21 juillet 2018

Affaire d’Etat ou coup de pet dans l’eau

Il faut relativiser. Si les réseaux sociaux n’existaient pas, l’affaire machin aurait fait autant de bruit que la dernière fois où j’ai pété pour masquer le bruit que faisait mon decapsulateur. S’ils avaient été populaires avant, disons 2007, on aurait eu 18 affaires d’Etat par mois. 


Le phénomène est simple. Les réseaux sociaux s’enflamment. La presse est obligée d’en ajouter et Twitter relaie. Un des ces jours, on va avoir un type se croyant autorisé raconter que Benmachin, Brigitte, Manu et le chien partouzaient. 


N’aller pas croire que je cherche à relativiser. Si, pardon ! Mais seulement au fond de moi-même. Par exemple, je lis les arguments des défenseurs de Macron (pas les imbéciles qui récitent des éléments de langage) et le dis qu’on devrait bien laisser faire la justice maintenant que la presse a fait son boulot. Par exemple, on a une greluche et un gazier qui ont été molestés par l’andouille et on ne le retrouve pas. Ou alors, la scène aurait été filmée par un proche de LFI. 


Ça n’en est pas moins une affaire d’Etat. Le type a été protégé parce qu’il est proche de Jupiter. Cela étant, si mon meilleur ami était recherché par la police dans une affaire de pedophilie, je le cacherai chez moi à condition qu’il ne vide pas ma cave. Un ami est un ami. Et là, on ne sait pas. C’est même amusant de voir des militants de gauche prétendre que l’Elysée était obligé par la loi a déclarer les faits. La délation a de beaux jours devant elle. 


Ne boudons pas notre joie pour autant. Comme disait Seb, si l’opposition ne merde pas, Macron est grillé jusqu’aux fêtes. Cela étant, je parle bien de joie. Je pense que beaucoup de types qui se prétendent scandalisés ne font que trahir une profonde haine, sans doute justifiée, pour Macron. 


Pour ma part, j’ai passé cinq ans à défendre l’ancien président. Cette fois, j’ai un peu tendance à m’en foutre, tout comme de l’odeur du pet dont au sujet duquel je parlais. 

19 juillet 2018

On ne casquera pas pour l’affaire du jour !

L’affaire du jour est très grave. On l’aura donc oublié dans une semaine, d’autant qu’un coéquipier de Froome le menace dorénavant. Il y a très certainement une faute au sommet de l’Etat (et je ne parle pas des multiples facettes de ce qu’on peut appeler une affaire d’Etat mais les gugusses des réseaux sociaux se prennent un peu trop au sérieux ; ils feraient mieux de rigoler mais le monde est ainsi : chacun doit rendre publique sa colère et faire la meilleure publication du jour. Je m’en fous, ça fait plus de 12 ans que j’ai un blog politique où j’écris des conneries lues par au moins 3 personnes, voire 2 depuis que ma mère est à l’hôpital : Didier Goux et Falconhill). 


Je me demande quelle sera la suite. Du temps d’Hollande, ça ne serait pas arrivé (dans le sens où le type aurait été viré manu militari avec un pied dans le cul et pas une mise à pied). Mais il faut bien reconnaître que la République exemplaire de pépère ne lui a pas spécialement rendu service, voire a été injuste : il n’a pas été en mesure de se représenter. Donc, ça ne sert pas à grand chose à part pour les militants comme votre gros serviteur frisé qui n’a pas à rougir d’avoir soutenu le bonhomme jusqu’au bout. D’ailleurs, lui, ses histoires de casque étaient rigolotes. 


Tiens ! C’est très rigolo d’observer les macronistes des réseaux sociaux, Cabarrus en tête, défendre le big boss de la startup nation. J’espère que je n’étais pas aussi ridicule quand je défendais Hollande. J’ai un doute. Mais, au moins, je n’ai jamais défendu Mélenchon. 


Cela étant, on a beau brailler, exiger des commissions comme l’a fait Méluche au grand bonheur de ses fans absolus, des enquêtes et un tas de machins comme des démissions, rien ne changera au château. Ils sont enfermés dans une connerie qu’ils ont faite (mais s’ils ne l’avaient pas faite et viré le type, ça serait pareil). L’affaire devrait être enterrée. 


Et on se sera époumonés pour rien ce qui est du gaspillage. 


Putain ! 13 jours que je n’avais pas fait de billet de blog et mon titre est nul. 

06 juillet 2018

Les limitations de vitesse à la con

On parlait code de la route avec un copain dans les commentaires de mon blog. D’ailleurs je présente mes excuses à mes copains, depuis le bug de Blogger, j’oublie de publier les commentaires. Toujours est-il que je lui ai répondu ceci ;

T’es con. Il y a incompréhension. Je veux qu’on retire des points sur les permis et qu’on arrête les stages pour en récupérer. Par contre, je ne veux pas de mesures sans efficacité comme les 80. Sinon passons directement à 25... Il y aura moins de mort. Donc faisons en sorte que les connards respectent la loi et ce n’est pas en changeant cette dernière qu’on le fera. 

Cette limitation à 80 est une connerie. D’ailleurs je n’ai vu aucun rapport qui la préconise. Les routes dangereuses le sont parce que les types s’y sentent en sécurité et relâchent l’attention. C’est ce que disent les rapports. A 80 ils se sentiront plus en sécurité. C’est un peu ce que montre l’experimentat au Danemark. 

Cela étant, moi, j’ai lu les rapports. 

Maintenant, parlons des arguments des opposants à cette limitation. Par exemple, les moteurs des voitures sont optimisés pour rouler aux vitesses légales. 50, 70, 90, 110, 130, 220,... Faire un truc intermédiaire à 80 provoquera une augmentation de la consommation et donc de la pollution des voitures actuelles et il y a si peu de différence entre les 70 et les 80 que l’optimisation sera impossible. 

Et je n’ai pas de voiture et défends la politique de la ville de Paris. J’ai réellement lu les études et j’en tire des conclusions, sans doute les mêmes que les auteurs, mais mal interprétées par quelques andouilles. 

Hop.

05 juillet 2018

Les usines à picole et l’augmentation de la précarité.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/loudeac-22600/loudeac-un-bar-sportif-pourrait-prendre-la-place-de-magasin-vert-5865288

Monstrueuse connerie. Je vais vous recommander de lire mais vais donner deux ou trois précisions auparavant. Loudéac est une ville de Centre Bretagne de 10000 habitants. Le centre ville est ravagé à cause, notamment, du développement d’une zone commerciale en périphérie (je ne la remets pas en cause et je n’ai aucune solution à proposer : les gens allaient faire leurs courses dans la zone commerciale la plus proche, à vingt minutes). Une nouvelle usine à vendre hors du centre ville et de la zone commerciale en question est de la folie. D’autant qu’il y a déjà un V&B dans la zone en question. Une autre catastrophe sur le plan de l’aménagement du territoire, la smicardisation de la société, l’égalité vers le bas,...). 

Ça me fait penser que j’étais à un after work avec la boîte ce soir. Le premier verre était offert par elle. Je l’ai bu. C’était un demi. Après j’ai voulu boire un autre verre (ce n’est pas de l’alcoolisme mais du savoir-vivre : de toute manière, j’allais picoler ailleurs).  J’ai demandé au Loufiat le prix d’une pinte car je n’avais pas trop de liquide. 10 euros. Je suis parti. 

A Loudéac, il y a des espèces de machins qui veulent faire de la concurrence à des bistros qui font la pinte à 5 euros (tout comme à la Comète). Ils vont donc la faire à 4. 

Les salariés seront moins payés et on appelle ça le nivellement par le bas. En plus, ils auront une bière très bas de gamme et un tas d’andouilles iront consommer chez eux pour payer moins cher. La spirale descendante. Ces braves gens sont payés de moins en moins en moins et sont obligés d’aller dans des commerces où les salariés sont payés de moins en moins en moins tout comme ceux de leurs fournisseurs qui produisent de la merde. 

Pendant ce temps, les petits commerces et les centre villes meurent. 

Hé ! Les pauvres ! Boycottez les usines à picoles. Prenez deux ou trois bières dans des bistros normaux et finissez vous à la maison avec un produit de la qualité qui vous va moins chère que dans une usine en question. 

Je suis heureux de soulever les vrais problèmes.

01 juillet 2018

Chauffeurs abrutis et 80


Nous avons ici la photo d’une voiture et d’une moto de deux abrutis garés sur le trottoir devant la Comète. Ils savent probablement que c’est interdit mais se disent qu’ils ne gênent personne et ne prennent aucun risque... C’est à cause de ce genre d’abrutis qu’on se prend des règles de plus en plus contraignantes comme la limitation à 80 qui démarre aujourd’hui. Il faut arrêter d’augmenter les contraintes et accroître les peines. Il faut confisquer la Chrisler de ce gros con qui se croit tout permis pour frimer dans mon patelin de banlieue. Il mérite l’IVG à retardement en cette journée d’hommage à (en voiture) Simone Veil. 

Très bel hommage d’ailleurs. Malgré les gesticulations idiotes de ces jeunes crétins qui interprétaient Nuit et brouillard d’une manière sublime. On aurait dit des conducteurs bourrés. 

Mais je m’égare. Je veux bien rouler à 80 pour gagner 13 mètres de freinage mais il faudrait surtout punir les connards qui font des infractions en toute bonne foi. Faire des lois et des règlements est facile. Cette limitation à 80 est une très grosse connerie. 

La prochaine étape sera de limiter à 2 le nombre de degrés d’alcool dans le sang. Ça empêchera les braves gens d’aller boire un coup après le travail mais pas les connards défoncés de prendre la voiture pour aller en boîte de nuit. 

30 juin 2018

Les vacances

Le gros W a oublié ceci dans Facebook :

https://www.parisvox.info/2018/06/30/vacances-restez-chez-vous 


J’ai commenté :

L’auteur a beaucoup de talent. De tous temps, j’ai pesté contre les abrutis qui me demandent où je vais en vacances. Outre, le fait qu’ils n’en ont rien à cirer (j’espère pour eux), les vacances sont le fait de ne pas travailler. Ceux qui partent en vacances sont des gens qui n’aiment pas leur travail. Ils sont malheureux toute l’année. Mais je m’égare. Je voulais dire que ma mère étant à l’hôpital pour un long traitement, j’ai la sérénité d’envisager de ne pas prendre de vacances mais des jours à droite et à gauche pour passer du temps avec elle, entretenir la maison, m’occuper de son linge et boire des bières avec les copains. J’ai même négocié avec ma boîte pour pouvoir faire du télétravail à partir de chez elle le vendredi. Ce qui fait qu’en posant mon mercredi et mon jeudi à peu près toutes les semaines cet été, je pourrai bosser trois jours par semaine tout en étant assez dépaysé et près d’elle en ayant tous mes week-ends pour me saouler la gueule avec les copains  bretons en continuant à prendre des cuites trois ou quatre jours par semaine à la Comète. Je vais en faire un billet de blog, tiens.

28 juin 2018

Critiquer les critiques de foot rend con

Je désapprouve les propos de Mélenchon quant à l’élimination de l’Allemagne. Quand on est responsable politique, on doit savoir fermer sa gueule. A noter que ceux d’Adrien Machin étaient bien plus drôles. Mais 24 heures après, on voit encore des glandus qui les critiquent dans Twitter. 


Je rappelle qu’on est plusieurs millions à s’être réjouis bêtement de cette élimination. On va dire en vrac : c’est la vengeance de 82, ça suffit les victoires de l’Allemagne et tout ça. 


On est dans le monde du foot. Il n’y a pas de xénophobie, de germanophobie et tout ça. C’est le jeu : c’est un championnat des nations. Je sais que nous pourrions vomir de cette idée mais, là, j’ai mieux à faire. 


Comme on disait avec les collègues (de toutes couleurs), il ne reste plus qu’une équipe pour représenter l’Afrique : celle de France. C’est peut-être de la connerie. Pas du racisme. 

26 juin 2018

Les latrines de Latran

Périodiquement (forcément), on a des gens de gauche qui s’offusquent parce que le président machin a été chercher son truc à Latran. D’autres fois, ce sont les types de droite qui gueulent parce qu’il n’y va pas. Le sujet manque de profondeur : on s’en fout. J’ai dit ça dans Facebook. Je me suis fait insulter. Moi, je suis fier d’avoir un président maréchal des logis à Latran. Pendant qu’il fait ça, il n’est pas au bistro. 

Cela étant, une nouvelle polémique a été lancée ce soir : Macron a fait la bise au pape. Vu leur différence d’âge, on aurait pu penser que cet acte de pédophilie est scandaleuse mais même pas. Les lascars s’offusquent pour s’offusquer. Pour ma part, si j’ai l’occasion de faire la bise à un pape, je la fait. Sauf si ,comme Benoit machin, on peut légitimement le suspecter de renifler du goulot. 

Les gauchistes me laissent perplexe. Ils font des polémiques pour n’importe quoi et s’étonnent que les types pas officiellement de gauche font 70% dans les urnes. Et je suis gentil. 

Je vous conseille néanmoins la lecture de mon billet précédent dans lequel je raconte une cuite ce qui est bien plus intéressant que ces conneries. 

Et ne ne parlez pas de laïcité. Les gauchistes gueulent quand Macron se fait introniser roi de Latran et quand mes potes du Printemps Républicain, dont au sujet duquel je fait partie avec fierté et soif, laissent entendre que les attentats islamistes seraient commis par des islamistes. 

Tous tarés. 

Ma fête de la musique. Hips.

En parlant avec Francois, je me rends compte que je n’ai pas raconté ici mon vendredi soir au 1880 chez Ccil et Christophe pour la fête de la musique. Il faut dire que mon souvenir le plus précis est quand je suis rentré à la maison. Il était prévu que je passe le linge de la machine à laver dans celle à sécher. Je n’ai pas réussi malgré leur proximité immédiate. J’ai décidé d’aller me coucher. 

Soyons honnête. Je l’ai déjà raconté, dès samedi soir. Mais j’ai effacé ma publication vu que je racontais des actes à priori illégaux commis par des potes comme Anthony et Alex qui avaient une légère ébriété prononcée le samedi. Contrairement à moi : je n’arrivais plus à boire. 

Le samedi matin, j’avais la tête dans le cul pour une raison que j’ignore. J’avais un deuxième souvenir : avoir tout payé en liquide. J’ai donc fouillé la poche de mon pantalon : il y manquait 85 euros. A 2€50 le demi et la galette saucisse. J’en ai mangé trois et j’ai eu deux verres offerts par la maison pour la simple raison que je suis sympathique. Je vous laisse faire le calcul. J’ai de beaux restes en cuite mais pas en calcul mental. Et je crois bien que Gilles a fait pire. 

Gloire à lui.

20 juin 2018

Les autoproclamés spécialistes du foot me gonflent

Je n’aime pas spécialement ce sport mais je participe un tantinet à la liesse populaire. Sans snobisme. J’aime bien les collègues qui font des concours de pronostic et leurs discussions à la cantine. J’y participe, pour vous dire alors que ma haine du sport devrait m’inciter à manger tout seul. 

Ce soir, au bistro à côté du boulot, deux entreprises avaient organisé des happy hours dont une avec tournois de baby foot en l’honneur de la coupe du monde. Certains regardaient le match à la télé. D’autres jouaient. Le concours a commencé à 19h30. À vue de nez, les lascars sont obligés de rester jusque qu’à la fin, vers 23 heures. En heures non payées. Pour sucer un ou deux chefs. Ça devrait être interdit. 

A la Comète, ce soir, un spécialiste autoproclamé vient de sortir un truc du genre : c’est évident la faute de Ronaldo aurait mérité un penalty. Je m’en fous. Ça fait des années qu’on nous bassine avec l’intérêt ou pas de l’arbitrage vidéo. On s’en fout. 

Les automachins du bistro nous les brisent. 

Ils ne s’y connaissent pas plus que vous et moi. J’ai été consultant (en informatique, pas en foot) pendant des années. J’arrivais à parler foot parce qu’il me faut parler avec des clients. Mais les imbéciles sont imbéciles. Ils oublient la part de hasard. 

Rappelons-nous la victoire de la France en 1998. Qui aurait pu deviner la victoire contre la Croatie avec deux buts de Thuram ? Et celle aux penaltys face aux Italiens ? Et la déchéance du Brésil en final ?

L’équipe de France était la plus solide et arrêtez de nous les briser. Surtout 20 ans après. La victoire fut belle et on l’a arrosée. Point. 

16 juin 2018

Vive Néon !



Rendez-nous le Gorafi !




Les sites qui balancent des fausses news pour deconner (c’est tout à leur honneur) me fatiguent car des andouilles y croient. Et polémiquent, en font un sujet politique,...

Il faut reconnaître que seul le Gorafi a du talent, presque un don. J’en avais déjà fait un billet il y a un ou deux ans. BMF (oui) tente de plagier le Gorafi. Ils ne sont pas drôles et ils sont insultants. En l’occurrence, on ne s’en prend pas au physique des gens, surtout quand un type a épousé sa mère. L’humour est une science rare. 

Le titre des articles du Gorafi est toujours très drôle (par la fake news qu’il porte) et on va voir l’article pour admirer le style journalistique (surtout moi, en tant que blogueur, assez doué pour raconter des conneries mais assez peu pour être credidible)(pourtant, je sais faire fort : je défends Hollande depuis plus de sept ans). 

14 juin 2018

Medine au Bataclan : ne servons pas la soupe



Résumons l’affaire : le rappeur Médine (depuis quand je parle de rap dans mon blog) va passer au Bataclan ce qui provoque l’ire de types comme moi qui ont tendance à avoir une légère animosité contre l’islam politique. Au Bataclan, il y a eu un massacre pratiqué par des islamistes avec un peu de mauvais fond. Et Médine donc a sorti des chansons sujette à polémique sur lesquelles je ne reviendrais pas vu qu’on trouve des andouilles (tiens ! Je ne savais pas de quoi dîner !) pour trouver des arguments en sa faveur. J’en ai soupé. 

Je pense que les patrons du Bataclan aurait pu avoir de meilleures intuitions en terme de programmation musicale. Mes amis - du Printemps Républicain - sont accusés d’appeler à la censure par des islamoclowns alors qu’ils ne font que souligner un choix hasardeux. Du coup, les islamcusateurs accusent le PR de critiquer la direction du Bataclan pour masquer leur islamophobie. 

Vous ne croyez pas que ça commence à bien faire ? Je parles du procès éternel du Printemps machin dont je fais partie...

Le dessin illustrant ce billet aurait été diffusé par Médine. Il n’est pas drôle. Il parodie un dessin de Cabu, assassiné par des cons. Il n’ai vraiment pas drôle. Je voudrais néanmoins répondre à Médine. Je ne l’aime pas. Cela n’a rien de méchant. Je ne le connais pas. On ne peut pas aimer ce que l’on ne connaît pas à part le cul quand on a 14 ans. 

Ce qui me fait penser que les trous du cul inconnus ont bien tort de surfer sur un buzz idiot pour en ajouter une couche pour se faire connaître. Reconnaissons qu’ils méritent des baffes. 

Après dîner. 

Medine au Bataclan : ne servons pas la soupe



Résumons l’affaire : le rappeur Médine (depuis quand je parle de rap dans mon blog) va passer au Bataclan ce qui provoque l’ire de types comme moi qui ont tendance à avoir une légère animosité contre l’islam politique. Au Bataclan, il y a eu un massacre pratiqué par des islamistes avec un peu de mauvais fond. Et Médine donc a sorti des chansons sujette à polémique sur lesquelles je ne reviendrais pas vu qu’on trouve des andouilles (tiens ! Je ne savais pas de quoi dîner !) pour trouver des arguments en sa faveur. J’en ai soupé. 

Je pense que les patrons du Bataclan aurait pu avoir de meilleures intuitions en terme de programmation musicale. Mes amis - du Printemps Républicain - sont accusés d’appeler à la censure par des islamoclowns alors qu’ils ne font que souligner un choix hasardeux. Du coup, les islamcusateurs accusent le PR de critiquer la direction du Bataclan pour masquer leur islamophobie. 

Vous ne croyez pas que ça commence à bien faire ? Je parles du procès éternel du Printemps machin dont je fais partie...

Le dessin illustrant ce billet aurait été diffusé par Médine. Il n’est pas drôle. Il parodie un dessin de Cabu, assassiné par des cons. Il n’ai vraiment pas drôle. Je voudrais néanmoins répondre à Médine. Je ne l’aime pas. Cela n’a rien de méchant. Je ne le connais pas. On ne peut pas aimer ce que l’on ne connaît pas à part le cul quand on a 14 ans. 

Ce qui me fait penser que les trous du cul inconnus ont bien tort de surfer sur un buzz idiot pour en ajouter une couche pour se faire connaître. Reconnaissons qu’ils méritent des baffes. 

Après dîner. 

13 juin 2018

80 km/h

Je ne me suis pas exprimé sur le sujet si ma mémoire est bonne mais la future limitation continue à faire polémique. Je vais donner mon avis. C’est une connerie. 

Contrairement, à ce qu’on a pu lire, aucune étude sérieuse ne préconise cette baisse de vitesse. Les études se « contentent » de démontrer qu’il y a plus d’accidents sur les axes concernés qu’ailleurs. Et que, s’il y en a plus, c’est parce que les gens se sentent en sécurité (avec les travaux menés comme la suppression des carrefours « à niveau ») et relâchent leur attention. J’ai lu les rapports, moi. C’est un peu délirant mais les travaux menés pour empêcher des morts ont pour conséquence d’en créer mais moins. 

Et cette nouvelle mesure va accélérer le processus et cette relâche d’attention. J’ai beaucoup roulé la semaine dernière (5 allers retours Loudéac Rennes, Google Map est ton ami, un trajet privilégié, 70% de 4 voies, a vue de nez). Et j’ai observé. J’étais en vacances et détendu (que ça à faire). Si j’avais le trajet à faire souvent, genre tous les jours, j’aurais eu un certain énervement. 

Il est évident que les accidents seront moins graves à 80 qu’à 90 vu les distances de freinage mais... On ne prend pas assez en compte les arguments des opposants à cette mesure. Ben oui, on continuera à avoir envie de doubler des camions qui roulent à 80. On continuera à rouler à 90 quand il pleut alors qu’il faudrait descendre à 60. Et on nous sortira de nouvelles lois. Elles ne sont pas toutes mauvaises. Le nombre de morts sur les routes diminue continuellement ou presque depuis 40 ans malgré l’augmentation du trafic. 

Mais cette nouvelle limitation ne sauvera pas 1% des braves gens parce que des cons continueront à rouler avec trois grammes ou à 110. Tiens ! Prenons cette limitation (justifiée) au sujet de l’alcool. Quand je vais au bistro et que je dois conduire, je limite ma consommation à 4 verres. Je suis un peu gros et le ballon ne virera pas. Mais je ne bois ces quatre verres que si mon trajet de retour ne fait qu’un ou deux kilomètres. Je sais que si j’ai plus de route, j’ai un risque de somnolence. 

La sécurité routière ne doit pas venir uniquement d’ordres gouvernementaux. Un peu de pragmatisme ne nuit pas. Il y a des gens qui ont besoin de leur voiture. En 20 ou 30 ans, le nombre de morts a été divisé par 10, par la loi (et les contrôles) et par les travaux. 

Ne faisons pas n’importe quoi. On n’arrivera pas à zéro sans le progrès technologique. Il arrive. 

09 juin 2018

Une autre idée du bonheur

Tout seul à la maison, j’ose. 100g de beurre. 650g de filet mignon coupé en rondelles (mon côté célibataire). 1 grosse échalote vaguement émincée. Beaucoup de poivre (pas de sel mais c’est sans doute une erreur). 10 minutes à feu vif. 

Pendant ce temps, épluchage, lavage, coupage en rondelles (une obsession, vous dis-je) des pommes de terre. Hop ! Dans la sauteuse. Baisse du feu. Ajout de trois ou quatre verres d’eau. Laisser légèrement frémir l’eau jusqu’à évaporation « puis après » pour que les pommes de terres roussissent légèrement. Disons 1h15. 

Remuer fréquemment, hein ! Mais sans plus. J’ai même pris un bain pendant ce temps (pour l’hygiène, j’aurais du le prendre après mais gare à l’hydrocution). 

Se préparer à manger l’entrée (des radis même si côté légume vert, ça fait un peu grand remplacement). Ajouter dans la sauteuse un peu de crème fraîche, genre 10 cl, juste de quoi fédérer les rogneries agglomérées dans la sauteuse. 

Bouffer la moitié (demain midi, je me fais revenir le reste à l’huile d’olive avec des trucs louches genre romarin et herbes de Provence). 

Prendre un dessert de tafiole, genre sorbet au citron. Ne pas prendre de café, ne pas débarrasser la table ou faire la vaisselle. Et foncer à la sieste. 

Ce repas avec seulement deux verres de vin rouge. Pas un seul apéro avant. Un peu comme si je faisais une purge. 

Le bonheur. 

Quand je pense qu’il y a des andouilles qui profitent de ce genre de journée pour faire des barbecues avec des « amis » et du rosé.

Dans la sauteuse, ne mettre ni moutarde ni vin blanc. Poivre, beurre salé et échalote. C’est tout ! Pas de solution de facilité pour se faire croire qu’on fait de la cuisine. Le « grillé » des pommes de terre et de la viande suffit à lui même, hein !

Compris ? 

02 juin 2018

Parti de gauche arrivé à rien

C’est rigolo, les socialistes canal gauche continuent à taper sur Hollande, comme ils l’ont fait pendant cinq ans, comme s’ils étaient jaloux d’être plus audible à chacun intervention - il les multiplie, selon eux pour rapporter du pognon à Joffrin mais ils sont un tantinet mesquin - que leurs propres poulains que personne ne connaît. 

J’ai même vu mon copain Jeff - j’aime bien le charrier - menacer de faire un billet de blog sur le thème : le vrai bilan d’Hollande. 

Je vais faire un billet, à l’occasion, sur le thème le vrai bilan de la gauche. Le candidat du parti a fait 6% puis il est parti du parti. J’ai pris le parti d’en rire. Il y a donc deux partis qui se partagent 6% des électeurs. C’est mal parti. Sans parti pris. Je me moque, mais ça reste mon parti de cœur, parti en vrille à la lecture de conneries. 

Je pensais qu’après l’élection du premier secrétaire les militants socialos allaient se poser et tenter de faire un vrai bilan. J’ai un autre copain qui critiquaient les types de gauche qui ont voté Macron en se trompant sur les raisons. Il disait qu’on voulait lutter contre les extrêmes. C’est quoi cette histoire ? On va nous sortir les extrêmes à la gueule pendant longtemps. J’ai voté Macron parce que si les types comme moi n’avaient pas voté Macron, Fillon serait premier ministre. Ce n’est pas de la faute si Hamon a totalement loupé sa campagne. Ce n’est pas de ma faute si les militants socialistes ont totalement tourné le dos au cœur de leur électorat : le centre gauche. Les gens, il faut se remettre (notamment à réfléchir). 

A contrario, j’ai vu des anciens soutiens d’Hollande passés défenseurs acharnés de Macron avoir les mêmes réactions à chaque prise de parole de pépère, du genre : fermé ta gueule, tu n’as plus rien à dire, tu as échoué. Il faut quand même être tordu pour avoir soutenu jusqu’au bout un type qui a échoué et lui chier dessus ensuite. Pépère dit bien ce qu’il veut et si les journaux en parlent, cela prouve peut-être qu’il aurait tort de s’en priver. 

Il nous reste la vraie gauche, l’insoumise. On voit de plus en plus d’analyses où on expliquent qu’ils ne se revendiquent plus de la gauche mais parlent au nom du peuple. Les lascars ont vu que le populisme marchait voire gagnait dans certains pays avec des alliances à moitié louches dans certains pays comme l’Italie. Tous les analystes en peau de fesses font semblant de comprendre. Pour ma part, non seulement je n’y comprends rien mais je n’ai même pas la prétention de faire croire que ça m’intéresse. 

Devant la décrépitude de la scène politique en France - on n’a même plus une droite « traditionnelle » ou « extrême » crédible, je m’intéresse plus à la République, ses valeurs et tout ça mais beaucoup oublient ce que ça veut dire. 

Hollande était électoraliste. Quand il était premier secrétaire, le parti a gagné plein d’élections puis, lui-même, a gagné la plus importante. Vous pouvez dire qu’il a échoué. Bah ! Les courbes s’inversaient progressivement, la croissance revenait, le chômage baissait - enfin - puis Macron a mené sa politique à la con pour foutre en l’air le pouvoir d’achat. Et paf ! Continuez à critiquer des trucs. La bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe et le gros pépère. 

Mais ne vous vautrez pas dans le populisme sous prétexte qu’il est gagnant ailleurs. Je ne sais pas si le peuple gagne. 

Et arrêtez de vous battre pour vos 6% en étant persuadés que le peuple veut une politique plus à gauche quand on voit le poids de la gauche dans les sondages. 

Restons zens.

30 mai 2018

Dois-je fermer mon blog ?


Je ne crois pas. Mais je connais beaucoup d’andouilles qui devraient se poser la question. C’est à étudier. 

Tout comme les classements de pays en fonction de la liberté de la presse. On frise la Corée du Nord. 

29 mai 2018

La radicalisation belge

On n’en parle jamais assez. Je ne sais pas ce qu’ils demandent. Le Figaro se pose la question mais je pense que son patron est en intérim. 




Se laver les mains : avant ou après la miction

C’est le sujet du billet du jour du blog de Didier Goux qu’il arrive à rédiger sans le moindre racisme ou autre discrimation autre que sur l’hygiène de nos morceaux intime. 

http://didiergouxbis.blogspot.com/2018/05/de-lhomme-de-lurinoir-et-des-vastes.html?m=1


Je vous livre le commentaire que je lui ai laissé, ça m’évitera de faire un vrai billet :

Enfin un sujet important exposé dans les blogs.

Il ne faut pas omettre de la réflexion le problème du robinet. Il y en a trois types différents :
- ceux qui se tournent à la main,
- les boutons poussoirs qui donnent de l’eau pendant 20 ou 30 secondes,
- ceux à pédale (rien d’homophobe), ils s’activent avec le genoux ou le pied (je crois qu’ils sont obligatoire dans certaines cuisines, notamment celle de cantines mais je dois reconnaître que j’y pisse rarement). 

C’était ma contribution à la réflexion. 

Pour mon cas personnel, c’est plus un réflexe idiot. Je le lave les mains après systématiquement sauf si je suis chez moi (ou dans la maison de vacances de ma mère). Allez savoir pourquoi ? 

Si un lecteur me trouve dégueulasse, j’ai un argumentaire. Au bureau ou bistro, on se lave les mains parce qu’on passe pour salle si on ne le fait pas (et on évite de conserver de la pisse sur les doigts avant de les mettre sur un clavier ou un verre, voire un bol de cacahuètes).

Au bureau et au bistro, il y a pire : les gens qu’on croise en sortant des toilettes (eux ou nous). Personne n’ose dire : « excuse moi, je sors des wc, j’ai les doigts mouillés (ou plein d’urine) ». Donc je le lave les mains surtout pour montrer qu’elles sont mouillées et à voir un prétexte pour ne pas serrer celles des autres. 

Ce qui, au fond, est bien hygiénique. Par définition, j’ai la bite et les mains plus propres que les mains des autres. Je me fous de la propriété de la bite des autres sauf si on doit partager le même trou mais c’est un autre problème. 

25 mai 2018

Parcoursup de cons

Je n’ai pas parlé de Parcoursup et je vous présente mes excuses. Cela étant, j’ai un prétexte. Je m’en fous. Ce qui explique d’ailleurs que j’ai un avis. Les critiques me paraissent ridicules. Vraiment. J’ai bien lu les critiques. Je comprends celles relatives à la complexité du machin et celles portant sur la notion de préférence. 

Cela étant. 

Il y a 34 ans, à cette époque de l’année, je ne savais pas où j’aurais été retenu. Tout le monde était persuadé que je n’aurai pas le bac, moi le premier. J’étais donc plus concentré sur mon permis de conduire. J’ai eu les deux par hasard. Pour le permis, j’ai failli avoir un accident très grave sans avoir la moindre responsabilité un type a déboulé plein pot d’un sens interdit. L’inspecteur a pilé par réflexe. Après j’ai perdu mes moyens mais il a compris que c’était l’émotion. Quant au bac (C), j’étais nul en physique, en français, anglais, allemand, philo, sport mais j’ai eu d’excellentes notes dans d’autres matières notamment ce qu’on appelle bêtement, maintenant SVT, mais aussi mathématique et histoire géo. 

J’avais choisi plusieurs formations en informatique et un DUT de statistiques. Je crois me rappeler qu’on avait droit à quatre choix. J’ai finalement été retenu en statistiques et j’ai fait carrière dans l’informatique avec un salaire qui me fait rigoler jaune quand je fais un billet de blog pour défendre la progressivité de l’impôt sur le revenu. Financièrement et personnellement, j’aurais intérêt à défendre sa suppression. Du coup, les crétins qui nient mon positionnement affirmé à gauche et défendent des islamistes abrutis me font rigoler. 

Nous avons donc des jeunes trous du cul qui ne comprennent pas que tout choix ne peut pas être accepté. Ils sont à peu près 85 millions à vouloir faire des études d’histoire et de sociologie appliquées à la Corée bolivarienne. 

Ils sont 759974 à demander l’admission à des écoles par définition élitistes comme l’ENS et sont soutenus par les étudiants de cette école qui ne se rendent même pas compte qu’ils y sont entrés par ce qu’ils font parti des élites suspectes. 

Et les internautes se défoulent dans Twitter et Facebook, relayés par des journalistes qui ne se rendent même pas compte qu’ils tuent le métier qu’ils ont obtenu après l’admission à une école. On demande maintenant à ces pauvres choux de dire démontrer qu’ils sont motivés par une formation pour pouvoir la suivre. Ils préfèrent sans doute un tirage au sort neutre qui aurait fait que Marcel occupe mon boulot, que la grosse Raymonde soit présidente de la République et que je sois obligé de me prostituer au bois.

Cela étant, en tant que professionnel de l’informatique, je le pose une question. Comment une telle application a pu être développée en moins d’un an ? Dans mon job, il faut au minimum un an avant de prendre ce genre de décision. Des millions d’euros. Des heures de réunion pour cadrer ce bordel. 

Vous devriez y réfléchir avant de donner des avis motivés par des considérations politiques. 

Pour ma part, j’ai une bière à finir. Et c’est bien pendant mes études en statistiques que j’ai pris le rythme.

24 mai 2018

Toujours Charlie

Comme je le disais dans les commentaires du blog de mon copain Fred, j’étais plié de rire en lisant les publications des types qui critiquent la une de Charlie (lire le texte qui illustre son billet). Mais c’était hier. Aujourd’hui, j’ai vu pire. 

Tout d’abord un type qui demandait à ce que Charlie soit interdit. Avec un hashtag du genre #jenesuispluscharlie. Cela étant, un type qui raconte des conneries dans les réseaux sociaux et lutte contre la liberté de la presse est assez rigolo. Je l’ai bloqué. J’ai mieux à faire. 

Ensuite, j’ai vu un type qui mettait en illustration, la comparaison entre deux « infographies » :
- un truc d’il y a plus de cent ans mettent en parallèle une femme noire avec un singe,
- un machin avec cote à cote la photo de la musulmane UNEF et le dessin de Riss. 
C’est triste. Mais je garde ma bonne humeur. Ces cons n’ont pas compris que l’on ne critique pas la jeune femme à cause de son origine ethnique (mais qu’on gueule contre un syndicat d’étudiants pubères). Ils ont inventé le mot « racisé » alors qu’on avait oublié cette notion de race. On vocifère contre une religion (qui a des velléités politiques). La religion est l’opium du peuple comme disait l’autre. 

Je l’ai bloqué, j’ai mieux à faire. 

Mon soutien à Amine El Khatmi qui a porté plainte contre un antisémite notoire qui a proféré ce qu’on peut appeler des menaces de mort. Il est sûrement soutenu par la vraie gauche. Pas Amine. 

https://www.gogocamino.com/2018/05/crise-de-foi.html

22 mai 2018

J’ai mon plan banlieue

J’y habite. J’y suis bien. Depuis 24 ans. Les pouvoirs publics font leur job. Les collectivités territoriales aménagent et incitent les entreprises à venir. Les flics tentent d’y assurer la sécurité (et y arrivent mais si je le dis, on va trouver des grincheux). L’Education Nationale fait son job. La Poste est là. On va avoir une deuxième station de métro. On a un CHU. 

Du coup, j’ai bien aimé le discours de Macron. Je résume : « on n’a pas besoin d’un énième plan, il faut que chacun bosse. » C’est très libéral, d’ailleurs mais tout le monde gueule. C’est rigolo. 

Il faut du travail de longue haleine, secteur par secteur, et arrêter de penser que débloquer quelques dizaines de milliards par ci ou par là va résoudre toutes les erreurs du passé, le tout voiture, l’entassement des immigrés qu’on a fait venir pour lutter contre nos valeureux travailleurs dans des HLM pourris et tout ça. 

A titre personnel (dans le sens où ce n’est pas l’objet principal de ce billet), je pense qu’il faut plus de mixité, pas que sociale. Favoriser la proximité des logements de bourges (comme le mien), les commerces, les trucs sociaux, les logements étudiants, les entreprises, leurs sièges,... et l’Etat ne peut pas tout.  Je suis favorable à la loi machin qui impose un taux de logements sociaux mais ne va peut-être pas assez loin. J’en sais rien. Imposer un HLM si t’imposes pas un cinéma et un bistro n’a pas de sens. Elle « oblige » les banlieusards à passer leurs loisirs dans d’immondes centres commerciaux... Et il faut lutter contre le communautarisme qui fait tant de mal. Ce qui implique de ne pas traiter les anti-communautaristes comme des fachos. 

Du coup, je crois que j’aurais bien aimé le discours d’Emmanuel Macron si je l’avais écouté et s’il n’avait pas dit des conneries sur le cannabis. Il faut le légaliser ne serait-ce que pour diminuer les trafics. Peut-être qu’ainsi on aura la paix. 

Enfin, il faut arrêter de faire des plans banlieue qui, par nature, opposent la banlieue à la France périphérique comme on dit. Que chacun bosse. Les besoins sont les mêmes : des services publics, des commerces, de la sécurité, des transports en commun,...

Amen. 

18 mai 2018

Invitons François Hollande à la Comète

Salut pépère, Bonsoir Monsieur le Président de la République,

Je vais retenir la deuxième formule mais je me souviens du jour où vous nous avez reçu, comme blogueurs, à l’Assemblée Nationale peu avant les primaires en 2011. Certains « camarades » vous tutoyaient, ce qui me choquait. Traditions socialistes. Je ne vous avais posé aucune question. Prendre la parole en public me paralyse parfois... Ce qui ne m’empêche pas d’écrire beaucoup, ce que j’ai fait dans mon blog de juillet 2011 (Martine Aubry avait dit une connerie : elle voulait augmenter le budget de la culture de 30%. Je ne suis pas contre la culture et l’augmentation de son budget mais il y a mieux comme argument pour une élection). Je vous ai ainsi toujours défendu, depuis bientôt un septennat, sauf bien sûr quand vous avez fait des conneries. 

Dans votre livre, vous avez expliqué certaines conneries (qui n’en étaient souvent pas, comme l’affaire Léonarda). Vous faites actuellement un tour de France pour assurer la promotion de ce livre mais aussi, j’en suis persuadé, ce qui vous passionne : aller à la rencontre des gens. On s’est moqué de vous pour une séance de dédicaces dans l’espace culturel du Leclerc de Plérin. Je suis moi-même originaire d’un patelin proche, Loudéac, où la seule librairie est l’espace culturel de Leclerc. Ils sont cons, ces Parisiens. 

J’habite néanmoins maintenant en banlieue parisienne, Le Kremlin-Bicêtre. D’ailleurs, j’y ai fait votre campagne de 2012 avec Jean-Luc Laurent, notre maire de l’époque qui devint député quelques semaines après votre élection. Certes, il est MRC mais ne nous attachons pas aux détails. Tous ceux que je soutenais ont été élus...

Ça n’est pas toujours le cas. Par exemple, lors des dernières régionales, je soutenais Bartolone. Pour vous dire la fidélité au centre gauche. Comme blogueur un tantinet en vue, j’organisais des réunions dans mon bistro favori, en bas de chez moi, la Comète. Nous y avions reçu ce brave Claude. Avant, nous avions reçu deux fois (je crois) Julien Dray. D’ailleurs, je suis un copain de Romain Pigenel, pour vous dire à quel point je fréquente n’importe qui. Smiley. 

Ce bistro a eu un moment de gloire il y a bientôt trois ans sous le nom de « PMU de Bicêtre ». C’est quand on avait reçu DSK pour sa première sortie publique après un événement qui vous fut assez bénéfique.

Vous avez voulu être un Président normal. On n’est pas nombreux à avoir compris ce que ça voulait dire, comme pouvoir aller voir votre copine en mobylette. Vous l’avez fait. 

Je vous propose de vous aider à être un ex normal. Venir dans un bistro de banlieue dédicacer votre livre si vous le voulez mais aussi passer un bon moment avec des types un peu désabusés mais qui furent bien vos soutiens en 2012. L’invitation est lancée. 

Je pose les questions que je pourrais vous poser à cette occasion par écrit (parce qu’à l’oral, heu...). 
1. Quand vous vous êtes lancé dans la campagne pour la primaire, vous saviez que vous alliez être élu parce que vous auriez représenté l’opposition à DSK et son libéralisme (soutenu par Titine, ce qui est très drôle) ?
2. Vous saviez qu’un président n’est jamais réélu sauf en phase de cohabitation,vous pensiez que les résultats économiques seraient venu plus tôt et vous contiez nommer Titine Premier Ministre au bout de trois ans pour entrer en cohabitation ?
3. Vous avez fini par comprendre que ça ne pouvait pas arriver et que vous ne seriez pas réélu. J’ai du mal à voir la suite du scénario. Nommer un premier ministre de l’aile droite du parti, un ministre de l’économie libéral et tout ça. En décembre 2016, vous saviez que Macron était le seul à pouvoir gagner même s’il vous a échappé. Ma dernière question donc : les éléments déclencheurs de toute cette histoire ?

L’invitation est lancée. Vos disponibilités seront les miennes. C’est au métro Le Kremlin-Bicêtre. Juste avant notre Leclerc sans espace culturel autre que la Comète. 

Bien à toi,
Nicolas 

17 mai 2018

Ramadan : la Coupe du monde est pleine

Je suis désolé mais annoncer la composition de l’équipe de France pour la coupe du monde le jour du début du ramadan est une connerie. D’une part, on a des types qui ne viennent jamais au bistro le soir sauf aujourd’hui pour commenter la sélection. Je n’aime pas le foot mais je m’y connais plus qu’eux. J’ai été 20 ans consultant et il fallait que je puisse tenir n’importe qu’elle conversation avec les clients. J’ai des oreilles. D’autre part, j’ai un tas de collègues musulmans (dans mon métier, les universités africaines sont très bonnes et les lascars sont moins chiants que les abrutis qui sortent des écoles françaises, moins prétentieux, moins carriéristes,...). 


Mais n’hésitons pas à changer de paragraphe. Il y a trop d’andouilles qui pondent des publications trop longues mais illisibles à cause de la forme. A force d’écrire sur le web, ils se prennent pour écrivains. 


Avoir des collègues musulmans ne m’a jamais posé de problème pendant le ramadan sauf qu’ils sont parfois un peu fatigués. On se fout de leur gueule parce qu’on peut faire des trucs alors que pas eux comme sauter la secretaire et boire du café. 


Un seul musulman m’a gêné au boulot. Le type refusait de serrer la main aux femmes. Ça me rendait mal à l’aise encore plus le fait que sa chef était une femme et ma cheffe aussi, cheffesse également de ma collègue chef de lui était que j’étais obligé de faire l’intermédiaire sans relation hiérarchique. Ce n’était pas simple. 


Le ramadan m’amuse hors boulot tout en me mettant en colère : les lascars se garent n’importe quoi pour aller dans les pâtisseries et boucherie Hallal le soir. Ils se croient tout permis (je m’en fous) et le montrent (ça me chiffonne plus). 


Je souhaite néanmoins un bon ramadan à mes amis musulmans avant de finir l’introduction de ce billet. Ça s’arrose sûrement. 


Le midi, je mange de bonne heure à la cantine (11h45, ça tombe bien, le soir je dîne après le bistro donc le matin, je n’ai pas faim ; c’est ma manière de faire le jeûne à 52 ans). Je rentre donc au bureau vers 12h20. Il y avait deux collègues musulmans qui papotaient. Logique, ils n’ont que ça à foutre. 


Un d’entre eux, une femme non voilée (au contraire), a commencé à me faire des reproches parce que je ne pratiquais le jeûne. Et à me démontrer que j’avais tort et à m’expliquer les raisons. Elle a 25 ou 30 ans. Elle pratique des trucs dont je me fous. Liberté de conscience et tout ça.


C’est comme pour le foot. Je tolère parce que cendrillon une tradition locale. Je tolère le ramadan. C’est une tradition de braves gens. 


Mais qu’on arrête de me casser les couilles. 

13 mai 2018

Ineffable UNEF




Nous remercions l’UNEF de montrer ce qu’est devenue la gauche. Cette femme est un tantinet voilée et est chef d’une espèce de section de ce syndicat de gougnafiers qui est aussi là, par ses statuts, pour lutter contre les oppressions. 

Cela étant, je m’en fous (dans le sens « désabusé »). Mais les réactions sont assez rigolotes de la part des gauchistes mais aussi des justeboutistes de la laïcité qui accusent les moins justeboutistes d’avoir laissé faire. 

Restons calmes. Moquons nous aimablement de ces jeunes cons qui ont perdu toutes valeurs. Et prions les déesses grecques et romaines qui batifolaient à poil pour que le plomb revienne dans la tête de ceux qui auront notamment à travailler pour payer ma retraite.

11 mai 2018

iPhone X : saluons cet objet en nous moquant du monde


« Après 5 jours d’utilisation intensive et un banc d’essais, l’iPhone X est-il conforme à mes premières impressions ? » questionnait un blogueur geek lors de la sortie de ce machin.  Ben oui ! J’ai cherché « critiques iphone X » dans Google pour voir s’il y avait encore des types qui faisaient des billets sur l’iPhone X, six mois après sa sortie. Non. Je vais donc me lancer. J’ai des âneries à dire. Mais je n’ai pas fait cinq jours d’utilisation intensive pour faire un article mieux que les collègues. J’ai trois semaines d’utilisation normale ce qui n’est pas rien chez moi.

Tiens ! L’écran de ce machin est très bien. J’ai repris le goût de la lecture sur iPhone (du temps de mon iPad, je lisais beaucoup mais avec  mon iPhone 5c, j’avais abandonné). Ca, un blogueur geek ne vous le dira pas.

J’ai lu plusieurs articles ou billets. J’en mets un en lien (le seul que j’ai lu en entier) pour me foutre de la gueule de l’auteur. Les mecs qui pondent des tartines sur des nouveaux téléphones me font rigoler. Moi je fais des billets sur un téléphone que j’utilise au quotidien depuis trois semaines, y compris pour écrire des billets de blogs, réserver des taxis, consulter mes comptes et, donc, lire des romans et des machins politiques comme le livre de Gaspard Gantzer. Avec celui-ci, je n’ai pas commencé à regarder des sites de cul. Je vieillis. En plus, c’est un X.

Je me moque, certes, mais je partage l’enthousiasme de l’auteur.

Toutes les caractéristiques techniques sont décortiquées sans compter les trucs généraux du genre ah tiens il est un peu plus gros que l’autre. On trouve ce genre de phrase : « Outre le P3, l’écran de l’iPhone X supporte le sRGB. » Je me demande ce que le clampin moyen qui achète un téléphone pour pouvoir jouer à la belotte en faisant caca en à cirer. Le gars, là, il diffuse des photos de l’écran de son iPhone pour qu’on puisse juger de la qualité de l’écran. Mais l’écran que j’ai utilisé pour lire l’article est pourri…

Tiens ! Puisque j’en suis au passage sur l’écran. Il parait que « : il s’agit de simuler le rendu d’une feuille de papier dont la couleur varie naturellement en fonction de la luminosité ambiante ». Putain ! Dans mes termes, ça donne : l’écran est très bien et l’adaptation de la luminosité est absolument géniale. J’utilise mon téléphone dans différentes conditions, y compris de nuit (au bureau, il y a un détecteur de mouvement pour allumer la lumière et un minuteur mais on n’a pas que ça à foutre de bouger en chiant) et en plein soleil (comme en terrasse de bistro).  Je n’ai jamais eu à jouer avec la luminosité alors qu’il fallait que le fasse avec mon iPhone précédent.

Tiens ! Faisant un aparté sur ce dernier. C’était un 5c avec une batterie qui s’usait en moins de deux heures  (une de bistro, une de métro) ce qui fait que mon premier réflexe en rentrant à la Comète était de le brancher sur le secours avant même de commander une bière. Ainsi, quand je dis ici que je suis bluffé par l’X, c’est aussi parce que j’ai cinq ans de progrès technologique d’un coup et, surtout, une vitesse qui me parait pharaonique ou supersonique, je ne sais plus. Mais continuons à raconter des conneries en dénigrant les blogueurs geeks (dont je fus partie mais ma gloire était surtout liée au fait que je parlais de nichons, de bière,… ce qui rendait la lecture de mes textes moins chiantes que celle de types qui font des vidéos du livreur qui leur apporte le nouveau jouet à tester pour faire un billet).

Je ne vais pas m’attarder sur les qualités d’appareil photo du machin, je ne prends en photo que des conneries de bistro. Je connais plus de gloire avec mes photos d’andouillettes qu’avec mon blog geek, d’ailleurs. Néanmoins, je rappelle que la qualité des photos n’a que peu d’importance dans la vie, personne ne les regarde sauf pour faire plaisir.

L’iPhone X peut se recharger par induction. Je me demande de ce que je vais faire de ma brosse à dent électrique vu que c’est le seul chargeur que j’ai.

Les blogueurs geeks parlent beaucoup de la disparition du bouton « home » mais pas nécessairement positivement alors que c’est génial, la navigation est fluidifiée, ça renouvelle tout, c’est instinctif comme tout (même s’il faut lire la notice…). C’est absolument génial.

Cela étant, il faut bien parler des défauts. Le bouton « on off » qui sert à plein de trucs est mal placé sauf pour son usage principal (le passage en mode veille). Quand il doit être combiné avec un autre bouton (un de volume), ce n’est pas du tout instinctif et c’est source d’erreurs de manipulation (comme, justement, le passage en mode veille par mégarde).

J’utilise beaucoup le mot instinctif moi mais un autre truc ne l’est pas : la fermeture d’une application (Google est votre ami, je ne suis pas là pour faire un tutoriel mais pour parler de bite dans une tartine critiquant les billets longs des blogueurs geeks). Vous me direz qu’on n’a pas souvent besoin d’arrêter une appli. Ben c’est justement parce qu’on le fait rarement qu’on devrait pouvoir le faire sans chercher dans Google.

L’autre défaut est indirect : beaucoup d’applications ne prennent pas encore en compte le format de particulier de l’écran et surtout la présence de l’espèce d’encoche avec le haut-parleur et la caméra. Figurez-vous que j’utilise un jeu qui a des machins derrière l’encoche (pour arrêter certaines publicités, ce qui oblige d’ailleurs à rebooter l’application, les défauts sont liés).

Ca sera tout pour moi côté défaut mais vous en trouverez plein d’autre dans les billets des blogueurs geeks fans d’Android… J’ai vu des trucs avec une de ces mauvaises fois…

Parmi les qualités, j’en ai cité une, la suppression du bouton home et évoqué une autre. Le bouton pour mettre en veille le machin est très bien placé et ça, vous ne le lirez chez aucun confrère. Ca mérite peut-être que je m’étale, d’autant que le sujet n’a aucun intérêt et qu’il est peut être lié à la forme de mon ustensile (pas de ma bite, imbécile, de mes mains). Quand vous mettez volontairement en veille, c’est pour qu’il ne fasse pas des conneries tout seul quand vous le mettez dans votre poche (comme appeler votre épouse quand vous racontez des conneries avec la serveuse du bistro, celle qui a des gros nichons). Or, avec la reconnaissance faciale utilisée pour l’activer, vous prenez vite l’habitude de ranger l’appareil la tête en bas. Et comme vous tenez le truc dans main gauche parce que la droite est occupée  à prendre votre demi et à naviguer, vous ranger le smartmachin avec cette main gauche et le bouton on off se trouve exactement à l’endroit où vous avez l’index. C’est pas beau, ça ? Vous en connaissez beaucoup des blogueurs geeks avec autant de méticulosité dans son usage ? Parce que le zozo, là, qui a fait cinq jours d’utilisation intensive, il n’a pas fait beaucoup de mise en veille naturelle.

Il en a fait, par contre, pour tester le machin de reconnaissance faciale. Il ne fait pas l’unanimité chez mes confrères même si la technologie est saluée. Elle fait l’unanimité chez moi. Elle est très bien tout d’abord pour activer le bordel mais aussi, dans certains cas, quand un mot de passe était demandé.

De mon dernier paragraphe, un blogueur geek en fait trois pages mais moi, là, j’ai bistro.

Un dernier truc que j’aime bien (mais qui était peut-être dans les versions entre mon 5c et mon X), c’est le vibreur qui n’émet pas toujours la même vibration selon les cas.

Voila voila.



09 mai 2018

Scandale : la BCE est incompatible avec le bistro

Ah ! Il faut que je vous raconte un truc. Hier midi, à l’apéro, un copain me demande de lui prêter 10 euros. Je sors la liasse que j’avais dans la poche et lui file 20 euros (un type de confiance demande 10 euros, c’est qu’il a besoin du double mais n’ose pas abuser). 

Je parle de liasse : 190 euros. C’est pas pour me vanter mais j’ai été suffisamment emmerdé quand ma carte bancaire est tombée HS. 

L’apéro se termine, je mange et je paye par carte. Je vais faire la sieste. Vers 18 heures, je retourne au bistro. Au moment de payer, je n’avais plus un radis sur moi. Je présente mes excuses au patron et rentre à la maison pour chercher ma carte bancaire en question. Celle qui fonctionne. 

Je trouve 20 euros par terre à la maison. A l’endroit où je range mon sac de linge (prévision qui n’intéressera que Sophie). Il manquait donc 150 euros. J’appelle la destinataire du sac en question mais elle ne répond pas. 

Je retourne au bistro, les 20 euros suffisaient (petite forme, moi). Et je passe par la banque acheter des sous neufs. Du coup, je suis allé dans un autre bistro pour oublier que j’aurais perdu 150 euros s’ils n’étaient pas dans mon sac de linge. 

Vous suivez ?

Je finis par rentrer et par fouiller. Je ne trouve rien. Je dîne. Je dors. Je me lève. 

Ce matin, je me lève. Mes 150 euros m’attendaient à l’endroit précis où j’avais retrouvé celui de 20. 

J’en tire une conclusion politique : c’est un scandale. Les billets de 50 euros sont de la même couleur que mon parquet et donc invisibles en sortant du bistro.

08 mai 2018

Débordons Macron sur son centre


Finalement, j’aime bien Copé. 😉

Il est le seul type de droite à être lucide et à faire ce constat. Les autres sont à la ramasse et se rapprochent des positions du FN pour exister alors que ce n’est pas ce que veut son électorat. Notons que les types de gauche font la même erreur en se séparant du centre gauche. On nous fait soutenir (au sens de la corde qui soutient) Macron pour éviter les autres guignols sans pouvoir blairer sa politique. 

Qui est de droite. 

Au moins, on peut reconnaître à Macron qu’il a réussi sa recomposition (ou décomposition) du paysage machin. 

Cela étant, je me demande si le centre gauche n’aurait pas intérêt à rebondir sur les propos de Copé. Surtout pas sur le thème : nananère, même les cadres de droite disent que Macron fait une politique rêvée par la droite (ce que je dis pourtant dans ma publication mais mon influence est limitée, non ?). Laissons les gugusses de droite se rendre compte d’eux même pour vider LR d’autant qu’il y a un risque rigolo. 

Je m’explique même si je n’aime pas m’avancer sur des thèses hasardeuses. La cote de popularité de Le Pen (Marine) est en chute livre ce qui fait que le FN pourrait se rétamer (sauf retour de Marion ou toute autre hypothèse amusante) laissant ainsi Wauquiez réussir son OPA sur l’extrême droite. On va se retrouver avec le FN à 10%, LR à 20, LREM à 40 (je ne déconne pas : regardez les derniers sondages sur le thème : et si l’élection avait lieu maintenant). Ceci nous fait 70% que l’on pourrait qualifier à droite selon les critères Copéens (et gauchistes). Et si ma tante en avait...

C’est au PS de faire le boulot, maintenant. Et il ne pourra pas se faire en débordant Macron sur sa gauche. C’est facile mais le mur est proche. Débordons-le sur son centre. 

On aura au moins la médaille du mérite.

06 mai 2018

Le con du jour

M
 Et je suis sérieux. Cet âne décrédibilise toute revendication. Il croyait faire de l’humour ?

03 mai 2018

Stopbashing

Il y a quelques années, avec des potes, on avait créé le site stopbashing.org en réaction à ce qu’Hollande prenait dans la gueule. On l’avait fait à la demande d’un cadre du PS (des andouilles ont dit que c’était une initiative du Club DSK parce que c’est Gilles S qui avait réservé le nom de domaine mékisoncons). Il n’était pas fan de François Hollande mais éprouvait la même détestation que moi des faits divers politiques. Il m’avait contacté, via une copine commune, en tant que blogueur politique. J’avais formé une équipe, avec lui, pour couvrir tous les domaines (techniques, juridiques,...). Le site a démarré mais n’a pas eu l’audience escomptée (le relai n’a pas été passé au sein du parti contrairement aux promesses à un point que ça me fait mal au cul d’avoir fait bosser des gens). 

Toujours est-il que je continue à haïr le bashing même si, aujourd’hui, c’est n’est Macron qui prend. Voyez cette histoire de comptes de campagne sous évalués. Les lascars de LREM ont « oublié » 200 000 euros ce qui n’a pas la moindre importance vu qu’il est loin du plafond. Mais il faut basher. La politique n’en sort pas grandie. Il n’y a aucune réflexion (un candidat n’a pas intérêt à sous évaluer : il risque de voir l’élection annulée et d’être moins remboursé ; il a intérêt à déclarer plus, voir l’histoire des fraises Tagada, pour ne pas risquer d’être recalé pour des broutilles).

C’était un peu l’objet de mon billet d’hier. A force de taper sur des conneries pour faire le buzz, l’opposition oublie l’essentiel : la politique, la conduite de la France, l’électoralisme...

Surtout, en pratiquant le bashing, ils exaspèrent les supporters. Je le sais. J’ai soutenu Hollande. Avec du recul. Avant, j’avais bashé Sarkozy et observé ses fans raconter n’importe quoi pour le défendre... 

Du coup, maintenant, j’ai envie de défendre Macron tout en critiquant sa politique. 

Je suis bon pour le cabanon. 

02 mai 2018

Parlons fiscalité

Aujourd’hui, c’est la suppression de l’exit tax qui fait hurler les réseaux sociaux de gauche (la plupart des internautes ne savait pas qu’elle existait). Un jour. Un sujet. Il faut faire du bruit. En oubliant que la propagande gouvernementale marchera à fond auprès du grand public sur le thème : les Français qui veulent créer une boîte ont intérêt à la déclarer à l’étranger. Ce qui n’est pas faux. 

Deux rappels :
1. Cette taxe a été « mise en place » par Sarko. Et la taxation des richesses par la droite m’a toujours paru suspecte, comme toutes mesures « de gauche » mises en œuvre par les guignols d’en face (le sommet ayant été le principe de précaution par Chirac).
2. Cette taxe rapporte peu et son efficacité n’a pas été prouvée. Ce n’est pas mon job mais je pense que des militants LREM arriveraient à prouver assez facilement qu’elle est contre productive. 

La suppression annoncée de cette taxe est comparée à deux autres mesures fiscales de Macron : la suppression de l’ISF et la flat tax. Je n’ai jamais été un grand défenseur de l’ISF et je l’ai dit dans Facebook et dans mon blog. Je vais revenir sur l’autre mais ce qui me frappe est que les types de gauche ont beaucoup parlé de l’ISF car, pour eux, ça parle aux électeurs. C’est une erreur. C’est le drame de la gauche. Elle pense toujours savoir ce que les braves gens vont penser. Pour ma part, je pense que l’ISF rapportait suffisamment peu pour qu’on s’en foute. Comparez l’ISF à la TVA, tiens ! Celle que le peuple paie en s’achetant un iPhone avec le fruit de la politique de la demande...

Pour ce qui concerne la fiscalité, à part évidemment ce qui est redistribué, il y a la TVA, les cotisations sur le travail (on va me dire que ce n’est pas de la fiscalité, je suppose) et l’imposition des revenus avec d’une part la CSG et d’autre part l’impôt progressif sur les revenus. 

Et je pense être un des blogueurs à avoir le plus défendu la progressivité (la CSG n’est qu’une première tranche mais ça ne se voit pas assez). 

Hollande (et toute la gauche) avait fait en sorte que les revenus du capital soient taxés comme ceux du travail. C’était un immense progrès (mais la gauche préférait taper sur Hollande). Avec la flat tax, Macron a fait un magistral retour en arrière mais la gauche est très peu intervenue contre, avec sa manie de voir des trucs soit comme des mesures techniques soit comme des trucs qui vont parler aux électeurs car elle SAIT ce qui parle aux électeurs. 

Elle s’est vautrée. 

Et je plaide coupable. Je n’en ai jamais parlé ou presque. 

Figurez-vous que je sors de dix jours de vacances. Je n’ai fait aucun billet de blog alors que je n’avais que ça à foutre. C’est parce que l’anniversaire de l’élection de Macron me trainait dans le crâne avec l’idée d’en faire un billet. J’ai voté pour lui aux deux tours. Pour éliminer tous les autres. Si l’élection avait lieu maintenant, je ferais pareil. Pendant ces vacances, j’ai lu les livres d’Hollande et Gantzer (et certains de Connelly et San-Antonio). J’ai ruminé. 

A gauche, vous devriez ruminer plus.

22 avril 2018

Un socialiste devrait lire Hollande



Moi, vous me connaissez ! Ça fait plus de 20 ans que je l’aime bien. Je croyais à lui dès la fin 2010. Avant mai 2011, je pensais qu’il pouvait gagner la primaire.  J’ai fait campagne pour lui dès août 2011 (parce que je pensais que c’était le seul que je pensais pouvoir gagner). En tant que blogueur, j’ai été associé en tant que blogueur à son équipe web. Après l’été, avec les copains tauliers de blogs de toutes obédiences (de gauche), on a rencontré tous les candidats à la primaire. 

C’est ainsi qu’on allait rencontré celui qui allait être le prochain Président (on en était tous à peu près sûrs). Il nous a exposé son point de vue, ses propositions,... Sauf quelques bricoles. Il a gagné. Il était le candidat du parti. J’ai fait le Bourget. L’intensité de son discours m’a subjugué. J’ai fait Vincennes (mais n’ai rien écouté, de mauvaises conditions). Il a gagné. En tant que blogueur, je l’ai soutenu quand il était Président (sur la fin, c’était plus difficile, je le faisais un peu par jeu). 

En lisant ce bouquin, de vendredi à aujourd’hui, j’ai revécu ses cinq ans. Il parle de tout, du métier de Président, des tâches ou blessures qui ont marqué son quinquennat, de sa politique économique et sociale,... Il parle très peu de sa vie privée (c’est aussi bien) mais évoque les liens et l’estime qu’il avait pour certains, y compris Hamon et Montebourg (sauf à la fin). 

On ne va pas revenir sur chacun des sujets qu’il expose. Il défend, évidemment sa politique. Je suis d’accord avec lui. Il défend ce qu’il a fait pour la France, les transformations faites. Il défend les résultats, venus trop tard. Il explique quelques couacs (comme l’affaire Léonarda, la déchéance de nationalité,...) et le bordel du début de mandat (Bregençon, Cahuzac,...). 

Au fil de ma lecture, j’en ai un peu parlé dans Facebook. Je me suis fait tomber dessus par quelques socialistes opposés à lui. Ils sont d’une rare bêtise, pour certains. J’espère que la nouvelle direction du mandat saura faire un inventaire... Mais ils ne le font jamais. 

Le plus rigolo serait que je sorte les billets de l’époque où je défendais des aspects (comme la politique de l’offre : c’est bien beau de soutenir le pouvoir d’achat mais si les consommateurs achètent des produits l’étranger, ça n’aide pas l’industrie nationale). Plus tard, peut-être. 

Il parle de Macron, sa vision de la trahison. Et il critique la politique menée, la compare à la tienne... C’est bien ce que je pense. J’aimais bien Macron au début. Mais progressivement sa politique a commencé à me sortir par les trous de nez. 

La fin du livre est plus chiante, désolé !, sauf le passage sur la laïcité, l’identité, l’Europe,... et les dangers qui vont avec. Ou sans. 

Un de mes commentateurs m’a dit : je vais lire « les bonnes pages » dans la presse. Ça ne suffit pas. Elles sont là pour faire vendre les journaux. Elles n’ont pas les explications politiques. 

Il faut lire ce livre avant de le critiquer. Il faut lire Hollande avant de lui taper dessus. Il dit des choses qu’il ne pouvait pas dire à l’époque. 

Au boulot ! 

Il faut prendre du recul. J’ai essayé de le faire tout en étant un convaincu d’avance. J’ai analysé ses propos et j’ai aussi mon avis sur ce qui n’allait pas chez lui. Il faut le faire avant de mettre l’échec du PS sur son dos. 

Sinon la gauche est morte pour longtemps. Mais la mort n’est pas éternelle. 


18 avril 2018

NDDL et la colère des flics

Sur sa page Facebook, l'association dont j'ai oublié le nom qui est celle de professionnels de la police ou de la gendarmerie ronchonne à propos du bordel à Notre-Dame-des-Landes. 


Je suis d'accord avec eux notamment dans le passage que j'aurais formulé ainsi si j'avais été le CM (ils ont de la chance de ne pas m'avoir) : on en a ras le cul de passer pour des abrutis à cause de ces trous du cul de politiciens qui ne pensent qu'à se faire mousser à la télé alors qu'ils n'osent pas donner l'ordre de virer les connards, ce qu'on pourrait faire en quelques heures compte tenu de notre formation, de notre matériel et de notre large supériorité numérique. 

Hop ! J'aime bien défendre les flics. Ca fait chier les gauchistes. En peau de fesses. Ils se prétendent contre la propriété privée sauf pour eux-mêmes sans se rendre compte qu'on a des gugussess qui revendiquent le droit d'occuper illégalement des terrains qui appartiennent à l'Etat donc à la collectivité pour leurs propres intérêts en vivant en marginaux tout en profitant de la solidarité nationale sans y participer. 

Des cons, je vous dis. En plus, ils ne se rendent pas compte qu'ils passent pour des guignols. D'un autre côté, revenons à nos moutons (pas de Panurge), ils réussissent à ridiculiser le gouvernement ce qui est tout à leur honneur. Soyons juste. 

Mais ils entraient les forces de l'ordre dans ce ridicule. Ils feraient mieux de fumer des pétards (bios, hein !) avec eux en rigolant de dirigeants fous. 

Cela étant, on aimerait bien que l'Etat de droit soit respecté. Un nouveau sondage est paru montrant que Macron est autoritaire alors que la cinquième ou sixième puissance mondiale est incapable de gérer 200 pouilleux. Tiens ! Les vrais gauchistes soutiennent Poutine. Vous savez ce qu'aurait fait ce gars pour éliminer 200 andouilles ? Il les aurait éliminées. Dans un autre sens. A la tchétchène. 

Reste que l'autre sondage de la veille ou du lendemain donne Macron largement gagnant si une nouvelle élection avait lieu maintenant. Même moi, je voterais pour lui, tellement les autres sont nuls alors qu'il n'a aucune compétence mène une politique injuste et n'a pas de couilles. Mais reconnaissons lui un excellent sens politique. 

Ca pourrait ne pas durer. Se mettre les flics à dos quand on mène une politique de droite en passant pour autoritaire, il fallait le faire !

Si j'étais lui, je virerais les débris qui avaient été anesthésiés par l'annonce de l'arrêt de l'aéroport et demanderait au génie civil de commencer les travaux de construction des pistes. J'ai des couilles mais je les utilise surtout pour faire des billets de blogs grossiers et occuper mes mains quand elles me donnent l'envie de les gratter. 

16 avril 2018

Le voile catholique

Pas de billet, ce soir. Seulement un tweet. 

Je précise un détail : "maman" n'est pas un nom commun. C'est le terme affectif utilisé par les enfants pour appeler leur mère. Il faudrait arrêter de tout infantiliser. 

15 avril 2018

La genèse des rumeurs ?


J'arrive à l'Aéro. Karim me dit "tu sais que le gros Loic est mort ?"  Non. Ah merde. Il me dit que c'est Nicolas (un copain Russe, le "père" de Néon) qui lui a dit ça. Mon homonyme étant assez peu bavard (un vrai taiseux, comme dirait de moi Woland, ça doit être le  prénom), il ne comporte pas de rumeur. D'ailleurs, j'étais surpris qui ne me l'ai pas dit vu que je le vois tous les jours. 

Me voila attristé (comme on peut l'être pour la mort d'un copain de bistro - ancien héros de mon blog - qu'on fréquentait au quotidien mais qu'on n'a pas vu depuis cinq ou six ans vu qu'il est retourné dans sa région natale ; on se téléphonait deux fois par ans jusqu'à 2016, et puis le temps a fait son travail).  

On avait quand même passé de bonnes soirées à rigoler, hein ! Avec Sophie, Patrice, Djibril, Lelio, Tonnégrande, sans oublier Martine et Jean. Et les autres. Morts maintenant, "aussi", Jacques, Marcel, Henri... et Joël, mon vieux binôme, que m'avait présenté Loïc. 

Je vais pour appeler sa veuve mais, outre le fait que je me suis dégonflé vu la probabilité que la nouvelle soit fausse, j'abandonne. J'aurais eu l'air con. Je décide alors de l'appeler lui pour un prétexte bidon mais je me dis que je risque de tomber sur sa fille ou sa femme éplorées. 

Du coup, j'ai une autre idée. Je vérifie dans Google. Et je vois que sa mère est morte à la fin du mois dernier. Mes condoléances et tout ça. Mais je ne sais pas si lui est vivant. 

Dans le doute, je vais adresser ma compassion aux croque-mort vu que le lascar faisait 160 kilos (dont une trentaine pris en quelques années) ce qui rend sa mort crédible. 

On est peu de choses.

14 avril 2018

L'aciérie et la scierie

Pour la première j'ai un avis : c'est chaud. Pour la seconde, je planche encore. 

Résumons l'affaire Mme May fait ce qu'il te plait et MM Trump et Macron ont décidé de bombarder des espèces de trucs dans une espèce de pays dont personne n'a grand chose à cirer sans l'accord de M. Poutine. Oups ! Sans l'accord de l'ONU. D'ailleurs les pauvres types qui ont fui ce pays l'ont fait sans l'accord de l'ONU. C'est mal. Le droit international est bafoué. 

A ce stade, j'ai un avis. On se fout du droit international. Ou alors on accepte que le droit international est dicté par un seul type M. Poutine. Soutenu dans cette histoire par Mme Le Pen et M. Mélenchon. C'est d'ailleurs rigolo mais ne faisons d'analyse politique à la petite semaine, continuons à raconter des conneries. Comme tout le monde. 

Ca me rappelle mon billet d'hier. Il ne faudrait pas que je fasse des billets à 23h30 un vendredi soir. Je pense que la Comète a des armes chimiques. 

Ce qui nous mène au sujet : l'autre glande avait-il des armes chimiques ?c'est un sujet de débat dans Twitter et Facebook. Certains disent qu'on a des preuves et d'autres disent que c'est faux. 

Mon avis officiel : on s'en fout. On a envoyé une centaine de missiles et il n'y a aucun mort. C'est sûrement la preuve de quelque chose. Notamment que c'est un combat de bite entre Poutine et Trump. Trump a appelé Poutine qui a appelé l'autre trou du cul pour dire qu'ils allaient frapper et qu'il valait mieux évacuer les humains. 

Mon avis de contribuable : je veux bien dépenser des millions pour une attaque, mais nos missiles devraient faire plein de morts pour amortir les frais. 

Alors les clowns des réseaux sociaux traitent Macron d'atlantiste. Contrairement à de Gaulle et Chirac (si vous voulez comprendre, abonnez vous à des centaines d'imbéciles dans Twitter). 

Je me demande si les opposants aux atlantistes sont des ouralistes, tiens !

J'ai donc un avis. Il n'y a pas plus de fierté à être du côté de M. Trump que de M. Poutine. Il faudrait qu'un jour les andouilles s'en rendent compte. Nous avons deux espèces de fous qui opèrent pour leurs propres gloires ce qui passent par celles de leurs pays avant de passer par le bonheur des peuples ce qui nous autorise bien à bombarder pour la forme (aucune victime) des machins emblématiques d'un autre fou, Bachar Machin, dont nous n'avons rien à cirer. 

A la limite, je dirais que comme il n'y a plus de démocratie chez nous, autant taper sur la gueule des autres qui en ont encore moins. 

Je vais faire un aparté : quand je dis aux types qui ne sont pas d'accord avec moi que je n'aime pas les positions de principe, ils me répondent que je suis macroniste (à défaut d'être atlantiste ou ouraliste). Un peu de lecture. 

Toujours est-il qu'on a un tas de types qui donnent leurs avis dans les réseaux sociaux. Du coup, on a un tas de types qui disent qu'ils en ont marre de voir des avis. Ca me gave. 

Alors, j'ai un avis. 

Est-ce qu'on ne pourrait pas régler tout ça au comptoir ?

Accessoirement, j'approuve ces frappes. La Russie aussi. Elle n'a pas fait marcher ses machins pour détruire nos gentils missiles qui ne tient personne. Elie a baissé sa culotte. Elle n'a pas du tout les moyens d'être une force militaire. Son PIB est inférieur à celui de la Belgique et des Pays-Bas réunis. Ils sont grotesques. Je ne parle pas des habitants de la Russie qui souffrent en silence et votent pour le type qui leur paraît le moins pire mais de tous les dirigeants et internautes qui ont un avis. 

Dont moi, d'ailleurs. 

13 avril 2018

Abordons les vrais sujets

Il y a un moment où j'aimerais qu'on aborde les vrais sujets. Les vrais problèmes, même. J'ai eu une journée de travail affreuse. Je suis allé boire une bière après. Je dois reconnaitre que quand je passe une bonne journée, je vais boire une bière après pour fêter ça. Et que je ne bois rarement qu'une bière. 

Avant de partir du bistro pour aller à la Comète, je suis allé aux toilettes pour liquider les affaires courantes avant de me taper une heure de métro, d'autant que me soif légitime vue mon travail m'avait amené à boire cinq bières. 

Je vais aux toilettes. Mixtes. La lunette était levée. Donc la personne qui était passée avant moi était un type. Par contre, au fond du machin, il y avait du papier hygiénique parfaitement blanc. 

Je vous serais reconnaissant de m'en expliquer la cause. Je vous dit qu'on parle de vrais sujets. Pour ma part, après avoir pissé, je secoue le truc juste qu'à la dernière goute mais JE NE ME TORCHE JAMAIS LA BITE. Je me lave les mains. 

C'est étrange.