31 octobre 2015

Un kebab sinon rien

En 2007 ou 2008, j'avais un billet pour dire qu'il y avait trop de kebab à Bicêtre. Il y avait le Constantinople, qui existe toujours et que je conseille volontiers, une boutique vers le PMU, un machin où est maintenant installé le Crédit Mutuel, et, je crois, un autre plus haut. 

Mes commentateurs, à l'époque, étaient d'accord avec moi, avec une vision profondément gauchistes : les autorités devraient choisir quels types de commerce on devrait installer (à proximité de la Comète, on avait 5 ou 6 banques, 3 marchands de chaussures, 3 opticiens, 2 boucherie halal mais aucune librairie, aucun marchand de légumes et aucun commerce qui font le bonheur à Paris : fromager, charcutier,...). 

Là, Ménard a dit une connerie sur les kebab. Et c'est le scandale. 

C'est logique. Il flirte avec le racisme et tout cela. Pour autant, à vue d'œil, j'ai deux pâtisserie arabes à moins de vingt mètres, les cornes de gazelle et tout ça, mais pas une seule boulangerie pâtisserie. 

Et le FN va gagner les prochaines élections. 

J'ai aussi ca, en face :


La Comète, un bistro, une ambiance ! Et un bel anniversaire !





Je suis sorti de la Comète, ce soir, à minuit vingt. C'est peut-être la première fois que je quitte les locaux aussi tard. La soirée fut bonne, à part au début, quand je me suis engueulé avec quelques ivrognes. Il y avait en effet quelques types qui étaient saouls quand je suis arrivé alors qu'il y avait un concert. Chaude ambiance, quoi ! Mais j'ai un travers sournois : je ne supporte pas les gens saouls quand je suis à jeun. D'ailleurs, Philippe, dit l'élégant, est parti un peu après mon arrivée. Je lui avait dit "ferme ta gueule et arrête de me casser les couilles, ou je t'en colle une". Il m'a répondu : "chiche, si tu veux on sort". Audiard avait dit un truc du genre : "Quand les types de 120 kg ouvrent leur gueule, ceux de 60 la ferment". Discrètement, après avoir fanfaronné au près de quelques types sans qu'il se rendent compte qu'il se foutaient de sa gueule en imaginant un combat entre lui et moi, il est parti.

En plus du concert, il y avait des braves gens qui fêtaient un anniversaire dans la salle du fond à gauche. L'ambiance était vraiment très bonne (je vous passe la fin de la soirée : François et Roger ont fait le ménage et je suis parti tard).

En rentrant à la maison, je me suis mis à rêvasser et je me suis rappelé que j'avais oublié un truc : mes blogs ont eu dix ans hier. Avant hier, pour être précis, vue l'heure avancée.

L'affreux Didier Goux a publié son journal, hier (voir ma bloguerolle) et, à un moment, il, même si son blog est un peu plus récent que le mien, il a exprimé le fait qu'il était en train de tourner la page. On a le même état d'esprit, je crois et bien qu'il soit un affreux réactionnaire, ce n'est pas le seul truc que nous avons en commun.

Cela étant, mes bises d'anniversaire iront naturellement vers l'ami Falconhill, la seule andouille que je connaisse dont le blog est encore plus vieux que les miens !


28 octobre 2015

DSKDB : au tour de Marianne

Cette histoire n'est, semble-t-il, pas près à s'arrêter. Cette fois, c'est Marianne qui parle de la visite de Dominique Strauss-Kahn devant les blogueurs à la Comète, avec une grosse erreur dans l'introduction : les blogueurs présents n'ont pas été choisis par "ses communicants" (mais par moi-même, tout seul comme grand, choisi par sa compagne du fait de notre amitié).

Non mais sans blague... Il faudrait peut-être arrêter le délire. Les blogueurs invités étaient de tous horizons politiques, de proches du Front de Gauche au centre droit, en passant par de vils libéraux, des féministes,... 

Ces journalistes qui croient détenir des scoops mais décrédibilisent leurs canards...

Edit : billet modifié à 13h30 (l'avant dernier paragraphe laissait entendre qu'il y avait des participants membres du Front de Gauche).

26 octobre 2015

Les alertes du Figaro

L'honorable canard un tantinet orienté à droite a refait ses mails d'alerte d'actualité. Regardez celui-ci. Il est très joli.

25 octobre 2015

Quand @gerardfiloche est en grande forme


Dinah est un monstre selon Gégé. Je n'invente rien. Ce pauvre garcon n'a plus grand chose à dire contre ceux qui ne sont pas d'accord avec lui. Il bloque. Il bloque. Il bloque. 

Il débloque. 

24 octobre 2015

Gérard Filoche et l'image de la gauche


Hier soir, j'engueulais Filoche et Mamère sans prendre de gants. Je les traitais de crevure. 

La seule réponse de Filoche est de me traiter de facho. Bravo. 

Ce guignol devrait être viré des instances du PS. 

Vous pouvez lire nos échanges. Il me traite de con ou presque. Genre : fais travailler tes neurones. Ok. Je prends acte. 

23 octobre 2015

Filoche et Mamère : dégagez !

Disons-le simplement : vous êtes la jonche de la gauche française et vous lui faites beaucoup de mal. Vous mériteriez un châtiment exemplaire comme vous voir enfoncer un pieu avec des tessons de verre dans le fondement ou relire l'intégralité des archives de mon blog à haute voix. 

Il y a eu un tragique accident de car, ce matin, avec près de 45 morts et vous avez fait la plus immonde récupération politique de l'histoire en mettant cela sur le dos de la loi Macron comme si cela ne faisait pas quelques décennies que les gens font des excursions en bus. 

Cela montre votre incroyable bêtise mais, surtout, vous êtes abjects. Aucune pensée pour les familles. Vous pouvez crever. 

Je présente mes condoléances ces aux familles en question qui n'en ont probablement que faire. Elles ne vont pas attribuer leurs peines. 

Dans l'attente, chers lecteurs, vous trouverez les "billets indignés" de "Margaud" et Captain Haka dans ma bloguerolle. 

Toujours est-il que les formations de gauche devraient liquider définitivement certaines crevures. Des nuisibles qui se permettent de prendre la parole au nom de la gauche, en pleine période électorale. Ces deux abrutis nous font collectivement passer pour des abrutis. 

Comme si on avait besoin de cela. 

22 octobre 2015

KdB spécial Michaël Vincent

C'est ce soir et c'est à la Comète. Les hélicoptères pourront se garer dans le parking de Leclerc mais jusqu'à 20h45, seulement.

21 octobre 2015

La droite souillée et la gauche bête

Dans mon précédent billet, j'emploie l'expression "droite souillée". Mon copain Falconhill me demande ce que je veux dire par là. Je déjeunais avec deux potes ce midi dont un qui a fait plusieurs séjours récents en Allemagne, pays gouverné par la droite. Même quand c'est la gauche qui est au pouvoir, les types de la vraie gauche en France disent que c'est la droite. Pour vous dire. 

Toujours est-il que mon pote était surpris de l'accueil réservé aux migrants. Bienvenue, les gens ! Ils ont leurs raisons, une démographie problématique et tout ça,...

J'aurais aimé que cela se passe ainsi en France. Des types sont en dangers chez eux et préfèrent venir avec leurs familles vivre chez nous. Ils sont 2 ou 300 000, on s'en fout. 

En France, on a une droite bête. Regardez le billet de blog de Pierre Parrillo de ce matin qui lance une polémique à la petite semaine complètement ridicule. Toute la France devrait être mobilisée pour traiter ce bordel : un afflux de réfugiés piteusement appelés des migrants. 

Cette droite souillée est celle qui rabaisse ces braves gens au rang d'immigrés qui mangent notre pain et épousent nos filles. 

Et cette gauche bête est celle qui traite de racistes tous ceux qui essaient de poser des questions. Cette gauche bête est celle qui ne vit que par les conneries de cette droite souillée. Et tous ces guignols tuent le débat et tout traitement d'un problème. 

Maintenant, Falconhill, mettons nous autour d'une table avec une saucisse aligot et une ou dix-huit bouteilles de Chinon (délicat mariage qui prive notre affligeant et réciproque manque de sectarisme). On fera un débat sur la droite souillée et la gauche bête. 

La gauche bête est bête et la droite souillée se nourrit du racisme. Je préfère la première. Même quand ces andouilles n'ont plus qu'un seul argument : me traiter de raciste. 

On fait quoi des migrants maintenant ? Je veux bien héberger certains d'entre eux chez moi. Surtout des gonzesses de 18 ans avec des gros nichons. 

19 octobre 2015

François Hollande met en garde les électeurs "contre" une région gagnée par la droite

Il a raison. Tiens ! Je vais faire pareil : faites gaffe, les gens, si vous jouez aux cons, vous aurez le FN à la région, vous serez encore plus pauvres, vous mourrez dans d'affreuses souffrances et, pire, il y aura une pénurie de bière. 

Trêve de plaisanterie, je trouve très drôle de voir des twittos de ma gauche afficher ce slogan : pépère, le dernier rempart. 

Pour ma part, j'ai souvent du mal à voir la différence entre "une droite" et l'extrême droite. Suivez mon regard. Alors quitte à ce que la gauche perde des régions, que cela soit au bénéfice de n'importe quelle droite, la propre sur elle, l'extrême et celle qui est proche de l'une en faisant croire qu'elle est de l'autre, je m'en fous. A la limite, je me moque des copains de la droite propre ayant contribué à faire élire une droite souillée qui vont regretter au bout de quelques mois de ne pas avoir voté pour le gentil socialo du coin. 

A la limite, c'est un peu comme si des électeurs de gauche modérée portaient au pouvoir un type de la vraie gauche et "viendraient" pleurer ensuite sur la gestion par des incompétents. Je caricature : la probabilité que cela arrive est à peu près la même que celle que je boive du Ricard le soir et de la bière le midi. 

Toujours est-il que je me demande si pépère n'espère pas le basculement de certaines régions et pas que pour emmerder Titine. Les Républicains de mes deux seraient les principaux coupables et les dommages collatéraux provoqueraient sa réélection en 2017. Entre la peur à gauche et le ridicule à droite...

Amen. 

J'entends Dray, le retour ?

Dans mon dernier billet, je parlais des propos qu'aurait tenus Julien Dray. En fouillant un peu internet, on peut facilement vérifier que ces propos sont anciens. C'est à lire dans les archives de l'ami Guy Birenbaum.

Dray - Mélenchon : la castagne - journaliste et blogs : heu ?

C'est une des informations politiques de la journée : Dray et Mélenchon se jettent à la figure des vieux enregistrements.

Cela étant, tout le monde s'en branle, si je puis me permettre une vulgarité dans ce blog de haute tenue.

Toujours est-il que je tiens à préciser à nos amis journalistes que les propos de Dray, s'ils ont été tenus, hein !, l'ont probablement été lors d'une rencontre avec des blogueurs. Nananère.

Je tiens aussi à préciser qu'un des blogueurs présents, si fier à l'époque de participer à des rencontres avec des personnalités politiques, qu'elles soient initiées par le groupe des leftblogs ou d'autres andouilles, vient de diffuser un enregistrement qui n'était pas fait pour cela (on enregistre pour faire des billets de blogs avec des comptes rendus par pour les diffuser, sinon nous ne sommes plus des blogueurs).

Ce n'est pas joli joli. C'est un traître qui sera tondu à la libération sauf s'il paye une tournée générale.

Tous les moyens ne sont pas bons à être utilisés d'autant que le niveau des débats n'en sort pas grandi. On aimerait, aujourd'hui, parler des propositions de chacun pour les régionales, de travaux menés pour aboutir à une plateforme commune et éviter à la droite de prendre des régions, dont la mienne, celle de Dray,... : l'Île de France.

18 octobre 2015

Un point sur "mes" régionales

Parisien et Breton, en 2002, j'avais eu la flemme de rentrer en Bretagne pour voter pour Jospin au premier tour. Le 22 avril (pour résumer), je m'inscrivais sur les listes électorales en région Parisienne. Depuis, je suis bien content de voter Laurent, Demarrest, Huchon,...

Cette année, j'ai du mal. J'aurais aimé voter Le Drian. Je vais voter Bartolone. Un a du charisme et était attendu. Quand on suit les réseaux sociaux, la différence est flagrante. 

Parenthèse. 

L'analyse politique d'un blogueur de la vraie gauche


Pour concurrencer le refendum de Camba, les lascars de la vraie gauche ont organisé leur propre référendum. 

Gauche de Combat analyse : la majorité des gens qui y ont participé veulent... 

10000 personnes ont participé sur des listes vraisemblablement verrouillées. Mais quel est l'avis de ceux qui n'ont pas participé ? Ce genre d'andouille passe son temps à critiquer les sondages mais sort ce genre d'âneries. 

Pour ma part, j'ai voté "oui" à l'autre référendum. Une manière de dire : bah ! Chacun pense ce qu'il pense mais sans unité c'est la droite qui gagnera les élections. J'ai apporté mon soutien à une démarche d'unité, ce qui me rappelle Unité2012 monté avec les copains. 

Gauche de combat milite pour le retour de la droite au pouvoir pensant être soutenu par une majorité qu'il invente. 

Le référendum du PS est plus une pétition. Combien y aura-t-il de votants ? Combien de faux votants ? À vue de nez (on aura les résultats dans 10 minutes) quelques centaines de milliers de types auront appelé à l'unité de la gauche. Tant pis si certains auront pu voter 10 fois. C'est du pinaillage de peine-à-jouir. Si la vraie gauche a réuni 10000 personnes, elle aurait pu faire 100000 votes "contre Camba".

J'espère que le PS va trafiquer les résultats. Parce que 10000 personnes pour les simagrées d'andouilles, on peut mieux faire. 

Ils sont grotesque. 

J'ai voté pour l'unité

Je viens de me décider, j'ai voté (oui) pour le referendum machin du PS. Je ne sais pas si c'est utile mais c'est le billet de Sarkofrance, d'hier, qui m'a décidé.

Dans le titre : "ce que Mélenchon a compris mais pas les autres", à propos de l'histoire d'Air France. Il se trouve que je pourrais titrer le contraire. Défendre des salariés qui apparaissent (à tort ou à raison, peu importe) comme des salariés privilégiés me parait être une grossière erreur quand on compte le nombre de votants qui ne sont pas des salariés privilégiés et qui regardent notre monde partir en couille.

On ne gagnera pas sans l'unité. Point. La question est : l'unité à quel prix ? Gérard Filoche a fait un site web "Macron démission" et il y dit : l'unité, oui, mais sans Macron.

Espèce d'andouille, ai-je envie de dire. L'unité ne peut se faire qu'avec tout le monde, si on ne trie pas, sinon, pour prendre en compte les exigences de chacun, on perd tout, l'unité tout seul. C'est presque drôle.

Hier, l'UDE a tenu son congrès fondateur. J'aurais du y être (mais j'avais des obligations familiales, ce qui est un piètre prétexte : la politique me gonfle).

Mélenchon lance un appel à la violence et Sarkofrance me répond qu'il ne comprend pas ma réaction. Si des on tolère la violence de salariés privilégiés, que vont penser les autres ?

Comment peut-on parler de salariés privilégiés ?

Et de violence sociale ? Quelle sera la violence sociale quand Air France mettre la clé sous la porte ? On va me parler de chantage patronal. La seule défense pour éviter de réfléchir.

L'unité. Point barre.

15 octobre 2015

On a perdu Mélenchon !


Voilà ce qu'il a diffusé sur son profil Facebook. Outre le fait que c'est complément con et le fait passer pour un abruti auprès des électeurs (mais amuse ses fans qui le prennent pour un génie), il s'agit directement d'un appel à la violence contre pépère et Manu. 

Ce n'est pas très fin. 

On me répondra que c'est une plaisanterie. Je vais répondre : à part Hollande, quand il part en couilles, un homme politique ne plaisante pas : il fait de la communication. Et c'est ce qu'a fait Méluche. De la communication vers ses fans (ceux qui pourraient rétorquer qu'il plaisante, ces braves victimes inconscientes). 

Ce n'est pas ainsi que les idées du Front de Gauche vont progresser. Ni même l'électorat. 

Pauvre France de gauche. Incapable d'offrir une vision au pays. 

14 octobre 2015

Macron pousse à la bêtise

C'est l'ami Gauche de Combat qui s'y colle. Il faut démontrer que Macron est l'homme à abattre. Il fait donc un billet sans aucun texte mais uniquement une capture d'écran d'une dépêche. 


Il ne sort aucun argument. Il est persuadé que les lecteurs comprendront ce qu'il veut dire. 

Je vais sortir un argument. Ces braves employés de la maison mère de la boîte qui m'emploie ont probablement mieux à faire que de faire passer des permis de conduire. Cela étant, ça ne me gêne absolument pas de voir mon honorable entreprise récupérer de nouvelles missions qui garantiront sa pérennité. 

Ça ne me gêne pas non plus de voir que les jeunes pourront avoir un permis de conduire plus rapidement. 

Ça ne me gêne pas non plus de voir qu'il n'y aura plus de types qui se feront chier quarante ans à passer 35 heures par semaine à vérifier pendant quinze minutes si un type est apte à conduire. 

Parce que, quand on y pense, côté boulot chiant... 

Ne pourrions-nous pas réfléchir avant d'affirmer des positions de principe sans le moindre argument ?

Viive Macron ! 

10 octobre 2015

Les vieux cons de droite [à l'apéro]

Pour Patrice, je plante le décor : j'arrive à l'Amandine vers 12h20. Il y avait Corinne, le vieux Jacques et le vieux Roger. Ils papotent (mais je n'étais là que physiquement, je discutais par mail avec un copain). A un moment, Roger dit "et en plus la mairie va supprimer le colis de Noël pour les anciens. Ils ne font plus rien pour les vieux". 

Ça me fait rigoler. En fait si Le Kremlin-Bicêtre reste à gauche, c'est aussi parce que la mairie envoie des colis aux vieux pour Noël ! Elle est belle la politique. Je ne sais pas si c'est vrai, cette suppression. Mais le maire est probablement à son dernier mandat et les élections sont dans longtemps. 

Toujours est-il que je suis entré dans une colère noire (totalement simulée, seuls les autres l'ont compris, dont le serveur, David, qui était plié de rire). 

Du genre : putain de vieux con, tu manges tous les jours à la cantine municipale pour 2€50 (je ne connais pas le prix mais je ne dois pas être loin), environ 200 ou 250 jours par an et tu dis que la mairie ne s'occupe pas des vieux et tu gueules parce que tu n'auras pas ton colis électoral pourri à 30 euros. 

Il trépignait sur place. Sa colère n'était pas simulée. Il répond : ce n'est pas la mairie qui paye pour cela, je paye ! Avec mes impôts. J'y ai droit. 

Corinne et Jacques semblaient désespérés (par les propos débiles du sénile mais aussi par devoir admettre qu'ils sont d'accord avec moi ; ils m'aiment bien mais me considèrent comme un vil gauchiste). 

Je réponds : oui mais Corinne et moi, payons aussi des impôts locaux sans bénéficier de la cantine des vieux. 

Il dit : oui mais quand vous serez à la retraite, vous aurez aussi accès à la cantine des vieux donc je paye ma cantine. 

Je fais un aparté : la cantine des vieux permet non seulement aux "anciens jeunes" de manger à un tarif réduit, donc de manger pour les plus démunis, mais a aussi un rôle social important puisqu'elle leur permet d'éviter la solitude. 

Tous les clients du bistro regardaient notre engueulade (d'autant qu'ils ont bien vu que me tournais souvent de l'autre côté pour rigoler). Le vieux Roger trépignait. Tout rouge. Comme le fils de Soupalognon y Croûton (de mémoire) dans Astérix. Corinne commençait elle-même à être en colère et Jacques avait honte pour le vieux Roger. Quant à David, il était plié de rire dans son coin (tout le monde prend Roger pour un vieux con mais je suis le seul à le lui dire avec Patrice, à l'occasion). 

Je lui réponds donc : putain de vieux con. Corinne passera probablement sa retraite dans le Berri et moi en Bretagne. Nous n'avons aucune velléité à rester ici. Et nous serons peut-être morts. Nous payons nos impôts au nom de ce qu'on appelle la solidarité et nous sommes fiers d'habiter dans une commune qui "offre" des repas aux vieux. 

Il est alors entre dans un délire du genre : on m'a dit, quelqu'un de confiance, que la mairie faisait des réceptions en cachettes aux frais du contribuable. C'est le vieux Jacques qui lui a répondu : tu nous diras qui t'a dit cela et tu n'oublieras pas qu'il y a des frais de représentation et tout ça et que toutes les collectivités et entreprises le font. 

J'ai dit : oui. Et tu penseras, vieux con de Roger, à réfléchir à cette notion de solidarité. Sur ce, j'ai rendez-vous à la Comète. Je me casse. 

Ce que j'ai fait. Sous les applaudissements (ou presque) du bistro. 

À moitié traumatisé. 

09 octobre 2015

Les cinquante ans des leftblogs

Je me fous de sa gueule parce qu'il obtient un âge canonique mais c'est en toute amitié. Je n'ai que 6 mois de moins ! Six mois et 14 jours, soyons précis. Mes parents étaient moins pressés de fournir un vil blogueur gauchiste. Je parle de Dagrouik, de Ronald, de Rva,... Il a cinquante ans demain et nous fêterons cela à la Comète. Venez nombreux !

Ronald a créé les leftblogs en janvier 2008, ce groupe de blogueurs imbéciles de gauche. Des crétins ont cru assez rapidement qu'agissait d'une espèce de fan club d'Hollande ce qui est complètement con : à cette époque, Pépère n'existait pas. C'était un Google Groupe regroupant des blogueurs de gauche, de toutes sensibilités et on l'est toujours. Rien n'a changé mais dans l'esprit des gens, on est devenu une équipe de fans d'Hollande, ce qui est une grosse connerie.

Quelques mois après, il m'a envoyé un mail que je résume ainsi : "ils me cassent les couilles, je te nomme administrateur du groupe et je me tire". Il a eu raison, j'assure une certaine stabilité dans le groupe, dont j'ai été viré plusieurs fois, ayant eu la bonne idée de nommer Annie et Trublyonne co-administratrices de ce bordel ! Elles m'ont viré à chaque fois que je déconnais.

Pour rigoler, je pourrais faire la liste de ceux qui sont partis, de ceux qui ont été virés, de ceux qui sont toujours là mais qui ne le savent pas ou de ceux pour lesquels c'est le bordel ! Tiens ! Je vais citer Vogelsong. Un jour, j'ai constaté qu'il était inscrit deux fois, la première avec son vrai nom, la seconde avec son pseudo. J'ai voulu faire le ménage et virer son inscription avec son vrai nom mais, il ne faudrait pas boire, j'ai viré l'autre. Je l'ai donc réinscrit. On s'en fout ! Mais ça me fait rigoler de le voir tant de temps après toujours dans la liste des types qui n'ont pas validé leur inscription (réinscription en l'occurrence).

Je me rappelle aussi le jour où Donatien a quitté le groupe. C'était le premier. Il était parti en Tchécoslovaquie monter une entreprise parce que les charges étaient moins élevées mais nous reprochait de ne pas être assez à gauche et ne voulait plus nous fréquenter. Ces imbéciles de leftblogs m'avaient engueulé parce que je l'avais laissé partir sans organiser de vote interne pour savoir si on pouvait le laisser partir. J'étais mort de rire !

Toujours est-il que c'est bien Ronald qui a créé les leftblogs ! Au début, c'était un groupe Cozop. Pour vous dire.

Demain, il a cinquante ans, nous fêterons cela à la Comète. Venez !

Avec Dagrouik, on a créé ce qui est actuellement la plus ancienne réunion de blogueur politique au monde, le Kremlin des Blogs. Nous pouvons lui en dédier un.

08 octobre 2015

2017 : le duel Le Pen - Hollande

Il y a eu une passe d'arme entre le président de la République et la patronne du FN. Bruno Roger-Petit résume : "Cette image d'un premier échange Hollande/Le Pen restera. Comme si l'un et l'autre, tacitement, en s'affrontant sans ménagement, avaient acté que 2017 a commencé ce 7 octobre 2015 au Parlement européen. Entre eux. Rien qu'entre eux. Comme si Nicolas Sarkozy, qui n'est même plus capable de ramener Nadine Morano à la raison, n'était plus qu'un figurant dans la pièce qui va se jouer."

C'est à lire ici :

Et ça me fait un billet à peu de frais. 

07 octobre 2015

Les immigrés et le vote FN

Le point a fait un article au sujet de mon objet (je me comprends). Je vous présente mes excuses pour ce lien pourri fait avec mon iPhone mais c'est à lire ici :

La semaine dernière nous recevions Céline Pina avec les copains blogueurs. Je n'ai pas fait de billet parce qu'étant tellement d'accord avec elle, je n'avais rien à ajouter d'autant que les billets de mes confrères étaient très bien. 

Alors je résume : la dame lutte contre l'asservissement de la femme par l'islam. C'est un résumé. Je ne suis pas son porte parole, non plus, hein !

Toujours est-il que son combat est à mettre en regard de cet article. Les immigrés, ou du moins une majorité, qu'ils soient de la première ou de la dix-huitaine génération, veulent être vus comme des Francais. Mes potes de bistro immigrés essentiellement Kabyles et Sénégalais (mais aussi des immigrés... des DOM !) n'en peuvent plus de voir des congénères revendiquer leurs origines par des tenues vestimentaires... qui se traduisent par un amalgame avec une religion. 

Après les événements de janvier, je suis Charlie et tout cela, on disait : pas d'amalgame ! 

Dans les opposants à Céline Pina, on trouve des gens de gauche, y compris du PS, probablement par électoralisme, mais aussi des gens sincères qui croient réellement que les femmes ayant des obligations vestimentaires à cause d'une religion sont opprimées par ceux qui ne veulent pas de ces obligations. C'est à se les bouffer, si je puis me permettre. 

Alors les immigrés fuient la gauche, le PS, parce que seule Marine Le Pen s'adresse au Français, en quelque sorte. Parce qu'une partie de la gauche a tourné le dos à la laïcité, ce qui fait aussi décamper des immigrés de la trente-deuxième génération. 

Il faut arrêter. La vraie gauche a fait l'amalgame. 

04 octobre 2015

Alain Juppé : les 35 heures, c'est fini !

Il a dit ça dans le poste. Outre le fait que ce n'est pas la première fois qu'on entend cela, Monsieur Juppé est invité à expliquer aux gens qu'ils travailleront plus sans gagner plus ou aux entreprises qu'elles paieront plus cher leurs salariés. 

Il y a des équations difficiles à résoudre. 

Il expliquera aussi à ceux qui font de l'intérim ou accumulent les CDD parce qu'ils n'ont pas le choix qu'ils pourront se mettre leur source de revenus sur l'oreille pour en profiter plus tard. 

Les 35 heures, c'était : toi, patron, tu vas payer moins de cotisations et des gugusses travailleront moins. M. Juppé, qui, a priori, était une personne raisonnable à droite, explique qu'il faut faire le contraire. 

Je vais lui expliquer : tu me laisse mes RTT et je me démerde avec mon salaire. 

Et tu expliqueras aux chômeurs qu'ils ont aucune chance de travailler vu que ceux qui bossent devront travailler plus. 

03 octobre 2015

Démagogie fiscale inversée


Je viens de tomber sur ce statut Facebook d'une brave dame qui se plaint d'une augmentation de ses impôts locaux de 45% (le détail est dans les commentaires). Je pourrais rebondir dessus pour taper sur la droite vu qu'elle a "piqué" la mairie à la gauche lors des dernières élections. Mais non. Je vais lui répondre. 

Dis donc, ma p'tite dame ! Tu sais combien coûte le ramassage des ordures et l'entretien du trottoir devant chez toi ? Tu sais ce que coûte le service de portage des repas pour les personnes âgées dont tu c'vas pribablelent bientôt bénéficier ? Tu sais ce que tu as coûté à la collectivité depuis ta naissance ? Et les policiers municipaux qui assurent ta sécurité ? Et les animations auxquelles tu participes ? Au fait ! Tu ne vivrais pas dans un logement social, par hasard ? 

Et ton enfant, tu sais ce qu'il coûte à la ville ? Une femme en fin de vie avec un enfant, ça veut dire quoi ? Tu ne te foutrais pas un peu de notre gueule pour faire pleurer tes copains Facebook ? 

Sache que tout le monde gueule en payant des impôts. C'est naturel. Sache néanmoins que j'en paye beaucoup plus que toi alors que je n'occasionne quasiment aucun frais à la mairie : rien pour les gamins, aucun équipement sportif,... Même du ramassage d'ordures j'en ai peu, ne mangeant que rarement chez moi et n'étant pas un foudre de guerre du ménage. 

Mais je paye. En gueulent certes mais je paye. Pour que les gamins de ma ville puissent avoir des activités, que les trottoirs soient éclairés, que les vieux aient une cantine pas chère, que les carrefours aient des feux tricolores pour permettre aux piétons de traverser,... La routine. On a une piscine, des écoles, des crèches,...

Vive les impôts !