17 août 2019

Tu es perdu, petit militant de gauche ?

La politique dans les réseaux sociaux est de pire en pire. Dans Twitter, j’ai un tas d’abonnés anciens (voire toujours) supporters de François Hollande (j’irai plus tard chier dans Twitter sur mes abonnés Facebook). Il y a deux catégories (si on ne compte pas les gens comme moi qui regrettent pépère mais attendent de voir, les gens normaux, quoi !). 


Il y a ceux qui sont passés chez Macron et qui en deviennent des fans absolus en oubliant d’où ils viennent et il y a ceux qui restent au PS en se mettant dans une opposition idiote. 


Les premiers sont ridicules. Je passe beaucoup de faits. Je m’engueule souvent avec eux. J’en ai même croisés qui m’accusaient de ne pas avoir assez soutenu Hollande (moi !) et d’avoir été frondeur. Ils sont ridicules car ils pensent que les vagues progrès de l’économie viennent du quinquennat (après avoir approuvé mes billets des années Hollande où je disais qu’une politique économique mettait des années à porter ses fruits) en oubliant que Macron a participé au quinquennat précédent. 


Aujourd’hui, ils tapent sur Hollande car il n’a pas été à la cérémonie du 75eme anniversaire contrairement à Sarkozy. Ils se réjouissent du rapprochement de Macron et de Sarko. 


Les seconds sont ridicules. Déjà, ils oublient que le cœur de l’électorat de Macron en 2017 vient du centre gauche. Celui qui avait porté Hollande au pouvoir la fois précédente. Mais peu importe. Ils prennent maintenant tous les prétexte pour taper sur l’actuelle majorité. Tiens ! Depuis quelques jours, ils parlent de cette histoire de corrida. Et ils se mettent les électeurs à dos alors qu’ils ne représentent, les socialistes, quasiment plus rien. Ils oublient qu’il ne faut pas faire chier les gens. 


Entendons nous bien, je suis contre la corrida (et la chasse). Je ne comprends pas qu’on puisse avoir comme loisir la tuerie d’animaux. Mais crier des âneries dans les réseaux sociaux ne sert à rien. L’ineffable Ménard a dit des conneries sur la noblesse des taureaux tués en corrida par rapport à celle des bestioles tuées dans des abattoirs. Cela étant, il vaut peut-être mieux être élevé dans une prairie et tué bêtement que d’être élevé dans des usines à bidoche et d’être tué en masse sans douleur. Je ne veux pas débattre de la corrida aujourd’hui, je prends un exemple. 


Je continue néanmoins avec la corrida parce que je préfère une position mesurée digne de la sociale démocratie à un strict respect de positions de principe. Surtout quand elles vont contre les idées des électeurs qui continuent à souhaiter qu’on arrête de les emmerder. Ils l’ont pas d’autres sujets à traiter ? Ils ont vraiment besoin de parler de la connivence entre Macron et Sarko à l’occasion d’une cérémonie ? Ils ne pourraient pas arrêter de pratiquer la politique du fait divers que nous critiquons pendant des années ? 


Ça fait plus de deux mois que je n’ai pas fait de billet dans mon blog. Je vais m’y remettre, j’espère, parce qu’il y a une échéance politique majeure bientôt et que je ne supporte pas la majorité LREM quand elle n’a comme seul objectif de prendre des mairies à la gauche ou à la droite sans se demander ce qu’ils vont faire pour les communes en question. On a les guignols de droite qui ne pensent qu’à s’allier à se parti sans âme pour éviter de perdre tout et les guignols de gauche qui ne pensent qu’à lutter contre ce parti sans âme pour éviter de perdre tout. 


Du grand guignol. Prenons deux patelins : Paris et Bordeaux. Mes potes de droite à Paris votent à gauche aux municipales tout comme mes potes de gauche, à Bordeaux, ont voté Juppé pendant des années. 


Redevenons sérieux. Pour le bien de nos concitoyens, bien qu’on ne fera pas malgré eux. Ils n’aiment pas la corrida mais ils pensent que nos dirigeants ont mieux à faire. Il y a un tas de sujets comme ça. Il y a des trucs très graves comme le nombre de feminicides. Je vois un tas de copines qui en parlent et je ne peux que les encourager. 


Mais, franchement, est-ce que le pouvoir politique peut quelque chose ? Le gouvernement promet un grenelle à la rentrée et mes copines gueulent parce que le grenelle n’aura pas lieu avant. 


Alors, petit militant de gauche dans les réseaux sociaux, tu es perdu ! Comme moi. Petit militant de gauche comme moi (petit mais de 110 kg).  Perdu comme moi. 


Ne te laisse pas abattre. Laisse tomber le militantisme des réseaux sociaux. Laisse parler ton cœur, ton objectivité. 


Ne sois pas de gauche par principe, surtout ! Macron a tué le clivage au niveau électoral et la conjoncture fais que le clivage actuel porte plus entre le populisme et le libéralisme. C’est quoi ce bordel ? Le clivage droite gauche existe toujours. Mais il n’est plus au centre de l’échiquier. Tant pis. 


Alors petit militant de gauche dans les réseaux sociaux (j’en fais partie), laisse parler ton cœur ! Arrête les tweets militants qui s’adressent uniquement à des gens qui sont d’accord avec toi. 


Redevenons pragmatiques. Sociaux démocrates, quoi !

8 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. "que je ne supporte pas la majorité LREM quand elle n’a comme seul objectif de prendre des mairies à la gauche ou à la droite sans se demander ce qu’ils vont faire pour les communes en question" heu... le but de toute élection c'est de prendre à l'autre camp.
    Content que tu sois revenu, j'allais faire une alerte enlèvement !

    RépondreSupprimer
  3. Et arrêtons de répéter bêtement les slogans des écolos sans prendre le temps de consulter les chercheurs et gens de bon sens. On se couvre de ridicule pour quelsques voix marginales.

    RépondreSupprimer
  4. Le titre du billet prouve qu'il s'adesse à très peu de monde je serais bien curieux de savoir combien il existe aujourd'hui de militants en France! Le peu qui restait s'est transformé en zombies Gilets Jaunes.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.