04 avril 2024

Anne Hidalgo sera réélue !


 

J’avais l’habitude de rigoler avec le maire de ma commune. Dès qu’un truc n’allait pas, un nid de poule sur le trottoir, une poubelle renversée, un vélo garé dans le passage, un vendeur de cigarettes à la sauvette qui engueule ses collègues, un SDF qui prend comme domicile un ban public, une voiture arrêtée dans la voie de bus… Je lui disais : « c’est la faute de la commune ! » Il me répondait : « Non, c’est la faute du maire ! » Et on se marrait, sincèrement… (il plaisante moins depuis son enterrement). La liste qu’il menait avait gagné les municipales de 1995, 2001, 2008, 2014 et 2020 et il a été élu maire dans la foulée, à chaque fois. C’est ça qui nous amusait : les gens passaient leur temps à gueuler contre lui mais votaient toujours pour lui !

Il reste que Le Kremlin-Bicêtre n’est pas Paris… mais que tout le monde gueule contre Anne Hidalgo et beaucoup de personnes s’imaginent qu’elle n’osera pas se représenter ou qu’elle ne sera pas réélue. Au fait ! Ca fera dix ans, demain, qu’elle est mairesse de la capitale et, comme on dit chez nous, ça se fête la vieille !

Dans la meute des zozos qui la critiquent, beaucoup n’habitent pas Paris, mais ça ne les empêche pas de parier pour une défaite en 2026 sans vraiment s’intéresser aux sujets qui sont de la responsabilité de la mairie, à part la circulation automobile, la propreté et le ramassage des ordures.

Rien sur les crèches, les écoles, l’urbanisme, l’action sociale…

Je n’habite pas, non plus, ce patelin mais cela ne m’empêche pas de donner mon avis absolument pas éclairé.

 


Tout d’abord, je ne comprendrais pas qu’un militant socialiste puisse ne pas espérer sincèrement que Mme Hidalgo (ou son successeur à la tête des équipes socialistes de la capitale) l’emporte.

On peut soutenir la majorité présidentielle mais n’oublions pas qu’elle va probablement elle-même se ranger derrière Mme Dati, qu’elle vient de nommer ministre de la culture et qui est issue d’une droite proche de Nicolas Sarkozy.

2017 est loin ! Je comprends très bien qu’on ait pu suivre Emmanuel Macron à l’époque en étant de gauche. Moi-même, j’ai voté pour lui au premier tour. Je suppose qu’il y a environ la moitié des électeurs de François Hollande, en 2012, qui ont fait comme moi. Je vais rappeler mes motivations. La première est que le candidat du PS n’avait aucune chance même s’il portait les seuls sujets ayant en intérêt pour moi (autour de l’avenir du travail), montant une vision de la société que l’on voulait préparer et pas un catalogue de la Redoute de mesures pour faire gauchiste. La deuxième est qu’on avait un fort risque d’un second tour entre François Fillon et Marine Le Pen. Ces deux raisons sont bêtement électorales.

Il y en a une, par contre, qui explique le suivi : l’épisode des frondeurs avait marqué une impasse à gauche et il n’étais pas idiot de chercher une voie vers le centre, symbolisée par le « ni de droite ni de gauche ».

Or la politique menée a progressivement basculé à droite, proche du sarkozysme (d’ailleurs Sarkozy a « adoubé » Attal pour la prochaine présidentielle, pas plus tard qu’hier). La nomination de Rachida Dati à un ministère important (façon de parler…) est une ultime provocation. La macronerie va soutenir la liste de droite aux prochaines municipales à Paris.

 


On peut aussi soutenir « Les Ecologistes – Europes Ecologie Les Verts » (je ne sais pas trop quel est le nom de ces sapajous) parce qu’on est sincèrement écologiste (il est d’ailleurs amusant de voir que les écolos l’emportent surtout dans les grandes villes) mais…

Tout d’abord, EELV a signé un accord pour les dernières législatives, pour entrer dans la Nupes, avec expressément la possibilité de ne pas respecter les accords européens quand on les juge néfastes. Quand on a le mot « Europe » dans son parti, c’est inadmissible. Surtout, quand on est des défenseurs de l’environnement et qu’on ne comprend pas que les accords internationaux, surtout au niveau de l’Europe, sont indispensable pour imposer des normes diverses de défense de l’environnement, on mérite plus le cabanon que l’isoloir.

Ensuite, cet été, EELV a promu l’invitation d’un antisémite notoire à son université d’été. C’est inacceptable. Enfin, ce parti a lancé une cabale interne contre un de ses cadres historiques, François Bayrou Julien Bayou qui l’a poussé à la démission : EELV est haïssable. Je vous parle les propos grotesques enfilés par Mme Rousseau, comme le machisme des entrecôtes au barbecue…

Je voulais faire un billet complet pour casser EELV ce qui explique pourquoi j’en cause ici.

 


Les électeurs (surtout ceux d’ailleurs) critiquent beaucoup les travaux à Paris mais il est probable que la plupart sera terminée pour les JO et, s’il restera forcément des queues de chantiers, les grosses gènes, dans Paris, se termineront rapidement et auront été oubliées.

En outre, ce ne sont pas nécessairement les habitants de Paris qui supportent les problèmes de circulation.

Les électeurs ne mettront pas sur le dos de Mme Hidalgo la grève des éboueurs… qui protestaient contre la réforme des retraites et voudront bien admettre qu’une gêne temporaire ne mérite pas nécessairement des coûts supplémentaires.

Des coûts supplémentaires ! Beaucoup d’imbéciles critiquent la gestion financière de la ville. Mais, Moody’s vient d’attribuer la meilleure note possible, correspondant à une « gouvernance et une gestion très solides ». En outre, si la dette est passée de 1 à 8 milliards depuis l’arrivée des socialos à la Marie, le patrimoine, quant à lui, a augmenté de 30 milliards ! La vérité est donc sans doute que la collectivité s’est enrichie de plus 20 milliards en 23 ans.

Quant aux rats, je n’en ai pas vu (à part des patrons de bistro).

 


Enfin, on voit beaucoup dans les réseaux sociaux des remarques sur la baisse de la population parisienne. On nous dit : les pauvres quittent la commune. Il faudrait faire des études possibles (je parle de cliquer ce qu’il faut dans Google vu que je suppose que les vrais travaux ont été menés) mais on pourra aussi observer « les chiffres bruts » : la population est stable et le gros de la baisse a eu lieu avant l’arrivée de la gauche (voir le schéma moche)…

En outre, comme l’avait relevé Cédric Villani : « Avec 20.754 habitants par kilomètre carré, Paris se classe en effet très loin devant New Delhi (5.855 habitants) et New York (7.101 habitants). Cette ­densité fait de Paris la 8e capitale la plus dense au monde, derrière ­Manille (­Philippines), Bagdad (Irak), Dacca (Bangladesh), Port-au-Prince (Haïti), Katmandou (Népal), Malé (­Maldives) et Damas (Syrie). » Je traduis dans des termes sans doute moins corrects : Paris est la ville la plus dense du « monde occidental ».

Une baisse de la population (et donc de la densité) est pas très grave, au contraire ! C’est un pas vers la normalité… et cela diminuera peut-être la pression sur les logements.

 


Le logement, justement ! Autre sujet important (sûrement plus que la circulation de trois scooters) : les objectifs de la loi SRU sont atteints. On a évidemment une mauvaise répartition géographique entre les arrondissements et un ralentissement des nouveaux logements dans les dernières années (à cause de la diminution du foncier disponible), mais le boulot est fait. En 2001, il y avait 13,5% de logements sociaux. En 2025, le seuil de 25% sera atteint. En d’autres termes, depuis que la gauche est responsable de la municipalité, le nombre de logements sociaux a quasiment doublé (permettant le respect d’une loi mise en place par la gauche qui a ensuite durci les conditions).

Il ne s’agit pas de dire que tout va bien : les prix des logements « normaux » augmentent et les ménages avec des enfants ne peuvent plus habiter à Paris. Il faut néanmoins relativiser certaines informations (si les prix à l’achat grimpent, c’est aussi parce que l’offre baisse à cause de la multiplication des logements sociaux et même que je dis ça au hasard).

Toujours est-il qu’on pourrait avoir une baisse des prix avant la prochaine élection !

 


Toujours est-il que les JO vont bien se passer. Paris va redevenir un havre de paix, les transports en commun du Grand Paris (qui ne sont d’ailleurs que très peu parisiens) vont se développer, les bonnes nouvelles vont arriver sur différents fronts.

Anne Hidalgo aura réussi son mandat, en foutant le bordel surtout au début, et la ville sera bientôt, à nouveau, reconnue comme la plus belle du monde !

Ca s’arrose et ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain (surtout dans la Seine, d’ailleurs, pauvre bébé).


Il reste une étape à franchir : qu'Anne Hidalgo se représente ou nous dégote une personnalité un peu connue pour le faire...

12 commentaires:

  1. N'habitant pas Paris et quand j'y viens je fais tout à pied donc je ne devrais même pas commenter mais c'est toi qui a commencé. Un truc faux dans ton billet... les rats, j'en ai vu et pas qu'un peu mais comme ne fais que passer, ils ne m'ont pas trop embêté. C'est déjà ça. et enfin pas sur que Paris arrivant après les capitales que tu as citées soit d'un bon aloi :)

    Pour le reste, fort heureusement, ce sont les parisiens qui vont voter pour celui ou celle qui va gérer leur ville avec tout ce que ca veut dire. La population baisse aussi parce que les villes de banlieues ne sont plus aussi pas roses et moroses que dans le passé. Pis, par expérience (même si elle est lilloise), avoir tout à proximité ou à disponibilité quand tu as des gosses, ca nécessite quand même d'avoir une baby sitter ou un.e (j'ai cédé) ami.e (ca me reprend) pour les garder. Alors faire un peu de bagnole ou de transport en commun pour aller au ciné, au concert ou voir une expo, c'est pas le bout du monde. SI en plus, tu as plus de mètres carré habitables. Ca se comprend bien.

    Heureusement je ne suis pas parisien, j'ai aucune sympathie ni pour Anne ni pour Rachida. En fait, elles m'insupportent tous les deux. A défaut de voter pour, je ne pourrai même pas voter contre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te cite : "Un truc faux dans ton billet... les rats". Je n'ai fait que dire que je n'en avais jamais vu... Tu me traites de menteur quand je dis la vérité. C'est fort.

      "Pour le reste" : je comprends très bien les gens qui quittent Paris. Moi-même j'ai acheté en banlieue pour avoir plus de confort pour le même prix.

      Supprimer
    2. J'ai merdé, tu as raison je me suis cru sur X et pas ton blog. Pardon aux familles toussa

      Supprimer
  2. Le plus inquiétant, c'est que je suis presque sûr que vous avez pondu ce tissu d'énormités… parfaitement à jeun.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est parce que ce n'est pas mon état normal...

      C'est une énormité quand je dis que les écolos sont des abrutis ? Et quand je dis que Macron a nommé Dati, ancienne ministre de Sarkozy et cheffesse de la droite parisienne, au gouvernement ? Ou quand la loi sur les logements sociaux a été respectée à Paris (ce qui n'était pas évident) ?

      Certes, vous vous en foutez mais à peine autant que moi qui aime bien défendre tout et n'importe quoi dans mon blog.

      Supprimer
  3. Tu n'aurais pas un jumeau de Bertrand Delanoë dans tes relations ?
    J'ai beau être Gaulliste il y en a au PS que j'ai beaucoup appréciés. (et non pas "beaucoup au PS que j'ai apprécié ou beaucoup au PS que j'ai appréciés)
    Hélène

    RépondreSupprimer
  4. Tu vois, je suis content de ne pas habiter Paris. Je n'aurais évidemment pas pu voter pour Hidalgo ou un membre de son équipe qui a fait du mal à la capitale. Et ne supportant ni la trahison ni l'opportunisme, et pensant qu'il faut tourner définitivement la page Sarkozy qui aura fait du mal au pays et à la droite, voter Dati m'aurais été insupportable. Et ça m'est impossible

    Par défaut, j'aurais presque voté Bournazel. Ou pour être fidèle à mes convictions Spziner ou un élu LR (mais y en a t'il encore des cohérents et charismatiques ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A-t-elle fait du mal à la capitale ? Que jugera-t-on à la fin du mandat ? Comme tu n'y habites pas, comment peux-tu juger que du mal a été fait ?

      Pour Sarko et Dati, je comprends ce que tu ressens. J'espère que Macron se mordra les doigts, en plus, pour ce rapprochement.

      Je dois avouer que je ne connais plus les élus de droite de Paris (déjà que ceux de gauche...).

      Supprimer
  5. Eh bien moi j'habite Paris. Et je confirme qu'elle a fait beaucoup de dégâts.
    Mais beaucoup moins que Pompidou en son temps et surtout rien d'irréversible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec les trajets que je fais à Paris (je suis banlieusard et travaille en banlieue, mes trajets ne sont pas très fréquents et se limitent presque à ceux vers Montparnasse Pasteur, en plus du périph, ce qui me fait par ailleurs passer à Porte Maillot assez souvent), je suis plus emmerdé par les trajets liés au métro et pas à Anne Hidalgo et aussi par une mauvaise circulation en banlieue.

      Mais c'est vrai qu'elle n'a rien fait d'irréversible contrairement à Pompidou (enfin rien n'est irréversible mais on aura du mal à supprimer le périph...).

      Supprimer

La modération des commentaires est activée. Je publie ceux que je veux c'est-à-dire tous sauf ceux qui proviennent probablement d'emmerdeurs notoires.