24 octobre 2019

Traitons de bière

J’arrive au bistro où je vais tous les soirs après le boulot. Et le patron me dit « Tu connais la 1947 ? » « ben oui » « c’est pas possible, ça vient de sortir ! C’est la commerciale de Kronenbourg qui me la propose en avant première ». 

Ccil et Christophe sont des précurseurs ! Gloire à eux. Ça fait plusieurs mois qu’il y a de la 1947 au 1880 (toutes les marques sont des années dans ce bistro). Quand le patron du 1880 m’avait parlé de cette bière, je m’étais intéressé à l’histoire de la Kro. Passionnante. Avec Christophe, nous avons les mêmes goûts en matière de bière. 

Par exemple, on aime bien goûter à tout et découvrir des produits. Mais quand il s’agit d’en boire plus de trois ou quatre (demis), il y en a très peu vraiment buvables. Je vais citer les deux plus connues : la Carlsberg (j’y suis) et la Kro de base (comme à la Comète). 

La Kro a une mauvaise image. Ça date de longtemps. L’image d’une bière de chantier. Elle est pourtant très bonne mais les types qui boivent relativement peu de bière préfèrent des bières avec plus de goût, comme la Grimbergen. Kronenbourg n’a pas une mauvaise image vu qu’ils ont depuis longtemps un très bon produit, la 1664 (et ses dérivés comme la blanche). Une des meilleures spéciales sur le marché, battant haut la main des bières étrangères.

Attention ! Les goûts et les couleurs ne se discutent pas. On ne peut pas tous être d’accord. Je sais par exemple ce qu’Annie et Marc pourraient commenter à ce billet. Ils sont pardonnés. 

Quand j’étais plus jeune, il y avait une bière de base dans les bistros (Kro, Kanter, Pelforth, Amstel, Heineken...), une bière spéciale (1664, Heineken, Carlsberg, Tuborg) et parfois une bière « autre » (Guiness, Leffe, Grim, Record, blanche...). Depuis plus récemment, le choix est plus large. Beaucoup de simples bistros ont cinq ou six pressions au choix (je pense que les processus de conservation ont changé et que les bars peuvent se mettre d’avoir plus longtemps les flux en perce mais il y a d’autres raisons : la baisse du nombre de cafés, la mode de la bière par rapport à d’autres boissons,... qui font que la consommation de bière d’un commerce augmente).  

Les marques ont changé leurs politiques de marketing. La Kro est remontée en image. La Carlsberg et la Heineken sont devenues des bières de base. D’autres marques ont presque disparu. Des brasseurs (en tant que distributeurs de bières) ont modifié leurs pratiques sans compter le monde de la finance qui provoque des concentrations. Regardez vos bistros préférés. La plupart ont de la Kro (ou de la Carlsberg), de la 1664 et de la Grim. Je suppose que la Carlsberg et la Kro ont le même distributeur : Kronenbourg. 

C’est une révolution par rapport à la décennie précédente où Amstel et Heineken arrivaient en tête. 

Revenons rapidement sur un détail. La différence entre la Kro et la 1664 (blonde). La première est plus légère en alcool. Mathématiquement vous pouvez en boire plus. Surtout, elle est plus légère en goût. Donc plus digeste. Moins écœurante à la longue. Kronenbourg a probablement fait la 1664 pour améliorer son image mais vend plus de Kro pour une question mathématique. Les gens du marketing sont des génies et on est manipulés. Faisons une expérience. Prenez un type qui boit de la 1664. À la quatrième, vous lui servez de la Kro. Il ne le remarquera pas. De toute manière, la bière est un produit qui se boit froid. Donc les goûts sont tués. 

Revenons à la 1947. Je pense que le 1880 a remplacé la Kro par ce machin au début de l’été (sous l’impulsion d’un commercial Kronenbourg, je suppose). A cette époque, j’ai constaté que mes notes de bistro avaient chuté de 30%. J’aurais dû me réjouir pour mon portefeuille mais, bête comme je suis, je me suis demandé si ce n’était pas lié à l’âge ou à une maladie quelconque. J’étais d’autant plus inquiet que mes notes à la Comète (Kro) et au bistro à côté du boulot (Carlsberg) n’ont pas changé et que j’aime toujours autant changer occasionnellement de bière pour l’apéro, découvrir de nouveaux produits et tout ça. Je me demandais si mon « évolution » n’était pas définitivement liée à l’âge (à Loudeac, les bistros ferment à 1 heure du matin, à Bicêtre à 22h30). Si ma note baisse, c’est que je bois moins de bières. 

Remarquons que j’ai vécu le même phénomène mais inversé quand la Comète est passée de l’Amstel à la Kro en 2008 mais sans que je m’en rende compte à l’époque pour différentes raisons (les horaires ont changé et j’ai arrêté de faire crédit, crédit que je faisais pour pouvoir payer par chèque tout en éclusant mes chèques restaurant). Notons le génie de l’homme : nous avons une auto régulation. Comme je buvais plus et plus tard, je n’arrivais plus à me lever pour aller au boulot alors que j’étais très matinal (il me fallait lire la presse et faire mon billet de blog vers 9h). Du coup, je me lève maintenant à 8h30 et bosse plus tard donc sort plus tard du bureau pour aller au bistro. J’ai trouvé le point d’équilibre. 

Ainsi, revenons à ma conversation avec le patron à côté du boulot. Je lui ai raconté ça. En résumé, ça donne : « tu vas faire de la 1947, ça va entrer en conflit avec tes bières spéciales mais ça va diminuer la consommation des buveurs de bière de base. »

Il a fait la gueule.

23 commentaires:

  1. On ne peut pas les citer toutes, mais je suis étonné que vous ne parliez pas de la Jeanlin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n’en ai jamais vu à la pression. Mais j’en ai vu des seaux à une époque.

      Supprimer
  2. Et aucun souvenirs de la Mutzig Old Lager ?
    La vraie (et regrettée) bière de chantier qui, l'hiver du côté de Strasbourg, se buvait tièdie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’avais oublié ! Mais oui, j’en ai bu des seaux quand j’habitais à Vannes si début des 90.

      Supprimer
    2. Non ! Je me rappelle maintenant. C’etait Vers 1993. À Bois D’Arcy. Avec un collègue on y allait tous les vendredis.

      Supprimer
  3. Du temps où je picolais, je connaissais un petit bar qu’avait de l’Adelschoffen… Mais ça c’était avant...

    RépondreSupprimer
  4. Je crois bien que Kronenbourg appartient désormais à Heineken. Mais je puis confondre.

    Sinon, quand j'étais buveur, j'aimais beaucoup la Pilsen Urqell (ou Urquell ?), bière tchèque qui, malheureusement, ne se trouvait pas partout. Partout où j'allais m'abreuver, veux-je dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien précisément c'est la Mutzig qui est passée sous pavillon Heineken !
      Mais elle n'a plus le même goût...

      Supprimer
    2. Je vois, grâce à Mme Google, que Kronenbourg appartient à la maison Carlsberg.

      Supprimer
    3. Oui, Kro appartient à Carlsberg (j'ai regardé avant d'avoir lu votre deuxième commentaire) qui est propriétaire de plein de marques. D'ailleurs, je dis dans mon billet que la Kro ressemble beaucoup à la Carlsberg.

      Et oui, la Pilsen Urquell (? aussi) est excellente et sans doute la meilleure au monde. Mais elle est rare. La Budweiser est également excellente (la vraie, par l'américaine).

      Supprimer
    4. La Pilsen est victime de la chute du mur de Berlin. Je suis allé 2 fois à Prague, avant et après ; avant, elle faisait du 8°; aujourd'hui, pour s'adapter aux goûts du tourisme de masse, du 4°

      Supprimer
    5. Vous devez confondre. Tout d'abord le nom de la bière est Pilsner Urquell (Didier et moi avons fait l'erreur).

      "Pils" vient de Pilsner et correspond à une bière blonde légère, inférieure à 5 degrés (c'est un peu plus compliqué que ça). La méthode de fabrication de Pilsner Urquell n'a pas changé sauf en 1992 où les fûts de chêne ont été remplacés par du métal (n'allez pas croire que je connaissais ça avant de vérifier un détail dans Google pour vous répondre).

      Je buvais de la bière avant la chute du mur. Je peux affirmer que cette bière était déjà légère. En outre, ce n'est pas lieu au tourisme de masse (là, je crois) la bière était déjà exportée avant.

      Par ailleurs, je n'aime pas les comparaisons entre les pays car il n'y a pas les mêmes habitudes. Par exemple, un Allemand sera plus vite bourré chez nous car on met plus de gaz dans la bière.

      Supprimer
    6. Oui mais c'est la honte : obliger de prendre google pour vérifier l'orthographe d'une bière.

      Supprimer
    7. Vous ne manquez pas d'air, Didier Goux et vous ! Vous vous trompez dans le nom de la bière dont vous parlez, et c'est moi qui " dois confondre" !

      Supprimer
    8. Mais vous vous êtes trompé aussi. J'ai dit "devez confondre", ce qui montre que je ne suis pas sûr, ce n'est pas une accusation. Bordel.

      Supprimer
    9. Vous savez bien que je suis très susceptible, un vrai écorché vif, et qu'il faut me ménager.

      Supprimer
    10. Oui mais vous savez aussi que vous êtes viré de ce blog.

      Supprimer
  5. Excellent billet. Si je l’avais lu plus tôt j’aurais bu une bière plutôt qu’un whisky.

    Tu m’avais le bonheur de ces bières de soif et de blabla comme la Kro. J’avais l’image moyenne. Mais en compagnie de collègues au bistrot pour refaire le monde, la Kro est super.

    Les bébés ont grandi faudrait que je remonte un peu sur Paris tiens :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.