29 janvier 2022

La gauche écologique illogique


 

Trois des candidats de gauche (Anne Hidalgo, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon) ont a leur programme la mise en place d’un ISF climatique, proposé par Greenpeace, et je suis tombé, ce matin, sur un article de France Info à ce sujet. La description de la chose m’a immédiatement fait penser que c’était une immonde usine à gaz, que nos sympathiques grandes fortunes allaient facilement le détourner en se faisant aider par des fiscalistes futés et non moins avisés et que la « production carbonée » quitterait la France pour d’autres pays comme l’Allemagne beaucoup moins regardante que nous sur certains aspects.

En gros, il s’agit de reprendre l’ISF tel qu’il était en 2017 et d’ajouter un malus en fonction de l’empreinte carbone des placements faits par l’heureux fortuné. A la limite, je ne conteste pas le bien-fondé « philosophique » de la mesure (même si je ne suis pas fortement partisan de l’ISF – on doit taxer les revenus, pas la richesse, par contre on doit lutter contre l’entassement des richesses et pour une meilleure imposition sur les successions – d’une part – et de la « taxation carbone », d’autre part.

La fin de l’article reprend ce que j’avais pensé au fil de la lecture (l’usine à gaz, la triche…) et pour qu’un média comme France Info aille jusque-là laisse penser que cette proposition est vraiment une connerie comme beaucoup de proposition de la gauche quand il s’agit de se carrer un vernis écologique…

 

Par exemple, ils communiquent beaucoup sur l’arrêt du nucléaire. Ils n’ont sans doute pas tort sur le fond (ce machin est dangereux et nous ne produisons pas la matière première nécessaire mais ça ne les empêche pas de promouvoir les voitures électriques, comme si on produisait tous les métaux nécessaires aux batteries) mais, avant d’arrêter le nucléaire, il faut trouver quelque chose pour le remplacer et ce qu’ils proposent ne fonctionne pas. Je suis même plié de rire quand j’entends Méluche parler de l’éolien offshore voire de l’utilisation de l’énergie de la mer… Je ne doute pas que l’on trouvera une nouvelle source d’énergie dans les cinquante prochaines années.

Un autre exemple est les aides à la rénovation des logements pour les rendre moins polluants. Cette aide revient à filer du pognon aux propriétaires. J’en parle souvent car c’est emblématique d’une mesure qui n’est pas de gauche et qui ne va pas dans le sens de l’égalité. Cela étant, s’ils veulent me filer du pognon pour changer la chaudière de ma mère, je ne vais pas cracher dessus. Mais j’aurais honte.

Il faut lire les programmes des candidats et ne pas hésiter à lire entre les lignes. EELV, par exemple, propose de « décarboner » les écoles ce qui revient à supprimer les cours de récréation en bitume. J’imagine les mômes jouant sur la pelouse en hiver… Les socialistes souhaitent « qu’une taxe empreinte carbone sur le billet d’avion sera créée lorsqu’une alternative ferroviaire comparable existe. » Ca veut dire quoi ? Vous allez de Paris à Berlin pour la journée et vous serez taxés si vous y allez en avion ? Sur quelle base l’alternative ferroviaire comparable ? Quant à LFI, ils pensent que l’augmentation du SMIC permettra à chacun de manger une nourriture saine issue d’une agriculture biologique et tout ça !

Mon précédent paragraphe ressemble à une carricature mais détrompez-vous : pour chacun des trois partis présentant un candidat, j’ai cité la première mesure relative à l’écologie que j’ai trouvée en cherchant au hasard sur leurs sites web. Mon échantillon est donc parfaitement représentatif ! Je n’ai pas éliminé des mesures qui semblent logique, j’ai pris les premières…

 

L’article que je citais (qui ne va pas de main morte, non plus, contre la politique du gouvernement relative à la fiscalité des hauts revenus ou gros patrimoines) n’aurait pas provoqué chez moi l’envie de faire un billet de blog s’il ne reprenait pas les propos d’une personne interrogée, au sujet de l’ISF climatique : « C'est une idée populaire et symbolique. »

C’est faux ! Je suis fatigué de voir des militants de gauche imaginer que ce genre de connerie puisse être populaire et qu’on puisse y voir un autre symbole que leur capacité à pondre des trucs impossibles à appliquer. Les électeurs ne sont pas tarés. Ils ont d’ailleurs fui cette gauche qu’on appelle « woke », maintenant.

C’est ballot. Il va falloir se reprendre…


Ne nous méprenons pas. Je ne suis pas contre l'écologie, je suis pour le pragmatisme. Par exemple, quand l'Etat a donné à la région la gestion des transports publics, le résultat a été une amélioration des transports en commun, dont ferrés. Mais quand on m'explique que je n'ai plus le droit de mettre une chaudière au fuel chez ma mère pour des raisons environnementales alors qu'il n'y a pas le gaz, dans le quartier, et que des écolos veulent supprimer le nucléaire, j'ai envie de frapper.

14 commentaires:

  1. Comme tous ceux qui se piquent de parler d'écologie, vous oubliez la première source de pollution, à savoir le transport maritime. Pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, il faudrait commencer par remettre en cause la mondialisation. Mais ça, pas même les écologistes ne le proposent.

    C. Caporal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Remettre en cause la mondialisation ? Ah merde, l'ordinateur où je tape ça est fait en Chine... On pour 700 euros.

      Par ailleurs, tu peux écrire que je me pique de parler écologie mais tous les connards comme toi qui voudraient que les gens ferment leur gueule devraient eux même se taire et arrêter d'intervenir dans des machins politiques.

      Supprimer
    2. Si l'on ne veut pas remettre en cause certains dogmes économiques, alors mieux vaut renoncer à parler d'écologie.

      C. Caporal.

      Supprimer
    3. Tu es un trou du cul et n'a rien à foutre sur le blog. Pour faire de l'écologie, réellement, il ne faut pas uniquement faire des moulinets avec ses petits bras mais aussi convaincre les électeurs.

      Supprimer
  2. la gauche des symboles va devenir symbolique, et laisser la place à la gauche revolutionnaire d'estrade : ça promet.

    RépondreSupprimer
  3. Il me paraît assez cohérent – et sage – de proposer des mesures "symboliques" quand on s'apprête à réaliser des scores électoraux qui le seront tout autant.

    RépondreSupprimer
  4. Il faut espérer ne jamais avoir Mélenchon et ses trousse jarrets au pouvoir ! Dès leur élection en matière de production végétale TOUT devra se plier aux lois obscurantistes du bio, c'est Mélu qui l'a dit récemment, je doute que pas un seul paysan traité de cette façon imagine un jour voter pour lui. Car contrairement à ce que TOUT le monde croit, et vous le premier je crois, les paysans ne sont pas des empoisonneurs !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais peut-être mieux les paysans que toi, connard. Tu peux continuer à prendre les autres de haut et penser faire de la politique...

      Supprimer
  5. les écolos sont les meilleurs ennemis de l'écologie car ils en sont les pires défenseurs. ils feront comme dit Goux, un résultat de témoignage symbolique puis iront mouliner leurs quinoaseries pédalantes dans la pollution des villes.

    RépondreSupprimer
  6. Avec l'écologie, on en revient toujours au même. A savoir, soit demander à d'autres des efforts qui ne coutent rien à ceux qui demandent soit taxer, ce qui amène les gros à trouver le moyen de contourner la fameuse taxe (genre Fiat qui achète à Tesla son retard sur la norme si je me souviens bien). Sans compter que comme dans votre exemple sur le Paris Berlin, on finit pas avoir des trucs ingérables ou juste ubuesques

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...