28 décembre 2005

Lançons-nous


Dans la critique des actions du gouvernements. Cette série de photo du cimetière de bateaux (au Bono, dans le Morbihan) sera une mine d'illustrations !

Donc, je prends au hasard un article dans la presse d'hier.

Quand je dis "au hasard" c'est une façon de parler : c'est la une du Télégramme. Pourquoi le Télégramme ? Parce que c'est les vacances et c'est le seul journal à ma disposition. Pourquoi celui d'hier, parce que celui d'aujourd'hui n'apporte rien. Je ne vais quand même pas commencer la série en disant que c'est à cause du gouvernement que la Bretagne est bloquée sous la neige !

Revenons à la une du Télégramme hier et au premier sujet politique de ce blog mémorable (sisi, mémorable : comme il a été créé ce matin, je me rappelle de tout) : le chèque emploi-service.

Son utilisation a été étendue hier, pas sur le fil à linge, mais à de nouveaux services et de nouveaux utilisateurs.

Les nouveaux services, je ne dis rien. C'est sûrement normal : s'il s'agit de faciliter les démarches administratives à l'embauche tout en maintenant un contrat de travail, et donc la protection du salarié, c'est parfait (même si ça mérite vérification).

Les nouveaux utilisateurs.

Si j'ai bien compris : avant seuls les particuliers pouvaient l'utiliser. Maintenant les entreprises pourront le faire, et surtout les mutuelles, les collectivités territoriales, les associations, ... Très bien.
Mais est-ce vraiment une priorité de faciliter les démarches administratives à ces gens là, qui ont déjà des employés, des fiches de payes, des charges à verser ?

Cela créera-t-il un seul emploi ? Non.
Cela aidera-t-il la petite dame de 85 ans touchant 800 euros par mois à rester chez elle ou à vivre mieux en ayant quelqu'un pour lui rendre service deux heures par jour ? Non.

Utilité économique et sociale : zéro. Juste des charges en plus pour la collectivité ?
Belle annonce.
 Posted by Picasa

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...