07 novembre 2018

Pétain coup, ça ira mieux !

« Si, par malheur, en d'autres temps, en l'extrême hiver de sa vie, au milieu d'événements excessifs, l'usure de l'âge mena le maréchal Pétain à des défaillances condamnables, la gloire qu'il acquit à Verdun, qu'il avait acquise à Verdun vingt-cinq ans auparavant et qu'il garda en conduisant ensuite l'armée française à la victoire ne saurait être contestée ni méconnue par la patrie. »

C’est de Gaulle qui a dit ça. 

La polémique qui a suivi les propos de Macron est mauvaise. Même Mitterrand fleurissait la tombe de pépé quand il ne faisait pas une belote avec Bousquet et Papon. 

Le pire est que ces cons de l’opposition, qui ont alimenté, voire fait, la polémique ont accusé Macron d’avoir sorti ça pour cacher je ne sais plus quel scandale et veulent en faire une autre polémique. C’est drôle. 

1. Pétain était un grand soldat,
2. Hitler était un grand peintre,
3. Mussolini dansait très bien le ballet quand il trouvait des ballerines à sa taille,
4. Dimanche, mon TGV s’est arrêté à Laval, 
5. Les réseaux sociaux rendent con.

04 novembre 2018

Ragoût de veau à la Jegoun

Après avoir eu un blog politique pendant des années, je décide d’avoir un blog culinaire le dimanche soir. Figurez-vous que j’avais prévu de le faire un sauté de veau pour ce midi et demain du même métal mais, ce matin, j’ai traîné. J’ai donc déjeuné d’autre chose mais, après la sieste, il fallait que je pense à mon repas du soir,

J’ai mis plein de beurre dans une sauteuse. J’ai foutu ma viande, des moreceaux de veau, donc, parce que je ne fais pas du ragoût de veau avec une vieille pintade. J’ai ajouter plein de poivre, un peu de sel et du vinaigre balsamique. Je n’avais pas de vin blanc. Et si j’avais ouvert une bouteille, il aurait bien fallu que je la finisse. Et du thym. Pas trop. Une fois que tout cela avait un peu roussi, j’ai ajouté une cuillère à soupe de farine. Une bonne, bien soupoudrée. A 16 heures, j’ai ajouté des pommes de terre et j’ai mis 50 cl d’eau. Je ne recule devant rien. J’ai couvert. Touillé tous les quarts d’heures. A 16h45, j’ai éteint la plaque et je suis allé vaquer. 

A 20h15, le bistro étant fermé, je suis revenu à la maison. J’ai ajouté une petite boîte de champignons. J’ai laissé chauffer doucement. 

Un bonheur ! J’ai failli tout manger ce soir alors que j’avais prévu d’en faire deux repas. Soit six parts pour une famille normale mais mon appétit n’est pas normal. 

La cuisine, c’est simple. Faites comme vous le sentez et laissez tomber les recettes. Des produits. Une sauteuse. Et hop !

31 octobre 2018

Ce qu’il faut, à gauche, c’est de l’aspirine !

Je viens de traiter un militant visiblement insoumis de connard alors qu’il m’accusait de favoriser une politique libérale et faisait ainsi monter l’extrême droite. 


Je suis certes un libéral mais de gauche ce qui dépasse l’entendement de certains qui ont oublié certaines racines. 


Néanmoins, si les types de la gauche de la gauche oublient que si le peuple, le vrai, celui qu’ils disent représenter, ne vote pas pour elle mais pour les fachos en culotte courte, c’est parce qu’ils n’arrivent pas à les convaincre. Pas parce qu’ils rejettent les politiques menées contre lesquelles ils n’ont pas arrêté de chier. C’est un peu le truc de l’œuf et de la poule. La gauche modérée a un peu échoué électoralement. Ces andouilles croient qu’il suffit d’être plus à gauche pour gagner. Il faut de l’aspirine pour tout suivre. Alors que le moindre virage à gauche provoque le retour de la droite. Et que la droite traditionnelle ne sait plus rien proposer, c’est son extrême qui reçoit les points donner par le peuple, ce truc que croient représenter les types de la gauche de la gauche. 


On aura jamais assez d’aspirine. 


Toujours est-il que le militant qui perd une élection se trompe, par définition, dans son argumentation. 

27 octobre 2018

Le PS n’est pas mort, s’il ne fait pas le con


Il y a quelque chose de surréaliste chez les « anciens » militants socialistes quand on parle de leurs vieilles diva. Aujourd’hui, c’est un ex couple ex emblématique qui s’y colle Ségolène Royal et François Hollande. La première envisage de se porter tête de liste pour le PS pour les européennes. Le second laisse de plus en plus entendre qu’il sera candidat en 2022 pour la présidentielle. Je compte sur les deux. 


Ségo est la seule personne pouvant éviter une lourde défaite au PS et de se transformer en groupuscule politique ridicule. Il est statistiquement à peu près évident qu’elle récupérera les voix de ceux qui se revendiquent sympathisants socialistes, y compris parmi ceux qui se revendiquaient de l’aile gauche et qui craignent maintenant de se faire alpaguer par Méluche et ses sbires. Ils savent qu’ils sont dans une impasse politique. Sa liste récupérera aussi les voix d’andouilles comme moi, le cœur à gauche avec le vote de raison à LREM. A un stade où dépasser 7% relèverait du miracle pour le PS, elle pourrait cartonner. 


Pépère et elle sont les deux vieilles personnalités du PS, avec Jean-Luc Mélenchon, à avoir conservé une certaine carrure politique. Les générations passent... Exit les autres. 


Nous voilà à Pépère. Je fais des publications Facebook et Twitter pour dire que son retour me plairait assez bien. Ne serait-ce que pour le côté farce : le seul président de la République qui ne se représente pas à l’issue de son premier mandat (à part Pompidou qui a eu un empêchement) et qui reviendrait gagnant (ce qui reste à faire) à l’issue du quinquennat de son successeur (qu’il a d’ailleurs lui-même lancé sur la scène - il savait sans doute dès 2012 qu’il n’aurait aucune chance d’être réélu vu qu’aucun ex ne l’a été hors période de cohabitation). 


Je ne vois pas qui, en 2022, pourrait sortir du lot au PS pour être candidat. A la gauche de la gauche, on a un candidat charismatique dont je parlais. Il sera sans doute trop vieux pour la prochaine échéance mais un second couteaux pourrait émerger, genre Adrien Ruffin. Mais, objectivement, le seul espoir de LFI est que son candidat soit opposé à Marine Le Pen au second tour. Si la nièce se présente, ils sont foutus. Elle est bonne, ça nous ferait du changement. C’est maintenant. 


Nous sommes à trois ans des élections. Je disais à l’instant que je ne vois pas qui pourrais émerger au PS dans trois ans. En 2009, personne ne voyait Hollande. En 2014, personne ne voyait Macron. 


En 2019 (disons fin 2018), personne ne voit Hollande. Ni qui que se soit d’autres. 


Les copains de gauche dans les réseaux sociaux me disent que les gens rejettent Hollande. Peut-être. Qu’en sera-t-il en 2022 quand il aura continué à défendre son mandat ? Je n’en sais rien. 


Ce qu’il y a de surréaliste dans les réactions des gens, c’est :

  • ceux de la gauche du PS qui font des théories et affirment des certitudes, comme s’ils n’avaient rien appris, rien analysé,... Ils sont tous persuadés que les électeurs devraient être d’accord avec eux, soutenir leur ligne politique et lui donner une majorité. Alors ils tapent sur Hollande en l’accusant d’avoir détruit la gauche sans même imaginer leur propre responsabilité. Les frondeurs et tout ça. 
  • ceux de la droite du PS qui avaient soutenu Royal en 2007 et qui sont passé LREM depuis, qui la critiquent sans cesse. 


Avec son histoire de colonisation à l’envers, Olivier Faure a fait fort (aucun jeu de mot) même s’il galère dans les médias, aujourd’hui, pour dire qu’on lui fait dire patati patata. Il se retrouve avec des tas d’andouilles qui le critiquent. Mais il se réconcilie avec d’autres, comme moi. La République, la laïcité. Tout ça. 


Le PS n’est pas morts. Ceux qui ont voulu le tuer sont partis. 


Advienne que pourra. 

24 octobre 2018

L’appel du centre

D’un copain dans FB : « Nous avons la droite la plus bête du monde (on le savait). Nous avons la gauche la plus bête du monde (on le découvre). Nous avons l'extrême-droite la plus bête du monde (ce n'est pas une surprise). Nous avons l'extrême-gauche la plus bête du monde (à ce point tout de même c'est surprenant). Et vous voudriez que les Français ne soient pas tentés par le centre. Faut pas pousser non plus. »

J’adhère comme un bonbon peut adhérer au papier quand il reste dans la poche et qu’il fait chaud. 

J’ai lu des publications, des articles, des études qui tentent d’expliquer le vote ou le penchant des anciens électeurs du PS. Vous avez la réponse.

18 octobre 2018

Lenfant terrible. Pouf pouf.




J’ai pas tout lu. Je connais un seul de mes clients qui lira ; il est vicieux. Cela étant, je vais raconter une histoire. Il y a quelques années, une membre des hautes instances du PS m’a contacté vu que j’étais un blogueur en vue, soutien de pépère. Elle me dit qu’elle souhaitait monter un site internet pour défendre la politique de François Hollande qui en prenait trop dans la gueule. Elle m’a assuré qu’elle assurerait la promotion du truc. J’ai bossé. J’ai réuni une équipe de copain. On a bossé. Surtout Marco, à la technique. Le site est lancé. Stopbashing, le site qui fait du bien aux citoyens était né. On avait parfaitement répondu au cahier des charges. Le marketing devait être assurée par la personne, membre du Bureau National du PS. 

Elle n’a rien fait. Le site a été un échec. 

Voir ses publications sur internet, ce soir, me mettent en joie. Ça démontre que les cadres de l’aile gauche du PS n’ont aucune constance, aucune vue à long terme, aucune envie d’être élus. 

Il faut seulement justifier une posture pour avoir une potentielle légère influence locale. 

17 octobre 2018

Les dents jaunes

Je présente mes excuses à mes centaines de millions et million de lecteurs. Je n’ai pas eu le temps de faire un billet depuis plusieurs jours. Pour meubler, je vais diffuser la photo d’un de les tweets. 



A part ça,j’ai reçu une démande de « pote » dans LinkedIn de Gauche de Combat mais avec son vrai nom, il a oublié que j’avais les moyens de le reconnaître, rien qu’avec sa photo de profil. Je ne connaissais pas son nom... Comme il passe son temps à dénoncer des types dans son blog, le dénoncer en retour. 

C’est un principe de base. Quand on est con, on est con. Heureusement, j’ai la flemme et je vais oublier. Sauf s’il dépasse encore les bornes de la dénonciation. 

Mais sa connerie suffit à me faire rigoler. 

Tout comme celle de Mélenchon et de toutes les andouilles qui essaient de justifier ses conneries d’hier. Dont des types que je soutiens pour des raisons étranges comme Dray et Faudot. 

13 octobre 2018

Demandez le slogan : Ségolène, aux européennes !

Très bonne idée. Ils sont peu à pouvoir sauver le PS du naufrage. Avec une bonne campagne du genre « à gauche et en Europe », elle peut faire un joli score. Même avec 12%, ça serait une score miraculeux pour le PS. Mais elle peut faire beaucoup plus. 

L’handicap : ses fans de sa première heure son passés chez Macron. Revoter PS sera pour eux difficile. Mais aussi l’occasion de tourner une page, de liquider ce qu’on peut qualifier de parenthèse lamentable. 

Je crois être un tantinet représentatif de l’électorat du centre gauche. Je n’ai jamais aimé Ségolène Royal avant 2012. Après j’ai changé d’avis pour des raisons qui ne te regarde pas. Si Julien Dray, Stéphane Le Foll où elle se présentent en tête de liste, je vote pour elle. Sinon, le vote LREM pour éviter des espèces de populistes (c’est paradoxal, Emmanuel Macron est sans doute le pire des populistes). 

Marie-Noelle Lienemann et Emmanuel Maurel ont quitté le PS. Celui-ci doit en profiter pour se repositionner au centre gauche clairement. Voire redéfinir ce qu’est le centre gauche, à social démocratie et tout ça. Olivier Faure n’imprime pas dans les médias. Il est sans doute plein de qualités mais ça ne suffit pas. Si son parti se plante aux européennes, il est mort. Ils sont morts. Le PS et Faure. Un tas de charognards espèrent l’échec pour récupérer un gâteau qui ne vaudra plus rien. Des cons. 

En fait, Ségolène Royal est presque la seule chance de sauver le centre gauche. 

C’est ainsi.

10 octobre 2018

Diallo ferrugineuse

Dans son dernier billet, Sarkofrance nous parle de Mâame Diallo et des croisades menées contre elle avec le style qui le caractérise : je ne suis pas toujours d’accord avec elle mais je la soutiens. L’art de ne pas se prononcer sur le fond tout en évitant de se fâcher avec ses lecteurs. 


Sur la forme, il n’y a pas de croisade contre elle : elle se présente en victime et a un don pour faire appel à ses soutiens un tantinet suivistes. De fait, ses lascars rentre souvent dans le lard des opposants. On pourrait se demander où va la croisade... En outre, elle dispose d’une tribune médiatique bien meilleure que ses opposants. 

Sur le fond, je ne suis pas d’accord avec son approche. On va faire court. Elle désigne comme ennemi l’homme blanc. Or je ne suis pas coupable. Je n’ai rien fait. Je n’ai colonisé personne. Ce n’est pas de ma faute si je vis dans un pays à majorité blanche. Cnest chiant de faire court mais il n’est pas non plus interdit de penser que les Africains ne sont pour rien dans l’esclavagisme des Africains...

Je suis fatigué de passer pour raciste en énumérant des bêtes vérités mais des militants qui se prétendent à gauche ont perdu toute raison. Mâame Diallo oppose des communautés entre elles. Ce n’est pas joli. C’est du communautarisme et ce n’est pas ma conception du vivre ensemble. Ni de la République mais, à ce stade, on s’en fout. Le plus drôle est que, pour « ces sujets », ils mettent en avant des pays qu’ils concluent, comme le RU et les USA. 

Je suis fatigué, aussi, de m’entendre dire que j’oublie que les minorités sont victimes de discriminations. Je le sais. Et ce n’est pas en mettant en avant les différences qu’on les atténuera. Chaque action mettant en évidence les « différences raciales » est évidemment raciste. 

Depuis toujours, les actions contre le racisme ont échoué. La création de SOS racisme n’a fait qu’accompagner la montée du FN. Il y a dix ans, le « pari du vivre ensemble » était à la mode. Il s’est transformé en truc pour permettre aux communautés de vivre entre elles. Pas aux individus. La priorité devrait être de faire disparaître cette notion de communauté. Et donc d’arrêter d’agresser l’homme blanc. 

Hop. 


09 octobre 2018

Les Écrivains cuisinent et servent mal

Ce matin, avec des collègues, nous avions une réunion rue de Bourseul (devine avec qui...). On a fini trop tard pour avoir le temps de rentrer à La Défense pour déjeuner à la cantine. On a décidé d’aller bouffer dans un bistro du coin et on a choisi le plus proche qui semblait peinard avec une terrasse sympathique. On était un peu à la bourre et on ne fait pas attention. Faut le faire : on avait pas vu que l’immeuble était en plein ravalement et que la terrasse était sous des échafaudages. Mais était néanmoins au soleil. Les plats du jours étaient sympathiques. 


On s’assoit. On était 4. On commande des pontes de bière. Normal. Très bien, d’ailleurs. De la Saint Omer. Et on choisit nos menus. Entrée et plat. 


Le millefeuille de magret et de poires. A chier. Rien à bouffer. La poire trop dure. Plus de poire que de magret. 


Le rôti de bouef (sic) avec des brocolis et des potimarons. A chier. Les potimachins. La viande trop cuite. Genre le bœuf cuit une heure et demie au micro onde. Les brocolis étaient corrects. Comme peuvent l’être des brocolis cuits à la vapeur. Il y avait aussi six haricots pour la décoration. De fait, c’était très joli avant d’avoir coupé le rôti qui était bien gris à l’intérieur. 


Moi, vous le connaissez. J’aime les bistros et, en douze ans de réseaux sociaux, vous ne m’avez jamais vu dire du mal. Là, si. 


En plus, le service était lent. On n’avait pas demandé à être servi rapidement mais si un bistro ne comprend pas qu’il doit faire en sorte que les clients aient fini de manger une heure après leur arrivée, il faut qu’ils changent de métier. 


Le café était buvable. 


Ils ont un site web. 


https://www.cafelesecrivains.fr



08 octobre 2018

Réduire son empreinte carbone




Cette infographie de l’AFP remplit son rôle : tourner en boucle dans les réseaux sociaux pour nous faire rigoler. 

Tuons les mômes pour sauver la planète... 

07 octobre 2018

Bicêtre, ses bistros le dimanche soir

J’adore Bicêtre. J’arrive vers 19h de Montparnasse et je vais boire un coup à l’Aéro. Les clients étaient aussi saouls que le patron ce qui est rare. Il y avait ainsi trois ou quatre Kabyles qui s’engueulaient - comme on peut s’engueuler au bistro - avec un Arabe. Ils parlaient à moitié en kabyle à moitié en arabe et à moitié en français, ce qui fait trop de moitiés pour que je puisse tout suivre. Je bois peinard. Un autre Arabe arrive, prêt à défendre son collègue. Il semblait à cran alors que je rigolais et cherchais plus ou moins un type pour rigoler de la situation. 


A un moment, l Arabe qui buvait de la bière à fait une théorie comme quoi la science arabe avait de l’avance sur la France vu qu’elle a dit 1400 ans avant les occidentaux que l’alcool était mauvais. Il était quant même en minorité. Alors il se fâche : de toute manière l’Algérie est toujours gouvernée par la France. 


Moi (première intervention dans la conversation) : ah non, ils ont Bouteflika. 

Les kabyles étaient pliés de rire. 


Je change de bistro et vais à l’Amandine. Je m’installe au comptoir. Je plonge dans l’iPhone après avoir papoté avec le patron (comment va Roger ? La Comète est encore ouverte ?). Et je commence à entendre la conversation de trois clients d’une soixantaine d’années. Deux femmes, un homme.  Ils parlaient d’Aznavour. L’homme jouait celui qui sait tout pour épater les dames qui ne lisent pas Le Parisien genre : vous savez qu’il a couché avec Piaf ? Ou : vous savez qu’il a composé pour Johnny ?


A un moment, j’avais perdu le fil, il dit : vous savez s’il s’est fait enterrer en France et pas en Arménie, c’est pour des raisons fiscales. 


Je me suis permis d’intervenir dans la conversation et j’ai dis : excusez moi monsieur, mais vous n’y êtes pas et je suis désolé de vous contredire. Mais s’il s’est fait enterrer ici c’est parce qu’il n’avait pas ses papiers d’Arménie. 


Je vais au PMU où tous les clients sont kabyles mais ils m’aiment bien. 25 ans que je vais tous les dimanches soir dans ce bistro. Je plonge dans mon iPhone après avoir papoté avec deux ou trois potes. 


Un type arrive. Normal le type. Un de souche, quoi. Il commande une bière. Il regarde l’horloge. Vide son verre cul sec et engueule le patron : mais il est neuf heures moins vingt alors que vous m’aviez dit qu’il était huit heure et demie. 


C’est beau. 

01 octobre 2018

Google ignore Aznavour

Il y a une faille délirante dans l’algorithme de Google News désolé de faire deux billets au sujet du genocide arménien ce soir mais je viens de voir que Google News n’avait pas parlé de la mort de Charles Aznavour. Leur algorithme semble avoir un gros bug. 




En haut de l’affiche en ce bas monde



La nouvelle du jour est évidemment la mort de Charles Aznavour. Un des derniers des grands. Les hommages dans les réseaux sociaux me fatiguent toujours autant. J’ai préféré le premier hommage que j’ai fait dans mes blogs. C’était pour la mort de Jacques François. 



Suis-je le dernier à m’en rappeler ? Il y en a eu des tonnes depuis. Hier, c’était Pétillon. 

Mais le genocide armenien s’arrêtera un jour. 


30 septembre 2018

La photo qui fait scandale


J’étais au bistro avec Romain. On sort. On va dans les réseaux sociaux. On voit que cette photo fait scandale. On abandonne. 

27 septembre 2018

Le racisme anti blanc n’existe pas : demandons le meurtre des bébés blancs

Tiens ! Tu vois Nathan, je publie tout ce que je veux. J’ai trouvé ça chez Laurent qui montre pourquoi Mâame Diallo raconte des conneries. Et je suis d’accord à force de vouloir définir le racisme, ce qu’elle fait, il faut bien finir par se rabattre sur les dictionnaires et sur la loi. 

Les dictionnaires (ben oui, je ne passe pas mes journées dans les tracts et billets de blog) donnent, presque chacun, deux définitions au racisme. La première est autour de ce sentiments de supériorité et tout ça. Le français de base bien blanc est évidemment la cible (mais Mâame Diallo qui parle de l’Afrique a oublié de parler de l’Afrique du Sud où il ne fait pas toujours bon d’être un tantinet pâlichon mais si elle dit que le blanc a la supériorité économique, il faut la croire.  Le gars qui sera égorgé sera heureux de se savoir supérieur économiquement). Et dans ce domaine, on ne peut pas nier que le blanc est supérieur. Pardon ! Et smiley ! Se sent supérieur. 

La deuxième est la haine que peut avoir une communauté envers une autre. Les noirs ne sont pas exempts c’est indubitable et cette chanson prouve que le racisme anti blanc existe. 

Lisez les dictionnaires. Plusieurs. 

Pour ce qui concerne la loi, elle ne peut pas définir un mot. Dire que le racisme n’est pas une opinion mais un délit. La loi définit ce qu’est l’incitation à la haine raciale. C’est bien ce qu’on lui demande. En gros, je peux dire que les noirs ont une grosse bite même si je n’ai jamais vérifié. C’est sans doute raciste mais flatteur. Si je dis qu’il faut pendre les noirs qui ont une grosse bite parce qu’ils nuisent à nos relations avec les femmes et autres homosexuels, outre le fait que ça améliorera la taille de la bite, c’est de l’incitation à la haine raciale. 

Le rappeur trou du cul a dit qu’il fallait tuer les bébés blancs est évidemment du racisme et surtout de l’incitation à la haine raciale. Indubitablement. La Licra a porté plainte et la justice tranchera. Elle sera sans doute débonnaire : le type a peu d’abonnés et les prisons sont pleines. Et on ne va pas foutre en prison tous les cons. 

J’en viens au « peu d’abonnés » dont je parlais. On nous dit que c’est la fachosphère qui a mis ce type en avant. Sûrement. Je suis tombé sur une publication et j’ai réagi. Je n’aurais peut-être pas dû mais tant pis. Je ne regrette rien. On ne peut pas nier l’accroissement d’un phénomène, une certaine radicalisation dans les banlieues. 

Tout comme les blancs qui font des conneries, c’est contraire aux valeurs de la République. Du moins, la mienne. Celle que j’essaie de soutenir dans mon blog ou par mon adhésion au Printemps Républicain. 

Que le type ait peu de followers est une chose. Ça ne l’empêche pas d’avoir été con. Et ce n’est pas en en parlant dans mon compte Facebook que je lui fais de la publicité. Je ne fais que parler à mes potes de gauche. 

Et je leur dis : il faut arrêter l’angélisme perfide.

http://www.regards.fr/societe/article/pourquoi-le-racisme-anti-blancs-n-existe-pas

26 septembre 2018

Casual

Putain de bordel. On a une soirée mardi avec la firme pour ses 10 ans et j’y vais avec plaisir mais on vient de recevoir un dress code et il faut qu’on soit business casual. Je ne savais pas trop ce que ça veut dire mais je suppose que mes collègues sont aussi cons que moi et que la direction de la communication le sait. Ils nous ont envoyé une explication que je résume : on doit avoir une belle chemise (j’en ai), des pompes pas à chier (je vais me débrouiller) et un pantalon élégant. Là c’est plus difficile. La dernière fois que j’ai été obligé d’être élégant ou presque, je ne rentrais plus dans aucun pantalon sauf mes jeans. J’avais mis un pantalon en toile pas de jean mais la jonction était impossible. Une brave ceinture m’avait permis de faire illusion. 

Et ça fait plusieurs années. Il va falloir que je trouve un truc sachant qu’il est hors de question que je me fasse chier à acheter un pantalon qui ne me servira qu’une fois d’autant que je n’ai pas le temps de faire l’ourlet. 

On est peu de choses.

25 septembre 2018

Ils étaient des milliers, ils étaient 58





Objectivement, on aurait pu accueillir ces 58 gugusses mais ils seraient arrivés à Marseille et auraient pu tomber sur Mélenchon. On leur a rendu service, en fait. 

Cela étant, tout cela est profondément ridicule. On a réussi à négocier. On va en prendre 18 et l’Allemagne et l’Espagne 15 chacun. C’est quoi ces négociations de chiffonnier ? Avec nos trois pays, on frôle les 200 millions d’habitants et j’ai du mal à imaginer qu’on dépense du pognon à négocier une soixantaine. 

Cela dit, les gugusses de la vraie gauche qui tentent de faire du buzz avec ces pauvres gens me cassent les couilles. N’ayant pas grand chose à dire, ils ciblent les cas particuliers sans penser au sujet dans sa globalité. Tant pis. Ils savent tous qu’on a largement les moyens d’accueillir toute la mise du monde alors que quand je vois la moindre crevure au comptoir, ça m’énerve. 

24 septembre 2018

Les militants macronistes, surtout les femmes, manquent de virilité

Ce soir, je me suis engueulé avec certains d’entre eux. Il faut dire que je ne suis pas d’une finesse exemplaire. Ils me sont tombés dessus en meute. En m’accusant d’avoir appelé mes potes à la rescousse, d’ailleurs. Vous pouvez vérifier mon compte Twitter. Aucun pote n’est intervenu mais ils se sont multipliés comme des petits pains, mes adversaires. Une espèce de folie. Disons 10 contre 1. Et j’étais pas le plus con. Pourtant, je fais des efforts. 

J’ai alors pris une bonne décision. Quitter le bistro à côté du boulot et prendre le métro pour aller à la Comète. Le trajet prend 50 minutes, dont 20 sans connexion à internet. J’arrive. Je dis bonjour. Et, avec le savoir vivre qui le caractérise, je retourne me fâcher avec ces crétins. J’ai alors constaté que toutes ses andouilles m’avaient bloqué alors que je n’avais fait que dire qu’ils étaient encore plus bête que les fans d’Hollande. Je suis un connaisseur. 

Le plus drôle est que toutes les gonzesses avaient effacé leurs tweets. Pas les mecs. 

22 septembre 2018

Je vais virer végan intersectionnel

La soirée est bien calme ce soir. Les jeunes boivent en salle. Je suis au comptoir et feuillette les réseaux sociaux. J’y vois des trucs politiques. Les végans s’en prennent aux bouchers. 



Une nouvelle espèce de terrorisme. Même pas intellectuel. J’ai mangé un steak. La vache avait pété en dégageant du CO2 provoquant ainsi le réchauffement climatique. Je caricature a peine. 

Fatigué de ces bêtises, j’ai zappé les publications et j’en ai bu d’autres. Quand je suis tombé sur ce mot « interdectionnel » qui m’a laissé rêveur. 

Je déclare maintenant que je suis le seul végan qui mange de la viande. Je suis convaincu que l’absorption de viande et donc l’élevage d’animaux est mauvais pour l’environnement et pour la planète. On va tous mourrir et tout ça. Mais j’adore la viande. Ce midi, je me suis fait un sauté porc. J’ai mis des pommes de terre à côté, mon côté végan. Il faut manger des légumes. 

Ça me rappelle dans le temps, j’avais des copains végétariens, ils ne mangeaient pas de viande mais ne me faisaient pas chier. Les végans sont au niveau au dessus. Ils cherchent les braves gens alors que la terre risque d’exploser pour différentes raisons. Notre pays comme d’autre va foncer dans le populisme et il y a encore des trous du cul qui vont emmerder ceux qui mangent des endives au jambon en buvant du vin issu de vignes au pied des quelques on a mis des bouses de vache à la place d’engrais chimique. 

Mais je suis définitivement végan. Je suis persuadé que produire de la nourriture pour nourrir les gens est très mauvais pour la planète. Je suis sûr que l’humain n’est pas omnivore mais a été forcé de mangé de la viande par des extrémistes religieux avant même le déluge. 

Je suis gros à cause de la viande que je mange tout en étant végan mais aussi victime de grossophobie. 

Alors, hein!, comme intersectoriel, je me pose là. 

Tiens ! Pour sauver la planète, je vais passer mes vacances sur ce bateau qui a un self végan halal. 




21 septembre 2018

L’esclavagisme est tombé bien bas





C’est rare que je tombe par hasard sur une publication de Mâame Diallo. Elle raconte vraiment n’importe quoi (d’ailleurs, elle est RT par Sarkofrance, c’est bien la preuve). 

Je résume : si les blancs n’avaient pas pratique l’esclavagisme, il ne l’aurait pas aboli. 

Donc il serait toujours pratiqué partout dans le monde mais pas par les blancs. Il faut croire que tous les autres ont le droit d’avoir des esclaves.

Tiens ! Un peu de publicité hors sujet pour rigoler. 





19 septembre 2018

La laïcité a une définition

J’ai lu cet article deux fois. Il avait été partagé par Laurent mais on n’est pas toujours réceptif. Le journaliste qui a écrit ce torchon critique le gouvernement et le cabinet d’un ministre qui n’ont pas répondu à sa question. Sur le thème : personne ne veut m’expliquer ce qu’est une atteinte à la laïcité. 


Je vais lui expliquer. C’est dans la loi. Si je lui enfonce un crucifix dans le trou du cul, c’est illégal mais ce n’est pas une atteinte à la laïcité. Même si je le fais avec un crucifix halal portant la kippa. 


Chacun peut avoir sa définition de la laïcité ou son point de vue sur le sujet. Moi-même, je pourrais passer pour un extrémiste en critiquant toutes les religions et surtout l’islam dont au sujet duquel les extrémistes me paraissent peu respectueux du savoir vivre au point de tuer. Mais je ne confonds pas mon militantisme laïque et mon militantisme anti religion. 


Toujours est-il que la laïcité a un sens précis, défini par la loi et un journaliste pourrait éviter de dire qu’il n’a pas de réponse du ministère alors qu’il ne sait pas utiliser Google. 


https://www.liberation.fr/amphtml/france/2018/09/19/atteintes-a-la-laicite-a-l-ecole-le-grand-flou-du-ministere-de-l-education_1679524?__twitter_impression=true

18 septembre 2018

Hiroshima mon Zemmour

Notons que ce sont surtout des cons de gauche qui sont outrés par les propos de Zemmour qui vient justement de sortir un bouquin et a besoin de buzz pour vendre. Cela étant, je ne suis pas d’accord avec lui : les prénoms d’origine étrangère ont toute leur place dans la République. 


Notons néanmoins que mon pote Karim a prénommé son fils « Julien ». Il faut dire que sa femme est de Bénodet. Ils ont dû hésiter entre « Mouloud » et « Fanch ». « Julien » me parait être un bon compromis. 


Toujours est-il que ceux qui n’ont pas leur place dans la République sont les parents qui donnent des prénoms originaux ET répandus à leurs gamins (même si 2018 semble marquer le retour des prénoms anciens). 


La rubrique « État civil » de mon bulletin communal est toujours une source d’émerveillement. 


Pourquoi on parlait de Zemmour, au fait ?

17 septembre 2018

Le plongeur et la politique





Macron a dit des conneries mais les réactions ne sont pas d’un haut niveau y compris les miennes mais je suis là pour raconter des conneries. Ou être sérieux. Tiens ! Moi, par exemple, j’ai été embauché avec un bac plus deux pour un poste de bac plus cinq en 1987 parce les types sortant d’école d’ingénieur pétaient plus haut que leur cul. Les patrons avaient eu mon CV (vide : je n’avais que des jobs d’été) de bouche à oreille (ce qui est très fort !). Ils m’ont pris par confiance. Deux ans après, dont un sous les drapeaux, mon salaire dépassait celui des jeunes ingénieurs. Et depuis, j’ai une certaine opulence qui me permet de maintenir une IMC de 35 sans le moindre effort financier. 

Voyez ce tweet de Ruffin. Il dénigre les plongeurs. C’est assez mal quand on croit défendre le peuple. Je me demande s’il fait la vaisselle quand il va au resto, épluche les légumes, coupe les frites et prépare les assiettes d’entres froide. Le truc bien chiant. Tu commences à 7h et finis vanné à 15. Je connais des gens qui ont commencé plongeur, ont été barman après avoir conquis la confiance du patron puis serveur en salle et, enfin, « responsable », c’est-à-dire dire pouvant remplacer le taulier pendant son absence, tenir la caisse et tout ça pour un salaire de l’ordre de 2300 euros. 

J’en connais même un qui a fini horticulteur. D’ailleurs, je cherche quelqu’un pour le jardin de ma mère mais comme je ne fréquente que des garçons de café, je ne trouve personne. 

Les propos de Macron sont évidemment condamnables mais ce garçon a tendance à raconter beaucoup de conneries dans le feu de l’action. Ou alors, il avait une arrière pensée politique et voulait siphonner les dernières voix de LR en traitant les chômeurs de fainéasses. Allez savoir ! De toute manière, il est au plus bas dans les sondages. Ça ne sert à rien de tomber dessus. 

Il n’empêche qu’il y a plusieurs millions de chômeurs en France (certains parlent de 6) et plusieurs centaines de milliers de postes non pourvus (certains parlent de 4). Il reste donc de la marge de progression pour Pôle Emploi. 

Cela étant, passant une partie de ma vie au bistro, je ne vois pas pourquoi je traverserais la rue pour trouver du boulot même si on a bien rigolé pendant 24 heures. 

Cela étant, pour compléter ma réponse à Ruffin, en France, on a aussi une problème à force de former des types pour un boulot qui n’existe pas sans les accompagner jusqu’au CDI. Et il faut arrêter de faire croire aux gens qu’ils auront un boulot dans leur bled de naissance. C’est ballot. Je ferais bien le mien en Centre Bretagne.

16 septembre 2018

Un grand plan contre le chômage !




Je pique l’illustration à Valerio (mais je crois bien que j’ai fait la vanne avant lui dans Facebook). Toujours est-il que notre président a dit à un jeune horticulteur au chômage qu’il était facile de trouver du boulot : il suffit de traverser la rue et de demander dans les bistros. 

Je tiens à préambuler avec l’objectivité qui me caractérise : j’ai traverser plusieurs fois la rue pour aller au bistro, ce matin, je n’ai jamais demander du boulot. C’est aussi que je sais que les établissements concernés n’embauchent pas (même s’ils devraient). 

Les propos de Manu ont énervé ma conchose Elodie :

On a été pris à parti par des fans du vendeur de mug made in China dans Twitter. Du genre : « vous n’avez aucune proposition ». Ce en quoi on a répondu : « vous, vous proposez de traverser la rue, nous pas. »

L’engueulade fut furieuse avec cette équipe de débiles légers assez sûrs d’eux. Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu de tels crétins. Je vais leur expliquer : dans le feu de l’action, leur chef a dit une connerie. Ce n’est pas grave. Il est la risée du web. Les risques du métier. Le défendre est absolument absurde. Lui-même doit regretter ses conneries qui le font passer pour odieux, agressif, con, imbu,... 

Ou alors, il mène une stratégie pour conquérir les types de droite comme une andouille telle Wauquiez. Je l’arrête : ça va être raté. 

15 septembre 2018

Les vrais conseils pour l’achat d’un Vélo à Assistance Électrique

Il y a Ema Dell'Orto qui demande des conseils pour l’achat d’un vélo électrique et Frédéric Audibert rappelle à juste titre que je suis un spécialiste. Je suis tellement pêté de thunes et bobo que, la même année, j’ai acheté un iPhone X et un VAE. 


Ema, commence par acheter le Sciences et Avenir. Il y a une double page qui explique très bien le VAE. Le reste est consacré aux problèmes de vieux. Tu peux le donner à Frédéric. C’est important de lire ce truc pour bien comprendre. Je suis abonné à Sciences et Avenir (au nom de ma mère mais c’est ma CB qui est utilisée) mais pas à Télérama. Bobo, je veux bien mais il y a des limites. 


Après avoir acheté le mien, j’ai consulté internet pour avoir des conseils. J’ai constaté avec plaisir que je les avais tous respectés alors que je ne les avais jamais lus ce qui est très fort. Je les résume : tu prends un machin avec le moteur sur le pédalier à 2000 euros. Tu achètes un bon antivol (pour pouvoir accrocher le machin autour d’un poteau ou d’un arbre, ça coûte 10 euros). 


Pour l’achat, je ne peux pas t’en dire plus. Un achat est impulsif. J’avais étudié des trucs avant de prendre la décision et d’entrer dans la boutique. Ça m’a coûté 30% de plus que ce que j’avais prévu. Tant pis. Prends bien une petite boutique : tu seras moins emmerdée pour l’entretien. 


Une fois que tu l’as, il faut t’y faire. Le vélo ne s’oublie pas mais certaines notions restent dans un lointain passé. Après, il faut que tu apprenne à pour gérer les vitesses du pédalier en toutes circonstances. Par exemple, tu arrives à un stop et tu veux tourner à gauche. Il te faut t’arrêter puis redémarrer. C’est la force d’appui sur la pédale qui détermine l’accélération. Ça va très vite. Ça dépend si ça monte ou ça descend et tout ça. Sans compter qu’un VAE est lourd. Pour le faire décoller c’est difficile. Le premier coup de pédale détermine le tout. Il faut donc t’être arrêté au stop avec le bon rapport au pédalier qui te permettra de redémarrer. 


Par ailleurs, un VAE peut aller assez vite et les piste cyclables sont encombrées de piétons. Je me suis retrouvé à plus de 40 km/h en descente, c’est grisant. Mais à 18 ou 19 sur une piste cyclable étroite c’est encore plus grisant. Sur le plat, il n’y a aucun effort à faire. Un tour de pédales de temps en temps. 


Enfin, un VAE n’est pas une mobylette. Il faut pédaler pour avancer. Et dans certaines montées il y a un vrai effort à faire. 


Par contre, si tu veux des conseils pour la lingerie, je suis moins bon. 

14 septembre 2018

No man’s Hollande à gauche

Je me pose une question bête. Beaucoup de copains socialistes pensent qu’Hollande a été empêché de se présenter parce qu’il avait mêlé une politique pas assez à gauche voire trop à droite. Le débat est récurrent et pas nouveau. Mais un détail au cours d’une conversation me pousse à remettre une pièce dans la machine. 


Reprenons. 


A la dernière présidentielle, le PS a présenté un type de l’aile gauche (et il a eu raison, les autres étaient encore plus mauvais). Ce qui fait, en fin de compte, que les types revendiqués vraiment à gauche ont fait 25 ou 30%. 


Un copain, Jeff me disait en commentaire que je n’avais pas bien analysé et ne changeais pas (ce ne sont pas ses propos exacts, c’est le souvenir que j’en ai). 


Il se trouve que l’andouille qui a gagné l’élection et pour qui j’ai voté est sans doute le type qui avait une ligne politique la plus proche d’Hollande. Mais sans le mentor, il a accumulé les conneries et fini par faire une politique franchement à droite (mais sans satisfaire les électeurs de droite, c’est perdu). 


Dire que les électeurs ont viré Hollande parce qu’il n’était pas assez à gauche et qu’ils ont mis un type à la place plus à droite relève d’un délire qu’on pourra savourer pendant des années. 

13 septembre 2018

Le centre gauche et les européennes

Les sondages longtemps avant les élections n’ont strictement aucun intérêt surtout quand on ne connaît pas les élections. Il n’empêche que mon copain Jeff a réagi à un des derniers qui donne le PS au ras des pâquerettes pour les européennes. Il est de l’aile gauche du PS. Pas moi. L’aile posture ne m’intéresse pas. Un brevet de vraie gauche d’opposition n’est pas un idéal. 

Il n’empêche que je suis fatigué de rappeler que le cœur de l’électorat LREM est essentiellement composé des électeurs de François Hollande en 2012. J’en avais vaguement discuté avec un autre copain, David, qui me reprochait mes démonstrations trop mathématiques. 

Il n’empêche que les fesses sont là, si je puis me permettre. Une grosse alliance de gauche avec Méluche, le PS et tout ça fera 25%. Le PS seul avec un type comme Emmanuel Maurel à la tête ne dépassera pas les 5%. Vous allez me dire que je suis pessimiste. Certes. Le PS pourrait avoir 10% dans ces conditions. La belle affaire. 

J’aime bien les militants mais quand ils oublient la sociologie électorale, c’est lassant. Ils vont me dire que je n’y connais rien mais ils oublient un détail : je me connais moi (je me trompe peut-être mais il me semble que je suis l’électeur type des gugusses qui ont mis la gauche au pouvoir en quelques occasions mêle si j’ai voté Juquin en 1988). Je me connais. Si c’est LREM qui représente mieux la social démocratie en 2019 que le PS sanctuarisé, je voterai pour eux. On me répondra que je suis de droite mais tant pis. 

Chacun définit sa propre gauche et je vais définir la mienne tout seul dans mon coin en oubliant tous les extrémistes en culotte courte qui revendiquent la défaite et l’exemplarité. Bravo les gars. 

Le PS a le choix entre espérer ne pas faire moins de 7% et faire plus de 15. Faites comme vous voulez. 

J’espère ne pas avoir à voter LREM.

Notons que mon raisonnement est valable pour le parti de droite arrivé nulle part. J’ai nommé LR. J’ai des copains qui en sont proches. M’est avis que s’il fait un pas vers la droite, ils vont s’assumer centriste et voter LREM. Fait reconnaître que la probabilité qu’il termine troisième est plus forte qu’au PS. Les électeurs de droite sont plus disciplinés. 

Ça ne changera pas grand chose. 

11 septembre 2018

La mort, c’est mal !



L’emploi du mot « décédé » à la place de mort me navre. Comme si l’usage d’un mot allait minimiser un fait. L’adoucir. Ou que que sais-je ? Le terme en question et ses dérivés devraient être réservés à des actes administratifs. 

Vous pensez vraiment que les parents de ce môme de 12 ans seront soulagés de savoir qu’il est décédé et pas mort ? 

Revenons au réel. 

Je vais en profiter. Je pourrais présenter mes condoléances aux parents. Voire mon amitié. Je ne les connais pas. En lisant la dépêche, j’ai pensé à ce qu’ils peuvent ressentir. Je n’en sais rien, pourtant. Je n’ai pas perdu d’enfant et je n’en ai d’ailleurs jamais eu. 

Si notre émotion, dans les réseaux sociaux, dans les blogs,... peut les aider, soyons émus ! Je me contente d’imaginer qu’elle peut être la douleur et reprendre mon job de blogueur. Compter les RT. 

Pour l’instant, nous avons un connard qui a tué un môme. 


06 septembre 2018

Bruno Roger-Petit, François Hollande et la connerie des blogueurs

Hier, j’ai voulu faire un billet à propos de BRP mais le texte était celui du billet précédent. J’ignore si l’application que j’utilise a eu un bug ou si j’ai fait une erreur de copier coller. L’illustration et le titre étaient par contre ceux que j’avais choisis. 

Ce qui m’amuse c’est qu’un seul type m’a dit que j’avais fait un billet avec le même texte que la veille. Le gars est un copain blogueur qui publie peu donc je fais l’effort (entre guillemets) de commenter tous ses billets. 

La conclusion que j’en tire est que plus personne ne lit les blogs sauf des copains. Quand je fais un billet qui parle d’Hollande, j’ai plus de 1000 lecteurs. Quand je fais un billet anodin comme celui ci 300 ou 400. J’en conclus que j’ai beaucoup de partage dans les réseaux sociaux dès que je parle de pépère. Tiens ! J’en profite pour diffuser deux photos de moi. Avant et après. C’est anodin. 





La coupe est ratée comme mon billet d’hier. 

J’y disais ceci :


La cabale contre Bruno Roger-Petit dans les réseaux sociaux commence sérieusement à me casser les couilles. Et pourtant, je ne suis pas le dernier à le foutre de sa gueule. Vous pouvez vérifier mes publications. 

Je ne connais pas ce type. On est potes dans les réseaux sociaux depuis sans doute plus de 10 ans. On a eu des batailles communes et des franches oppositions. Et je n’ai pas toujours compris des choix de carrière. 

Il n’empêche que je n’insulterai jamais fortement (j’ai le « connard » un peu facile quand je n’ai pas envie d’argumenter) une personne que je connais depuis longtemps via les réseaux sociaux (sauf s’il tire le premier). A une époque, ils disaient « l’humain d’abord ». Si je critique BRP, c’est pour me foutre de la communication politique de l’Elysée. Point barre. 

Mais il y a des connards que je ne connais pas mais qui tombent dans ma TL. Bien anonyme. Une crevure infâme qui espère un moment de gloire pour un tweet.






05 septembre 2018

Vive BRP ! Et morocons



Un jour comme aujourd’hui, il est bien naturel que des internautes un tantinet politisés se prennent pour des éditorialistes politiques pour commenter les trois informations politiques du jour :

- la démission d’une ministre qui aurait quelques problèmes avec le fisc (j’imagine les échanges : « hé Laura, ça serait bien que tu profites de l’occasion, comme ça tout le monde va oublier »),

- la nomination de deux ministres donc un qui était quatrième personnage de l’Etat mais qui ne voulait plus laisser son poste,

- la chute de popularité de Macron, plus pas qu’Hollande « à la même époque ». 


Et ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : je vais commenter aussi. Je ne pète pas plus haut que mon cul. Ni plus gros. Mais j’ai l’habitude de commenter la vie politique dans mon blog. C’est plus fort que moi. 


Il y a d’ailleurs deux trucs supplémentaires à commenter, la journée est riche :

- le prélèvement à la source dont au sujet duquel personne ne comprends plus rien ni si la réforme est maintenue,

- la début du retrait de la baudruche de Marseille surtout connu pour son affection pour les jeunes pops (je n’ai aucune information, je colporte des rumeurs éhontées).  


Cela étant, je n’ai absolument rien à dire. Si ce n’est que Macron fait bien ce qu’il veut. La cinquième est ainsi faite et il n’est pas assez con pour penser que sans faire le con il a la moindre chance d’être réélu. Il nomme ses hommes à lui pour faire les réformes qu’il souhaite et basta. 


Ça nous fait des sujets de discussion mais je crois bien que, à part « nous », tout le monde s’en fout. 


Désolé. 

04 septembre 2018

24 heures du remaniement

Un jour comme aujourd’hui, il est bien naturel que des internautes un tantinet politisés se prennent pour des éditorialistes politiques pour commenter les trois informations politiques du jour :

- la démission d’une ministre qui aurait quelques problèmes avec le fisc (j’imagine les échanges : « hé Laura, ça serait bien que tu profites de l’occasion, comme ça tout le monde va oublier »),

- la nomination de deux ministres donc un qui était quatrième personnage de l’Etat mais qui ne voulait plus laisser son poste,

- la chute de popularité de Macron, plus pas qu’Hollande « à la même époque ». 


Et ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : je vais commenter aussi. Je ne pète pas plus haut que mon cul. Ni plus gros. Mais j’ai l’habitude de commenter la vie politique dans mon blog. C’est plus fort que moi. 


Il y a d’ailleurs deux trucs supplémentaires à commenter, la journée est riche :

- le prélèvement à la source dont au sujet duquel personne ne comprends plus rien ni si la réforme est maintenue,

- la début du retrait de la baudruche de Marseille surtout connu pour son affection pour les jeunes pops (je n’ai aucune information, je colporte des rumeurs éhontées).  


Cela étant, je n’ai absolument rien à dire. Si ce n’est que Macron fait bien ce qu’il veut. La cinquième est ainsi faite et il n’est pas assez con pour penser que sans faire le con il a la moindre chance d’être réélu. Il nomme ses hommes à lui pour faire les réformes qu’il souhaite et basta. 


Ça nous fait des sujets de discussion mais je crois bien que, à part « nous », tout le monde s’en fout. 


Désolé. 


D’un autre côté, quand on tient un titre de billet de blog...

01 septembre 2018

Alors ? Tu reviens @fhollande ?





Cette espèce de retour de François Hollande me réjouit au plus haut point d’autant qu’il semble emmerder pas mal de monde comme :
- ses anciens partisans passés « chez Macron » et qui ne expliquent depuis dix-huit mois avoir fait un choix de conviction (alors que j’ai fait un choix par défaut) et n’osent pas l’avouer,
- ses anciens opposants « internes » qui se rendent compte qu’ils ont fait le mauvais choix : le PS ne remonte pas. 

A leur décharge, il n’y a plus que deux partis politiques un peu vaillants en France : LFI et LREM. Et Hollande fait ce en quoi il est bon : la politique. Il a trouvé un créneau et s’y engouffre. A ce rythme, il finira premier opposant d’un type qui a été élu grâce à son ancien électorat. Ce qu’il y a de bien avec la politique en France, c’est qu’on rigole. 

Au PS, le seul type dont on parle un peu est Stéphane Le Foll, un fidèle de pépère. Récemment, on a ressorti Cazeneuve et Sapin passe une partie de sa vie à la télé. Le plus drôle, peut-être, c’est que Martine Aubry a aussi fait une apparition cette semaine sans compter Ségolène Royal qui se fout de la gueule de Nicolas Hulot. 

A droite, on n’entend plus personne. Il paraît que le discours de Laurent Wauquiez a été bon mais je continue à penser que ce type amène la droite dans le mur. Jean-François Copé a fait parler de lui (pour taper sur Wauquiez) et Valérie Pécresse et Xavier Bertrand semblent la main dans la main. L’extrême droite semble morte et c’est heureux mais je commence à penser que beaucoup d’électeurs semblent perdus. 

Heureusement qu’on a le spectacle des LFI et des LREM qui se battent entre eux dans les réseaux sociaux... L’ordre du jour semble de démontrer que les autres sont « des fachos qui essaient de prouver que nous sommes des fachos ». Je t’enverrai la milice, moi ! 

Macron semble grillé. Toutes les semaines, les sondages annoncent sa chute à 34%. Sa bande semble accumuler les tuiles. Tiens ! Ce matin, on voyait Darmachin qui disait qu’il est possible qu’on reporte le paiement à la source vu qu’on n’est pas prêt. Les opposants, y compris proches de moi, leur tombe dessus : incompétence, impréparation, reniement,... Pour ma part, j’ai tendance à penser que si un truc n’est pas prêt, il faut le reporter. Ça fait 30 ans que je bosse dans l’informatique. Les retards ne sont pas honteux (sauf s’ils coûtent chers). Plutôt que de jouer aux guignols, annoncez clairement la vérité. Et pour un tel machin, personne ne pensera que les politiques sont coupables. C’est une révolution dans notre fiscalité et Bercy est une très grande maison. Du pragmatisme. 

De toute manière, vous allez baisser dans les sondages et atteindrez bientôt les 34%. François Hollande est bien tombé à 4%. Il est reparti à 17%. Et maintenant on le voit dans la rue, sympathique et drôle, à la rencontre des Français, tous (je parle de ceux qui font la queue pour le voir) heureux comme tout... Tout va bien. Les Français en question vont se rendre compte que par rapport aux tarés qui nous gouvernent, la Hollandie avait un peu de sérieux et de compétences mais devait traîner des boulets frondeurs. 

Cela étant, ça démontre surtout qu’il est plus facile d’être dans l’opposition qu’au gouvernement même si PS, LR et FN n’arrivent plus à s’opposer. Je vais donner un conseil au PS : mettez-nous Cazeneuve comme chef de file pour les Européennes. Et hop ! Les 25% sont dans la poche. Il y a peu de temps je conseillais mon copain Julien Dray comme tête mais il souffre d’un déficit d’image idiot au sein de son propre camp. Déficit que je désapprouve. C’est dit. Mais pour Nanard, je ne deconne pas. Ne regardez pas les sondages de popularité. Je les conchie. Regardez l’évidence. La bataille pour les européennes va être amusante. 

Et pourrait être la revanche d’Hollande. La gauche française doit être internationaliste donc européenne. Besancenot l’a plus compris que Mélenchon. Il y aura donc une bataille entre des anti et des pro Europe. LR est divisé. Le FN et LFI semblent anti. Il reste le PS à la sauce hollandaise face au parti au gouvernement, généralement perdant dans ce type d’élections. 

Je continue à penser que pépère pourrait en discuter avec nous à la Comète. 

31 août 2018

Stylo ou crayon ?

On connaît déjà l’histoire du crayon à papier, du crayon payer, du crayon à bois. Mais la caravane passe. Ce bout de boit avec une mine au milieu à différents noms selon les régions de France. C’est d’autant plus fascinant qu’on s’en fout a un point incroyable. Aujourd’hui, une collègue passe voir mon besoin de bureau, un Breton comme moi. Elle va voir le type en face (mi Grec mi Breton, ça ne s’invente pas). Puis sort du bureau. 

Mon voisin l’appelle et lui dit « hé ho, tu serais pas parti avec mon crayon ? ». Elle lui répond « ah si (ou debout, peu importe) mais ce n’est pas un crayon mais un stylo ».  C’était effectivement un stylo Bic mais je défends mon collègue : « oui mais on appelle ça un crayon ! ». Elle dit non. Je dis si. On finit par s’engueuler (en rigolant, on n’est pas tarés non plus). 

Finalement, je regarde sur plusieurs dictionnaires avec Google. Elle avait raison ce qui me fait mal au cul mais tant pis. Un crayon est un machin en bois avec un truc au milieu qui permet d’écrire. Un stylo est un machin avec une réserve d’encre au milieu pour écrire. 

Mon côté scientifique m’a poussé à pousser. Par exemple, une trousse à crayon peu contenir des stylos et des crayons (et d’autres trucs utiles quand on est à l’école comme des capotes). 

J’ai poussé plus fort, ce qui peut être dangereux avec mon nouveau slip commandé sur Amazon (notre illustration si je n’oublie pas). 

J’ai finalement trouvé un début d’explication chez Wikipedia : dans le langage courant, il arrive que « crayon » désigne tout machin qui sert à écrire mais le courant ne fait pas tout. 

J’espère vous avoir donné des éléments de réflexion. Si vous voulez, demain je parle du retour d’Hollande. 





30 août 2018

La nécessaire hygiène des ongles

Je viens de me casser un ongle en prenant mon verre de bière. Dans la vie, je ne comprends pas tout. Mais j’ai un coupe ongle sur moi pour réparer les dégâts. C’est le hasard (quand je vais en Bretagne, je n’ai pas de bagage donc j’entasse des conneries dans mes poches). 





Cela étant, il est temps (ça rime) d’aborder les vrais sujets dans Facebook. L’autre jour, j’ai vu une publication d’une gonzesse qui disait qu’elle trouvait dégueulasses les types avec des ongles longs. Cela étant, je pense que c’est pire pour les gonzesses vu qu’on ne rejette pas un doigt dans le cul pendant une pipe. Mais je m’égare. C’est à cause de mon côté grivois. 


Je soigne particulièrement mes ongles pour en avoir toujours un à la bonne longueur selon ce que j’ai envie de me sortir des narines. Il faut être réaliste. Par exemple, je vais souvent au bureau en taxi (j’en reparlerai) mais on ne peut pas se curer franchement le nez. Par contre, j’ai besoin d’ongles quand c’est moi qui suis au volant. Discrètement, sous le siège. Cela dit, depuis que ma mère a cassé sa voiture, je conduis surtout mon vélo électrique. N’aimant pas la haute voltige, je ne me cite pas le nez en pédalant. 


Par contre, en prenant l’ascenseur, j’adore. En plus il y a une dose de risque, on ne sait pas si la cabine va faire un arrêt intermédiaire devant plusieurs personnes. 


Reprenons le truc de la gonzesse qui me disait qu’elle ne supporte pas les mecs avec des ongles longs. Je ne vois pas pourquoi les femmes avec des ongles longs seraient plus hygiéniques que les mecs avec les ongles longs. En plus, elle mettent des trucs dessus avec des couleurs pour masquer les dégâts. 


Pour ma part, quand je constate qu’un ongle est un peu noir, je le coupe ou le nettoie avec les objets divers qui me tombent sous la main. Généralement, c’est un bout de carton que je déchire de mon paquet de cigarette ou le capuchon d’un stylo Bic. 


Toujours est-il que je n’ajoute pas une touche de colorant. Moi. 


Mon blog politique devient un blog modasse. 

29 août 2018

Hollande aidait les entreprises, Macron les entrepreneurs

Ministre frisé avec une cravate à chier et une légère surcharge pondérale.
Ca nous le rend sympathique.
Belle démonstration à lire ici, faite par l'ancien Ministre du Budget, Christian Eckert. Je vais résumer car je vous sens trop faignant pour lire (je suis moi-même trop faignant pour faire un vrai billet, voire un vrai résumé).

"Il est vrai aussi que pour certaines entreprises, les mesures Hollande ont surtout augmenté les bénéfices. Celles-ci ont ainsi quelques fois majoré leur distribution au profit des « entrepreneurs » [...]. C’est pourquoi il avait été mis en œuvre [...] une disposition essentielle [...] consistant à imposer les revenus des « entrepreneurs » au même barème que les revenus des salariés. [...]

Emmanuel Macron enrichit les riches

Les dispositions prises par les dernières lois de finances votées sous l’ère Macron sont radicalement différentes et privilégient les aides aux « entrepreneurs » dans tous les sens du mot. Leurs revenus (dividendes, plus-values…) sont désormais assujettis à une « flat tax » qui les impose sur le revenu à 12,8%, hors prélèvements sociaux, taux même inférieur à celui de la première tranche du barème, celle des salariés imposables les plus modestes !"

Hop ! Et j'en passe... Comme : "Certes, ce gouvernement aide les entreprises, mais il a levé toutes les barrières qui les conduisaient à réinvestir plus qu’à distribuer. De plus, les bénéficiaires de cette distribution n’ont plus d’incitation à réinvestir, même pas dans l’immobilier qui lui, reste dans l’assiette du remplaçant de l’ISF."

Quand on est mauvais en économie, on arrête la politique et on tient un blog politique, par exemple.

28 août 2018

Vive @tcabarrus !

A une autre époque, il tenait une rubrique au Plus de l’Obs. il soutenait Hollande. Ça le faisait bien plaisir. Depuis, il est passé chez Macron,le fan absolu. Très rigolo. Tiens ! Mettons des illustrations. 





J’aimais bien quand je tombais sur des RT de ses machins dans Twitter. Ça m’a provoqué quelque crises de rire. Le plus drôle est qu’il a une belle masse de fanatiques. Je parlais récemment des supporters de Hollande passés chez Macron. Aucune conscience politique. 

Toujours est-il que, ce soir,  une andouille m’a signalé un tweet de ce gars. Il ne m’avait filé qu’une copie d’écran. Je suis donc allé sur le compte de Cabarrus pour rechercher l’original afin de sortir une méchanceté éhontée. 

Et j’ai vu le profil. Il a encore moins d’abonnés que moi. C’est pitoyable. Je ne joue pas à kikalaplusgrosse (j’ai bénéficié de l’âge d’or de Twitter, avant 2011). 

Mais c’est pitoyable. Ne servir à rien et dépenser autant d’énergie à dire des trucs en 280 caractères me dépasse. 



Hulot (en temps que grand)



Voilà la photo d’un type qui va recommencer à vendre des shampoings. Il est temps. Voilà la photo d’un type qui n’a pas besoin de shampoing. 



Je suis disponible pour le ministère du recyclage des déchets et autres missions sympathiques. 

Je vais sur les réseaux sociaux en sortant du bureau et je vois encore des types qui publient des trucs annonçant la démission du gugusse, démission à moitié improvisée.  C’était pourtant ce matin, avant que j’arrive au boulot. Le type était à la radio et a annoncé qu’il se barrait comme s’il venait de prendre la décision. 

Je vois des types de gauche lui faire des louanges et tout ça mais n’oublions pas que nous disions déjà il y a une quinzaine de mois qu’il s’était fait avoir. On se demande d’ailleurs comment il a pu plonger si bas. Tout le monde semble s’être interrogé sur sa date de décision parce que tu comprends hein on est plus intelligent que lui. Les types de LREM sont en manque d’éléments de langage (dans le temps, on appelait ça argumentaire) et on a même quelques guignols qui disent qu’il a le meilleur bilan de tous les ministres de l’écologie de la Cinquième. N’importe quelle andouille peut en effet constater que depuis son arrivée les décisions visant à remplacer progressivement le nucléaire au profit des renouvelables ont été massives tout comme celle générant l’arrêt immédiat de l’utilisation de désherbants qui tuent nos gentilles abeilles. 

Il a été la caution d’une des plus grosses erreurs environnementales des dernières années : l’arrêt de NDDL. On a présenté ça comme une victoire de sa part alors qu’il a été utilisé pour masquer l’échec du gouvernement à assurer la présence et l’autorité de la République sur le territoire. Nantes va continuer son étalement urbain et son centre sera de plus en plus pollué. 

Mais il a été loué par les gauchistes. Ceux-là même qui rendaient hommage à Max Cain alors que c’était un des pires réactionnaires de l’histoire. 

Demain, je vais chez le coiffeur. 

27 août 2018

Au cabanon, les pédés !

Bonne sœur s'occupant d'un garçons préférant le touche pipi
à la bière pression quand il est avec des copains.
Toute la journée, la blogosphère s'en enflammée au sujet de propos qu'aurait tenu le pape du genre : "si l'homosexualité est détectée dès l'enfance, il faut la faire soigner par un psychiatre". Or, le pape n'a pas dit ça, sans compter qu'il est originaire d'Amérique du Sud et s'exprime en Italien et que la "psychiatrie", la "psychanalyse" et tous ces machins n'ont pas nécessairement les mêmes nuances dans nos différentes contrées et langages... Il a clairement dit un truc que j'exprimerai ainsi : "si l'homosexualité est découverte chez un môme et que ça pose problème, la famille peut se faire aider par la médecine". En gros.

Et je n'en ai rien à cirer. Le pape peut bien dire les conneries qu'il veut : je ne suis pas catholique, ne le reconnais pas comme "machin spirituel". Je me demande d'ailleurs comment les non catholiques peuvent réagir à ce genre d'âneries : nous ne sommes pas concernés. Le pape s'adresse à ses ouailles et pas à nous autres, simples clients de bistros, athées, musulmans, bouddhistes, protestants ou guichetiers à la SNCF.

Par contre, on peut en profiter pour se foutre de sa gueule pour discréditer sa religion (et les autres si encore moins d'affinité). Et que ça ne nous empêche pas d'être vigilants : certaines religions ont des traitements envers les homosexuels - y compris d'autres religions - qui sont loin d'être sympathiques... Là, il y a des grosses baffes qui se perdent !

Mais toute la gauchisserie a trouvé un prétexte pour taper sur les curés aujourd'hui, c'est dans leurs gènes. Dès fois, ils sont à l'ouest : hier, ils dressaient les louanges d'un sénateurs Républicains qui a perdu la frite en passant l'arme la gauche alors qu'il était un des pires réacs...

Restons calmes.

(à lire chez Romain, un tantinet plus sérieux que moi)