22 décembre 2019

A la retraite, les politiques !

Macron a renoncé à sa retraite de Président. Les béni-oui-oui sont en extase et c’est une très bonne mesure. L’opposition de droite comme de gauche, par contre, ne manque pas de préciser qu’il aura fini son job à 49 ans (ils sont pessimistes : ça peut être 44) et qu’il se fout de la retraite des présidents car il pourra aller pantoufler dans le privé (aucun salopard n’a ajouté qu’il pourrait toucher la réversion de Madame ce qui aurait été de l’humour noir mal placé mais néanmoins pas sans sel). 

Comme si c’était normal que l’on paye la retraite de Giscard depuis quelques dizaines d’années. Ne disons rien sur Sarkozy (qui avait bien augmenté son salaire) ni sur Hollande (qui avait diminué le sien ce qui a largement été salué par la majorité d’alors). J’ai oublié les chiffres car je m’en fous. 

J’aime néanmoins la politique intelligente. Macron a pris une bonne mesure qui fait la une de la presse alors que les jérémiades des opposants restent confinés dans les réseaux sociaux où il me semblerait plus intelligent de raconter ses cuites ou des choses comme ça... 

9 commentaires:

  1. Pas sûr que beaucoup de Français apprécient qu'un type n'ait rien à cirer d'une retraite de 6220 €/mois...Par contre, je me demande ce que s'imaginent tous ceux qui continuent à réclamer le retrait total de la réforme (comme les Gilets Jaunes réclamaient la démission de Macron )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas "rien à cirer"... il aura droit à ses points comme tout le monde. Pas dire de conneries non plus.

      Supprimer
  2. Ils feront moins les malins devant les gens, lorsqu'à la prochaine alternance ils annuleront cette décision.

    RépondreSupprimer
  3. ( mon dernier commentaire, pour ne pas saturer ce billet)
    Voici un article qui met les choses au point sur les "retraites" des présidents et les conneries que j'ai écrites dans mes précédents commentaires) :

    https://www.lci.fr/politique/la-future-retraite-d-emmanuel-macron-sera-t-elle-de-17-500-euros-par-mois-2139676.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On cause de "régime spéciaux". A partir de dorénavant, comme dirait le taulier de ce blog en perdition, fini le régime spécial "président".

      Supprimer
  4. Les politiques èlus ou nommés ne sont pas des salariés ( ils n'ont pas de contrat de travail, un ministre peut être viré lors d'un remaniement dans la minute, sans "faute grave " ni autre justification, il ne peut pas alors recourir aux prud'hommes, etc.), ils touchent non pas des salaires mais des indemnités pour compenser le fait qu'ils ne peuvent pas vivre d'autre chose pendant ce temps: mais un président touche une "pension à vie", et aussi une somme en tant que membre du Conseil Constitutionnel, à l'exception des cas où il continue à mener une activité politique. Macron a renoncé à cette double indemnité, qui n'est pas une retraite.

    https://www.liberation.fr/checknews/2019/12/22/la-retraite-d-emmanuel-macron-sera-t-elle-affectee-par-la-reforme-des-retraites_1770651

    RépondreSupprimer
  5. Jolie formule :

    https://www.lopinion.fr/edition/economie/reforme-retraites-si-ca-continue-on-aura-juste-remplace-regimes-206870

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore une illustration :

      https://www.capital.fr/economie-politique/reforme-des-retraites-les-controleurs-aeriens-devraient-conserver-leurs-avantages-1358442

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.