28 décembre 2005

Lançons-nous


Dans la critique des actions du gouvernements. Cette série de photo du cimetière de bateaux (au Bono, dans le Morbihan) sera une mine d'illustrations !

Donc, je prends au hasard un article dans la presse d'hier.

Quand je dis "au hasard" c'est une façon de parler : c'est la une du Télégramme. Pourquoi le Télégramme ? Parce que c'est les vacances et c'est le seul journal à ma disposition. Pourquoi celui d'hier, parce que celui d'aujourd'hui n'apporte rien. Je ne vais quand même pas commencer la série en disant que c'est à cause du gouvernement que la Bretagne est bloquée sous la neige !

Revenons à la une du Télégramme hier et au premier sujet politique de ce blog mémorable (sisi, mémorable : comme il a été créé ce matin, je me rappelle de tout) : le chèque emploi-service.

Son utilisation a été étendue hier, pas sur le fil à linge, mais à de nouveaux services et de nouveaux utilisateurs.

Les nouveaux services, je ne dis rien. C'est sûrement normal : s'il s'agit de faciliter les démarches administratives à l'embauche tout en maintenant un contrat de travail, et donc la protection du salarié, c'est parfait (même si ça mérite vérification).

Les nouveaux utilisateurs.

Si j'ai bien compris : avant seuls les particuliers pouvaient l'utiliser. Maintenant les entreprises pourront le faire, et surtout les mutuelles, les collectivités territoriales, les associations, ... Très bien.
Mais est-ce vraiment une priorité de faciliter les démarches administratives à ces gens là, qui ont déjà des employés, des fiches de payes, des charges à verser ?

Cela créera-t-il un seul emploi ? Non.
Cela aidera-t-il la petite dame de 85 ans touchant 800 euros par mois à rester chez elle ou à vivre mieux en ayant quelqu'un pour lui rendre service deux heures par jour ? Non.

Utilité économique et sociale : zéro. Juste des charges en plus pour la collectivité ?
Belle annonce.
 Posted by Picasa

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.