09 septembre 2023

Mettre l'abaya pour se coucher dans le lit du RN ?

 

Réponse subtile (et googlimagesque) aux imbéciles
qui expliquent que l'abaya n'est pas religieux.

La polémique au sujet de l’abaya continue. Sandrine Rousseau, par exemple, a encore raconté des bêtises, hier. A gauche, par rapport à ce sujet, on rencontre plusieurs « catégories » de locdus. La première, dont je fais partie, est composée de gens qui partagent la position du gouvernement et une certaine défense de la laïcité, je vais y revenir. Ceux de la deuxième s’opposent à Gabriel Attal et soutiennent les jeunes femmes concernées. Enfin, il y a, heureusement, ceux qui s’en foutent. Parmi tous ces braves gens, il y en a beaucoup qui estiment que parler de l’abaya est faire le jeu du Rassemblent National.

Et ça m’énerve. Avant d’en parler, je souhaite apporter quelques précisions.

 

Oups !

Tout d’abord, j’ignore ce qui motive ceux qui, à gauche, soutiennent cette housse de couette. Je n’ai d’ailleurs pas à juger et, si je donne l’impression de le faire, c’est uniquement par maladresse (à force de glander dans ce blog, je perds la main). Je suppose qu’il y a des gens qui optent pour un point de vue féministe et de liberté de la femme à s’habiller comme elle veut. Il y a des communautaristes ou des électoralistes. Il y a ceux qui considèrent les musulmans comme opprimés en France. Il y a ceux qui s’opposent pour s’opposer à un gouvernement qu’ils n’estiment pas « conforme ».

Je ne suis pas loin de penser que si Gabriel Attal avait dit que l’abaya n’était pas une tenue religieuse et ne se plaçait donc pas dans le cadre de la loi de 2004, certains auraient rué dans les brancards. C’est un exemple de réflexe, surtout quand on fait de la politique dans les réseaux sociaux. Pour ma part, je bavasse dans les blogs depuis avant l’élection de Nicolas Sarkozy ce qui m’a fatigué de l’opposition systématique (même s’il n’y avait pas grand-chose à défendre chez « l’ex »). D’ailleurs, depuis que j’ai compris que François Hollande n’avait pas la moindre chance d’être réélu, j’ai fini de militer pour qui que ce soit quoi qu’en pensent mes lecteurs qui finissent par prendre le moindre de mes propos pour un engagement alors qu’ils devraient s’en battre les machines.

Il n’empêche que je refuse d’adopter des positions purement partisanes dans certains dossiers. Certains pensent que je ne suis plus à gauche mais je m’en fous : je ne suis pas fier de la gauche actuelle. Je suis issu d’une lignée de gauchistes et j’ai été élevé par une bande de défenseurs de la laïcité (mes parents étaient profs en collège, soutenaient voire dirigeaient des associations laïques, une de mes grands-mères bouffait du curé et l’autre s’en foutait, obligée de ménager la chèvre et le chou : au fond, en Bretagne, on n’a pas le choix sinon on se fâche avec la moitié de la population).

 


La laïcité est au cœur de notre débayaya mais, encore une fois, je souhaite être prudent. Depuis que je me suis rapproché du Printemps Républicain, jusqu’à y adhérer, j’ai toujours été surpris par les divergences entre les « factions de laïcards ». Je suppose que les anciens proches de « l’observatoire de la laïcité » auraient défendu les porteuses d’abaya. Je ne comprends rien à tout cela.

Pour moi, la laïcité, c’est deux choses : la liberté de conscience et la séparation de la religion et de l’Etat. Empêcher le port d’une tenue religieuse dans l’enceinte d’institutions de la République (ou chez des délégataires de service public) n’est pas du tout une limitation de la liberté de conscience. Je ne vois pas en quoi il serait nécessaire de vêtir une housse de couette pour être croyant… C’est même presque le contraire. A la limite, si une tenue spécifique devient la norme dans « une communauté », l’obligation de la porter est une entrave à la liberté de conscience, quel que soient les phénomènes qui génèrent cette norme. Une jeune femme peut porter l’abaya par conviction. Sa copine, par contre, pourra subir des contraintes ou, tout simplement, préférer mettre une jupe normale ou un pantalon qui moule les fesses.

 

Je considère qu’il faut sortir du débat sur la « laïcité quotidienne ». Que des personnes d’un groupe (ethnique, social, religieux…) souhaite se différencier par une tenue, c’est bien pour revendiquer une appartenance. En l’occurrence, à une religion. En débattre est ridicule. Il y a donc bien un volet politique pour faire monter la visibilité puis la puissance de ce groupe. Il convient de lutter contre car c’est le chemin vers une atteinte à la séparation de l’Etat et de « l’église ».

Ceci est mon opinion mais il y a des gens bien plus qualifiés que moi pour débattre.

 


En marge de ces débats sur l’anaya, il y en a un au sujet de l’uniforme à l’école. Je suis parfaitement contre. Je ne peux pas être contre le port d’un uniforme religieux à l’école et tenter de promouvoir une espèce d’uniforme que certains qualifieront de Républicain. Je vais même tenter un raccourci foireux : on ne saurait assimiler la laïcité au port d’un uniforme.

Les seules obligations que peuvent porter la loi au sujet de l’habillement sont de rigueur ou de circonstance (on ne va pas imaginer un militaire sans uniforme…). Par contre, on peut avoir des obligations vis-à-vis de la décence. On ne va pas au bistro en survêtement. On ne visite pas un établissement religieux ou historique en short. On ne se promène pas dans la rue torse nue sauf si les coutumes locales le permettent. Tout cela est peut-être parfaitement subjectif mais nous ne sommes pas des peine-à-jouir utilisant n’importe quoi.

Certains ont mis sur la même ligne l’abaya et les crop-tops portées par les jeunes filles. C’est de la connerie. Et je porte moi-même des tee-shirts trop courts (c’est parce que j’ai du mal à en trouver à ma taille, aussi).

 

Responsable politique française
faisant la promotion de nouveaux uniformes SS.

Revenons au Rassemblement National dont au sujet duquel on ferait le lit. Il n’est pas improbable que les motivations de ce parti politique soient racistes. Genre ces cons d’étrangers racisés essaient de prendre plus d’importance.

C’est dangereux d’assimiler les défenseurs de la laïcité à des racistes. Faire l’amalgame entre une tenue vestimentaire et une origine ethnique est du racisme, celui là même que ne renierait pas l’extrême droite, visiblement. Moi, je m’en fous. Je regarde l’abaya comme la marque d’une religion, pas d’un extrait de naissance (ni d’ailleurs d’un extrait de naissance des parents ou des grands-parents).

Par contre, le Rassemblement National porte certains thèmes issus de préoccupations des Français, notamment ceux que l’on peut appeler l’identité culturelle. Les Français ne veulent pas qu’une autre culture (issue d’une religion) s’impose chez nous. La gauche est incapable de se saisir de ce genre de sujet pour bêtement plaire au peuple.

Le résultat est là : cela fait 40 ans que les partis d’extrême droite progressent en France. Pendant ce temps, des gugusses nous expliquent qu’on ne doit pas s’occuper de certains sujets et oublient carrément que la laïcité devrait être un thème de gauche. Et la gauche disparait. Non plus à cause de problèmes sociaux ou économiques mais parce que les militants ont choisi de s’opposer aux thèmes de l’autre.

Marine Le Pen a dit qu’il faisait très chaud sur le Centre Bretagne. Je ne vais pas la démentir. Ni mettre une doudoune. Quand les partis politiques prendront en compte certains thèmes, on en sera plus là. Nicolas Sarkozy avait essayé de chier sur les étrangers lors de ses discours de Grenoble et de Dakar (deux patelins du sud du pays). Il a échoué. Par contre, il avait réussi à ratiboiser le Front National en 2007. Il faut peut-être étudier ce phénomène. Vous vous rappeler ? Une histoire de nettoyeur haute-pression…

 

Et quand la gauche (ou la droite, d’ailleurs) arrivera à le faire, à expliquer qu’elle vision de la société elle peut avoir pour plaire à tout le monde, on y arrivera peut-être.

En complément, il faut arrêter de tout assimiler au racisme. D’ailleurs, la lutte institutionnelle contre le racisme a sans doute commencé vers 1983 ou 1984, c’est-à-dire à peu près au moment où le parti du père Le Pen a commencé à faire des scores à deux chiffres. La gauche est en échec complet. Avec toutes ces conneries, elle a même réussi à banaliser le racisme.

A force d’assimiler le refus de l’abaya, pour en revenir au sujet du jour, à du racisme et donc de dire aux gens qu’ils sont racistes, ils finissent par accepter de passer pour des racistes alors qu’ils se foutent de ces histoires d’origines ethniques. Par contre, la gauche doit traiter le sujet culturel qu’il y a derrière tout cela, ce qui nous vient de la religion.

Sans plier. Sans complaisance. Sans fermer les yeux par peur.

33 commentaires:

  1. Je ne crois pas qu'on puisse me suspecter d'un amour immodéré pour l'islam ni pour les islamopithèques (ou alors c'est que je me suis vraiment très mal exprimé…). Pour autant, je ne vois pas pourquoi, au nom de quoi, on empêcherait ces jeunes filles de venir en classe habillées comme elles (ou leurs parents…) l'entendent.

    Hein ? Vous dites ? Au nom de la laïcité ? Mais en quoi une croix portée en pendentif, une calotte sur la tête ou une robe un peu enveloppante remettent-elles en cause la laïcité ? La séparation de l'Église et de l'État ? Et qui a jamais prétendu, chez les législateurs, que la religion était une chose honteuse et qui, par conséquent, devait absolument restée cachée ?

    Tout cela est absurde…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que je dis qu'il faut sortir du débat sur la laïcité, du moins au jour le jour.

      Tout cela est absurde, effectivement, mais cache une volonté de l'islam politique de s'imposer.

      Supprimer
    2. La volonté qu'a l'islam de s'imposer me semble de moins en moins cachée ! D'ailleurs, pourquoi ces gens se cacheraient-ils, puisqu'ils n'ont personne en face d'eux pour les gêner ?

      Supprimer
    3. Ma phrase était malheureuse (pour une raison expliquée ci-après) : il n'y a rien de caché, effectivement. Par contre, je pense que c'est le boulot de la gauche de s'y opposer, de récupérer ce qu'on appelle (peut-être à tort) les territoires perdus de la Républiques. C'est pour ça qu'il faut commencer par l'école.

      D'ailleurs, dans ma première réponse, j'aurais du ajouter que je veux pas imposer une tenue aux jeunes filles (à part ce qui relève de la décence, ce qui n'est pas d'une grande objectivité). Je me contente de l'école. Pour l'instant.

      Pourquoi j'ai dit "du ressort de la gauche" ? Parce que je ne crois pas à la capacité de la droite à le faire (pas plus qu'à la gauche que nous connaissons actuellement, je dois le reconnaître).

      Supprimer
  2. La gauche était claire en 1989. Gisèle Halimi avait, face à l'attitude de SOS Racisme sur la question du voile, préféré démissionner. Comment une féministe peut-elle accepter ce symbole de l'asservissement des femmes ?

    LFI et EELV, sur cette question identitaire, ont fait un pari funeste qui leur assure auprès des populations des quartiers quelques députés. Le souci, c'est que la gauche laisse le champ libre au RN, comme tu l'as si bien souligné. Dommage. En 2012, Mélenchon avait des positions très laïcardes sur cette question. J'en ai discuté avec Georges Kuzmanovic qui était un très proche : le virage date de 2018.

    Le seul qui a compris le piège dans lequel s'enferme la gauche, c'est Ruffin. Hélas, il a un peu le cul entre deux chaises. Il faut qu'il bouge. Je pense très sincèrement que c'est un des rares fédérateurs à gauche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le revirement de Mélenchon est incompréhensible (dans la mesure où on trouve des interviews d'avant). Pour Ruffin, on est un peu d'accord. Malheureusement, il ne passe pas très bien.

      Supprimer
    2. Ma réponse était courte et je reprends. LFI et EELV ont des élus qui ne sont pas liés à leur islamopithèquisme. Ils ont des élus dans des coins qui ont toujours été franchement à gauche, à une époque où la droite traditionnelle n'a jamais été aussi faiblarde.

      Supprimer
  3. C'est un bon billet encore. Pleins de bon sens.

    Par contre, quand tu écris "j’ignore ce qui motive ceux qui, à gauche, soutiennent cette housse de couette", peut être une islamophilie et une volonté d'avoir leur vote. Dans certains territoire, ce vote pas très Charly est puissant. Les activistes peu républicains de la NUPES sont élus dans ces territoires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le vote "musulman", voir ma réponse à Denis, ci-dessus. C'est un échec. Les musulmans ne sont pas plus débiles que les autres. En outre, ils ne vont pas voter pour des types qui défendent les droits des homosexuels, par exemple.

      Je me répète mais les imbéciles élus de la Nupes le sont dans des territoires historiquement à gauche.

      Supprimer
  4. On ne va pas au bistro en survêtement. enfin un vrai débat !

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. la gauche doit traiter le sujet culturel bah oui, ce sujet c'est le fait qu'on oblige des femmes à s'habiller d'une façon pour éviter de provoquer le vice au nom d'une vertu religieuse. Et des femmes, rien que des femmes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sujet est même plus vaste que le volet musulman. Il s'agit de la présence de l'islam qui veut se montrer contrairement aux autres religions qui n'en ont rien à cirer. Tiens ! La loi de 2004 a très bien été acceptée par les porteurs de kippa ou de turban.

      Supprimer
    2. Oui bien sûr. Mais les tenues des jeunes juifs et des jeunes sikhs (comment ça s’écrit) sont plus visibles que les croix des cathos qui peuvent être cachées facilement.

      Supprimer
    3. en effet ils n'"ont pas hurlé à la sikhopbie.

      Supprimer
    4. il ne faut pas oublier un détail : l'islam est une religion de conquête et de guerre , la conversion des populations dès le 7e siècle s'est fait au fil de l'épée et ce jusqu'au moyen âge . Leur texte saint contient beaucoup de versets sur les infidèles et autres religions. Je ne sais pas si c'est plus que dans celui des bigots cathos, mais ça ne m'étonnerai pas.

      Supprimer
    5. Je ne sais pas si les cathos étaient plus fins mais ils avaient quelques siècles d’avance.

      Supprimer
  7. Qui aurait pu prévoir? que
    Défendre l'abaya à l'école,
    . Soutenir Quatennens,
    . Se placer derrière le clan Traoré, ...
    . Ferait monter le RN?
    Marco

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est évident.

      Pour Quatennens, néanmoins, c'est un peu différent : c'est plus la position ambigüe qui fout la merde. Pour cette histoire de "faire monter le RN", ils auraient mieux fait de dire "ne nous cassez pas les couilles pour une gifle, même si c'est lamentable, c'est humain". Ca n'aurait pas plu à gauche, forcément...

      Supprimer
  8. Commentaire de service :
    Mes réponses à Didier et à Denis étaient courtes car Didier m'a envoyé un SMS aux aurores pour me dire que putain de bordel je ne publiais plus les commentaires. Vu que, hier soir, je me suis achevé à l'Armagnac suite à une péripétie honteuse je n'étais pas frais.
    Merci quand même à lui, ça m'a permis de voir un bug : je ne recevais plus de mails en recevant des "commentaires à modérer" suite à un bug blogger. Il m'a suffit de changer les paramètres. Normalement, c'est réparé.

    Ce n'est pas pourtant que je vais publier les commentaires de l'autre vieux débile qui ne fait que pondre des banalités en s'imaginant que les autres sont assez con pour ne pas "savoir". Il ne fait aucun raisonnement pour tenter de comprendre ce qui a été écrit, il se contente de vouloir commenter ce qui lui passe par la tête, toujours des évidences dont on n'a rien à cirer.

    Ca me fait penser qu'il a fait deux commentaires commençant par "Pour DG" mais je les ai effacés avant de les lires. Hop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Meme pas vrai : je n'ai pas dit "putain de bordel" ! Respectueux de tous les corps de métier et de la dignité de la femme, j'aurais plutôt dit : "Amoureuse rémunérée en situation de travail en maison".

      Supprimer
    2. Le "travail en maison" ne devant pas être confondu avec le télétravail, lequel a bien été tenté par les créatures en situation de vénalité mais s'est révélé fort peu satisfaisant pour la clientèle.

      Supprimer
    3. J'ai romancé pour les besoins de la cause.

      Supprimer
    4. En matière de prostitution, ne s’applique qu’aux clients branleurs qui deviennent travailleurs manuels.

      Supprimer
    5. Arié, encore une fois tu n’as lu. J’ai simplement dit que je n’avais pas lu les commentaires que tu as adressés à Didier. Ça confirme ce que je disais : tu n’essaies pas de comprendre.

      Supprimer
    6. Arie, ça faisait longtemps que je n’avais pas amusé mes commentateurs avec mes dialogues ds sourds avec toi.

      Tu te plantes encore. Il n’y a rien de complexe. J’ai dit que je n’avais pas lu les deux commentaires que tu as fait pour DG. Je n’ai pas dit que je lisais toujours les autres et que je ne lisais jamais ceux pour DG. Ton problème est bien là : tu ne comprends rien.

      Supprimer
    7. Arié, ton dernier commentaire ici est vraiment la preuve que tu ne comprends rien. Prétendre que Didier Goux t'a viré pour des raisons financières est loufoque.

      Supprimer
    8. Arie, tu démontre encore que tu ne comprends rien.

      Supprimer
    9. Arié, voila : on est arrivé au stade où tu n'as pas d'autre commentaire à faire que pour montrer les fautes d'orthographe...

      Supprimer
    10. Arié, je veux bien que tu cherches toujours à avoir le dernier mot, ce qui est complètement con.
      Tu pourrais aussi vérifier le sens des mots. https://www.lalanguefrancaise.com/orthographe#:~:text=L'orthographe%20grammaticale%20(ou%20d,accord%20en%20fonction%20du%20sujet.

      Supprimer

La modération des commentaires est activée. Je publie ceux que je veux c'est-à-dire tous sauf ceux qui proviennent probablement d'emmerdeurs notoires.