26 juin 2024

Voila comment je fais monter le RN...

 


« A force de taper sur la gauche comme vous le faites, vous serez, bien avant les autres, les plus grands artisans de l'accession du RN à la tête de la France.

Oui, il y a une différence de nature entre le RN et LFI, entre le RN et le NFP. En disant que c'est bonnet blanc et blanc bonnet, vous reprenez la rhétorique de tous ceux qui veulent la défaite de la gauche.

La gauche de droite est de droite. CQFD. »

C’est le camarade Denis qui met cela en commentaire de mon dernier billet. C’est gentil de sa part : ça m’a énervé (avant-hier soir) et ça me donne l’occasion de publier une réponse en bon uniforme (à l’école).

Deux points en introduction. Tout d’abord personne n’a comparé le RN et LFI dans mon billet. Son commentaire est donc totalement hors sujet et c’est assez typique des gens qui n’ont aucune argumentation valable. Si j’ai fait des comparaisons par le passé, c’est uniquement pour dire aux gens de LFI de faire attention à certains propos très limites alors que le RN a réussi sa dédiabolisation.

Ensuite, il faudrait tout de même se mettre en tête l’influence des blogs… A l’heure où je vous cause, mon billet a été lu 328 fois en trois jours (dont, probablement une centaine, par mon troll sénile). La plupart des lecteurs sont mes potes qui me connaissent et sont opposition avec moi. Les autres sont des personnes « de la même famille politique que moi » et qui cherchent des gens sur la même longueur d’onde qu’eux.

Je suis mal armé pour promouvoir le fascisme…

Néanmoins…

 

Lumière anti RN

Je parle souvent, dans ce blog, des raisons qui font monter le FN en précisant systématiquement que chacun oubliait ses propres torts, moi-même me mettant dans le lot (à ceci près que je ne suis candidat à rien et que je ne suis plus militant sans compter que je suis assez consensuel sur beaucoup de sujet). Cette fois, Denis vient de dire : « à force de parler des raisons de la montée du RN, vous faites monter le RN » ou un truc comme. Admettez que c’est drôle.

Si je comprends bien, si je dis que les braillements de Mathilde Panot, de Manuel Bompard, de Louis Boyard et bien sûr du chef suprême, Jean-Luc Mélenchon, sont fort peu « républicains » et font fuir les lecteurs, je fais monter le RN. Si je dis que c’était une erreur de la part de LFI et d’EELV (voire du PCF) d’avoir fait venir causer un antisémite dans leurs festivités estivales (sans compter la présence de Corby dans des manifestations à l’occasion d’une législative, je fais croire que LFI est antisémite et je fais monter le RN ?

Si je dis qu’à force que de prendre systématiquement le parti des musulmans pour des motifs électoraux et que les musulmans ont une certaine tendance à un antisémitisme (par mégarde, hein !), je fais monter la suspicion d’antisémitisme au sein de LFI ?

Si je dis que LFI a fait voter une motion de rejet sur la loi « immigration » et que ça a permis de faire passer les idées du RN, ça fait monter ce dernier ?

Si je dis que LFI a fait de l’obstruction parlementaire à l’occasion de la réforme des retraites ce qui a obligé le gouvernement à utiliser des articles spécifiques de la Constitution pour faire passer le texte sans qu’il puisse être étudié par l’Assemblée, cela montre aux électeurs que les parlementaires de gauche ne défendent pas leurs intérêts, ça fait monter le RN ?

 

Question subsidiaire : le "fond" de
cette illustration fait-il monter le RN ?

Faisons une courte pause en chanson (malgré une publicité trop longue ce qui pourrait faire le lit du RN).

 

 Reprenons… Et résumons : si LFI fait tout pour démontrer qu’ils ont des « accointances antisémites », même sans estimer que, à part quelques exceptions, les membres du mouvement sont antisémites et si je dis que ça fait mal à ma gauche et si ça donne suspicion d’un niveau de moralité de parti proche de celui du RN et bien à droite, ça fait monter le RN. Et si je dis que LFI, par un comportement inconsidéré fait passer des lois de droite, ça décourage les électeurs de faire confiance à la gauche, ça fait monter le RN et ça permet aux types qui se prétendent de gauche de prétendre que je suis un type de droite de gauche ou vice versa ?

Tout ça est bien compliqué, je le conçois. Nous allons tenter une nouvelle approche.

 

Tweet d'un dirigeant de gauche bien
décidé à affaiblir le RN tout en faisant
rire les méchants blogueurs.

A la fin de son quinquennat, Nicolas Sarkozy a fait un certain nombre de bêtises, ce qui faisait suite, d’ailleurs, a un manque de bol vu que la crise des subrimes avait empêché la politique pour laquelle il avait été élu. Il a été balayé lors des élections présidentielles suivante. Par la suite, son parti politique, l’UMP devenu LR, a multiplié les erreurs. Rappelez-vous les conneries pour sa présidence, la concurrence débile entre des cadres, la COCOE, la primaire ratée… A la suite de cela, le parti a été décrédibilisé et a perdu des voix au niveau national. Beaucoup de voix. Les électeurs sont partis ailleurs et, en parallèle, le Rassemblement National a prospéré. Vous voyez le rapport de cause à effet ?

François Hollande est, entre temps, arrivé à la tête de l’Etat, notamment grâce à des cadres du parti ayant incité les électeurs à voter pour lui. Trois ou quatre ans après, les cadres en question ont expliqué que pépère faisait n’importe quoi. C’était peut-être la réalité, ce n’est pas la question. Des gens qui avaient fait la promotion de pépère ont démontré que, collectivement, ils n’arrivaient à conduire une politique bonne pour les Français.

Le parti de la gauche radical a, ensuite, augmenté son électorat pendant que les partis plus proches de « la gauche de gouvernement » se sont effondrés.

Vous voyez le rapport de cause à effet ?

 

Faire monter le RN
donne chaud aux fesses.

Nous allons faire une nouvelle pause avec un exercice intellectuel didactique : la droite traditionnelle ayant sombré dans le ridicule avant la gauche de même métal mais cette dernière ayant tout de même plus vite chuté dans les urnes, peut-on dire que la droite est plus progressiste que la gauche ?

 

Reprenons. Après l’effondrement de la droite puis de la gauche, un candidat jeune est brillant s’est présenté et a proposé de faire une politique ni de droite ni de gauche et a été élu. Il a embrayé par une politique fiscale de droite, puis a pris des mauvaises décisions, comme au sujet de Notre-Dame-des-Landes (en abandonnant le projet, il a énervé des soutiens) ou de la crise des gilets jaunes (écouter prioritairement des manifestants en dehors du cadre démocratique de nos institutions n’était pas d’une grande finesse).

Ensuite, il a dû faire face à une crise sanitaire effroyable. Il a probablement pris un certain nombre de mauvaises décisions comme obligé ma concierge à remplir une attestation pour déposer les containers à ordure sur le trottoir mais on peut aussi se dire qu’elles n’étaient pas si mauvaises vu que nous ne sommes pas tous morts, au fond ! On peut néanmoins ajouter que, je cite : il a franchement chié au niveau de la communication… On peut évidemment citer le coup des masques qui étaient inutiles puis indispensables mais aussi l’obligation vaccinale cachée dans un « passe » abject.

Il a quand même été réélu en augmentant son score de premier tour de près de quatre points (forcément, les autres partis « de gouvernement » traditionnel ont continué à chier dans la colle) pendant que celui de sa concurrente de l’extrême droite prenait deux points. En revanche, cette dernière a pris 8 points au second tour montrant qu’Emmanuel Macron avait perdu la confiance d’une partie des électeurs.

Au cours de ce second mandat, il a montré franchement un tournant à droite, d’autant que les conneries des partis de la gauche ont fait que ce sont les textes les plus à droite qui sont passés.

Lors du dernier scrutin, le score de son parti politique a chuté bêtement pendant que le parti traditionnellement fort de « la gauche de gouvernement », représenté par un type de l’extérieur pour la seconde fois de suite, a repris du poil de la bête (prenant sans doute des voix à un parti politique qui avait adopté des positions proches de LFI).

 


Je résume, sans la moindre pause publicitaire : les trois partis qui ont occupé le pouvoir depuis le début de la cinquième République se sont cassé la gueule après avoir multiplié les conneries (dont celle dont on ne parle pas assez : ils n’ont pas satisfait les électeurs…) et c’est le blogueur politique du centre gauche qui fait monter le RN.

J’ai bon là ?

Pendant ce temps-là, les militants de la gauche ont multiplié les sujets qui n’intéressent pas les électeurs (je parlais récemment du changement de genre ; je n’ai pas dit que le sujet n’était pas important) qui commencent donc à en avoir plein la marmite. Les militants en question ont également continué à traiter de fascistes et de racistes tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec eux ce qui, au fond, a normalisé le fait d’être fascistes et racistes (« et ducon, tu penses que je suis raciste parce que je dis que l’immigration peut-être un problème ? Je n’ai plus aucune raison de ne pas voter pour les fachos, donc ! »).

La Marine et Jordy n’ont pas eu beaucoup de mal à dédiaboliser leur bordel, il leur a suffit de fermer leur gueule.

Et c’est toujours moi qui fais monter le RN ? Alors que le blogueur de la vraie gauche a passé le temps à sauver la gauche pendant la crise sanitaire en démontant les vérités scientifiques au profit d’immondices provenant de charlatans assurant ainsi la promotion de théoriciens du complot… (non mais, faut pas me chercher non plus).

 


Je continue (et termine, hein…).

Le président de la République qui avait monté rapidement puis a perdu la confiance des électeurs a fait la dissolution. Il y a une probabilité importante pour que le Rassemblement National arrive bien en tête (par ma faute, sûrement).

J’ai d’ailleurs fait monter le RN en préconisant à la gauche de ne pas adopter les méthodes qui l’avait fait perdre.

Par contre, je n’ai pas vu les blogueurs de gauche (à part moi) et les dirigeants de la gauche expliquer que le seul moyen d’empêcher l’arrivée du RN à Matignon est de pouvoir mettre en place une majorité « alternative ».

Ce qui passe un petit peu par un cessez-le-feu mais aussi par des annonces de désistement systématique de la part des candidats de gauche qui arriveraient en troisième place et seraient qualifiés pour un second tour dans une configuration de « triangulaire ».

Je n’ai vu personne à gauche déclarer cela ce qui donne la porte ouverte au « ni LFI ni RN », voire au « ni NFP ni RN »…

 

Ca va, j’ai presque fini !

Le conglomérat des forces de gauche qui aurait intérêt à faire ami-ami avec les centristes ont publié leur programme dans lequel ils annoncent une augmentation de 150 milliards des dépenses publiques (soit 25% du budget de l’Etat, tout de même) alors que nous sommes un des pays champions de cette dépense publique. Et on voudrait que les libéraux du centre nous soutiennent pour lutter contre le RN.

C’est toujours moi qui fait monter le RN, au fait !

 


Intéressons-nous maintenant au cœur du programme du NFP mais prenons souhait, par pure facétie, à aller le chercher sur le site de LFI (pdf). Il y est écrit : « Agir pour la libération des otages détenus depuis les massacres terroristes du Hamas, dont nous rejetons le projet théocratique, et pour la libération des prisonniers politiques palestiniens ». Je vous demande pourquoi ces andouilles ont dit pendant des mois que ce n’était pas du terrorisme avant de l’avouer discrètement au fond d’un projet.

C’est bien évident moi qui fait monter le RN en prenant les électeurs pour des cons…

Pour rigoler tout autant, vous pouvez aller lire la partie réservée à l’Ukraine…

 

Et si je dis qu’il est temps que les militants politiques de gauche ouvrent les yeux sur ce qui fait réellement monter le RN, je participe à la montée du RN ?

30 commentaires:

  1. À partir du moment où vous ouvrez votre clapet, pour la clique électorale comiquement auto-baptisée “Front populaire” alors même qu'ils méprisent profondément le peuple français, à partir de ce moment-là, vous faites le jeu des “fascistes”, puisque seuls les militants de la gauche ravagée à pleine légitimité pour s'exprimer et dire le Bien. C'est l'abonne vieille tactique du PCF stalinien des années cinquante...

    DG

    RépondreSupprimer
  2. Répondre à un militant de gauche en s'appuyant sur des faits, des écrits, en utilisant des démonstrations logiques et non pas des slogans révolutionnaires montre bien que vous faites parti du camp des forces réactionnaires et donc que par conséquent vous participez à la montée du RN dans l'esprit des électeurs. Ce n'est pas bien grave, le programme de LFI prévoit des stages de rééducation pour les gens comme vous afin qu'ils puissent de nouveau raisonner et agir comme des castors.
    La Dive

    RépondreSupprimer
  3. Ils sont bien tes billets en ce moment. J'avoue que revenir à la diabolisation du RN m'amuse autant que ça m'afflige. Combien n'avons nous entendu les "tu fais le jeu du RN"... ?

    (sinon j'ai à nouveau des problèmes de flux sur mes blogs. Tant pis :) )

    RépondreSupprimer
  4. Didier, La Dive,

    Je ne m'adresse pas vraiment aux ploucs de LFI mais plus à mes copains de "la gauche normale" qui ont sombré dans ce merdier parce qu'on leur a foutu dans le crâne que l'union était la meilleure solution. Leurs chefs auraient dit autre chose (comme moi, donc) qu'ils tiendraient une toute autre position.

    C'est insupportable...

    RépondreSupprimer
  5. Combien as-tu écrit dans la période récente de billets qui tapent sur le RN en rapport avec ceux où tu défonces sur LFI ou le NFP ? CQFD. Nous sommes dans une période électorale cruciale pour le pays. Ne serait-ce pas le moment pour faire une trêve et laisser les élections passer pour compter les points ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca sert à quoi que je fasse des billets qui tapent sur le RN ? Tu emploie souvent "CQFD" même quand il n'y a rien à démontrer... Je ne m'adresse pas aux électeurs et j'ai fait des appels pour faire un barrage au RN, contrairement à beaucoup (vu que la plupart des gens de gauche souhaitent que NFP se maintienne lors de toutes les triangulaires). Je ne m'adresse pas aux électeurs, donc, mais à mes copains de gauche qui ont encore la possibilité d'éclaircir les sujets pendant deux jours... notamment dans toutes les circonscription où ce n'est pas LFI qui représente NFP.

      Compter les points ? On aurait pu le faire pour deux élections en 2017 et deux en 2022 plus une en 2024 (je laisse de côté 2019). Personne ne compte les points. Personne n'ouvre les yeux.

      Supprimer
    2. « Ne serait-ce pas le moment pour faire une trêve et laisser les élections passer pour compter les points ? »

      C'est exactement ce que, fin 1917, ont fait les mencheviks et autres socialistes révolutionnaires : ils ont laissé passer les élections. Mais ensuite, ce sont Lénine et Trotsky qui ont compté les points. Et comme le dit compte n'était pas favorable aux bolchéviks, ils ont dissout la toute nouvelle assemblée et se sont débarrassé, le plus souvent par les armes, de leurs “alliés” de la veille, ces incurables cocus de la trêve à laquelle vous appelez.

      DG

      Supprimer
    3. pauvres gentils bolchéviks.

      Supprimer
  6. La réalité des ectoplasmes flatulents d’un progressisme auto-alimenté, se vivant supérieur sur toute autre forme de pensée, sera à peine ébréchée par l'échec électoral. L'excuse est toute trouvée. C'est la même depuis 40 ans, disponible dans la catalogue du confort moral #MaisonsDuMonde en mode binaire : "Quelle honte de ne pas être comme moi, vous êtes tous des fascistes !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est bien ça. Remarque, s’ils n’étaient pas là, on oublierait qu’on est fascistes.

      NJ

      Supprimer
  7. un jour un troll chauve du nord a dit dans twitter (c'était son dernier twitt à mon attention, je l'ai bloqué) que j'étais pire que Zemmour. Ces gens de la vraie gauche qui s'"indigne et s'"insoumise en se radicalisant savent tout mieux que toi et moi : ils ne commettent aucune faute , bien sûr, c'est toi, moi , les autres sales cons du centre et d'ailleurs qui ne comprennent pas la réthorique CQFD que l'avant-garde éclairée diffuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait des mois qu’il n’a pas fait un tweet compréhensible. Il soupire et fait semblant de sortir des évidences. Vu que tout le monde devrait penser comme lui. Pourtant ses partouts professionnels et militants devraient montrer une certaine ouverture.

      NJ.

      Supprimer
  8. Ton blog n'est évidemment pas un marche-pied pour le RN, sauf du point de vue des complotistes. Il suffit de lire tes billets depuis 2 semaines :

    11/06 : « Battre le RN : oui mais pas n'importe comment ! » Tout est dit !

    12/06 : « Analyser ses déculottées pour en éviter une nouvelle » Hé oui, la gauche doit faire des concessions mais, bien évidemment pas pour donner le pouvoir à l'extrême droite !

    15/06 : « Pour sauver la gauche, sauvons le centre ! » Je m'aligne à 100% sur ce titre et sur le contenu du billet, résumé par : « Il faut battre le Rassemblement National. Point barre. »

    16/06 : « Chroniques de pré-campagne ». Rien dans ce billet ne donne l'envie de voter RN, mais au contraire de rassembler les gens de gauche autour de valeurs communes.

    17/06 : « Législatives : état des lieux (personnel...) » Ton point de vue personnel est celui de la plupart des gens de gauche non mélenchonistes. Pour contrer le RN il faudra former une majorité, de gauche et du centre.

    18/06 : « Législatives : comment vont voter les orphelins de la social-démocratie ? » Tu y construis un enjeu essentiel : « bâtir une majorité pour faire passer nos idées est la priorité, cela ne se fera pas nécessairement à la gauche de la gauche. »

    19/06 : « Ne changeons pas de sexe en période électorale ! » Oui, le RN peut s'emparer du slogan. Sauf que tout est dit en conclusion : Arrêtons les propositions qui paraissent totalement ubuesque pour les gens qui mettront des enveloppes dans les urnes…

    23/06 : « Ne jamais mentir aux électeurs ! » Là aussi tout est dit. Pour que la gauche prenne le pouvoir il faut qu'elle soit crédible, évite les populismes et propose une voie raisonnable pour la France sans passer son temps à se déchirer.

    En tant qu'électeur de gauche tu as tout mon soutien et merci pour tes billets !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ferais un bon enquêteur et un bon avocat !

      Merci !

      Lire mes vieux billets est un truc que j’ai toujours eu la flemme de faire (et heureusement). Mais je suis sûr de la teneur et la constance de mes propos depuis l’ouverture du blog, fin 2005.

      NJ.

      Supprimer
  9. Regarde un peu le résultat de tes interventions.
    C’est du propre !
    Il serait temps que tu en prennes conscience.
    .....
    "Le chiffre est accablant : les Français qui disent avoir confiance dans la politique sont ultra-minoritaires, 30 % selon le dernier baromètre annuel du Cevipof, le centre de recherches de Sciences Po Paris. 70 % affirment donc ne pas avoir confiance dans la politique.

    Autre chiffre significatif, 68 % des Français interrogés par l'institut OpinionWay jugent que "la démocratie ne fonctionne pas bien" dans leur pays, contre 64 % il y a un an.
    Cette défiance vis-à-vis des responsables politiques est très élevée en France, notamment si on la compare à nos voisins européens...."

    https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/journal-de-18h/journal-de-18h-emission-du-mardi-13-fevrier-2024-6777362

    Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merde ! Je suis repéré.
      La démocratie fonctionne mal mais c’est de la faute d’un blogueur engagé qui n’est pas d’accord avec les partis.

      NJ

      Supprimer
  10. C'est pourtant simple non : "Battre le RN" n'est pas un programme suffisant. Ca ne l'était déjà pas il y a 20 ans. C'est totalement obsolète aujourd'hui. Le problème de la gauche n'est pas le RN, le problème de la gauche c'est elle-même (et cette période ne fait que le confirmer). Les cadres sont des crapules, les militants sont en pensée binaire et les sympathisants ont été trahis. Ils ont fermé les yeux sur les bouleversements de la société, ils ont nié aux gens d'exprimer la réalité de ce qu'ils vivaient, je passe sur les turpitudes internes et les charrettes de leçons de morale. Ils vont se prendre une claque et c'est bien fait. J'espère qu'il y aura un Reset. Il le faudra sinon la boutique peut fermer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais.

      Ce matin, je lisais le programme du NFP. Ces andouilles s'adressent à leurs militants (en essayant de penser aux militants de tous les partis de gauche) mais pas du tout aux électeurs, qu'ils aient des fortes connaissances politiques ou pas. Il y a par exemple : "Créer un pôle public bancaire s’appuyant sur la caisse des dépôts et des consignations et la banque publique d’investissement qui
      aura notamment pour tâche [...]". Un type comme moi sait que le pôle public bancaire existe et je ne vais pas voter pour qu'ils mettent en place un truc qui existe. Surtout, je ne vois pas ce que le grand public en a à cirer.

      Ces gens qui ont bricolé un programme en urgence (ce qui était une belle performance mais peu importe) sont complètement déconnectés. A la limite, j'espère que les électeurs ne vont pas ouvrir le programme (ils pourraient tomber sur ça : " Annuler l’accord économique et commercial global entre le
      Canada et l’Union européenne (CETA)" : l'importation de poutine met en danger notre souveraineté ? Ou sur ça : "Mailler le territoire de fontaines à eau, de douches et de
      sanitaires publics et gratuits").

      Les dirigeants politiques de gauche sont complètement à côté de la plaque...

      Supprimer
    2. Ce programme est, au mieux stratosphérique, plus concrètement un repoussoir pour 9 personnes sur 10 qui le lisent (s'ils ont encore aussi haut, c'est que peu de gens l'ont lu). C'est à croire qu'ils ne lisent aucun rapport, aucune étude sociologique. Pourtant y en a plein parmi eux qui sont supposés être des élus de terrain bordel. La connerie à ce niveau-là ça mérite une sévère sanction.

      Supprimer
    3. Ils ne sont pas élus du terrain. Ils font campagne parfois pour des législatives. Ces cons ont voulu l’arrêt du cumul des mandats. Donc les gens qui sont prêts du terrain, les élus locaux, restent loin des machins nationaux.
      NJ

      Supprimer
  11. Bon, ton billet est intéressant. Pour en sortir, il faudrait faire de la politique au sens noble du terme : retourner voir les gens, écouter ce qu’ils disent, faire de la recherche, les amener aussi à réfléchir sur les grands problèmes du moment (le réchauffement climatique en particulier dont peu de gens parlent dans cette campagne), et construire un programme alternatif au libéralisme et à l’extrême-droite sur le long terme. Les populistes de tout bord ne font pas ça, elles et ils flattent les bas instincts et cela s’arrête là.

    Le problème, c’est que nous avons tous et toutes traîné depuis 2002, et qu’on a beaucoup fait de la politique de bas-niveau.

    Ce qui torture aujourd’hui, ce sont les risques pour des pans entiers de la population si le RN gagne. Si on veut travailler à gauche, il nous faut la paix. On n’y arrivera pas si nous sommes uniquement tournés dans le combat contre l’extrême-droite pour défendre nos compatriotes menacés.

    De ce fait, je voterai au second tour pour tout candidat qui sera contre le RN dans ma circo, même si c’est une chèvre. Et après, il va vraiment falloir se mettre au travail sérieusement dans les syndicats, les partis, les associations. À droite, sans donner de leçon, y a du boulot aussi.

    Bref, plus que trois jours pour avoir de premières réponses.

    Mathieu L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ma circo, cela va être très serré. La droite présente six candidats pendant que le LFI, député sortant, est tout seul en face. Je suppose que les différentes nuances de droite pensent que la circo est prenable au second tour, vu la sociologie de la commune.

      Je pense que le libéralisme est une des causes des problèmes. Quand on entend les électeurs RN dans les médias, ils parlent certes des immigrés mais aussi de la disparition des services publics dans les villages, de la fermeture des gares, des usines qui ont disparu, de la facture de gaz qui monte beaucoup… Toutes ces remontées doivent être travaillées.

      Sur les frondeurs, je sais pas si cela a changé grand-chose. Hollande a aussi sa part, c’était quand même lui le responsable. Au moins, il essaie de faire quelque chose, je vais pas lui enlever ça.

      Je prends 2002 parce qu’on était des millions à manifester contre Le Pen père, voilà où nous en sommes.

      Moi, je pense qu’il faut travailler le programme, lutter contre les idées du RN mais pas contre les électeurs qu’il faudra bien aller chercher. Je passe sur la part qui est raciste mais les autres, on doit bien pouvoir faire quelque chose.

      Supprimer
    2. On pourrait débattre longtemps sur le libéralisme mais il faut être prudent. Ceux qui critiquent le manque de gare ne prennent généralement pas le train.

      Quant aux torts d’Hollande, ça me fait toujours rigoler tant ils sont à la marge…

      NJ

      Supprimer
    3. ton copain croit que lfi c'est la gauche, c'est un ignorant. il est là le problème de ces gens.

      Supprimer
    4. Je ne sais pas trop à qui tu fais allusion, Mathieu ou Denis... Mais ils ne font pas l'amalgame entre la gauche et LFI. Par contre, ils sont persuadés que seule l'union peut faire gagner alors que c'est totalement faux, c'est même mortifère. Dans les circonscriptions où LFI est opposé à un centriste ou un type de droite "normale", les voix des électeurs de la moitié de la gauche n'iront pas vers LFI.

      Voir mon premier billet après l'annonce de la dissolution : il fallait faire un accord de désistement pour le second tour et s'en tenir là.

      Je m'égare.

      Supprimer
    5. Je ne sais pas si c’est à moi que tu parlais. Non, je ne pense pas que seule l’union était synonyme de victoire. La seule question éventuelle était le seuil de passage au second tour, on pouvait craindre que les candidats de gauche sans LFI soient virés immédiatement et qu’on retrouve des duels Renaissance - RN. Mais je n’en sais rien, je suis pas devin, les partis ont fait un accord électoral et c’est comme ça pour ce scrutin.

      Personnellement, je déteste Mélenchon et certains de ses sbires qui lui doivent tout. J’étais pourtant un de ses soutiens en 2012 et je le soutenais encore en 2017. J’ai commencé à m’éloigner de lui quand je me suis dit qu’il cherchait uniquement l’hégémonie à gauche et pas la victoire, et qu’il ferait toujours gagner la droite où l’extrême-droite pour garder sa position dominante à gauche. Mais y a plein de gens bien dans LFI. Ce qui est un vrai problème dans ce mouvement, c’est l‘absence de débat démocratique en son sein. Ce n’est pas un parti, il n’a pas de statut, pas de congrès, pas d’élections internes et pas de mandats, et cela se voit dans son fonctionnement. Certains élus doivent tout à Mélenchon et n’existeraient pas sans lui. Ceux qui ont réussi à émerger sans lui doivent l’affronter ou être purgés comme Corbière ou Simonnet.

      Après, je me garderai bien de dire qui est de gauche et qui l’est pas. Les définitions doivent bien varier dans nos têtes respectives,

      Allez, bonne soirée et courage à toutes et tous pour demain.

      Mathieu L.

      Supprimer
    6. Je résume : en gros on est d’accord sur l’état de LFI et Mélenchon après 2017…
      NJ

      Supprimer

La modération des commentaires est activée. Je publie ceux que je veux. On ne va pas reprocher à un journal de ne pas publier tous les courriers des lecteurs...