15 octobre 2019

Mettons un voile sur l’amalgame

Je lirais bien la tribune des 90 lascars qui appellent à lutter contre la haine anti musulmans mais elle est réservée aux abonnés du monde et je me fais toujours un plaisir de n’avoir accès qu’aux mêmes informations que les citoyens lambda. 

Je leur ferai néanmoins remarquer qu’ils ont remis une pièce dans la machine à amalgamer et à rendre insupportables les musulmans. 

Il faut savoir raison garder comme disait un grand penseur comme Balladur au sujet de sa propre sénilité. 

Odoul a dit une connerie. Très grosse. Je passe l’humiliation de la mère et du môme. Pour cela, il mérite des coups de pied au cul. Violents. Avec des chaussures pointues par un type sachant viser. Avec des tessons de verre collés à la pointe des chaussures. Il mérite d’être condamné pour avoir dit dans une enceinte de la République ces conneries. 

La présidente du conseil machin aurait pu avoir une réaction plus virulente et connaître la loi. 

Les propos de Blanquer ont été justes. Il n’est pas souhaitable d’avoir des femmes voilées accompagnant des sorties scolaires mais ce n’est pas interdit. Il est critiqué par quelques gauchistes qui aiment bien critiquer. C’est un peu dommage pour eux. Les sondages disent clairement que 60% des électeurs de la gauche de la gauche sont nettement contre le voilage en question (et encore plus quand on va sur la droite, ce qui n’est pas surprenant). Il ne s’agit pas de faire une politique en fonction des sondages mais il faut bien se foutre dans le crâne que les gens de gauche ne veulent pas de religion sans l’espace public. J’en fais partie. Blanquer a dit « il n’est pas souhaitable » et il a raison. S’il y en a, tant pis. Ce n’est pas interdit. 

Et une mère voilée qui accompagne un groupe de gamins ne remet pas en cause la cohérence de la République. Mais, le jour où on aura que des femmes voilées à accompagner des sorties scolaires, ça sera trop tard. Amen. 

Philippe, notre Premier Ministre, a rappelé la loi. Celle de 1905, la base. Et les suivantes. Elles suffisent. On ne va pas adapter la loi à chaque pet de travers. Jacob commence très mal son job de chef de ce qui fût un grand parti de droite. Il ferait mieux de rappeler ce qu’est la République. 

Et ces 90 andouilles feraient mieux de ne pas interpeller notre président, celui de notre République, suite à des sorties odieuses d’un immonde petit élu. Elle en sortirait, la République, grandie. Elle sortirait grandie qu’on arrête de remettre une pièce dans la machine à chaque connerie. 

Et ça ne sert absolument pas les musulmans qui n’ont rien demandé dans cette histoire. Et on peut torturer le problème dans tous les sens. Il n’est pas qu’une femme voilée accompagne des gamins dans une sortie scolaire. Si elle est convaincue, si elle a vu la vierge, qu’elle porte une voile ! 

Le problème tourne autour des revendications politiques. De l’extrême droite. Des islamistes. J’en passe. Bonnet blanc. Blanc bonnet. Il nous faut être très vigilant. Ne pas défendre une cause pour tenter d’éliminer l’autre. Quand 90 starlettes émettent un tel appel, elles visent à combattre ceux qui luttent contre l’islamisme : les républicains. Sans majuscule. 

Ils pratiquent l’amalgame. C’est toujours le même problème.

20 commentaires:

  1. Dur, dur d'être de gauche.😄
    On lutte contre l'islamisme, on est accusé de faire le jeu de l'E.D.
    On lutte contre les inégalités, on est aussi accusé de faire le jeu de l'E.D.
    Si on reste neutre, on est accusé de faire le jeu de l'extrême centre....
    L'amalgame est une toile d'araignée...

    RépondreSupprimer
  2. Il est dommage que l'auteur de cette agression verbale soit un membre du RN, parti dont le fondateur et ancien président a été plusieurs fois condamné pour propos racistes...car cet intervenant avait raison.

    Le port du voile n'est nullement obligatoire dans la religion musulmane, beaucoup d' imams vous le confirmeront; il ne s'agit donc pas, de la part de cette dame, d'une pratique de sa religion, mais de son affirmation ostentatoire dans un lieu public; et si la loi l'autorise, il faut changer la loi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc s'il avait raison pourquoi parler d'agression verbale ?
      Il a eu effectivement raison un point c'est tout.

      Supprimer
    2. Il y a un malentendu :la loi autorise le port du voile dans les sorties accompagnées ( rue = espace public ), par des parents bénévoles qui ne sont pas des salariés de la fonction publique; mais pas dans la salle du Conseil Régional ( = lieu public); je crois que c"est de cela que ce type a parlé, et, s'il n'était pas RN, il aurait dû le faire de façon posée et courtoise.

      Supprimer
    3. Il a été posé et courtois, bien assez en tout cas eu égard à la provocation de cette femme.
      Et puis il n'est plus temps pour la courtoisie, désormais il nous faut parler fort et clair.

      Supprimer
    4. Le voile est autorisé dans cette assemblée (ce n'est pas du ressort de la loi mais du rrèglement intérieur).

      Supprimer
  3. Partout et dans la plupart des religions sévissent des ultra-orthodoxes activistes. L'article 18 des Droits de l'Homme l'autorise:
    "Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites."
    A moins de supprimer cet article ou d'interdire les religions, ce qui est impossible, on est condamné à lutter sur le plan des idées pour faire évoluer les consciences.
    Simon Ides

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien, justement, l'islam interdit de changer de religion (ne parlons même pas de se proclamer athée !) sous peine de mort, encore appliquée en Arabie Saoudite et au Soudan.

      Supprimer
  4. Nous parlons de la France, l'Arabie Saoudite n'a pas signé les Droits universels de l'homme de 1948...
    Simon Ides

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà.
      Faudrait leur rappeler à ces greluches qu'ici on est chez nous et que chez nous on ne s'accoutre pas comme ça.
      On est chez nous ! On est chez nous !

      Supprimer
    2. Le problème est qu'elles sont autant chez elles (parfois depuis 3 générations ) que nous.

      Supprimer
    3. Ton blog (comme le mien) appartient à Blogger soit à Google.
      Faut pas rêver...

      Supprimer
    4. Elie oui. En outre, des cons comme Fredi confondent la religion avec l’origine ethnique. Si des Françaises de souche se convertissent, son argument ne tient pas.

      Donc il ne tient pas.

      Fredi, on ne parle pas de propriété. Tu peux être chez toi en tant que locataire. Je suis ici chez moi. Et je t’ai demandé plusieurs fois de ne pas venir. Tu continue à venir mais tu critiques les gonzesses voilées en disant que nous sommes chez nous.

      Tu ferais mieux d’avoir des arguments pour dire comment ce pays peut rester chez nous.

      Supprimer
    5. C'est nouveau ça : il me faudrait des arguments pour dire que je suis chez moi ?
      C'est sans doute ça que l'on nomme l'anomie...

      Supprimer
    6. Ben. Un type qui ne paie pas son loyer continue à dire qu’il est chez lui pendant l’expulsion.

      Et évite d’utiliser des mots que tu ne connais pas. Ou lis une définition ce qui montrera que tu ne dois pas commenter ici.

      Supprimer
    7. Le plus marrant est que les femmes non-musulmanes, qui avaient de beaux foulards Hermès, n'osent plus les mettre, de peur de passer pour des musulmanes provocatrices.

      Supprimer
    8. Elles n'ont qu'à se promener à poil avec le foulard.

      Supprimer
  5. Juste une question : si la personne visée par ce haut fait d'armes avait été une bonne sopeur en tenue de travail, est-ce que son attitude aurait été la même ,
    (On en rencontre encore dans la rue).

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.