13 octobre 2021

Hôpital de petit jour

Je crois qu’à l’hôpital, le pire repas est le petit déjeuner, en fin de compte. Ce n’est pas une question de qualité mais quand le plateau arrive, on se demande comment une partie de l’humanité arrive à servir à l’autre du mauvais café avec des biscottes sans intérêt. 

Tel que vous me voyez, là, je suis dans l’impatience d’un voyage professionnel avec une nuit dans un IBIS pour profiter des immondes viennoiseries que l’on ose vous servir mais dont vous vous empiffrez sans retenue au nom du « aujourd’hui, c’est permis ! C’est pour le boulot ». 

Par contre, je me demande comment les imbéciles qui prennent du jambon, des œufs, du fromage, des laitages,… à l’IBIS le matin font à l’hôpital ! 

Je suppose qu’ils doivent déprimer plus que moi ce qui, au fond, est réconfortant.

11 octobre 2021

Pass Sanit’Hair



Les imbéciles en charge des admissions en réanimation ont un gros sens de l’humour. D’ailleurs, je me remets très bien de la scène. Des types hilares autour de moi…

Ils ont, pour partie, comme mission de tailler les grosses barbes. Ils le font n’importe comment. Le résultat est simple : le patient finit par avoir honte de sa nouvelle dégaine de gros porc, finissant par ds demander si un taxi acceptera de le ramener chez lui (si tant est qu’il doive rentrer chez lui…). 

Le pire est quand le patient est en réa avant un passage en pneumo : les différents masques à disposition n’adhèrent plus à la peau et les internes n’osent pas vous tondre plus. 

Je viens sans doute de perdre 48h. 

10 octobre 2021

Cochin qui s’en dédit

J’ai beaucoup de mal à compter les jours depuis mon placement en cabanon d’autant que je ne sais pas trop ce qu’ils ont fait de moi au début. Il faudra reconstituer tout ça mais je crois bien avoir passé une douzaine d’heures en réanimation. Je crois me rappeler, mais peut-être n’est-ce qu’un rêve ?, avoir été « viré » de là pour laisser la place à un mourant légitime (à savoir atteint de la Covid contrairement à moi mourant de plus de 50 ans d’excès divers, même si je ne suis pas pressé). 

Après j’ai fait un autre service ou peut-être un truc spécifique pour observer l’oxygénation de la respiration. Là, je suis depuis deux jours, je crois, dans un service plus normal même si ne j’ai pas encore trouvé la buvette. 

Je suis toujours dans la chambre où m’a trouvé Deblais, le jour de mon admission dans ce service, m’apportant un câble d’iPhone, l’heureux homme. 

Je vais revenir sur deux sujets de mon dernier billet. 1. La bouffe. La mauvaise qualité est certes une tradition chez nous comme la lapidation des femmes adultères chez d’autres. J’ajoute que le petit déjeuner est bien trop léger (4 biscottes…) et qu’il manque un goûter. 2. Le smartphone. Ce n’est pas parce Christophe Colomb n’a pas pu envoyer de SMS à sa grosse lors de son atterrissage que nous devons refuser le progrès. Certes, des générations d’imbéciles ont pu être hospitalisés sans donner de nouvelle et, surtout, en obtenir, mais on espérer que ça se calme. 

A part ça, le smarphone est surtout indispensable à l’hosto pour regarder des séries sur Netflix… Mais ces ânes de gestionnaires continuent à faire l’usage de la télé. 

Coté « nouvelles technologies », la santé déguste. 

09 octobre 2021

Stage hospitalier

Contrairement à la rumeur l’apnée du sommeil n’a rien à voir avec l’apnée juvénile dont au sujet de laquelle je suis trop vieux pour avoir. Vous n’en saurez pas plus, misérables cornichons, sur mon état de santé. On va résumer : tout va bien et ça ne va pas s’améliorer. 

Toujours est-il que pour 4 ou 5 jours à Cochin, je n’ai pas grand chose de mieux à foutre que de dégoiser dans le blog. Excusez pour les fautes. Il est obligatoire de faire des fautes quand on écrit avec un iPhone. 

Tiens ! Je commence. Il est absolument inadmissible que l’administration hospitalière ne comprenne pas qu’un type qu’ils reçoivent n’a aucun autre moyen de rester en contact avec la famille qu’un téléphone portable ou une grand mère sénile. Des chargeurs doivent évidemment être mis à disposition ! J’ai passé 2 jours sans connaître le niveau d’information de la famille sur mon état (et il m’était resté assez de batterie pour signaler mon hospitalisation). 

En complément, dans mon cas, j’ai l’impression de n’avoir aucune information. Ce qui me donne le sentiment d’être bloqué le week-end parce qu’ils m’ont oublié dans un coin le vendredi après-midi. 

Depuis mercredi vers 17h, j’ai eu trois repas, dont le premier petit déjeuner aujourd’hui, samedi. Ce n’est pas assez. Je suppose que la perfusion l’amène des trucs indispensables mais tout de même… Je croyais que la qualité des repas s’était bien améliorée au cours des dernières années. En fait, c’est faux. 

Dîner hier soir :
Carottes râpées 
Carottes bouillies avec du riz et un petit bout de poisson. 
Comté noir. 
Kiwi. 

Et vous demanderez à l’académie ce qu’un bonhomme de 150kg comme moi peut bien faire avec 4 biscottes le matin. 

26 septembre 2021

Lettre ouverte à François Hollande

 

Vous me direz qu’il faut être fou pour appeler au retour de François Hollande mais, outre le fait qu’il ait un prénom indubitablement assez ancien, il faut être drôlement dérangé pour souhaiter que le grand parti de gauche français, celui de gouvernement, quoi !, puisse l’emporter s’il est mené un baudet ou une Anne, voire toute personne incapable de flirter avec les 10 points à 8 mois du scrutin. Le dérangement ne sera pas altéré s’il faut encore avoir foi en l’union bien que l’option soit fortement honorable et serait surement naturelle dans toute grande démocratie mais la nôtre a du plomb dans les roubignoles.

Certes, on peut se projeter autour de Mélenchon tels des mouches autour d’un excrément vaseux mais force est de constater qu’un empilement de « si » ne mettra pas Paris en bouteille mais en pistes cyclables. Si Méluche arrive au second tour, ce qui est loin d’être impossible et s’ils picolent trop la veille du second, il sera président. Je le dis : non. Sa cote de popularité est exceptionnelle. On a l’impression que personne ne peut le blairer alors qu’il est à la limite de l’adulation surannée, le Macron.

Je ne suis moi-même pas un opposant à Macron : je rappelle sans cesse qu’il a été élu avec les voix de François Hollande en 2017. Un bon gars du centre gauche, quoi ! Malheureusement, il le cache bien.

 

On est parti sur le mauvais pied : on aime bien Macron mais on ne veut pas qu’il soit réélu parce que #macrondemission alors on cherche quelqu’un qui pourrait le battre au second tour mais comme cela pourrait tomber sur méchant de droite cela nous stigmatise le gros côlon qui, vu de Lyon, n’était d’ailleurs pas mauvais pour jouer l’andouille de gauche à droite.

Il faut donc se poser la question à l’envers : comment pourrions nous faire pour éviter à M. Macron la peine de gagner un second tour avec la haine qui nous caractérise ? Les gars, restez assis ! J’ai la solution. Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures ou à Saint-Lazare : s’il ne faut pas que Macron, le jeune arrogant, gagne l’élection présidentielle pour la deuxième fois, il faut l’empêcher non pas d’être de gagner le second tour mais d’y être ce qui, je le conçois, n’est pas franchement compatible avec la promesse républicaine mais on s’en fout…

C’était le préambule. Je vais accélérer.

 

Monsieur le président de la République, cher François,

Figure-toi que j’ai eu une idée en mettant mes chaussettes, ce matin, pour qu’on se fende bien la gueule pendant les huit prochains mois. Oups ! Je vais être plus solennel ! Une lettre ouverte doit surtout ne pas être close avant la fermeture.

Nous, citoyens de d’une gauche sociale libérale écologique et un tantinet cochonne, pensons qu’une page de la vie politique française doit être tournée, que nos valeurs doivent être mises à nouveau en avant et que l’usurpateur doit être démasqué. Tu l’as dit toi-même, il y a environ cinq ans, Macron a fait en sorte que tu ne puisses pas te représenter. Tu ne dois pas être assoiffé de vengeance mais, simplement, envisager la possibilité de rigoler avec nous sans compte que tu pourrais bien gagner et passer encore cinq ans château…

Tu peux mettre Emmanuel en position de ne pas se présenter. Il suffit que tu te déclares. Manu perdra mathématiquement une dizaine de points, ceux d’électeurs traditionnels de notre camp. Tu récupéreras rapidement les promis à Mme Hidalgo et M. Jadot (ou Mme Rousseau) qui seront d’ailleurs bien contents de sortir de l’auberge sans ridiculiser leur camp ! Manu perdra tout simplement la marge qui lui aurait assuré la victoire, il tomberait dans le doute puis dans le piège : aucun candidat sortant n’a été réélu sauf en période de cohabitation.

Après, on ne va pas trop jouer avec chiffres. On va se retrouver avec un paquet de guignols à même de dépasser les 15% : Le Pen, Bertrand, Macron, Mélenchon, Zemmour et toi et tout peut arriver. Pour commencer, tu nous fais un beau discours sur le thème « La République est de retour et on arrête de jouer ».

 

Ca passe ou ça casse mais on se sera bien amusé et avec les 15% de copains orphelins, on prendra du bon temps. Si tu peux pas, tu envoies Nanard ! Stéphane est encore un peu trop hidalgolisable mais est excellent pour donner des baffes. Tu le mets en début de meeting pour nous chauffer.

24 septembre 2021

Perspective politicopersonnelles

Ce blog branle dans le manche et je vais donc y diffuser la photo d'un récent sondage. Il faut quand même admettre que la gauche est mal barrée ce qui lui apprendra par ailleurs à avoir servi la soupe au gouvernement pendant cette crise sanitaire et notamment au fil de l'histoire du passe sanitaire. 

Vous allez me dire que je délire mais ne nous trompons pas : je ne demande pas au Parti Socialiste de gagner contre un virus mais contre des adversaires politiques et faire ce que sait faire la sociale démocratie, une politique raisonnable, n'irait à l'encontre de tout. Là, non. Le PS a bien changé : il a dit prout le peuple qui a peur de prendre une piqûre dans l'épaule et qui est à la limite de manifester dans les rues pour donner son avis en gilejaunant.

Nous allons y revenir mais sache, chez lecteur, que dans ma boîte, la solution définitive pour le télétravail vient d'arriver. Nous aurons une obligation de présence au bureau deux jours par semaine. Je ne sais pas ce que je vais faire mais en cherchant des solutions avec Mme Inoui et M. Sncf, j'ai découvert que je pouvais prendre un car à Loudéac le lundi matin qui me permettrait d'être au boulot avant 10h et un car, le lendemain, à Rennes, qui me ramènera pour 21h20 à la résidence familiale. Tout cela est possible grâce au travail de la gauche Républicaine et socialiste et décentralisatrice et bien rasée dans les oreilles qui met des horaires de train utiles pour ce qu'il y a de mieux dans le peuple : moi.

Je vais pouvoir reprendre mon activité bloguesque préférée : faire des prévisions électorales. Et tu n'es pas sans te rappeler que j'ai dit que le premier principe : jamais un président sortant n'a été réélu sauf en période de cohabitation.

On est tous là en se disant que la victoire de Macron était assurée mais il n'est pas nécessairement plus con que nous et pourrait décider de ne pas se représenter. D'autant qu'il n'est sans doute pas spécialement bandant de confiner les gens chez eux et de se prostituer pour vendre des sous-marins.

Ainsi, à un poil près, Macron pourrait se retrouver dans une position qui ne lui permettrait pas de se représenter. Et j'en connais, à gauche, qui seraient assurés de dépasser largement Mme Hidalgo tout en se vengeant méchamment de Macron sans nécessairement avoir grand chose à perdre. Je n'ai pas dit qui serait assuré de l'emporter mais qui serait assurer d'envoyer les guignols aux fraises.


Le changement, c'est maintenant, bordel !

15 septembre 2021

Attendons l'élection, le passe dans une main, le bulletin Macron dans l'autre et la bière sur la terrasse


Alors qu’il ne s’est rien passé dans notre quotidien depuis dix-huit mois, il nous faut préparer les six prochains vus qui seront tout autant inutiles vu qu’ils se concluront par l’élection du même loustic avec la reconduction des incompétents à leurs divers postes. D’ailleurs, je ne vois pas trop pourquoi je ferai des billets de blog en attendant d’avoir quelque chose à dire, à savoir lors du prochain trépas delonesque.

Notons tout de même qu’il est fort probable que je vote moi-même Macron fin avril prochain. Je suis sérieux. Je ne vais pas passer six mois à me contrepalucher tout en concluant : « on va faire barrage ». Autant le faire maintenant. Déjà, voter pour Macron, c’est voter pour tous ceux dont le devoir serait de lui faire barrage comme le Parti Socialiste.

Si un candidat franchement républicain de gauche émerge tout en étant franchement défenseur de l’Union Européenne et arrêtant de promouvoir une production en France, le tout en mijotant des slogans sur son smartphone construit en Chine. Il n’empêche que mon candidat républicain de gauche espéré n’aura très certainement pas cassé le passe sanitaire car il pense être raisonnable et que c’est la seule solution nananère car les opposants à cette stratégie gouvernementale sont des âne doublés de ploucs provinciaux.

J’ai déjà exprimé mon opinion. Dans six mois, on aura tiré la conclusion suivante : bon ben on en a peut-être moins chié que sans vaccin mais à un coup délirant tout en devant reconnaitre qu’on n’avait quatre vaccins dont deux qui déjà aux fraises et un qui vient de faire exploser l’ordinateur prêté par la Nasa pour calculer le nombre de rappels qui seront nécessaires.

J’ai néanmoins arrêté de l’exprimer il y a une paire de quinzaine de jours alors que les copains de gauche défenseur du passe sanitaire mais voulant la tête à Macron expliquaient que j’étais nécessairement un con si je pensais qu’une obligation de contrôle supplémentaire était privateur de liberté…

« Heu… » sera ma seule réponse. Ils ont le droit de penser que la vaccination devrait être obligatoire car c’est la seule solution pour que nous puissions reprendre une vie normale uniquement perturbée par la nécessaire vérification de notre conformité à des normes sanitaires… J’ai le droit de penser que l’on pourrait se préoccuper en priorité de braves gens qui ont moins de pognon que nous et vont tous mourir infectés par des faux PCR en bambou qu’ils se seront enfoncé dans le nez. Ou ailleurs, mais ça serait du vice.

 

La vie doit reprendre, disais-je, avant d’interminabiliser mon introduction. Quelques blogueurs politiques sont déjà au charbon. Saluons par exemple Stéphane qui ne débande plus. Mon rôle restera cantonné à la défense de Macron. Ca ne fait pas mal. Je m’y prépare. Encore deux ou trois étirements et je serai au top !

Dans l’attente, parlons de blogs : il y aura un Kremlin des Blogs ce soir à 19h20 à la Comète au Kremlin Bicêtre, 102 avenue de Fontainebleau. C’est la Nationale 7 que nous avons choisir pour faciliter les déplacements de Stéphane même s’il ne viendra pas. Il y aura un autre KDB demain avec d’autres gens, tout aussi bien même si moins hauts de poitrine. Un KdB est une rencontre de blogueurs informels mais comme il y a de moins en moins de blogs, nous acceptons dorénavant tout acteur de la vie politique française même si veut voter Le Pen pour faire barrage à Macron.

Pour ces deux KdB, je vous ai préparé une surprise : la Comète a été presque entièrement refaite et est toujours magique grâce à un éclairage faisant ressortir des couleurs chaudes. Il n’y avait pas eu de travaux depuis 13 ans. Le patron avait alors voulu faire un lieu « rétro », recouvrant les murs de morceaux d’affiche d’époque prédécolonisatrice pour marquer son attachement au vivre-ensemble. Au bout de quelques années, c’était tellement sale qu’on croyait que la décoration était d’origine.

Là, c’est propre.

07 septembre 2021

Le Trépassé

A chaque fois qu’une personnalité passe l’arme à gauche, les internautes multiplient les hommages et ça m’énerve. Je me fous de savoir de ce que pensait chacun de tel ou tel disparu et… trop d’hommages tue l’hommage. Les propos sont ridicules.


Déjà, les précédentes années, on avait perdu quelques « monstres sacrés » tels Marielle, Rochefort, Brasseur… et la Covid n’avait rien amélioré. On a d’ailleurs l’impression qu’ils sont tous morts au cours des 18 derniers mois.

Des géants ! Subitement relégués au rang de nains. Comment lutter face à Belmondo ? Mais où ce dernier pourra-t-il siéger quand le tour de Delon arrivera ?

Et il restera Bardot !

La dernière des monstre.sse.s sacré.e.s que nous qualifierions volontiers de vieille vache acariâtre et fascisante si notre respect ne frôlait pas la vénération.

 

Pendant un post mortem sacris monstris, la question se pose souvent : « quel est ton film préféré avec le monstre trépassé ? » Jusqu’à il y a environ quatre ans, on pouvait répondre « les tontons flingueurs » sans prendre trop de risque. De nos jours, on réfléchit plus. Il faut prendre un film un peu intello et un peu populaire. La démarche est chiante. Avec Belmondo, prenez l’As des as. Déjà, il est drôle, plaisant, divertissant mais vous pourrez en ajouter quelques couches pour montrer votre admiration pour Bébel et votre haine pour les forces du mal vu qu’il a tourné bénévolement pour se foutre de la gueule des nazis.

J’ai une raison beaucoup plus objective d’avoir préféré l’As des as. On l’avait regardé en famille pendant les vacances de Noël et la soirée ne fut que du bonheur. Pour vous dire, il m’a fallu rédiger ces lignes pour me rappeler quel film nous avions pu aller voir ce soir là…

 

Cela étant, s’il ne restera bientôt plus que Bardot, il nous faut quand même bien penser qu’après elle, il n’y aura plus que Depardieu et on ne saura pas trop quoi en faire.

Mais au moins, après lui, il n’y aura personne… On aura la paix.


14 août 2021

L'influence du coronavirus sur les trolls et la réflexion politique

Illustration sans rapport mais je cherche une
recette originale pour des courgettes,
pour demain.

Au sortir de la sieste (la deuxième, hein !), je viens de tomber sur une conversation entre copains notamment pro peine de mort pour ceux qui ne sont pas vaccinés avec effet rétroactif qui se vantent d’avoir bloqué d’autres copains pro autre chose. Moi, je ne suis pro rien à part un peu d’humilité (et d’humidité vu qu’il fait plus de 30° en Bretagne). Je leur ai fait peur de ma réprobation : il faut rester copain sinon on finir par boire tout seul et ne plus écouter les arguments des autres et donc ce que peu penser le peuple. Quand on se vante de faire de la politique et d’être proche de la sociale démocratie, ça fait tâche.

Tâche d’huile, vu que je me suis enfin débarrassé de mon plus ancien troll, EA, pour ne pas le nommer, à qui j’ai demandé en 2015 ou 2016 (c’était à l’occasion de la déchéance de nationalité de pépère). Ce gars, ayant dépassé l’octogénarité depuis longue date, était persuadé que j’étais intelligent et sympathique tout en étant de gauche et ne comprenait pas que je ne fusse pas d’accord avec lui. Il me cassait donc les couilles à tous les sujets et me disais « vous avez tort ». Je ne publiais pas ces commentaires ce qui me faisait passer pour un dangereux censeur mais il ne connait pas vraiment les blogs. Le pauvre… N’étant pas d’accord avec lui, j’avais sans doute trahi l’amitié qu’il m’avait concédé et regrettait que je ne l’approuve pas systématiquement. Dès fois, il me disait : « voila ce que vous auriez dû dire dans votre billet ».

 

Cette fois, il est fâché. Il m’a dit : « je ne reviendrai plus dans ce blog ». Ca tombe bien, c’est exactement ce que je veux. C’est mon blog à moi et j’y diffuse ce que je veux.

Le problème qu’il avait est qu’il se mélangeait dans les arguments tant il était sûr d’avoir raison. D’ailleurs, un pro vax peut avoir raison quand il dit que seule la vaccination systématique nous permettra de venir à bout de cette saloperie mais il ne doit pas oublier que le monde ne tourne pas autour de cette phrase.

Là, j’avais osé dire dans un billet : « Désolé. Jamais, en France, on ne fait de contrôles d’identité pour entrer dans des lieux publics (sauf, potentiellement, pour vérifier l’âge ou pour des raisons de sécurité). » Il m’a répondu (réponse censurée) : « Bien entendu, ce sont des CRS qui, au cinéma, aux bistrots, aux bureaux de tabac, etc., vérifient l'âge de ceux auxquels la vente de billets pour certains films, d'alcool, ou de tabac sont interdits, jamais le commerçant. » Je ne lui ai pas fait remarquer que je citais moi-même les contrôles pour l’âge, évidemment fait par les commerçants. Je lui ai répondu : « ce n'est pas le vendeur de billets du cinéma qui doit demander une pièce d'identité au mineur apparent, c'est l'apparent mineur qui doit présenter une pièce d'identité pour qu'on lui vende un billet » histoire de me foutre de sa gueule.

Je vais quand même publier l’intégralité de son commentaire : « Bye, Jégou. J'étais content, à un moment, de faire votre connaissance et de lire certains de vos billets; mais votre façon de m'injurier nommément tout en me censurant systématiquement, de répondre stupidement à mes commentaires sans les publier ( "ce n'est pas le vendeur de billets du cinéma qui doit demander une pièce d'identité au mineur apparent, c'est l'apparent mineur qui doit présenter une pièce d'identité pour qu'on lui vende un billet " : génial !) me prouvent que vous êtes finalement un pauvre type, vous êtes victime dew réseaux sociaux que vous méprisez ici tout en y passant votre temps. Je ne reviendrai plus lire ce blog, vous êtes finalement plus proche de Sarkofrance que de Didier Goux. » Je publie ça en rappelant que ça fait cinq ou six ans que je le prie de ne plus passer sur mon blog et que je l’insulte systématiquement.

On rigole bien dans les blogs et si vous ne saviez pas ce que doit, parfois, supporter les tauliers, c’est fait. Sarkofrance a abandonné ses blogs et Didier Goux n’a pas un blog politique. Des années qu’on se trolle dans la plus grande bonne humeur, pourtant !

 

Je reprends donc pas ma phrase : « Désolé. Jamais, en France, on ne fait de contrôles d’identité pour entrer dans des lieux publics (sauf, potentiellement, pour vérifier l’âge ou pour des raisons de sécurité). ». Les contrôles d’identité sont effectivement toujours quasiment réalisés par des agents assermentés (« on » vous demande parfois une pièce d’identité pour certaines actions, comme louer une voiture… et parfois il faut présenter des papiers pour entrer dans un immeuble pas public). Vous pouvez aller absolument partout sans être contrôlé. Un mineur de moins de 16 ans pourra entrer dans un bistro pour demander un verre d’eau : il ne sera pas viré par le patron, manquerait plus que ça ! Il reste les activités : l’achat d’alcool, de jeux et j’en passe. Le commerçant pourrait être emmerdé par la police si un mineur fait des emplettes illégales. Il vérifie donc l’âge par les moyens du bord…

 

La vérité est donc bien que : « Désolé. Jamais, en France, on ne fait de contrôles d’identité pour entrer dans des lieux publics (sauf, potentiellement, pour vérifier l’âge ou pour des raisons de sécurité). »

Par une sombre semaine de vacances scolaires dans une frénésie délirante, cette règle implicite vient de sauter. Le personne politique de gauche ne réagit qu’à peine. Et les pro sont pro.

 

Moi, je demande à ce qu’on arrête de s’engueuler. On est assez con sans ça.

11 août 2021

Des questions pour une pandémie

J’aime bien faire des billets pour me foutre de la gueule des passionnés de la vaccination car ils ne savent généralement pas lire et commentent hors sujet comme cet imbécile d’Arié qui n’a toujours pas compris mais je crois que les twittos sont encore plus débiles… Ils sont confrontés à un problème sans solution évidente (supprimer ce virus). Ils se replient donc sur celle qu’ils jugent la moins mauvaise mais sans oser le dire. De fait, ils ne lisent pas les arguments. Vous pouvez retourner à mon billet d’hier…

En préambule à celui d’aujourd’hui, je rappelle que je n’ai jamais dit que la vaccination obligatoire n’était pas cette solution. Arrêtez donc de me traiter de menteur. Je propose de s’en tenir à ce que j’ai dit (comme si cela pouvait avoir le moindre intérêt, d’ailleurs, ceci est mon blog et j’y dégoise ce que je veux depuis 15 ans) que je vais résumer en deux points : je suis opposé au passe-sanitaire mais suis favorable à une obligation de vaccination pour la fréquentation de la plupart des lieux publics. Le troisième point que je voudrais mettre en avant, je le rabâche depuis l’été dernier : c’est aux forces de l’ordre qu’il revient de faire des contrôles de conformité à la loi et cette option n’a été retenue qu’à la marge, pendant cette crise, et surtout pour les contrôles du truc le plus débile qu’on ait pu inventer : l’attestation. Je n’ai pas vu les flics entrer dans les bistros pour vérifier le respect des consignes. De fait, beaucoup d’établissements ont fini par ne plus rien respecter et cela explique probablement le retour de clusters et de foyers divers…

 

Ainsi, je suis contre le passe-sanitaire tel qu’il nous est présenté d’une part parce que les contrôles ne devraient pas être faits par des « privés » et d’autre part parce qu’il regroupe deux notions, comme si les tests pouvaient remplacer la vaccination !

Par ailleurs, ce n’est pas parce que l’on tend, comme moi, vers la vaccination qu’il faut éluder les autres sujets.

Petit 1 : un an après les polémiques sur la chloroquine et ce qui va avec, n’existe-t-il pas des pays qui s’en sortent très bien sans vaccin, en utilisant des combinaisons de médicaments ou autres ?

Petit 2 : alors que l’on devine que deux doses de Pfizer pourraient ne pas être suffisantes, sait-on vraiment si les vaccins pourraient un jour répondre à l’objectif ?

Petit 3 : sait-on évaluer la surmortalité qui serait liée à la covid avec, disons 60 ou 70% « seulement » de la population vaccinée ?

 

Mes questions sont orientées mais je pourrais faire pire (s’il faut se taper une dose tous les six mois, ne risque-t-on pas de développer je ne sais quelle forme de cancer dans cinq ans ?). Elles sont orientées mais ne reprennent pas celles d’hier (s’il y a une obligation, il y a par définition une diminution des libertés, jusqu’à quel point est-ce tolérable ?).

Mes questions sont orientées mais rien ne vous empêche de les compléter (Tiens ! Petit 1 : l’obligation est une privation de liberté, certes, mais l’absence de vaccination ne remet-elle pas en cause la liberté des autres de ne pas attraper le virus par un non vacciné ? Petit 2 : quelle est la surmortalité prochaine liée au report de certains traitements ou opérations sans rapport avec la covid mais pour libérer des places en hôpital ?).

 

 

Je vais volontairement terminer ce billet en eau de boudin : la vaccination systématique et obligatoire n’est pas l’option retenue par le gouvernement.