01 juillet 2022

Le nécessaire reboot du Parti Socialiste

 


Quand je critique le positionnement du Parti Socialiste de puis quelques années, dans le blog ou dans Facebook, on me répond souvent qu’il a retrouvé sa place naturelle bien à gauche et tout ça. C’est une erreur, il se retrouve à se battre avec d’autre partis politiques qui luttent sur les mêmes thèmes. En gros, il y a un « gâteau » d’une vingtaine ou une trentaine d’électeurs sur cent qui sera divisé par quatre au lieu d’être partagé en trois.

Le parti socialiste est historiquement au centre gauche, « point barre ». François Mitterrand a essayé de le pousser sur la gauche, avec brio vu qu’il a gagné les élections, mais il a mis à peine un an ou deux avant de faire un retour arrière puis de gagner la présidentielle suivante. La gauche plurielle avait un projet bien à gauche, également, de même que François Hollande qui, rappelons-le, avait comme adversaire le monde de la finance…

Mais peu importe ici. Revenons au gâteau à partager. En 1997, par exemple, l’ensemble des formations de gauche a fait environ 43% au premier tour des législatives, à partager entre les socialos, les cocos, les écolos et les « radicos ». 25 ans après, c’est 28% (en gros) qui restent, à partager en plus de formations politiques. Il y a une perte de 15 points (environ) parmi les électeurs et c’est aussi parce que le Parti Socialiste a laissé tomber son positionnement politique pour chasser sur les terres de la « nouvelle » LFI.

C’est évidemment une erreur….

Maintenant que la nouvelle Assemblée et en place, toute la gauche doit travailler à élargir la part du gâteau à se partager et c’est évidemment au Parti Socialiste, et un peu à EELV, de se replacer. C’est mathématique. Les militants socialistes sont peut-être fiers de ce qu’est devenu leur parti mais il va falloir recommencer à penser aux élections, à la sociologie électorale et tout ça. Ou une nouvelle formation prendra la place vu que la majorité présidentielle a vocation a se pousser vers la droite… Moi, ça me va aussi.

Le Parti Socialiste finira alors son agonie, tristement, enterrant tous ses héros passés. Cela étant, après un enterrement, il y a toujours un pot.

 


Se repositionnement doit se préparer, on a le temps, mais il serait intéressant que tout le monde se positionne sur ce fait, pas nécessairement déjà sur le contenu. Julien Dray a créé un truc. On sent bien que Stéphane Le Foll en meure d’envie. Carole Delga s’assoit déjà sur le parti. Les dissidents vont être exclus et la presse disait hier que tous leurs soutiens les suivront, ce qui comprend d’ailleurs François Hollande.

Je vais inviter ces braves à déjeuner à la Comète. Si on est une petite dizaine et que les autres ne picolent pas trop, ça me coûtera trois cents euros : ça sera ma contribution à l’œuvre. Je leur dirai : bon, les gars (et la fille), il va falloir se bouger le cul : créez moi cette nouvelle formation politique et qu’on en parle plus. Ca commence à bien faire, vos initiatives et aux promesses individuelles.


 

L’autre solution est évidemment que le PS se saborde partiellement en tant qu’entité politique aspirant à diriger la France. Pour ce faire, la première étape est bien sûr la démission d’Olivier Faure non pas en tant que personne (c’est une image) mais en tant qu’icône de ces échecs à répétition. C’est une question d’honneur, en quelque sorte. Regardez chez LR. Ils ont pris une grosse claque. Leur patron, Christian Jacob, a quitté ses fonctions.

Une direction transitoire pourra être mise en place jusqu’au congrès, en fin d’année. L’enjeu est connu : il ne faudra pas revenir sur une bataille entre les « vrais » et les « dissidents » mais sur les actions à mener pour élargir le gâteau et ne pas prendre les morceaux des copains d’à gauche. Le parti ne peut plus se permettre ses batailles d’égos, comme au temps du congrès de 2008 (mais, aussi, souvent auparavant) : il n’y en a plus assez…

Il faudra non seulement construire un projet mais aussi montrer aux Français qu’on est capables de le faire.

Parce que, franchement, adhérer à un programme de 650 points élaborés par d’autres, cela fut une erreur majeure.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...