, que je suis contre l’Europe et que c’est pour l’intérêt de la France. J’ai déjà bloqué deux lascars préventivement car je pressens le pire. 

La deuxième est au sujet du Prince William qui est à Amiens pour fêter je ne sais quel truc en rapport avec le centenaire de... 1918. Ils gueulent parce qu’il n’y avait aucun représentant de la République haut placé pour l’accueillir. Je passe le fait qu’il faudrait respecter les types en vacances. Ce qui me fait rigoler est que si Macron ou Philippe avaient été présents, ils auraient gueulé. 

Continuez comme ça. LREM va gagner les européennes, à mon grand desarrois mais beaucoup ne peuvent pas comprendre que je suis contre LREM mais observateur objectif. 




05 août 2018

Et si c’était Dray ?



Hier, Julien Dray a dit qu’il était candidat pour être tête de liste pour le PS aux européennes. Ça m’a semblé une bonne idée et j’en fait des publications dans Facebook et Twitter. Je me suis pris des salves de critiques (c’est une bonne nouvelle, je croyais ne plus être écouté dans les réseaux sociaux). Les critiques portent sur les affaires autour de Juju comme les montres (le juge débonnaire lui a donné un coup de règle sur les doigts) et la MNEF (la justice et dit qu’il n’avait rien à voir avec cette histoire). Mais je me fous de ces trucs. 

A chaque personne qui critiquait mon choix, j’ai demandé qui elle voyait comme tête de liste. Je n’ai eu aucune réponse. J’ai laissé tomber tout en lisant en diagonale car je n’ai peur d’aucun paradoxe. 

Les militants socialistes souhaitent que les candidats socialistes soient choisis par les militants socialistes pour les idées socialistes qu’ils peuvent vent défendre au niveau de l’Europe patati patata. 

Il faudrait pourtant que les militants socialistes se rendent compte qu’avec 5% aux européennes, ils sont morts. Un parti comme le PS devrait viser 26% même si la probabilité est assez faible. Voire très faible. Il s’agit de viser. 

Il faut une forte personnalité en tête de liste. Il n’en reste plus beaucoup. Tous les connards qui critiquent Juju à ce poste visent les 5%. Et la mort du parti. Ils n’ont pas compris que le monde a changé. 

01 août 2018

Ligne 1 et niveau politique

Je viens de lire plusieurs trucs sur l’incident de la ligne 1 de la RATP dont le fil Twitter. Elle a montré une incompétence incroyable. Qu’un train soit en panne ça arrive. Qu’elle ne puisse pas acheminer les gens vu l’arrêt du RER À est vaguement compréhensible. Mais qu’ils n’arrivent à acheminer les usagers des autres rames bloquées (à cause d’imbéciles qui ont tiré le signal d’alarme) jusqu’à une station est inadmissible tout comme le fait qu’ils aient des rames dont les gens arrivent à forcer les portes et qu’ils ne savent pas faire passer un message aux braves gens : nous allons vous sortir de là mais nous devons auparavant rétablir la sécurité. 

L’arrêt de la ligne A pour travaux en été (c’est pareil pour le C depuis 20 ou 30 ans, ne nous prenons pas des castors) est lamentable. Qu’ils se débrouillent pour travailler de nuit même s’il faut payer les gugusses en conséquence et mettre un tas de bus de remplacement entre 23h et 6h. 

Des clowns sont en train d’essayer de faire sauter un gouvernement mais pourraient-ils s’occuper des sujets qui intéressent les gens ? Comme mes 30 euros de taxi d’hier mais surtout les types tellement emmerdés... 

Non ! Ils préfèrent laisser le parlement voter une interdiction de portable à l’école alors que ça ne devrait pas être le rôle du Parlement. Une simple circulaire ministérielle suffit. Non ! Ils font les guignols alors que toute la ligne managériales d’une entreprise publique devrait sauter.

29 juillet 2018

Toujours Benmachin

10 jours qu’on ne parle plus que de ça. Je le suis encore fait traiter de Macroniste parce que je criais contre les propos des oppositions. Je conserve le pluriel par charité. L’auteur de cette critique, Jeff, ne lit sans doute pas mon blog. Voir mon billet de jeudi. Je ne vais pas le refaire. 

J’ai tweeté !



Les sondages me font rigoler. Celui d’hier donnait Macron en hausse. Celui d’aujourd’hui en baisse. Les clowns font les analyses qui les arrangent. 

Macron est vulgaire et ne mène pas la bonne politique mais son opposition est si grotesque que je vais reprendre Ángry Bird comme principale occupation. 

Le fait est que cette affaire n’intéresse personne. J’ai dû en parler une fois au bistro et une au bureau. Les types essaient de démontrer qu’elle touche les Français parce qu’il y a eu six fois plus de tweets que pour Fillon. Ces tweets sont émis par 200 000 personnes sur 45 millions d’électeurs et 7 millions, de mémoire, d’utilisateurs de Twitter en France. Rien. 

Une tempête dans un verre d’eau utilisée par beaucoup pour pisser dans un violon. 

28 juillet 2018

Benmachin dépite



On ne sait pas si le verre est à moitié plein ou à moitié vide mais les opposants à Macron qui pensaient profiter de l’affaire Benmachin pour se refaire une santé son à cran dans les réseaux sociaux ce soir. L s défenseurs aussi mais ça n’est probablement qu’un dommage collatéral. L’affaire est en train de devenir du pipi de chat. Un type a fait une connerie. Son chef a sans doute été lever. Pour avoir dire ça, je devrais subir les foudres diverses au point d’appeler à la démission de Mme Taubira, forcément impliquée. Mais mon billet ne porte pas sur l’affaire. 

Je parle de Twitter. On n’arrête pas de s’engueulet, ce soir. C’est un bonheur. J’y retourne. 

Montparnasse : j’y étais. Au journal de TF1 aussi !



Pendant que j’attendais des informations de la SNCF quant à mon train (qui a finalement été annulé sans trop de sommations), un cameraman de TF1 passait par là ce qui fait je suis apparu au 20h pendant au moins deux secondes. Mon heure de gloire ne s’arrête pas là : je suis le premier à avoir tweeté au sujet de l’incident. 

Cela étant je n’ai rien à ajouter par rapport à ce que disent les journalistes. La SNCF a été très sympathique de nous donner de l’eau. J’aurais préféré de la bière mais avec la chaleur qu’il faisait, il faisait très soif... L’ambiance était assez bon enfant. On papotait entre nous...

Le truc qui m’a le plus gonflé, hier, outre le fait d’attendre trois heures (on s’en fout, je n’avais ça à faire) et surtout l’annulation d’un court séjour en Bretagne, ce sont les annonces de la SNCF qui mettait bien en avant la responsabilité d’ERDF... Quand j’ai des problèmes avec les serveurs au bureau qui nous pousse à mettre en place des cellules de crise, je ne dis pas que c’est de la faute de mes fournisseurs. 

Je le dis à froid, quand le service est rétabli, si c'est le cas. 

Or, la SNCF devrait faire profil bas. Si elle n’a pas de solution de secours, c’est un peu de sa faute, quand même. Si elle prend trois heures avant de rediriger les trains vers Austerlitz, c’est de sa faute. Si elle ne met pas des bus en place pour organiser des départs de TGV de Massy, c’est de sa faute. C’est quand même le troisième incident majeur à Montparnasse en à peu près un an (dont deux qui m’ont affecté).  Ça laisse le temps de s’organiser. Et de payer les fournisseurs pour le faire. 

Non mais sans blague. 

Quant à Twitter, je rigolais bien en lisant les braves gens chercher des informations et des andouilles qui en donnaient... Tout était sur le site de la SNCF et les panneaux d’affichage. Y a au moins ça qui fonctionnait. 

27 juillet 2018

De la politique, bordel !


Nos amis de gauche se rendent ridicules à se mettre d’accord pour faire une motion de censure avec les andouilles de droite. Nos amis de droite se rendent grotesques à faire la même chose avec les andouilles de droite. Je préfère les andouilles de La Comète. Notre illustration. Celle dessous, celle dessus représente un lupanar. 




Aux dernières nouvelles, les andouilles de gauche ne sont pas d’accord sur l’ordre des signataires de la motion magique. Chacun veut être en tête. Je leur suggère l’ordre alphabétique ou du plus jeune au plus vieux ou en fonction de la longueur de la bite ou de la profondeur d’un trou quelconque. 

La motion ne passera pas. Si elle passe, Macron nommera un autre gouvernement. La droite et la gauche feront l’union de la carpe et du tapin pour censurer le nouveau. Si elle passe, Macron fera une dissolution qui ne gênera qu’une majorité batarde qui ne pourra se faire qu’au centre. Ou aux extrêmes ce qui rendrait la chose encore plus délirante ce qui nous permettra de rigoler encore plus. 

Les dessous de l’affaire Benmachin sont autant douteux que les miens. On a des barbouzes de l’Elysee qui luttent contre ceux du ministère de l’intérieur en poussant des informations suspectes aux médias qui s’en prennent à cœur joie pour gagner plus de pognon. Sur le fond, ceux de l’intérieur voudraient gérer la sécurité de l’Elysée alors que le palais voudrait être autonome. Je m’en fous. Cela étant, je note que les deux derniers présidents de la République ont confié la sécurité à la gendarmerie. Je ne souhaite pas que les clés de l’Elysée soit donnée aux types d’en face (l’intérieur) et je ne veux pas que le château crée un nouveau SAC mais de toute manière on y comprend rien. 




Ceci est une photo de l’écran de mon iPhone qui n’a rien à voir avec le sujet de ce billet. Si vous voulez, je peux vous mettre une photo du rhum de la Comète :




Il est moins frelaté que nos politiciens. Mais revenons à nos moutons. Nos amis militant de gauche et de droite réunis (ce que voulait Macron) se justifient en disant que 80% des Français estiment qu’on a une affaire d’Etat. Forcément. Avec ce que matraquent les médias. Ce sont d’ailleurs les mêmes qui critiquent les médias quand ils ne disent pas ce qu’ils veulent. La vérité est qu’au boulot et au bistro, on en rigole. Réellement. Je n’ai pas eu une conversation sérieuse à ce sujet. Sauf dans les réseaux sociaux avec des espèces de microcosmes. 

Revenons à la politique. Par exemple à la réforme de la Constitution que voulait Macron. On ferait de s’allier entre droite et gauche pour dire que diminuer le nombre d’élus est diminuer la démocratie. Et on aurait moins honte que de voir un parti qu’on aime s’allier avec des clowns des extrêmes opposés. 

Retour à la politique exigé. Faire tomber le gouvernement ne fonctionnera pas, je l’ai dit, mais surtout ne changera rien. L’élection présidentielle aurait lieu maintenant, avec ce qu’on sait, Macron gagnerait à nouveau. Ou Le Pen. C’est une question de mathématique. Plus personne au PS ou à LR n’est en mesure d’atteindre le second tour. Il reste Le Pen, Mélenchon et Macron. Hop !

Un peu de sérieux, bordel ! 

Dans Facebook, j’avais une commentatrice qui me disait que cette histoire était du pain béni en vue des européennes. Outre le fait qu’elles ont lieu dans un an et que tout peut arriver, on pourrait effectivement avoir LFI et RN en tête. Ça nous fera une belle jambe. Ils voteront les mêmes textes. Bravo les gars. 

Un peu de sérieux. Voilà une photo de dessert à la Comète. 





25 juillet 2018

Macron : vulgaire

Il a tout gâché par une phrase : « qu’ils viennent me chercher ! ». Depuis son élection, j’étais assez bienveillant. Je n’aime pas la politique qu’il mène mais mes critiques ont toujours été légères, ce qui me faisait parfois passer pour macroniste ce qui est rigolo. De la part de gens qui semblent ne pas comprendre que le clivage droite gauche ne serait plus vendeur électoralement en France avant plusieurs années. Surtout de la part de types de gauche... Au moins, à droite, ils ont une certaine discipline. Fillon est arrivé troisième alors que ses casseroles auraient dû le pénaliser beaucoup plus lourdement (il a fait les quatre cinquièmes - un peu moins - des voix par rapport à ses prédécesseurs alors qu’Hamon a fait le quart...). 


Par ailleurs, je n’ai jamais critiqué le bonhomme Macron en tant que tel ou pour sa façon de faire de la politique. Après tout, il a réussi à se faire élire et à former une majorité parlementaire. Bravo. Certains aspects m’ont amusé mais sans plus. J’ai même fait des compliments pour son rapport au Parlement alors que la tendance autour de moi est plus de favoriser ce dernier et à limiter les pouvoirs du Président. Je ne vais pas me justifier mais nous autres, Français, sommes incapables de faire une majorité parlementaire fiable (quand les députés ne sont pas des godillots, c’est le bordel, on l’a vu sous Hollande). Et ce n’est pas une question de Constitution ou de numéro de République (et c’est pour ça que j’ai tendance à conchier ceux qui pensent que changer un mode de gouvernance, comme on dit, sauvera le monde). 


Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : je suis contre la baisse du nombre d’élus. Les parlementaire n’ont pas qu’à voter les lois, ils font des rapports, des commissions,... En diminuer le nombre revient à tuer la démocratie, en quelque sorte. Cela étant, les dernières audiences pour l’affaire Benmachin me laissent perplexe. On a surtout vu des clowns se mettre en avant. Ces machins ne devraient pas être télévisés. Un journaliste de l’AFP et basta. 


Revenons à l’affaire. Le type aurait dû être lourdé dès le 2 mai. Ça n’a pas été le cas. L’affaire n’aurait néanmoins pas dû sortir. Lire d’article de Mme Lévy dans Causeurs. Je sais, c’est mal. Et je ne sais pas faire de liens autres que vers mes blogs. Je résume : Macron allait réorganiser la sécurité de l’Elysée en mettant son pote Alex comme chef. Ça a déplu en haut lieu. Ils ont filé la vidéo à la presse en sachant que ça allait faire du bruit. Hypothèse intéressante. 


Dernier épisode « en date » : le type n’aurait pas eu 15 jours de mise a pied sans salaire mais seulement la suppression de 15 jours de congés acquis l’an dernier et à prendre en 2018. Nos braves internautes n’ont pas compris que ça revenait au même ou presque et relancent la machine dans les réseaux sociaux. Par rapport à Pasqua, Macron est un génie. Pasqua lançait une affaire dans l’affaire pour que personne n’y comprenne rien. Macron fait lancer une affaire par l’opposition. Chapeau. 


Sa communication d’hier fut pas mal contrairement à ce que disent beaucoup de gens toujours désireux de critiquer et d’analyser la communication (ce qui est toujours ridicule : on ne peut pas l’analyser dans l’instant, il faut voir les effets à moyen terme. Par ses propos, il a pris l’affaire à sa charge, a endossé la responsabilité. Du genre « bon les gars, j’aurais pas du faire confiance à mon copain, une erreur de jugement ». Du coup, toutes ses conneries ne servent plus à rien. Il n’y aura pas de fusible à sauter. C’est de sa faute et on ne peut pas l’atteindre pour ça. Et il l’a dit. Par cette phrase. « Qu’ils viennent me chercher ! ».


Le problème est qu’elle est du niveau d’une petit frappe, d’un trou du cul de cabinet, de branleurs de cours de récréation. Il aurait le dire plus clairement. « J’ai fait l’erreur. Alex est définitivement viré. Je ferai plus attention dorénavant. Mais la nature des institutions empêchent le Président d’être compromis par ces histoire. Il faut arrêter maintenant. Il n’y aura pas de bouc émissaire. Je souhaite, par transparence, que les commissions parlementaires fassent la lumière sur ce pataquès et que la justice fasse son boulot. Pour Alex, ça sera rapide. Pour déterminer les responsabilités au dessus, ça prendra des années et mon chef de cabinet sera à la retraite avant. »


Mais il y a eu cette petite phrase. J’ai toujours rigolé des andouilles qui comparaient Macron à Sarkozy. Maintenant, je pense qu’il est pire. Il est plus vulgaire. 


Et un Président ne peut pas être vulgaire.