16 novembre 2019

Faudrait pas parler



19 commentaires:

  1. Qu'ils ferment leur gueule surtout ces inutiles ! Ils n'ont rien à nous dire ! On fait sans eux depuis longtemps.
    Bon... je suis encore le premier à commenter. En même temps comme plus personne ne commente les blogs...

    RépondreSupprimer
  2. Le prochain à paraître : Ce que je n'ai pas l'intention de vous dire.

    Avec, en sous-titre : Vous pouvez toujours vous brosser !.

    RépondreSupprimer
  3. Bah ça fera bosser les gars du pilon.
    Par ailleurs, vous remarquerez que c'est Alexandre qui a la plus grosse, hein.

    RépondreSupprimer
  4. Vous rigolez, mais des manifestants ont réussi à empêcher hier, à Rennes, la projection du film de Polanski sur l'affaire Dreyfus.
    Bientôt, on ne pourra plus éditer les oeuvres du marquis de Sade (assez emmerdantes, il faut en convenir), de Céline, de Paul Morand, de François Villon...
    Sale époque.
    Saloperie des réseaux sociaux, qui me font penser aux gardiens de la révolution iranienne ou aux gardes rouges de Mao.ppm
    Point Godwin: des étudiants déchirant le livre de Hollande (quel honneur pour lui! Qui aurait eu l'idée de l'acheter?) comme les autodafés des livres d'auteurs juifs par les nazis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une vieille tradition chez les intégristes. Le trop fameux bûcher des vanités de Savonarole du 7 janvier 1497 (qui lui a d'ailleurs valu d'être brûlé lui aussi)

      Supprimer
  5. Même plus le temps de lire des vrais livres... (à part le Debré, le reste c'est rien, et même le Debré je le lirai si je suis toujours vivant).

    Faut quand même une estime de soi énorme pour penser que "ce qu'on a pas forcément dit" peut intéresser.
    Parce que ce que peut dire Royal (je parle pas de la star Bennala), je pense qu'on peut s'en foutre profond sans être un affreux machiste, non ? (parce qu'elle est juste nulle...)

    Pauvres arbres.

    RépondreSupprimer
  6. De toute façon ces bouquins sont comme certaines revues : leur place est dans les chiottes.

    RépondreSupprimer
  7. Si je peux me permettre :
    Voilà ce que je lis qui conforte ma vision de la Société :
    Gargantua du merveilleux Al Nasier.
    L'éloge de la Folie du non moins excellent Erasme.
    De quoi se nourrir l'esprit de façon bien plus festive.
    Et en plus, ils existent en livre de poche et avec la page de gauche dans le texte d'époque et la page de droite en français moderne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! ces merveilleux snobs, qui parlent de Nasier pour Rabelais ou de M. de Rouvroy pour Saint-Simon !

      On est entre "initiés" n'est-ce pas ?

      Supprimer
    2. Non, pas du tout snob. J'avais utilisé son anagramme il y a peu juste pour faire chercher mon correspondant (ça a marché). et pour Saint-Simon, j'ignorais.
      J'avoue que Al Nasier pour Rabelais me plait bien d'autant que je passe souvent devant un monument où est inscrit le nom de Rondelet parmi des scientifiques de son époque.

      Supprimer
    3. D'abord, pour que l'anagramme soit valable, il faut parler d'Alcofribas Nasier, et non d'Al Nasier, qui sent un peut son ploux américain.

      Supprimer
    4. Bingo ! ma petite vanne a fonctionné.
      A noter quand même que l'édition complète de 1542 chez François Juste à Lyon portait comme auteur M. Alcofribas (tout simplement et le nom de François Rabelais n'apparaît pas en raison de la présence des joyeux censeurs de la Sorbonne.

      Supprimer
  8. Au rayon culturel du Laclerc, on peut tout lire sans payer !!!! Enfin, feuilleter, parce l’avalanche de bouquins de plus de 5/600 pages n’incite pas à s’y plonger.
    Je me demande d’ailleurs pour quoi les marchands de papier genre gallimard et autres ne choisissent que des grosses bouses bien lourdes étant entendu que plus y’en a, moins c’est bon…
    Y’aurait une étude à faire là dessus, à savoir : est-ce l’objet d’une demande ou le choix du vendeur ?
    Bref, les intellos de salon qui vont passer par ici ne vont pas manquer de s’y intéresser, ou alors c’est pas des vrais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans tous les hypermarchés, on peut feuilleter sans payer. Le problème est que, sauf erreur, on n'y trouve jamais le moindre livre digne de ce nom, voire simplement lisible.

      Supprimer
    2. Les gros trucs tout juste bons à caler la vieille lingère à mémé qu’a les pieds de derrière pourris, sont édités par les maison les plus connues du quartier, Gallimard et autres. Le point de vente Leclerc ne semble pas leur déplaire…
      Moi je préfère les trucs moins épais, écrits en petits paragraphes, genre Léonardi. Je trouve qu’on en a plus pour son blé, vu le temps qu’on passe à ruminer après...

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  9. Une bonne analyse sur les réseaux sociaux :


    https://www.liberation.fr/amphtml/debats/2019/11/17/pourquoi-j-ai-quitte-twitter_1763919

    RépondreSupprimer
  10. Nicolas : pourquoi devrais-je partager votre avis, alors que je partage rarement le mien ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.