07 novembre 2018

Pétain coup, ça ira mieux !

« Si, par malheur, en d'autres temps, en l'extrême hiver de sa vie, au milieu d'événements excessifs, l'usure de l'âge mena le maréchal Pétain à des défaillances condamnables, la gloire qu'il acquit à Verdun, qu'il avait acquise à Verdun vingt-cinq ans auparavant et qu'il garda en conduisant ensuite l'armée française à la victoire ne saurait être contestée ni méconnue par la patrie. »

C’est de Gaulle qui a dit ça. 

La polémique qui a suivi les propos de Macron est mauvaise. Même Mitterrand fleurissait la tombe de pépé quand il ne faisait pas une belote avec Bousquet et Papon. 

Le pire est que ces cons de l’opposition, qui ont alimenté, voire fait, la polémique ont accusé Macron d’avoir sorti ça pour cacher je ne sais plus quel scandale et veulent en faire une autre polémique. C’est drôle. 

1. Pétain était un grand soldat,
2. Hitler était un grand peintre,
3. Mussolini dansait très bien le ballet quand il trouvait des ballerines à sa taille,
4. Dimanche, mon TGV s’est arrêté à Laval, 
5. Les réseaux sociaux rendent con.

04 novembre 2018

Ragoût de veau à la Jegoun

Après avoir eu un blog politique pendant des années, je décide d’avoir un blog culinaire le dimanche soir. Figurez-vous que j’avais prévu de le faire un sauté de veau pour ce midi et demain du même métal mais, ce matin, j’ai traîné. J’ai donc déjeuné d’autre chose mais, après la sieste, il fallait que je pense à mon repas du soir,

J’ai mis plein de beurre dans une sauteuse. J’ai foutu ma viande, des moreceaux de veau, donc, parce que je ne fais pas du ragoût de veau avec une vieille pintade. J’ai ajouter plein de poivre, un peu de sel et du vinaigre balsamique. Je n’avais pas de vin blanc. Et si j’avais ouvert une bouteille, il aurait bien fallu que je la finisse. Et du thym. Pas trop. Une fois que tout cela avait un peu roussi, j’ai ajouté une cuillère à soupe de farine. Une bonne, bien soupoudrée. A 16 heures, j’ai ajouté des pommes de terre et j’ai mis 50 cl d’eau. Je ne recule devant rien. J’ai couvert. Touillé tous les quarts d’heures. A 16h45, j’ai éteint la plaque et je suis allé vaquer. 

A 20h15, le bistro étant fermé, je suis revenu à la maison. J’ai ajouté une petite boîte de champignons. J’ai laissé chauffer doucement. 

Un bonheur ! J’ai failli tout manger ce soir alors que j’avais prévu d’en faire deux repas. Soit six parts pour une famille normale mais mon appétit n’est pas normal. 

La cuisine, c’est simple. Faites comme vous le sentez et laissez tomber les recettes. Des produits. Une sauteuse. Et hop !

31 octobre 2018

Ce qu’il faut, à gauche, c’est de l’aspirine !

Je viens de traiter un militant visiblement insoumis de connard alors qu’il m’accusait de favoriser une politique libérale et faisait ainsi monter l’extrême droite. 


Je suis certes un libéral mais de gauche ce qui dépasse l’entendement de certains qui ont oublié certaines racines. 


Néanmoins, si les types de la gauche de la gauche oublient que si le peuple, le vrai, celui qu’ils disent représenter, ne vote pas pour elle mais pour les fachos en culotte courte, c’est parce qu’ils n’arrivent pas à les convaincre. Pas parce qu’ils rejettent les politiques menées contre lesquelles ils n’ont pas arrêté de chier. C’est un peu le truc de l’œuf et de la poule. La gauche modérée a un peu échoué électoralement. Ces andouilles croient qu’il suffit d’être plus à gauche pour gagner. Il faut de l’aspirine pour tout suivre. Alors que le moindre virage à gauche provoque le retour de la droite. Et que la droite traditionnelle ne sait plus rien proposer, c’est son extrême qui reçoit les points donner par le peuple, ce truc que croient représenter les types de la gauche de la gauche. 


On aura jamais assez d’aspirine. 


Toujours est-il que le militant qui perd une élection se trompe, par définition, dans son argumentation. 

27 octobre 2018

Le PS n’est pas mort, s’il ne fait pas le con


Il y a quelque chose de surréaliste chez les « anciens » militants socialistes quand on parle de leurs vieilles diva. Aujourd’hui, c’est un ex couple ex emblématique qui s’y colle Ségolène Royal et François Hollande. La première envisage de se porter tête de liste pour le PS pour les européennes. Le second laisse de plus en plus entendre qu’il sera candidat en 2022 pour la présidentielle. Je compte sur les deux. 


Ségo est la seule personne pouvant éviter une lourde défaite au PS et de se transformer en groupuscule politique ridicule. Il est statistiquement à peu près évident qu’elle récupérera les voix de ceux qui se revendiquent sympathisants socialistes, y compris parmi ceux qui se revendiquaient de l’aile gauche et qui craignent maintenant de se faire alpaguer par Méluche et ses sbires. Ils savent qu’ils sont dans une impasse politique. Sa liste récupérera aussi les voix d’andouilles comme moi, le cœur à gauche avec le vote de raison à LREM. A un stade où dépasser 7% relèverait du miracle pour le PS, elle pourrait cartonner. 


Pépère et elle sont les deux vieilles personnalités du PS, avec Jean-Luc Mélenchon, à avoir conservé une certaine carrure politique. Les générations passent... Exit les autres. 


Nous voilà à Pépère. Je fais des publications Facebook et Twitter pour dire que son retour me plairait assez bien. Ne serait-ce que pour le côté farce : le seul président de la République qui ne se représente pas à l’issue de son premier mandat (à part Pompidou qui a eu un empêchement) et qui reviendrait gagnant (ce qui reste à faire) à l’issue du quinquennat de son successeur (qu’il a d’ailleurs lui-même lancé sur la scène - il savait sans doute dès 2012 qu’il n’aurait aucune chance d’être réélu vu qu’aucun ex ne l’a été hors période de cohabitation). 


Je ne vois pas qui, en 2022, pourrait sortir du lot au PS pour être candidat. A la gauche de la gauche, on a un candidat charismatique dont je parlais. Il sera sans doute trop vieux pour la prochaine échéance mais un second couteaux pourrait émerger, genre Adrien Ruffin. Mais, objectivement, le seul espoir de LFI est que son candidat soit opposé à Marine Le Pen au second tour. Si la nièce se présente, ils sont foutus. Elle est bonne, ça nous ferait du changement. C’est maintenant. 


Nous sommes à trois ans des élections. Je disais à l’instant que je ne vois pas qui pourrais émerger au PS dans trois ans. En 2009, personne ne voyait Hollande. En 2014, personne ne voyait Macron. 


En 2019 (disons fin 2018), personne ne voit Hollande. Ni qui que se soit d’autres. 


Les copains de gauche dans les réseaux sociaux me disent que les gens rejettent Hollande. Peut-être. Qu’en sera-t-il en 2022 quand il aura continué à défendre son mandat ? Je n’en sais rien. 


Ce qu’il y a de surréaliste dans les réactions des gens, c’est :

  • ceux de la gauche du PS qui font des théories et affirment des certitudes, comme s’ils n’avaient rien appris, rien analysé,... Ils sont tous persuadés que les électeurs devraient être d’accord avec eux, soutenir leur ligne politique et lui donner une majorité. Alors ils tapent sur Hollande en l’accusant d’avoir détruit la gauche sans même imaginer leur propre responsabilité. Les frondeurs et tout ça. 
  • ceux de la droite du PS qui avaient soutenu Royal en 2007 et qui sont passé LREM depuis, qui la critiquent sans cesse. 


Avec son histoire de colonisation à l’envers, Olivier Faure a fait fort (aucun jeu de mot) même s’il galère dans les médias, aujourd’hui, pour dire qu’on lui fait dire patati patata. Il se retrouve avec des tas d’andouilles qui le critiquent. Mais il se réconcilie avec d’autres, comme moi. La République, la laïcité. Tout ça. 


Le PS n’est pas morts. Ceux qui ont voulu le tuer sont partis. 


Advienne que pourra. 

24 octobre 2018

L’appel du centre

D’un copain dans FB : « Nous avons la droite la plus bête du monde (on le savait). Nous avons la gauche la plus bête du monde (on le découvre). Nous avons l'extrême-droite la plus bête du monde (ce n'est pas une surprise). Nous avons l'extrême-gauche la plus bête du monde (à ce point tout de même c'est surprenant). Et vous voudriez que les Français ne soient pas tentés par le centre. Faut pas pousser non plus. »

J’adhère comme un bonbon peut adhérer au papier quand il reste dans la poche et qu’il fait chaud. 

J’ai lu des publications, des articles, des études qui tentent d’expliquer le vote ou le penchant des anciens électeurs du PS. Vous avez la réponse.

18 octobre 2018

Lenfant terrible. Pouf pouf.




J’ai pas tout lu. Je connais un seul de mes clients qui lira ; il est vicieux. Cela étant, je vais raconter une histoire. Il y a quelques années, une membre des hautes instances du PS m’a contacté vu que j’étais un blogueur en vue, soutien de pépère. Elle me dit qu’elle souhaitait monter un site internet pour défendre la politique de François Hollande qui en prenait trop dans la gueule. Elle m’a assuré qu’elle assurerait la promotion du truc. J’ai bossé. J’ai réuni une équipe de copain. On a bossé. Surtout Marco, à la technique. Le site est lancé. Stopbashing, le site qui fait du bien aux citoyens était né. On avait parfaitement répondu au cahier des charges. Le marketing devait être assurée par la personne, membre du Bureau National du PS. 

Elle n’a rien fait. Le site a été un échec. 

Voir ses publications sur internet, ce soir, me mettent en joie. Ça démontre que les cadres de l’aile gauche du PS n’ont aucune constance, aucune vue à long terme, aucune envie d’être élus. 

Il faut seulement justifier une posture pour avoir une potentielle légère influence locale. 

17 octobre 2018

Les dents jaunes

Je présente mes excuses à mes centaines de millions et million de lecteurs. Je n’ai pas eu le temps de faire un billet depuis plusieurs jours. Pour meubler, je vais diffuser la photo d’un de les tweets. 



A part ça,j’ai reçu une démande de « pote » dans LinkedIn de Gauche de Combat mais avec son vrai nom, il a oublié que j’avais les moyens de le reconnaître, rien qu’avec sa photo de profil. Je ne connaissais pas son nom... Comme il passe son temps à dénoncer des types dans son blog, le dénoncer en retour. 

C’est un principe de base. Quand on est con, on est con. Heureusement, j’ai la flemme et je vais oublier. Sauf s’il dépasse encore les bornes de la dénonciation. 

Mais sa connerie suffit à me faire rigoler. 

Tout comme celle de Mélenchon et de toutes les andouilles qui essaient de justifier ses conneries d’hier. Dont des types que je soutiens pour des raisons étranges comme Dray et Faudot. 

13 octobre 2018

Demandez le slogan : Ségolène, aux européennes !

Très bonne idée. Ils sont peu à pouvoir sauver le PS du naufrage. Avec une bonne campagne du genre « à gauche et en Europe », elle peut faire un joli score. Même avec 12%, ça serait une score miraculeux pour le PS. Mais elle peut faire beaucoup plus. 

L’handicap : ses fans de sa première heure son passés chez Macron. Revoter PS sera pour eux difficile. Mais aussi l’occasion de tourner une page, de liquider ce qu’on peut qualifier de parenthèse lamentable. 

Je crois être un tantinet représentatif de l’électorat du centre gauche. Je n’ai jamais aimé Ségolène Royal avant 2012. Après j’ai changé d’avis pour des raisons qui ne te regarde pas. Si Julien Dray, Stéphane Le Foll où elle se présentent en tête de liste, je vote pour elle. Sinon, le vote LREM pour éviter des espèces de populistes (c’est paradoxal, Emmanuel Macron est sans doute le pire des populistes). 

Marie-Noelle Lienemann et Emmanuel Maurel ont quitté le PS. Celui-ci doit en profiter pour se repositionner au centre gauche clairement. Voire redéfinir ce qu’est le centre gauche, à social démocratie et tout ça. Olivier Faure n’imprime pas dans les médias. Il est sans doute plein de qualités mais ça ne suffit pas. Si son parti se plante aux européennes, il est mort. Ils sont morts. Le PS et Faure. Un tas de charognards espèrent l’échec pour récupérer un gâteau qui ne vaudra plus rien. Des cons. 

En fait, Ségolène Royal est presque la seule chance de sauver le centre gauche. 

C’est ainsi.