07 décembre 2019

Retraite des vaches


Très justes propos. Ça fait des années que, à gauche, on défend une retraite par point pour augmenter la justice et tout ça. On ne va pas manifester contre, maintenant, sous prétexte que certaines personnes ont décidé que le gouvernement est de droite et tout ça. Leurs derniers arguments reposent sur une vidéo de Fillon qui raconte des bêtises. 

Ce qui me gêne les plus chez les opposants, c’est qu’ils mélangent un peu tout. La retraite par point n’est pas la retraite par capitalisation et reste une retraite par « répartition ». Ceux qui bossent cotisent pour ceux qui sont à la retraite. 

Enfin, je viens de voir la publication d’une dame qui regrettait que les salariés des grands groupes privés ne se mettaient pas en grève au côté des salariés du public. Je ne vais pas lui expliquer les choses de la vie (genre : on n’est déjà pas privilégiés et on n’a pas un emploi à vie). Je vais seulement rappeler à cette imbécile qu’elle a tort de penser qu’elle peut affirmer ce qu’est notre intérêt. On ne peut pas vouloir faire le bonheur des autres sans savoir ce qu’est leur bonheur. 

J’ai vu aussi des publications d’andouilles jeunes qui disent qu’elles veulent bien bosser avant d’être sûres d’avoir une bonne retraite. Hé ! Les gars, si à 25 ans, vous n’avez que ça comme projet de vie, vous devriez penser au suicide, ça vous enlèvera des préoccupations.

21 commentaires:

  1. Pour ceux qui suivraient votre judicieux conseil, le suicide, il faut rappeler qu'avant de se zigouiller ils doivent impérativement crier “vive la Sécu !” Sinon, leur suicide risque de n'être pas homologué.

    RépondreSupprimer
  2. Qui ne veulent bien bosser qu'à la condition d'être sûres .... Sinon « Si tu risques de croiser quelqu'un qui veut faire ton bonheur, change de trottoir ! » Henri Jeanson

    RépondreSupprimer
  3. Petit rappel pour ceux qui ont moins de 70 ans :
    1947 : création de l'AGIRC (retraite complémentaire cadres)
    1961 : Création de l'ARRCO (retraite complémentaire salariés)
    1972 : Généralisation à tous les salariés du privé de l'adhésion au régime AGIRC ARRCO.
    Les salariés contractuels du public cotisant à l'Ircantec.

    Petit point non-négligeable : Ces caisses complémentaires (obligatoires) fonctionnement par répartition et par POINTS et pour éviter toute manipulation elles sont gérées par les partenaires sociaux (Patronat et salariés).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'AGIRC et l'ARRCO ont plus ou moins fusionné. Début 2019, si j'ai bonne mémoire.

      Supprimer
    2. Sans oublier le Régime de Retraite additionnelle de la Fonction publique (RAFP). C'est un régime obligatoire, par points, institué au bénéfice des fonctionnaires (titulaires et stagiaires) de l'Etat (civils et militaires), territoriaux et hospitaliers, ainsi que des magistrats. Il concerne environ 4,5 millions d'agents.

      Supprimer
    3. La fusion de l'Agirc et de l'Arrco était dans la logique de rationalisation des moyens. La totalité des bénéficiaires de l'Agirc étant aussi sur les listes de l'Arrco.

      Supprimer
  4. Il y a-t-il eu une mutation dans l'espèce humaine ? Que penser des jeunes qui veulent devenir "fonctionnaires", oubliant que c'est un statut et pas une profession ? Pensez-vous qu'à 25 ans Jack London était préoccupé par sa retraite ? Si, quand on est jeune, on pense maintenant avant tout à sa sécurité, à quel âge pensera-t-on aux risques à prendre pour s'épanouir dans la seule vie dont nous disposions ?

    RépondreSupprimer
  5. Mr Fillon raconte des conneries, mais pas que...De mars 2013 à novembre 2019, les pensions Agirc-Arrco étaient "sous-indexées". Elles n'ont plus augmentées que de l'inflation, diminuée d'un point. Avec cette décision, l'inflation n'ayant jamais dépassé 1%, les pensions n'ont pas été revalorisées pendant 6 ans, ce qui a permis à ces caisses de redevenir bénéficiaires en 2016. Grâce à ces bons résultats au 1er novembre 2018, les retraités ont bénéficié d’une timide augmentation de 0,6 % de leurs pensions Agirc-Arrco. Effet Gilets jaunes ou pas, en novembre 2019 et pour une durée de 4 ans, le gouvernement et les partenaires sociaux ont décidés de re-indexer les pensions sur l'inflation.
    (De plus l'Agirc-Arrco possède une réserve d'une soixantaine de milliards (liée en partie à des placements financiers) qui permet de combler les "trous" des années déficitaires comme entre 2005 et 2015.)
    Le système à points permet donc de jouer sur le montant des pensions (en plus de changer l'âge de départ à la retraite), ce que ne permet pas les accords de type "conventions collectives" (dits "régimes spéciaux")...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les systèmes Agirc/arrco ont des budgets qui sont gérés uniquement par des partenaires sociaux (patronat et salariés) et ne peuvent bénéficier de rallonges budgétaires venant de l'Etat. Ils doivent donc gérer leurs budgets sans avoir recours à l'emprunt qui ne ferait que reporter les inconvénients d'un déficit.
      D'autre part, la loi impose aux gestionnaires des caisses professionnelles de retraite de constituer un patrimoine qui ne puisse être soumis aux aléas des systèmes financiers comme le sont les valeurs boursières. Cette réserve prudencielle permet donc de boucher les trous.
      En ce qui concerne la modification de l'âge de départ à la retraite, toute la question reste liée à la création de l'Autorité qui sera en charge du suivi de la valeur du point.

      Supprimer
  6. J’ai tendance en ce moment à être de manière pavlovienne contre la CFDT...

    Après pas d’avis sur le reste.

    RépondreSupprimer
  7. Réponses
    1. Tu n'as pas forcément tort ! J'en connais qui sont vieux le jour de leur naissance.
      Pour le reste, regarde bien autour de toi, elle arrive sans bruit et sans te prévenir...

      Supprimer
    2. Pas forcément...Je me souviens que, pendant mon service militaire, simple petit sous-lieutenant, j'ai été interpellé, au mess des officiers, par un commandant qui voulait faire son malin " Et vous, docteur, que préconisez-vous comme méthode contraceptive?" ;je lui ai lancé "Mon commandant, faites comme en 1940, retirez-vous !" Ça a jeté un sacré froid...

      Supprimer
    3. Si c’est vrai, je me les mords… parole de simple bidasse...

      Supprimer
  8. Ça devient compliqué pour moi: juste toléré sur ce blog, exclu de celui de votre ex-ami Juan, et Didief Goux qui a carrément fermé les commentaires sur le sien...

    RépondreSupprimer
  9. Au fait : pourquoi personne ne parle de la PREFON, qui est un fond de pension français ...réservé aux seuls fonctionnnaires (et dont les cotisations sont déductibles des impôts) ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.