23 août 2019

Climatologie avancée en Amazonie

Sachons raison garder comme disait l’autre. Et arrêtons de faire de la politique par l’indignation. Ces braves gens font bien ce qu’ils veulent et c’est un peu le fondement de la démocratie. Je vais finir par appeler à voter pour Mâame Diallo. Le Brésil n’est pas une colonie du monde libre et les dégâts qu’ils feront à la planète sont moins pire que ceux provoqués par la Chine et les USA sans compter les abrutis qui boivent de la bière pression : ça dégage du CO2. J’ai honte. 


Une forêt n’est pas un poumon et, sans être scientifique, je pense que le plancton absorbe plus de CO2 que ces quelques arbres. Et qu’à force de raconter des conneries on va finir par s’en foutre. On brûle du pétrole. Ce dernier vient d’arbres en décomposition comme Balladur qui produisent nos joyeux carburants avec du CO2 qu’ils ont absorbé il y a quelques millions d’années. 


Qu’on se rassure néanmoins, la France est la six ou septième puissance économique au monde. Pour de bêtes raisons de géographie, de démographie et d’économie, l’Inde devrait nous passer devant prochainement (ils ont des forêts, ces cons ? Je connais surtout des Indiens qui font la cuisine dans les bistros). Et par le Brésil. Qui frise les deux cent millions d’habitants. Un de ces jours, on finira par être virés du G7. Peut-être parce qu’on n’a rien à y foutre. 


Toujours est-il qu’on ne sauvera pas le monde avec des leçons de morale. Et arrêtons de nous flageller : on est un des pays au monde qui produit le moins de CO2. 


Ce qui n’empêche pas d’être exemplaires si ça ne fait pas augmenter le prix de la bière. 


4 commentaires:

  1. « Le Brésil : pays d'avenir… et qui le restera ! » (Paul Claudel.)

    Sinon, ce qui m'amuse le plus, ce sont tous ces zouaves qui, sur internet, appellent à se "mobiliser" pour l'Amazonie. Ah ouais ? Concrètement, on fait quoi ? On prend tous l'avion avec deux bouteilles d'eau minérale pour aller éteindre le feu avec nos petits bras solidaires ?

    RépondreSupprimer
  2. On pourrait leur abandonner Mélenchon, il pourrait éteindre tout le cirque avec ses postillons.

    RépondreSupprimer
  3. C'est curieux cette soudaine mobilisation autour du feu brésilien. Il survient toujours quelque chose quand c'est tranquille!

    RépondreSupprimer
  4. exact pour le plancton.
    Ce n'est pas la forêt amazonienne en elle même qui est le poumon de la planète mais le plancton qui se développe à son embouchure, se nourrissant des déchets végétaux et des boues rejetés par le fleuve et qui absorbe bien plus de CO2 et rejette bien plus d'oxygène que la forêt.
    Ceci dit, quand il n'y aura plus de forêt il n'y aura plus de plancton.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.