28 avril 2006


Ca y est ! La grande bataille pour 2007 se (re)lance !

MM Sarkozy et de Villiers font monter la pression sur le thème de « ceux qui n’aiment pas la France doivent la quitter ». Relançons la crainte de l’immigré, l’arrestation aux frontières, et tout le tralala. Même Le Pen n’a plus de méchanceté à dire sur les étrangers : il a tout le temps de se foutre de ces zigotos.

Rajoutons en une petite couche sur l’insécurité et tous les thèmes de la campagne 2007 seront là.

MM. Hollande et Fabius, vous avez fait, en début de semaine, une faute professionnelle grave, qui mériterait un licenciement immédiat. Vous avez répondu, presque en même temps, sur le thème « il faut régulariser les sans papier ». Répondre revient à admettre de positionner le débat sur cette terre malsaine.

S’il y a des émeutes dans les banlieues, des noirs entassés dans des hôtels insalubres, ce n’est pas qu’il n’y a pas assez de policiers ou de douaniers ou qu’ils ne bossent pas correctement, c’est qu’il y a un grave économique qui débouche sur un problème social.

Le débat doit porter sur ça. Par sur le reste.

Que vois-je dans la presse ? « Le thème de l'immigration a dominé les échanges lors du premier débat présidentiel télévisé jeudi soir sur France 2, qui a vu s'affronter de manière plutôt caricaturale des candidats déclarés ou probables ou leur bras droit. » Est-ce vraiment important l’immigration aujourd’hui ? Oui, évidemment, il faut rejeter le texte de Sarkozy… Mais est-ce bien le hasard si Sarkozy sort ça un an avant les présidentielles ?

Il faut refuser ce débat !

Ce n’est pas qu’un lieu commun : s’il y a de l’immigration chez nous c’est qu’il y a des problèmes économiques dans les pays d’origine. S’il y a des problèmes d’immigration chez nous, c’est qu’il y a un problème économique chez nous.

Si on ne lance pas le débat maintenant, en bâtissant un projet de société qui ressemble à quelque chose, non seulement les élections sont d’ores et déjà perdues, mais surtout qui va aborder le problème ?

Le pire, si on n’oblige pas la droite à parler économie pendant la campagne, et s’ils sont élus, et quand ils le seront, ils pourront prendre toutes les mesures économiques qui veulent, bien libérales et tout ça… et qui, comme toutes les mesures prises depuis 2002 ont été contreproductives en aggravant la situation.

Regardez la presse, dans les pages politiques, il n’y a que la gauche qu’il parle social, économie, précarité (quand ils ne sont pas occupés à se tirer dessus mutuellement). Personne à droite, depuis le coup du CPE, n’est revenu sérieusement sur le sujet. Tout sur l’immigration et bientôt tout sur la sécurité !

Alors, Mesdames et Messieurs de gauche, un peu de sérieux : pas d’idée foireuse ou de réponse hors sujet sur le thème de l’immigration et de la sécurité.

Que du social et de l’économie…

Et quelques sujets de société.

Tiens le mariage entre homosexuels ou l’adoption par des couples homosexuels, ça fera plaisir une partie de notre électorat…
Et après on pourra fortement demander son opinion à M. Sarkozy.
- il est pour : il se fout à dos la majeure partie de son électorat (sauf si les conservateurs deviennent progressistes, mais là, je n’y comprends plus rien),
- il est contre : il se fout à dos toute la communauté homosexuelle de droite.

Voilà un sujet rigolo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.