31 juillet 2010

Bien qu'habitant le Kremlin (Bicêtre), je ne suis pas Moscovite

« En 2002, 82 % des Français ont rejeté ce discours de stigmatisation et d’exclusion. Ce n’est pas pour le voir réapparaître, huit ans après, dans la bouche du président de la République. »

C’est Pierre Moscovici qui le dit dans son dernier billet de blog. Il l’avait twitté, hier, et j’étais tombé dessus en attendant mes camarades pour le Kremlin des Blogs improvisé par Mip. Donc je ne ferai aucun compte rendu (à part qu’on a fini à 2h30…).

Je suis toujours consterné quand je vois un politicien chercher une petite phrase à glisser et se planter lamentablement et broder autour des chiffres.

Je rappellerais uniquement que Lionel Jospin ayant fait 16%, on peut en conclure que 84% des français ont voté contre lui. Quinze jours plus tard, on se précipitait pour voter pour Jacques Chirac, tellement nous avions honte de ce qui était arrivé, ce 21 avril. Quelques mois plus tard, nous avions honte de notre propre vote, d’avoir cédé à une précipitation officiellement républicaine alors qu’il aurait fallu s’abstenir. Tout simplement.

De toute manière, Jean-Marie Le Pen n’aurait pas été élu et tant bien même il aurait été élu, il n’aurait jamais eu une majorité pour gouverner. Nous avons été ridicules, sur ce coup. Cinq ans après, Nicolas Sarkozy gagnait une élection qui était imperdable pour la gauche. Et maintenant, Nicolas Sarkozy est toujours Président de la République, l’insécurité croit tous les jours.

Et Pierre Moscovici s’indigne. « Affirmer un lien de causalité entre immigration et délinquance est ignoble. » Il a probablement raison, c’est ignoble, on attend autre chose d’un Président de la République. Cela dit, j’aimerais bien voir les stats.

En fait, non. Je m’en fous. La gauche doit arrêter de tenir ce genre de discours. On s’en fout de convaincre notre propre camp de l’ignominie d’un Chef de l’Etat : il l’est déjà. Ce qu’il faut aujourd’hui, c’est aller chercher les 5 ou 6% de voix des retraités qui pourraient être tentés de voter à nouveau pour celui qui est responsable de la sécurité de notre pays depuis 8 ans.

Il a échoué. Et nous, on continue à passer pour des guignols.

Il faut répondre à Nicolas Sarkozy par du concret. Tiens ! Dans son discours, hier, il annonce des « peines planchers » de 30 ans pour les tueurs de flics. Belle annonce ! Comme si un type assez givré pour penser à en dézinguer un autre s’occupait de la durée de la peine qu’il risquait avant de passer à l’acte !

On nous prend pour des guignols et on laisse faire. J’imagine très bien un gars comme l’Hérétique qui n’est pas Sarkozyste mais n’est jamais le dernier à vouloir punir se réjouir de ce type de mesure. Comme si elle allait changer quelque chose.

Il faut rappeler aux français que Nicolas Sarkozy a échoué en matière de sécurité, qu’il nous pond des lois dès qu’un truc se produit mais sans jamais donner les moyens aux forces de l’ordre de faire leur boulot. Au contraire, on leur demande du chiffre, du chiffre, du chiffre, … Alors ils produisent des stats. Un peu plus et on aurait plus de policiers à calculer des indicateurs qu’à patrouiller, sur le terrain.
Et Pierre Moscovici s’offusque, pousse un cri indigné qui ravira la vieille rombière sympathisante qui lira ses propos dans Libération, peinardement assise en terrasse de la Comète parce que le bistro est branché.

Pendant ce temps, l’électeur vieillissant et indécis se dira « ils font chier à gauche, très forts pour dénoncer des conneries mais jamais dans l’action. »

J’en parlais avec un copain au KdB, hier. Il est de la même tendance que Mosco, au PS, je ne vais donc pas dire de qui il s’agit au cas où l’on me lise. J’étais affligé, il ne me laissait pas en placer une, persuadé que l’électeur attend qu’on lui dise : « En 2002, 82 % des Français ont rejeté ce discours de stigmatisation et d’exclusion. Ce n’est pas pour le voir réapparaître, huit ans après, dans la bouche du président de la République. »

Il m’engueulait ! « Mais tu ne connais rien à ce qu’attend l’électeur ! »

Ben si. Et c’est le problème du Jospinien de base, devenu DSKiste par la force des choses. Tellement persuadé de connaître mieux l’électorat que les autres qu’il n’en ouvre pas les yeux.

En 2012, il y a deux tours à franchir. Le temps est venu de sortir les doigts de son cul : on ne gagnera pas une élection en stigmatisant un gugusse en l’accusant de stigmatiser je ne sais quoi. On gagnera une élection en montrant qu’il a échoué et en prouvant que nos propositions sont les meilleures.

Bordel. Si je puis me permettre. Et l'autre : "J’appelle solennellement tous les républicains de ce pays à dénoncer avec la plus grande énergie ces propos, et à s’unir pour combattre ensemble, par delà les différences de sensibilité, les mesures que ces propos pourraient inspirer."

On était au bord du gouffre, on a fait un grand pas...

30 juillet 2010

Restons zen, le blog, c'est un loisir !

Les blogs sont-ils plus paresseux qu’avant ? C’est Eric qui pose la question. Je n’ai pas de réponse (juste une observation, les blogueurs dont je me sentais proche à une époque ont baissé largement leur production).

C’est la lecture des commentaires qui m’amuse beaucoup notamment parce que j’y suis mis en cause. Vlad, par exemple, est un commentateur régulier chez moi et évoque, chez Eric, un blogueur qui diffuse des photos de Paris Hilton en bikini. Il fait sans doute référence à ce billet de ma part (pas dans le blog politique). Il y a d’ailleurs commenté pour dire qu’il parlait de cul, aussi, chez lui. Je site Vlad : « il ne faut pas qu'il devienne une contrainte où le taulier, stakhanoviste fou, souhaite maintenir le flux d'article coûte que coûte quitte à ressasser les mêmes dépêches qu'AFP ou encore mettre la dernière photo de Paris Hilton en bikini. »

Hervé estime : « Honnêtement, bloguer comme tout le monde sur les mêmes sujets que tout le monde en disant les mêmes fadaises que tout le monde n'a guère d'intérêt. » Pour ma part, je ne blogue pas pour les autres mais parce que j’aime bien écrire des conneries avec mes doigts boudinés.

L’inénarrable fait bien sûr allusion à moi quand il dit : « On voit ce que cela donne dans certains blogues que j'aurai la charité de ne pas citer : du mauvais goût, du racolage, des renvois d'ascenseur, du pillage de dépêches d'agence, des polémiques stériles... Tout cela pour écrire à tout prix un billet chaque jour et conserver sa place dans un classement bidon. » Il pourra vous répondre que je suis parano ou mégalo et que je ne suis pas l’objet de son billet. Pour vérifier, je vous invite volontiers à lire ses commentaires chez Suzanne.

J’adore comment les gens jugent ce que je fais dans pendant mes heures de loisir et me demande à quel titre ils se permettent de le faire. J’adore les gens qui prennent le risque de déclencher des polémiques en accusant les autres de déclencher les polémiques.

A la limite, tiens, c’est avec le premier commentateur que je suis le plus d’accord, Bibi (comme quoi, je n’ai pas si mauvais fond) : « L'important n'est pas d'avaler de l'Info (ou des Infos...qui ne sont que des Tsunamis quotidiens - pas tout à fait à tort car les Humains font beaucoup et ont beaucoup de choses à faire... et à taire) L'important est de digérer singulièrement les Infos. Avec pour but de mieux vivre, mieux comprendre le Monde où l'on vit, mieux se battre pour rester droit et non couché. »

Tenir un blog oblige en effet à digérer les infos et à mieux comprendre le Monde. Faire des billets n’est qu’un réflexe que j’ai… Quand j’analyse certains commentaires, chez Eric, j’ai l’impression que des blogueurs estiment avoir à livrer quelque chose, un « plus », à leurs lecteurs.

Pas moi, j’espère apporter un moment de détente, ma vue de l’actualité, un sourire ou un éclat de rire.

Mais surtout pas livrer ma vérité sur le monde, sauf parfois à propos des bistros, le seul domaine dans lequel j’ai les moindres compétences. Le blog est mon loisir, j’y fais ce que j’y veux, si possible dans la bonne humeur, en déconnant avec mes lecteurs.

Pendant les vacances, mon blog ne sera pas fermé. Je trouverai nécessairement des conneries à raconter. Et si elles ne sont lues que par les copains, je m’en fous, j’en ai plein.

Et si les autres pouvaient arrêter de me casser les burnes pendant les vacances, ça m'arrangerait bien. Voir les commentaires à mon billet d'hier soir, par exemple. Restons zen, c'est un loisir. Mes vacances commencent. Ca s'arrose, non ?

Olé, les huit bébés !

Le principal titre de la presse ce matin concerne cette dame qui a tué ses huit bébés. C’est affreux et Homer s’en est ému hier ! Magnifique fait divers tragique ! Le gouvernement devrait se précipiter pour faire une loi pour renforcer les peines pour les femmes qui tuent plus de sept de leurs enfants.

La presse titrait hier à propos de la corrida qui a été interdite en Catalogne. Il faudrait être ignoble pour faire le rapprochement entre les deux sujets. Mais quand on parle de boucherie, hein !

A la radio, ce matin, il y avait une horde, au moins !, de psychiatres et de consultants variés tentant d’expliquer les gestes de la petite dame. Il faut bien ça. Par contre, il n’y avait aucun sociologue ou politicien essayant d’expliquer comment on pouvait arriver à une telle situation, en France, en 2010. Comment le système de santé est-il arrivé dans cet état qu’une femme n’ose pas aller voir son toubib pour discuter franchement avec lui et se faire prescrire une pilule, une IVG ou une sodomie ?

Hier, j’ai trouvé quelques blogs qui défendaient la corrida. Notamment Lady Waterloo que je lis avec passion et sérénité quotidiennement mais qui me parait à l’ouest pour défendre ce loisir du sud. Elle a perdu le nord. Franchement, je n’ai rien contre la corrida. Je m’en fous. Je pourrais crier que je suis contre, que c’est abominable de tuer des bestioles pour son seul loisir. Lady Waterloo nous explique que les bêtes sont mieux traitées quand elles sont élevées pour être tuées que quand elles sont élevées pour être mangées ou produire du lait. Moi qui suis issu de la campagne au point où j’envisage sérieusement d’acheter des bottes, je regarde parfois les vaches dans les champs de ma campagne bretonne, braves animaux qui vont faire des petits veaux pour le plus grand bonheur de mes papilles gustatives ou produire du lait pour refroidir légèrement mon café le matin. Je peux vous garantir : ces bêtes ne sont pas mal traitées. La paysanne replète les amène au champ, le matin, leur parlant avec tendresse. Parfois, elles ont l’honneur du paysan qui vient les honorer quand la paysanne est indisposée menstruellement.

J’ai des copains qui aiment la corrida. Rimbus, par exemple. Au fait, qu’est-ce qu’il devient, lui ? 10 jours sans billets. Moi, je respecte. Je ne vais pas me prononcer pour une loi l’interdisant. Ni pour une loi la rendant obligatoire, remarque !

Toujours est-il que je trouve toujours grotesque tous les arguments en faveur de la corrida…

« C’est une tradition ! » qu’on nous dit parfois. Ah ! Oui. L’excision des jeunes filles dans certaines contrées aussi. Je suis en vacances ce soir, rassurez-vous, je ne vais pas rester ignoble trop longtemps.

« C’est beau ! » qu’on nous dit aussi. Ah ! Je trouve également très beaux les dessins que me fait ma nièce de 5 ans et 362 jours pour mes anniversaires, mes noëls, mes mariages, mes enterrements, …

La corrida n’est pas un loisir qui consiste à se déguiser comme pour une gay pride avec plein de couleurs, un pantalon trop étroit, une grande cape qu’on agite avec une espèce d’épée qu’on finit par planter dans un taureau. Non ! C’est un loisir où on regarde un type déguisé comme pour une gay pride avec plein de couleurs, un pantalon trop étroit, une grande cape qu’il agite avec une espèce d’épée qu’il finit par planter dans un taureau.

Ce n’est pas spécialement sain. Je n’ai rien contre la corrida, spectacle qui représente la virilité à l’état tellement pur que le pantalon est tellement serré qu’on voit la bite du toréador (au fait, que devient-il, celui-ci ?).

Alors mes psychiatres et consultants divers analysaient la petite dame ce matin. Il y a une deuxième question à poser : pourquoi a-t-elle gardé les corps des bébés chez elle ?

Dans le temps (quand l’avortement était toléré après la 36ème semaine), à la campagne, on les donnait à manger aux cochons…

Je ne cherche pas à être odieux, hein ! N’allez pas croire que je suis un immonde fumier. Je condamne évidemment cet acte, la petite dame doit être soignée si on est à gauche et punie si on est à droite. Je me demande comment la société a réussi à produire ça ! Ou plutôt, comment elle continue à le faire…

Je me contente de relativiser. De dédramatiser. Un fait divers tragique qui n’a pas à faire la une de la presse. Qu’on laisse la famille dans sa douleur ! Je pense aux deux filles de vingt ans. Je pense au mari, conseiller municipal dans sa commune. Les gens qui les regardent de travers, horrifiés, quand ils vont acheter une baguette et deux croissants, le matin. Ils ne savent pas quoi penser. Les idées s’emmêlent dans leur crâne. Ils ont vécu ces horreurs sans les voir, sans se rendre compte, commises par cette femme qu’ils aiment toujours mais que la une de la presse va voir comme un monstre.

Alors, ils allument la radio, le matin, et écoutent ces psychiatres, ces consultants, grassement rémunérés pour ça, donner leur avis sur leur femme, leur mère, qu’ils n’ont jamais connue.

Comme s’il y avait besoin de consultants pour expliquer qu’elle était dérangée.

Je n’ai pas écouté la radio, hier. Il y avait probablement des consultants qui expliquaient qu’un loisir qui consiste à regarder un zozo en moule-burnes planter son dard dans un taureau plantureux est formidable et doit être protégé au nom des traditions, de la fête, du peuple, …

On va me répondre que je ne comprends rien au sport... Alors que j'ai été consultant pendant plus de vingt ans.

29 juillet 2010

Les vacances...

Betapolitique est en vacances ! Les braves gens s’offrent une pause technique pour remettre la machine en ordre de marche, préparer les nouvelles échéances…

Pendant ce temps-là, nous continuons à vigiler, certes parfois avec la tête dans le cul, mais toujours sur les épaules, malgré notre célibat de contorsion.

Cela dit, la semaine prochaine, je risque de moins vigiler, prenant moi-même une semaine bien mérité avant de revenir une semaine pour en repartir deux ou trois. Ne le dites à personne, mais la semaine prochaine, je me pointe vers Bruxelles avec le gros Tonnégrande. Les autochtones sont priés de bien nous recevoir, au moins pour un dîner. Nous coucherons à l’hôtel et j’ai obtenu du gros que nous fassions chambre à part. C’est plus prudent.

Pour ce qui concerne la deuxième quinzaine d’août, je vais aller faire un tour dans le sud de la France. Le Canton sera chargé de m’accueillir quelques jours, ce même que le Coucou. Pourtant, c’est vers Roquemaure que j’aurais aimé être aujourd’hui, autrement que par la pensée.

Ce billet est illustré gracieusement avec la photo du nouveau préfet de l’Isère.


28 juillet 2010

Merci Christophe

Qui me signale que le cap des 10000 commentaires est atteint au compteur foireux, à gauche, là !



-- Post From My iPhone

Financement des gros partis politiques

« Comment est financée la vie politique française ? » Le monde.fr nous a décortiqué ça.

L’UMP reçoit 7,4 millions de dons de la part de particuliers (partiellement déductibles des impôts) alors que le PS n’en reçoit « que » 1,7 millions (je mets « que » entre guillemets : je n’oublie pas les autres formations politiques, plus petites).

L’UMP touche une aide de l’état, en fonction du score aux dernières législatives, pour un montant de 34,5 millions, contre 23,7 pour le PS.

Ces différences importantes permettent à l’UMP (7,1 millions) de moins prendre d’oseille à ses élus et à ses militants que le PS (25,6 millions).


UMP
PS
Dons
7 409 001,00 €
1 697 237,00 €
Dotation état
34 484 473,00 €
22 702 818,00 €
Elus
1 721 280,00 €
13 166 686,00 €
Corisations
5 437 415,00 €
12 369 123,00 €
Total
49 052 169,00 €
49 935 864,00 €

Ce qui nous fait la modique somme de 49 millions et des brouettes, pour les deux partis, qui grimpent à 52 pour l’UMP (et je ne sais pas pour le PS) grâce à d’autres recettes, notamment les dons des micropartis, dont on parle tant ces jours-ci, puisqu’ils permettent aux gens riches de dépasser le plafond légal des 7500 euros.

Ce n’est pas bien.

La loi et les gens du voyage

Allons faire un tour de Wikipedia, ce matin : « La loi du 5 juillet 2000, dite également loi Besson n°2 (de Louis Besson), a été promulguée par le gouvernement Jospin. Elle a modifié le dispositif de la loi loi Besson (n°1) du 31 mai 1990 qui obligeait les villes de plus de 5 000 habitants à prévoir des emplacements de séjour pour les nomades. Modifiée par des lois ultérieures, la loi Besson fournit le cadre des règles de droit concernant les « gens du voyage ».

En mars 2003, la loi sur la sécurité intérieure a restreint les droits des gens du voyage concernant l'occupation de terrains.

Les obligations municipales ont de nouveau été assouplies par l'art. 27 de la loi du 5 mars 2007 sur la prévention de la délinquance. »

Il s’agit bien de Louis, probablement appelé Loulou par sa chère et tendre dans des moments d’intimité, pas d’Eric.

Pour résumer : la droite a assoupli les obligations des communes concernant l’accueil des gens du voyage et les « stigmatise » maintenant. En matière de ROM, la droite n’a aucune mémoire.

Grâce à l’indispensable Suzanne (qui a d’ailleurs tort d’être d’accord avec Dominique puisque lui seul peut avoir raison, mais je suis hors sujet) et Wikipedia, j’en ai appris un peu plus sur ces mystérieux gens du voyage.

« L'expression « gens du voyage » est une catégorie juridique du droit français, mise en circulation par deux décrets de 1972, qui se référaient à la loi de 1969 sur l'exercice des activités économiques ambulantes, qui remplaça notamment le carnet anthropométrique institué par la loi de 1912 sur les nomades par un livret de circulation. »

Je dois reconnaître que je ne m’étais jamais interrogé sur la législation spécifique, il faut dire que je m’en fous un peu, mais apprendre qu’en 2010, des citoyens français doivent disposer d’un livret de circulation ne provoque aucune hilarité en moi mais juste l’impression que cette législation est proprement ringarde (cliquez sur « livrer de circulation », ci-dessus, vous verrez par exemple que certains détenteurs doivent pointer au commissariat tous les trois mois).

« Dans la pratique administrative et dans le langage médiatique, cette appellation est souvent utilisée pour désigner les Tsiganes de France (y compris les Sinté/Manouches et les Kalés/Gitans), bien qu'ils ne soient itinérants que pour environ 15% d'entre eux, et que parmi la population itinérante en France ils ne soient qu'une minorité. »

Allons bon. Des gugusses qui ont un logement (ou, du moins, un domicile fixe) sont encore considérés comme « gens du voyage »… Ne pas stigmatiser...

« C'est dans un souci de ne pas désigner ethniquement une identité présente sur le sol français que le langage officiel utilise cette expression, la Constitution ne reconnaissant pas l'existence de minorités ethniques ou nationales. » C’est heureux mais cette phrase pourrait faire rigoler mes lecteurs réactionnaires.

Je résume : avec sa vue basse, la loi française oblige quelques minorités ethniques à disposer d’un livret de circulation.

Le législateur devrait peut-être se pencher sur le sujet, avec comme seule problématique de permettre à quelqu’un qui n’a pas de domicile fixe de prouver son identité.

Et encore… Comment font les bateliers ?

Sans stigmatiser personne, hein… A part le législateur.

27 juillet 2010

Sélection

On me signale cette abomination : « Un site internet de rencontre qui ne réunit que des "belles" personnes vient de lancer un forum pour aider à mettre au monde de jolis bébés grâce à ses donneurs de spermes et d'ovules triés sur le volet. Et le service est ouvert aux "moches", préviennent les organisateurs. »

Les moches ayant le droit de recueillir des ovules de belles gonzesses joyeusement fécondées par du sperme d’étalons. Rien n’est précisé à propos du SAV.

Est-ce bien moral ?

Darwin va se retourner dans sa tombe !

Tiens une autre citation :

« Il appartiendra aux conceptions racistes mises en œuvre dans l'Etat raciste de faire naître cet âge meilleur : les hommes ne s'attacheront plus alors à améliorer l'élevage des espèces canines, chevalines et félines ; ils chercheront à améliorer la race humaine ; à cette époque de l'histoire de l'humanité, les uns, ayant reconnu la vérité, sauront faire abnégation en silence, les autres feront le don joyeux d'eux-mêmes. »

Mein Kampf - Adolf Hitler

Ce n'est pas mon président...

« Je viens de lire la dernière note d'Unhuman qui juge que la démocratie recule en France. Il conclut, tout comme Sarkofrance, que Nicolas Sarkozy n'est pas son président » nous dit l’Hérétique (que je copie volontiers pour récupérer les liens).

Je me rappelle, après 2007, il y avait un blog qui s’appelait « ce n’est pas mon président ».

Nicolas Sarkozy n’est pas « mon » président. C’est le Président de la République.

Je mégote et je tergiverse, il n’empêche que la Royauté est finie. Nous n’appartenons à personne.

Tous les chemins mènent aux roms

Comme hier, j’ai envie de faire un billet expliquant que je n’ai rien à dire. J’aurais pu faire un pot-pourri de l’actualité mais l’idée est déjà prise. J’aurais pu parler de ce charlot, rance d’Arabie, qui nous explique que les domestiques doivent obligatoirement porter le hijab et en déduire qu’on fait bien de l’interdire, le moyen âge étant à nos portes.

Non ! Je vais m’abstenir de ne pas parler de Pierre Lellouche, un peu absent de la blogosphère, le garçon alors qu’il mériterait une blogowar rien que pour lui. Ne voila-t-il pas que la « France a demandé lundi à ses partenaires européens de s'attaquer réellement aux problèmes posés par les difficultés d'insertion des communautés roms "pour éviter des mouvements négatifs de l'opinion publique", après des incidents récents sur son territoire. »

Et voilà ! Les émeutes en France, les « vols de poules », sont dues à l’Europe, presque officiellement. Les problèmes de sécurité que l’on connaît au quotidien, depuis 2002 aussi, hein !, avec Nicolas Sarkozy Ministre de l’Intérieur puis Président de la République, doivent être résolus par l’Europe.

Un de ces jours, on va apprendre que l’augmentation de la délinquance est due au traité de Lisbonne.

Alors, au sommet de notre mauvaise foi, nous demanderons qui nous a imposé ce traité.

26 juillet 2010

Qui a dit que mon blog est moche ?

Trublyonne nous communique la liste des blogs de personnalités politiques les plus moches (les blogs, pas les personnalités).

Kremlin des blogs d'été

J’ai finalement fixé la date du Kremlin des Blogs d’août… au 2 septembre pour différentes raisons, notamment qu’il me fallait bien fixer une date (et que j'avais oublié de prendre en compte mes propres disponibilités ; mon absence à un KdB aurait été suspecte...).

Néanmoins, n’hésitez pas à protester en commentaire s’il y a des impossibilités majeures (liées, par exemple, à la rentrée des classes), si vous êtes un milliard à préférer le jeudi précédent, il se pourrait que je change d’avis. Mais faites-le vite, certains se sont déjà organisés pour ce jour-là. Si on change de date, il faudrait que je leur paye beaucoup de bières.

Je regrette beaucoup pour les copains de province qui ne pourront pas venir, néanmoins, je vous invite à organiser des cérémonies commémoratives alcoolisées ce jour-là.

Cela dit, c’est le problème de l’organisation de la France autour de sa capitale, ce que n’arrangera pas le projet du Grand Paris et je vous invite à lire le billet de Gabale.

Tiens ! Et si on demandait la démission d'un autre ministre ?

Dans les commentaires à mon précédent billet, un gugusse s’inquiétait de ma faible production, la semaine dernière. J’explique : l’actualité n’inspire pas. Il n’y a rien. Nous sommes en chômage partiel.

Ce matin, j’écume l’actualité depuis une demi-heure : aucun article ne provoque en moi l’étincelle qui me permet naturellement de débiter des conneries à la vitesse de la lumière. Rien.

Je pourrais parler de l’exécution probable de Michel Germaneau. Elle m’inspirait beaucoup de commentaire hier, du type : il serait amusant que les blogueurs demandent la démission d’Hervé Morin si l’exécution est la conséquence directe du raid manqué de la semaine dernière. Une bonne vieille histoire de barbouze irait à merveille pour ponctuer la saison trois de la Présidence.

Mais nous allons attendre d’avoir plus d’information et tenter d’être objectif : s’il n’avait pas déclenché le raid, à quelques jours de la fin de « l’ultimatum », nous lui serions tombés sur le paletot aussi. En outre, je n’ai pas lu les explications diverses consécutives au raid en question et certaines versions sont contradictoires.

Tiens ! Une andouille au bistro, hier soir, nous expliquait que Michel Germaneau avait été envoyé par la DGSE… A 78 ans…

Mon copain Djibril, lui, connaît mieux la géographie locale vu que quand il n’est pas Ivoirien il est Sénégalais. Il n’a pas d’avis à part que si le raid a bien été fait au Mali sans discussion avec les autorités locales, la diplomatie française et les responsables de la défense méritent des baffes.

C’est pour ça que je propose d’exiger la démission d’Hervé Morin (Bernard Kouchner sera naturellement foutu dehors au prochain remaniement). Pour faire plaisir à mon copain Djibril. J’espère qu’un canard quelconque prendra le relai en lançant une pétition avant 18 heures.

Après, j’ai bistro avec Djibril.



D'ailleurs, heureusement que j'étais au bistro, hier soir. La télé bouclait sur LCI où j'ai lu l'information en question alors que je n'avais rien vu dans mon twitter. Je crois bien que j'ai été le premier à twiter le bazar... Comme quoi, LCI, ...

25 juillet 2010

24 juillet 2010

Destination préférée ?

Le Canard Enchaîné de la semaine a l'obligeance de nous rappeler que la France est la troisième destination préférées des investisseurs étrangers après les USA et la Chine. D'ailleurs, elle était deuxième il y a peu d'après le même article, mais la mauvaise politique de la droite, depuis huit ans a agi.

La principale raison de cette « bonne performance » est la productivité du travail.

C'est donc la preuve qu'il ne faut surtout pas changer le droit du travail, voire revenir sur les évolutions faites depuis huit ans. Ceci concerne également la poursuite du travail : la retraite. La réforme ne doit pas aboutir.

C'est aussi la preuve de la qualité de notre Education Nationale qui forme correctement les futurs travailleurs. C'est aussi la preuve de la qualité de nos services publics en général. Il est donc urgent d'arrêter de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

C'est aussi la preuve de la qualité de nos infrastructures, de notre réseau routier, …

C'est surtout la preuve que les entreprises sont moins taxées en France qu'à l'Etranger, ou, plus exactement, il reste encore de la marge pour augmenter leurs prélèvements.

Le gouvernement actuel mène une politique totalement à l'opposé de ce qui devrait évidemment être fait pour l'intérêt des entreprises, des entrepreneurs, … Bref, de ses électeurs.

Amusant, non ?

23 juillet 2010

Partageons mon manque d'avis

Quand il se produit un événement grave, comme récemment la mort d’un jeune « gars du voyage » suivie d’émeutes, d’attaque d’une gendarmerie, le blogueur et le commentateur de blog, comme probablement le pilier de comptoir et la concierge de l’immeuble d’à côté, tenteront d’exprimer une opinion.

Pour se faire, ils analyseront froidement les résultats et finiront par en tirer un avis conforme à leur opinion politique, à ce qu’il doit dire, …

Alors le type de droite prendra parti pour la gendarmerie et condamnera les émeutiers.

Alors le type de gauche sera tenté de taper sur le gendarme qui a tiré un peu vite (l’enquête nous en dira plus) mais se dira quand même qu’on ne peut pas tolérer un trouble à l’ordre publique tel que celui de la semaine dernière, avec toutes ces andouilles qui conchient les valeurs de la République.

Alors le type d’extrême gauche se dira que la révolution ne peut pas venir de ces gens-là, pour cette raison, en faisant écran de fumée devant les mouvements financiers à moitié louches des puissances du pognon.

Alors le type d’extrême droite fera une théorie sur la nécessité de les expulser du territoire.

Alors le centriste fera diversion en tentant de démontrer qu’on pourrait équiper les forces de l’ordre d’armes non létales.

Et moi, je ne sais pas. Les émeutes sont graves, mais je ne sais pas comment ces « gens du voyage » se sont montés le bourrichon, je ne connais pas les circonstances de l’accident. Alors, je joue au centriste. Je fais diversion en faisant un billet pour critiquer le manque de moyens des forces de l’ordre et pour dire : « Bah ! C’est la faute à Sarko ! ». Ca m’arrange bien, j’aurai une trentaine de commentaires, des liens et des RT. C’est mon job de blogueur gauchiste.

Mais en fait, je n’ai pas d’avis. Il faudrait que je change le titre de mon blog.

Si ! J’ai un avis ! Le type n’avait pas à forcer un barrage de police. Le policier n’avait pas à tirer. Les émeutiers n’avaient pas à émeuter et je n’ai pas à néologismer.

Je ne sais pas ce qui a amené le type à forcer le barrage. Je ne sais pas ce qui a amené le policier à tirer.

Les trois faits sont graves.

Mais je ne sais pas pourquoi j’aurais une priorité à établir entre la gravité des faits.

22 juillet 2010

La fin de la retraite à 60 ans actée

« La fin de la retraite à 60 ans actée en commission à l'Assemblée. » Tel est le titre de cette dépêche sur laquelle je suis tombée ce matin. Ca m’énerve ! Oh ! Ce n’est pas une surprise, on savait que le gouvernement tenait à ce report de l’âge de la retraite. La grosse commission est à majorité UMP, il est logique qu’elle suive le gouvernement. Les ordres viennent d’en haut. Au diable la démocratie et tout ça.

Non. Ce qui m’énerve c’est l’utilisation du verbe « acter », décliné ici en « actée ». C’est un affreux néologisme qu’on emploie couramment au travail à la place de « prendre acte », « entériner », « décider » ou autre.

Le verbe « acter » est probablement le plus laid depuis la création de la langue française par sa majesté Dieu 1er, le père. Même "valider" est plus joli.

La Conseil de Direction a acté la proposition du Groupe de Travail… Dans un compte rendu sur deux, on trouve ce genre de connerie.

On n’a pas un Ministère de la Francophonie et du Bon Parler Réunis ? Que foutent-ils ? Et à l’Académie ? Il faudrait les foutre à la retraite à 60 ans, cela. Pourtant, c’est plutôt l’âge où ils commencent à bosser.

Heureusement qu’il reste la Commission pour rigoler. « Les débats ont ricoché sur le conflit des aiguilleurs du ciel: "Il faut tous les virer!", a lancé Yves Bur (UMP). Réponse de Pascal Terrasse (PS): "Quand on a un gouvernement sans pilote, on a besoin des aiguilleurs!". »

21 juillet 2010

Annonces sécuritaires

Je ne sais pas si mon billet d’hier soir, à propos de la sécurité, était prémonitoire, mais les annonces pleuvent aujourd’hui. Il faut dire que j’avais oublié un élément important, c'est-à-dire les annonces phares pour dire qu’on prend les choses en main.

Et hop ! On change le préfet.

Le précédent devait être usagé…

Mais ce n’est pas ce qui attire mon attention, dans cette dépêche, mais une petite phrase du Chef de l’Etat : « Je tiendrai une réunion à ce sujet le 28 juillet. Cette réunion fera le point de la situation de tous les départements et décidera les expulsions de tous les campements en situation irrégulière. »

Tout d’abord je ne sais pas si « une réunion décide » ou si ce sont les participants qui décident…

Toujours est-il que je me demande à quoi servira cette réunion. La décision semble déjà prise.


20 juillet 2010

Climat de violence

Le mensuel « L'Essor de la gendarmerie » et « l'Union nationale du Personnel en Retraite de la Gendarmerie » « ont dénoncé aujourd'hui, dans un communiqué commun, un "climat de violence" envers les forces de l'ordre » nous dit le Figaro !

C’est vrai qu’il y a eu quelques événements inquiétants ces derniers jours, que nous autres, blogueurs gauchistes, dénonçons bien évidemment, contrairement à ce que laissent entendre certains blogueurs de droite (pas nécessairement mes copains réactionnaires d’ailleurs).

Néanmoins, on ne peut pas faire grand-chose. On a un Ministre à stigmatiser et une réforme des retraites à dézinguer.

Certains blogueurs de droite, néanmoins, n’hésitent pas à faire de la politique et à dénoncer brillamment l’échec de la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy.

En voulant en savoir plus sur « L’Essor de la gendarmerie », je suis tombé sur cet édito (colonne de droite) qui illustre très bien un volet de cet échec.

« Au nom de la  fameuse RGPP (Révision générale des politiques publiques), les effectifs de la Gendarmerie ont été réduits. Pour compenser  cette perte de personnel, on incite les gendarmes à se concentrer sur leur "cœur de métier", à éviter les tâches annexes. »

« Cela étant, il reste beaucoup à faire : le problème des transfèrements de prisonniers, notamment, n’est toujours pas résolu... Les gendarmes continuent à effectuer ces missions qui, pourtant, incombent à l'administration pénitentiaire.Sans évoquer le problème des "missions indues", tels les gardes statiques ou les détachements divers, qui peuvent occuper jusqu’à 40 % du temps de service. »

Outre le transfert des prisonnier (je peux témoigner, ils traversent Bicêtre tous les soirs) et ces missions indues, l’édito cite aussi le temps passer à jouer au comédien pour les reconstitutions.

Pendant ce temps là, il règne, en ce mois de juillet finissant et malgré la victoire d’un Français dans l’étape du jour, un « climat de violence ».

Alors les jeunes se détournent, encore plus, de la politique, pointant son inutilité. Une partie de la France reste chez elle, calfeutrée, en attendant de voter pour Nicolas Sarkozy, en 2012, parce que l’échec de sa politique n’aura pas été assez dénoncé et qu’une partie des zozos qui font de la communication, blogueurs compris, probablement, dénoncent le laxisme de la gauche…

Et les budgets cumulés de la justice, de l’éducation, de la sécurité continuent de fondre parce qu’au nom du modernisme il ne faut pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Dépendance : une usine à gaz au nom du progrès ?

J’évoquais hier la sortie d’un rapport parlementaire préconisant l’instauration d’une assurance obligatoire, à partir de 50 ans, pour financer la prise en charge de la dépendance, cette assurance étant confiée au secteur privé (assurances, mutuelles,…). Plus j’y pense, plus je trouve cela abject.

Il y a peut-être des soi-disant libéraux qui vont se réjouir qu’il ne soit pas préconisé que la Solidarité Nationale (cotisations sociales et impôts, donc) ne soient pas sollicités. Moi pas. Mais surtout, je les invite à réfléchir à la notion d’assurance obligatoire. A l’adjectif « obligatoire », surtout.

En bon gauchiste, je pourrais maugréer sur l'inégalité de traitement entre les riches et les pauvres, sur l'impossibilité d'avoir une cotisation à un organisme privé proportionnel au revenu, ... Pour l'instant, je vais me contenter d'observer.

Il va découler de tout ça une usine à gaz, puisqu’il faudra bien prendre en compte le montant des cotisations pour déterminer le niveau de soin, c'est-à-dire le niveau de pognon qu’aura à débourser l’institution privée pour vous maintenir dans des conditions de survie acceptable… Pour ma part, je prendrai l’assurance la moins cher jusqu’à 85 ans, quitte à prendre la formule la plus luxueuse après.

Afin de parer à toutes les ruses possibles, on va se retrouver pieds et points liés à un organisme ou, la loi, devra imposer un transfert de ressources entre ses compagnies privées. Bonjour le libéralisme !

Ainsi, des sociétés privées vont gagner de l’argent sur le malheur des gens. Ils vont nous mijoter ça au nom du progrès, de la nécessité de faire des réformes et j’en passe. L’argumentation ultime étant la nécessité de ne pas augmenter les prélèvements obligatoires. Tu parles ! Au nom de ça, ils vont créer une cotisation obligatoire à une assurance… Pour ma part, j’appelle ça un prélèvement obligatoire et quand je vois certains tableaux de comparaison entre pays, j’ai tendance à rigoler sournoisement.

Je ne suis pas fataliste mais ainsi va la vie. Dans 50 ans, ils nous trouveront autre chose et trouveront normal de faire agir la solidarité nationale. Ca tombe bien, dans 50 ans je serai soit grabataire soit mort.

Allez ! Soyons bon ! Je vais essayer de mourir à 90 ans exactement ! Comme ça j’aurai filé un maximum de pognon à mon assurance préférée et je ne lui aurai pas coûté un sou en hébergement dans une MAPAD ou un établissement de ce type.

Hop ! Une bonne canicule ! 10 000 morts ! L’action des compagnies d’assurance prend 10% à la bourse ! Le bonheur, je vous dis.

En toute moralité : on aura bâti ça au nom du progrès…

19 juillet 2010

Andy Schleck vient de perdre le Tour de France





-- Post From My iPhone

Privatiser la dépendance...

Le Monde annonce cette après-midi le prochain « dépôt » du rapport parlementaire sur la prise en charge de la dépendance. J’avais peur de mal lire. Du coup, j’ai été chercher le rapport sur le site de l’Assemblée (il est sorti mi juin, en fait).

Nul doute que la dépendance a un coût qui ne cessera d’augmenter avec le vieillissement de la population. Il faut bien faire quelque chose… Nicolas Sarkozy avait promis la création d’une « branche "cinquième risque" de la Sécurité sociale qui était un des engagements majeurs » de sa campagne.

Ca me paraissait une idée sympathique mais je n’avais pas spécialement étudié la chose, n’étant pas un spécialiste de la création de branches… Toujours est-il que le rapport semble enterrer définitivement le projet.

Le rapport, après une très longue présentation « du problème », livre des propositions.

On ne comprend rien (ou presque…) aux 11 premières mais la douzième saute aux yeux :

« Proposition n° 12 : Rendre obligatoire dès l’âge de cinquante ans, la souscription d’une assurance perte d’autonomie liée à l’âge et assurer son universalité progressive par la mutualisation des cotisations et la création d’un fonds de garantie. »

Z’avez bien lu ! Une assurance obligatoire. On sent déjà un cadeau fait au secteur privé. L’état se désengage carrément, semble-t-on comprendre. Alors, il faut lire la suite.

« 2. Maintenir à titre transitoire une prise en charge publique ».

Voila. La prise en charge publique va être supprimée. C’est confirmé. Y compris d’une partie du périmètre de la sécu actuelle (l’APA, pour résumer).

La proposition suivante est moins surprenante, on en parlait déjà dans la presse récemment : « Proposition n° 13 : Revoir les taux de la contribution sociale généralisée applicable aux pensions de retraite afin d’aménager une meilleure progressivité de ces derniers en fonction des montants de ces pensions et appliquer un taux de 7,5 % aux montants les plus élevés. »

On taxe les retraites. En prenant bien soin de plafonner pour éviter que les grosses pensions payent trop…

« Proposition n° 16 : Alléger le régime fiscal applicable aux rentes viagères lorsque ces dernières sont destinées à prendre en charge une perte d’autonomie avérée. »

Ben tiens… Diminuer l’imposition des rentes viagères…

La position des socialos est très claire : « On peut se féliciter de l’annonce d’un texte très attendu par l’ensemble des professionnels du secteur et par les personnes concernées et leurs familles. Toutefois les propositions avancées dans le présent rapport préfigurent en quelque sorte les choix politiques qui seront faits lors de l’examen de ce prochain texte. Certains de ces choix ne sont pas acceptables pour les députés du groupe SRC qui ont participé activement à cette mission. »


Ben tiens !

Ne sommes nous plus en démocratie ?

Des collègues blogueurs ont rencontré Séverine Tessier, porte parole d’Anticor, « l'association des élus et citoyens contre la corruption ». J’étais d’ailleurs invité à cette rencontre mais comme souvent, je me suis dégonflé.

Je concluais mon billet d’hier par « Tu vois, c’est l’histoire du dernier sursaut avant la fin de la démocratie. » Dans les commentaires, trois personnes se qualifiant elles-mêmes de droite, Corto, Didier Goux et FalconHill, semblent trouver que j’abuse.

Peut-être. Ca me consolera pas de savoir qu’il existe des vraies dictatures, dans le monde…

Effectivement, on est gouvernés par des gens qui sont élus. Il y a des nouvelles élections en 2012. On pourra toujours voter. Une majorité se prononcera pour un candidat à la présidentielle puis, dans un élan traditionnel de la Cinquième République, une majorité de députés seront issus du même camp que le Président. Ils auront quartier libre pour cinq ans. Perdront quelques élections locales.

Ce matin, le compte rendu de Dagrouik de l’entretien avec Mme Tessier a resurgi dans mon Reader. Du coup, je me suis replongé dans la lecture de celui de Vogelsong et celui de Seb Musset. Du coup, j’ai relu l’analyse de Sarkofrance. Ces billets étaient sortis le 14 et le 15 juillet (le 14 était férié et le 15, j’ai plus ou moins zappé les blogs) et n’avaient pas émoustillé les quelques neurones qui me restent.

Aujourd’hui, je suis réveillé. Atterré, tant les démonstrations sont implacables. On voit tellement de choses autour de nous, qu’on oublie de tout mettre au bout.

Dans un des ces billets, par exemple, le taulier évoque la libéralisation des jeux en ligne. La femme du ministre qui était en charge du dossier est liée au PMU. Ca n’est qu’un exemple.

Un autre ? Un autre… Dagrouik nous rappelle que le fisc compte 15000 agents en moins depuis 2002… et depuis quelques jours des histoires de fraudes fiscales font la une de la presse, car détectées par elle.

Et pourtant…

Guy Birenbaum, ce matin, nous rappelle les conflits d’intérêts permanent, y compris au sein des journalistes politiques qui devraient être les premiers à les traquer. Il nous cite l’exemple d’une journaliste qui interviewe Bernard Accoyer, le Président de l’Assemblée Nationale, au sujet des conflits d’intérêts. La journaliste vient d’être nommée Officier de la Légion d’Honneur. Elle est Présidente de l’Association des journalistes parlementaires. « Elle illustre juste la schizophrénie d’une journaliste (parmi tant d’autres…) qui, questionnant un élu sur les conflits d’intérêts, ne se rend même pas compte qu’elle nage dedans… Jusqu’au cou. »

Les contre-pouvoirs disparaissent.

Nous ne sommes plus vraiment en démocratie.

Lisez les billets que je cite : je ne peux résumer tout en une page. « S. Tessier déclarait très sérieusement à la fin d’un entretien “On ne va pas se mentir, on n’est plus en démocratie” ».

L’affaire Woerth a surgi dans la vie politique avec des espèces de ramifications dans tous les sens. Les micro-partis sont découverts. Un ministre va chercher de l’oseille à Londres, profitant d’un déplacement officiel,…

Le tous pourris revient et Didier Goux ironisera dans les commentaires en me demandant si je découvre la politique.

D’autres vont nous expliquer que ce « tous pourris » profite au Front National alors que Dagrouik nous rappelle que presque toutes les grandes mairies, tenues par le FN, ont sombré dans des scandales divers.

Tout est fait pour détourner les citoyens de la politique. « Sarkozy vise l'abstention en 2012 , dégouter de la politique et faire peur aux vieux anciens pour les convaincre de voter massivement pour lui : retraites […], insécurité […] et autres peurs connexes. »

Que donne la une de la presse ce matin ? La suite de l’affaire Woerth et des tirs sur des policiers, à Grenoble.

Ah ! Un Français a gagné l’étape…


Bravo à Anticor. Bravo aux journaux qui sortent les affaires. Félicitations aux copains blogueurs.

L'avis des héros

Je me demandais où était passé Dominik... Son blog avait ralenti. Et encore, je suis gentil, il nous avait habitué, pendant des années, à faire deux billets tous les jours mais avait levé les pieds depuis quelques mois.

Figurez vous que cet animal sort un album avec les dessins qui illustraient son blog.

"Album format A4, 48 pages, dos toilé pour 12 € à commander sur le site de Temps Impossibles. Exemplaires numérotés et dédicacés. Une lecture idéale sur la plage !"

18 juillet 2010

C'est l'histoire d'une affaire...

Les patrons de la Comète ont ouvert leur bistro début juin. La patronne nous a avoué être un peu coupée de l’actualité, depuis. Ainsi, hier midi, nous prenions l’apéro, avec le gros Tonnégrande et nous évoquions l’affaire Woerth. En cette période estivale, presque trop dominicale pour un samedi, la patronne est venue nous écouter et, à un moment, nous a demandé ce qu’était l’affaire Woerth.

C’est vrai qu’avec Tonnégrande, nous étions un peu dramatique, en nous demandant quand Eric Woerth démissionnerait-il. On venait de voir dans la presse une retranscription des propos de M. de Maistre et la seule option possible nous parait la démission.

Alors j’ai regardé la patronne :

« Tu vois, c’est l’histoire d’un type qui est ministre du budget et trésorier de son parti politique et qui fait embaucher sa femme par une des premières fortunes de France, pour la bagatelle d’un salaire qui dépasse ton budget annuel de location du bistro ».

« Tu vois, c’est l’histoire d’un parti politique qui se fait verser quelques centaines de milliers d’euros par une fortune et met en place le bouclier fiscal qui permet à la brave fortune en question de toucher un chèque de 30 millions d’euros, de la part de l’état, donc du contribuable ».

« Tu vois, c’est l’histoire d’un parti politique qui a créé tellement de « sous partis » pour échapper aux règles de financement des partis politiques, qu’il a plus de dix fois plus de moyens financiers que son principal concurrent ».

« Tu vois, c’est l’histoire d’une affaire juridique qui est confiée à un magistrat, copain des principaux incriminés, lui-même cité dans l’affaire ».

« Tu vois, c’est l’histoire d’une presse qui renaît, qui joue son rôle, qui « sort les affaires » car elle est le dernier rempart. C’est l’histoire d’une vieille presse où le Président de la République essaie de placer ses copains à sa tête et d’une presse récente qu’on essaie de museler par des procès divers. C’est l’histoire de blogs qui ne peuvent rien faire, qui n’ont aucune information, qui ne peuvent que soutenir cette presse ».

Tu vois, c’est l’histoire du dernier sursaut avant la fin de la démocratie.

17 juillet 2010

12 fois plus de dons de personnes physiques pour l'UMP que pour le PS

Ayant sorti la clé de 8 pour bricoler mes blogs, je ne comptais pas faire de billet politique ce matin, à ton grand désespoir, je sais. Néanmoins, chez Stef, je suis tombé sur des chiffres éloquents.

« En 2007, Ségolène Royal avait récolté 743.000 euros de dons de personnes physiques pour le PS. Nicolas Sarkozy, lui, pouvait s'appuyer sur une somme de plus de 9 millions d'euros. »

Suite à l’intervention de Nicolas Sarkozy, à la télé, l’autre soir, et aux rebondissements de l’affaire Woerth, plusieurs de mes copains évoquent la fin de la démocratie.

Encore une trace…

16 juillet 2010

Le feuilleton de l'été

16 juillet – Un chèque de 100 000 euros.
15 juillet – Eric Woerth acceptait aussi les petits dons sur Internet.
15 juillet – La Cour des Comptes s’interroge sur le coût des déplacements présidentiels.
15 juillet – 4 hommes en garde à vue.
14 juillet – Eric Woerth rattrapé sur l’hippodrome de Compiègne.
11 juillet – Le rapport de l’IGF.
10 juillet – Plenel fasciste ?
09 juillet – Confirmation par la comptable?
08 juillet – Rétractation de la comptable.
07 juillet – Confirmation de retraits par la police.
06 juillet – Accusations par l’ex comptable.
05 juillet – 64% français en ont marre de la corruption.
05 juillet – cacophonie gouvernementale suite à des pseudos démissions.
04 juillet – deux fusibles sautent.
03 juillet – Multiplication des allers-retours à Genève.
02 juillet – Comme un Dieu en France.
01 juillet – Liliane Bettencourt a récupéré 30 millions du fisc.
30 juin – L’Elysée à recommandé son avocat à Liliane Bettencourt.
29 juin – Les enregistrements qui accusent.
28 juin – Garden Party annulée (c’était le 23, en fait).
27 juin – Un Airbus à 180 millions.
27 juin – Démission (c’était avant, en fait…).
26 juin – Vers un gel des salaires des fonctionnaires ?
25 juin – Un journaliste gifflé.
24 juin – Troisième levée de fonds pour Pearltrees ! Ah merde ! Rien à voir… Par contre, je vous conseille d’aller faire un tour sur Pearltrees et chercher toutes les perles sur l’affaire !
24 juin – Deux millions de personnes dans la rue.
23 juin – Expulsion de Stéphane Guillon.
23 juin – Eric Woerth a décoré le conseiller de Liliane Bettencourt.
22 juin – Doublement du salaire de la patronne de la Halde.
21 juin – « Eric Woerth Démission ! »
21 juin – Réactions embarassées ?
21 juin – Preuves sonores mises en ligne par Médiapart.

N.B. : Je me demandais à quoi pouvait bien servir Twikio. Maintenant, je sais.