31 octobre 2019

Pourquoi les blogs sont morts ?

Avec mon copain Falconhill, on a eu une longue discussion sur l’histoire des blogs et leur mort sauf pour ceux qui ne chient pas ailleurs que dans les endroits autorisés. On a évoqué un tas de raisons. Il y en a une à ne pas négliger. C’est ballot. Mais les blogs ne servent plus à rien. Sauf à parler avec les copains qui les fréquentent et c’est essentiel. 

Aujourd’hui, le Monde, le journal de référence a fait une boulette et a diffusé la « nécrologie » de Bernard Tapie alors qu’il n’est pas encore entièrement passé de l’autre côté, le brave homme. On a bien rigolé dans les réseaux sociaux et Le Monde a présenté ses excuses. Une abominable erreur bien compréhensive. Ils ont des articles prévus pour toutes les éventualités et une andouille a fait une bévue. 

Bien après, un blogueur en a fait un billet. 



Il ajoute du texte pour se rendre interessant et faire croire qu’il produit du fond. 

Ce genre de lascars a tué les blogs politiques en diffusant des billets à propos d’une information sans intérêt : la presse fait des conneries. 

30 commentaires:

  1. On en a conscience que les blogs ne servent à rien, sinon à s’amuser. Certains s’imaginent porteurs d’un message puissant qui manquerait à l’humanité s’il n'était pas diffusé. Amusant.

    Mais c’est vrai que certains pénibles ont aussi contribué à tuer la bonne ambiance dans notre blogosphère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, j'ai une réponse, mais elle ne va pas vous plaire: c'est que dès qu'on ose évoquer un sentiment un tant soit peu contradictoire avec le blogueur, on se fait traiter de troll, voire radier ! A part chez Didier GOUX (et je l'en remercie) où on peut dire à peu près tout ce qu'on pense… en termes courtois.

      Supprimer
    2. Didier Goux a un blog politique ?

      En fait, il supporte les trous du cul.

      Supprimer
    3. Toutes réponses est intéressantes, mais en tous cas une chose est évidente. Dans n'importe quelle activité humaine, quand on dépasse les bornes, il y a forcément une réaction.

      Je reprends la phrase de mon dernier commentaire "certains pénibles ont aussi contribué à tuer la bonne ambiance dans notre blogosphère". Certains pénibles, qui n'ont pas compris qu'il y avait comme dans tout endroit un code de bonne conduite, normal.
      Quand on entre dans un groupe, on ne commence pas à faire chier les autres. Encore moins celui qui reçoit.

      Un sentiment tant soit peu contradictoire peut s'entendre. C'est même ce qui est recherché. Par contre, se faire donner des leçons de manière répétée, ou pire se faire insulter, c'est quelque chose qui n'est pas acceptable.

      Dire ce que l'on pense est une liberté. Mais cela implique trois choses : accepter la réponse à celui qui dit ce que l'on pense. Et concevoir ce que ce que l'on pense peut être aussi considéré comme de la merde. Enfin concevoir que dans le "dire" il y a la notion de "forme", et que le fond le plus pertinent sera toujours dégagé s'il est accompagné d'une forme de merde.

      Enfin, je crois que tous les avis ne se valent pas. Et on peut discuter avec tout le monde, mais on a aussi le choix de choisir avec qui on discute.
      C'est contradictoire, mais c'est un droit que j'aime user.

      Supprimer
    4. Ça n’est pas contradictoire. On peut envoyer chier tout le monde. Y compris ceux avec qui on n’a pas envie de parler.

      Supprimer
    5. En moins de mots tu as résumé ma pensée (j'ai encore à apprendre ^___^)

      Supprimer
  2. Ce sont seulement les blogs politiques qui sont motts, je crois; faudrait se demander pourquoi .

    Lire sa propre nécrologie n'a pas dû être désagréable pour Tapie, s'il y a réussi, parce qu'elles sont toujours flatteuses ( "Les morts sont tous des braves types", Brassens). C'était arrivé à Hemingway, qu'on avait cru mort pendant 1 ou 2 jours dans un accident d'avion en Afrique; il a pu lire ou écouter sa nécrologie dans tous les journaux, radios et télés du monde ( prix Nobel, quand même !); il s'est suicidé quelques années plus tard, mais,là, il a loupé ses 2èmes nécrologies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Presque tous les blogs.

      Supprimer
    2. C'est arrivé aussi à Paul Léautaud, pendant la guerre : alors que lui était resté à Fontenay, sa mort a été annoncée en zone "nono", et tous les journaux y sont allés de leur nécro. Il a pu lire tout ça ensuite.

      Supprimer
    3. Je croyait que subsistaient des blogs apolitiques mais plus ou moins commerciaux et rentables, sous la couverture d' "expertise", type comment mincir,comment garder une belle peau, etc. , et contenant des cookies.

      Supprimer
    4. Comment rajeunir devait fonctionner.

      Supprimer
    5. " Vieillir, c'est embêtant, mais c'est la seule façon de vivre longtemps "
      Felix Leclerc

      Supprimer
  3. Cela dit, Monsieur Nicolas, votre titre est charabiesque : vous ne pouvez pas mettre un point d'interrogation au bout d'une phrase affirmative. Ou alors, vous êtes mûr pour devenir titrier chez Atlantico…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou alors : Pourquoi les blogs sont-ils morts ?

      Supprimer
    2. Ou bien : pourquoi c'est-y que les blogs ils sont morts ?

      Supprimer
    3. Pourquoi? Y sont morts les blogs?

      Supprimer
    4. Sauf les blogs qui diffusent des photos de gonzesses.

      Supprimer
    5. Ce ne sont pas les réseaux sociaux qui ont tué les blogs politiques ?

      Supprimer
  4. En fait les blogs politiques ne sont pas morts, ils hibernent. Et l’hiver est long sur le web.

    RépondreSupprimer
  5. Pourtant, Juan avait dit l'essentiel sur ce sujet :

    https://sarkofrance.wordpress.com/2012/09/12/les-blogs-sont-des-bistrots/

    RépondreSupprimer
  6. Et voilà pourquoi les blogs politiques ne font plus le poids face aux réseaux sociaux :

    Tout comprendre aux publicités politiques sur les réseaux sociaux
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/11/06/tout-comprendre-aux-publicites-politiques-sur-les-reseaux-sociaux_6018271_4408996.html
    via Le Monde

    RépondreSupprimer
  7. Si les blogues sont morts, que fait-on ici?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme dans tous les cimetières : c'est un bon endroit pour draguer les femmes éplorées.( depuis que les gares ne sont plus ce qu'elles étaient, pour draguer les femmes venues accompagner leurs maris à leur départ en voyage d'affaires, avec la fin des locomotives à vapeur " Pardon, Madame,vous avez une escarbille dans l'oeil ").

      Supprimer
  8. Je me méfierais d’Arié qui empoisonne tout le monde… c’est un virus.
    Une luciole de mauvaise augure.

    On vous aura prévenu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu le découvres ? C’est un peu comme le grand oncle casse couilles dans un repas de famille.

      Supprimer
    2. Il n'empêche que quand le grand-oncle n'est pas là, tout le monde s'emmerde.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.