23 juin 2020

J22 - Un pied au bureau, l'autre au bistro


Accessoire pour téléphone mobile – achat/vente Accessoire pour ...En ce quatre-vingt-dix-neuvième jour depuis le début du confinement, je me dis qu’il ne faut pas que je loupe le billet de demain. Surtout, j’avais passé 100 jours sans aller au bureau. J’y suis retourné, ce matin, pour faire mes cartons en vue du déménagement. Notre arrivée dans nos nouveaux locaux est prévue pour le 21 septembre, ce que je viens d’apprendre, dans trois mois, donc, ce qui fera 188 jours, soit près de 27 semaines.

Je vais continuer mes comptes d’apothicaire et je prie mon aimable lecteur.e (toi.e) de m’en excuser mais il faut que je continue mon militantage pour le téléboulot. Compte tenu des trois semaines de congés à venir, celle déjà prise depuis le début de la confination, des quelques demi-journées que je vais prendre, des six jours fériés de la période et des cinquante-quatre jours de week-end, on aura passé plus de cent jours consécutifs sans mettre les pieds au bureau (sauf une heure pour préparer un déménagement, la moitié étant consacrée à des papotations avec les collègues).

Tout c’est très bien passé à part quelques problèmes techniques qui auraient pu être évités si des ayatollahs de la sécurité informatique et des postes de travail individuels étaient un peu moins écouté ou, du moins, ne contournaient pas, par habitudes, des problèmes de sécurités par des interdits divers ce qui fera l’objet de billets complémentaires. Mais il y reste toujours des gens qui sont persuadés qu’on ne peut pas faire du télétravail massif dans certaines professions (massif ne veut pas dire « total »). A part les premières semaines de confinagement intégral, j’ai adoré cette période, notamment mes trois semaines en Bretagne et les quelques jours à Bicêtre avec des bistros ouverts.

Reprenons la journée avec son lot d’anecdotes sans le moindre intérêt. Ce matin, j’ai confusionné. Depuis 99 jours, je commence à bosser quand j’ai envie ce qui se traduit par une plage horaire entre cinq et dix heures. Quand je vais au bureau, je m’arrange pour y être vers 10 heures. Ce matin, il était hors de question que je travaille chez moi puisque j’avais des cartons à faire au bureau mais j’ai oublié que j’avais une heure de trajet. C’est à neuf vingt que j’ai réagi, d’autant plus à la bourre que j’avais rendez-vous, à la Comète, entre 9h et 10h pour prendre un café avec l’ancien patron qui était là pour récupérer les machins électroniques. A 10 heures, j’ai décidé de prendre le taxi (en fait, la décision étais sans doute prise avant vu que je me vois bien passer 188 jours sans métro). Je me trompe dans la commande et réserve une voiture de La Défense à Bicêtre au lieu du contraire…

Je me pointe au pied de la tour, au deuxième sous-sol, mais l’entrée était interdite aux salariés. Il fallait passer par l’entrée principale au rez-de-chaussée, pour nous inscrire sur un registre (sans doute pour prévenir les gens au cas où un des types présents serait infecté par la méchante Covid ce qui est complètement con vu que tous les salariés doivent passer pour faire les cartons selon un planning bien précis…

J’ai croisé une petite dizaine de collègues sur une centaine. Deux travaillaient là car ils ne peuvent pas travailler chez eux pour des raisons étranges qu’il ne faudra pas que j’oublie lors de mes élucubrements sur le téléworkage, un parce que, tout simplement, il n’arrive pas à se concentrer quand il doit travailler chez lui (et j’avais bien cru que je serai dans le cas ; il faudra que je discute avec lui, pas pour le convaincre mais pour le comprendre). Quant à l’autre, comme lui, il bosse à plein temps au bureau mais parce qu’il ne supportait plus ses adolescents à la maison, ce que je comprends très bien. Deux autres sont obligés de travailler là une partie du temps et le reste de la bande n’a pas le choix : on a assez rarement des distributeurs automatiques de billets de test dans son salon.

Ca m’a fait plaisir de les voir, notamment les jeunes qui apporte une curage de jouvenciation. J’ai passé plus de temps à papotassionner qu’à embarcader mes effets personnels dans un carton prévu à cet effet. 16 ans que je bosse pour eux et mes affaires se limitent à deux boites de café, trois cahiers entamés, deux finis, et des papiers administratoires que j’ai toujours eu la flemme de ramener à la maison qui étaient parfaitement rangés depuis mon dernier déménagement, il y a dix-huit mois, dans deux sacoches. J’ai trouvé des cartes de visites qui dataient de la boîte de consultation que j’occupaillais jusqu’à débutement de 2008. Et des bouquins que j’avais fini de lire dans le métro en venant au bureau.

Ensuite, je suis allé au bar tabac un peu au-dessous, vers le métro. Le copain patron n’avait pas remis en route les fûts de bière. Il n’a jamais fermé de la période car il continuait à faire de la vente à emportationner et il y a de l’espace, dehors pour les clients. Mais il n’a pas remis de bière en perçage car il n’y a pas assez de clients et les fûts s’éventillent. J’ai pris un jus d’orange.

Je suis passé au Nouveau Monde. Le patron était content de me voir et m’a offert une bière avant que je puisse commander. Par politesse, j’en ai pris une seconde puis j’ai décidé de déjeuner là. Mon premier repas au restaurant depuis la confination. Il me fallait donc une autre bière en mangeant. Ce n’était pas bon, d’ailleurs, je n’y avais jamais mangearé mais je soupçonnaissais une cuisation à base de sous-vide. C’est dommage, c’est bien sympathique et les gens sont extras.

Sur ces entrefaisage, j’ai réalisé que j’avais égaré mon câble d’iPhone. Il était illusatoire que je le retrouvasse en retournant au burlingue vu que la probabilité qu’il échouât dans mon carton n’est pas nulle. Il me fallait donc faire une nouvelle aquérence en urgeation. Je plongeas donc le métro en espérance de l’ouverture d’un commerce idoine mais que nenni. Mon passe Navigo fonctionnait toujours mais quand j’ai vu une rame passer avec la moitié des places assises condamnés à une lourde et des andouilles entassées près des portes pas lières mais presque, je suis sorti pour happer un nouveau taxi qui m’a entrainé à l’hypermarché de Biscaille dont au sujet duquel il y a une boutique en face qui vend un tas de trucs. Il m’a coûté dix euros. J’espère qu’il va durer jusqu’à mon retour en Bretagne où deux câbles m’attendent sageament ce qui me fait penser que j’en ai cassé deux en trois mois.

On rigole avec nos téléphones à prix démesurationnément supérieur à 1000 euros mais comme ils durent quatre ans, ils nous coûtent presque plus cher en câbles et batteries de secourage.

Pédibulant jusqu’à la maison, je suis passé devant le PMU où le patron présent n’avait pas été observé de moi depuis près de six, de mois aussi. J’entris donc et un demi me fut alloué automatiquement par le préposé de même qu’à la Comète où je voulais prendre un café pour faire passer le tout.

Pour mes prochaines journées de télétravail à Bicêtre, penser à ne pas faire plusieurs bistros à midi ou crier qu'on ne veut pas de bière en pénétrant. Il y a un temps pour tout...

11 commentaires:

  1. Voilà un billet bien-chalament écrivaté, moi je dis !

    RépondreSupprimer
  2. Excellent billet, très verveux et impertubablement déconifiant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais j'ai fait une faute d'accord à un oeunéologisme.

      Supprimer
  3. Vous avez fait, si je puis dire, une "faute dans la faute", en écrivant : « Il était illusatoire que je le retrouvasse ». En effet, votre "retrouvasse est ici parfaitement correct, donc il fait tache.

    Vous eussiez donc dû, pour rester cohérent, écrire "retrouvisse" voire "retrouvusse".

    RépondreSupprimer
  4. Bon ben je crois que tout a déjà été dit par les collègues du dessus.
    Je repasserai demain.

    RépondreSupprimer
  5. D’amour mourir me font, bière marquise, vos beaux yeux.
    Et la mort subite vint
    Hélène

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...