21 décembre 2023

Immigration - Intégration - Mélenchon - Démission



Jean-Luc Mélenchon a diffusé sur son compte TikTok (ici et , par exemple) des vidéos où il parle de la loi immigration. Comme très souvent, sur ce sujet, il a parfaitement raison (et j’insiste sur le fait que je l’ai déjà dit, qu’on ne se méprenne pas). Il décrit notamment la création d’une usine à gaz qui ne résoudra rien et introduira plus de souffrance pour les individus et dégradera l’image de la France. C’est quoi, par exemple, cette histoire de caution pour les étudiants qui viennent acquérir du savoir chez nous ?

En revanche, il commet son erreur habituelle : il ne s’adresse qu’à ses partisans sur le monde « tout le monde il est beau tout le monde il est gentil » mais pas du tout au peuple de France qui sont favorables à ce texte à 70% nous disent les sondages même si, pour la plupart, ils sont probablement incapable d’en citer plus de deux ou trois mesures.

 


Parmi ces sondages, un récent évoque les élections européennes (LFI est à la ramasse) et donne (page 10) les enjeux qui paraissent importants aux électeurs selon l’intention de vote. En global, l’immigration est le deuxième, juste derrière le pouvoir d’achat. Dans le détail, notre sujet est important pour 16% des électeurs insoumis, 36% pour ceux du PCF, 20% de ceux du PS, 5% (!) de ceux des écolos… 52% pour ceux de la macronerie et, bien sûr, beaucoup plus pour les partis de droite (83% pour le RN).

Jean-Luc Mélenchon fait, ainsi, le job : il parle aux gens qui vont voter pour lui. A ce rythme, il ne risque pas d’augmenter le nombre de voix… Je me demande si, plutôt que de dire « les étrangers, ils sont gentils, et ceux qui sont pas d’accord, ils sont des fachos », il ne devrait pas évoquer les sujets connexes comme l’intégration, la lutte contre le communautarisme… si tant est qu’il pense que ce sont des « vrais sujets ».

Pour ma part, si j’avais eu à répondre à ce sondage, je n’aurais pas pu exprimer d’intention de vote. Disons le PS ou EELV. En revanche, pour l’immigration, j’aurais clairement indiqué que ce n’est pas un enjeu important pour cette élection. Ma position relève du pur pragmatisme : le sujet n’est pas du ressort du Parlement européen. C’est d’ailleurs paradoxal ou délirant de voir les électeurs de la droite de la droite, opposés à l’Europe, dire que les aspects liés à la nationalité sont un enjeu important pour l’Europe…

 


D’une manière générale, je ne crois pas que l’immigration soit un problème pour notre pays (évidemment si on arrive à maintenir le nombre de nouveaux arrivants à environ 2 ou 300 000 par an, soit au maximum 0,5% de la population : le grand remplacement est sûrement en marche mais il n’est pas rapide… d’autant que le nombre d’arrivants est, en fait, dans la fourchette basse et que 50 000 repartent chaque année) et je pense, comme disait Roro, que si on ne peut pas accueillir toute la misère du monde, on doit tout de même « prendre notre part », considérer les réfugiés politiques et les futurs réfugiés climatiques annoncés.

Cela ne m’empêche pas d’écouter les Français qui pensent qu’il y a un problème mais, contrairement à Mélenchon, je n’ai pas le devoir de faire des propositions vu que je ne suis pas candidat… Il est probable que nos citoyens pensent plus aux problèmes d’intégration en tous genres causés par l’immigration des précédentes décennies.

Pour tout cela, LFI est très mauvaise. Rien qu’en défendant en permanence les musulmans et leurs accoutrements exotiques voire leurs traditions débiles, ils font tout pour que l’immigration devienne un problème, sans même évoquer les autres sujets comme le port du voile qui est évidemment une perte de liberté pour les femmes et est donc contraire à nos valeurs.

 


Je vais donc terminer ce billet en recopiant ou en paraphrasant ou résumant un ami (dont c’est l’anniversaire aujourd’hui, souhaitons-le lui bon) qui disait hier dans Facebook : « je rêve d'une gauche qui serait capable de s'ouvrir à l'immigration sans faillir sur l'exigence d'intégration. Je ne souhaite pas que plus d'immigration signifie plus de communautarisme, plus de fracture culturelle et plus de religiosité délétère. »

Le RN devrait arriver au pouvoir et il faut donc que la gauche cesse l’abandon idéologique de ces sujets, « l’angélisme mortifère » et les bidouilles électorales pour gagner trois électeurs.

Les zozos qui rentrent chez nous doivent se conformer aux exigences de notre pays (les « standards Républicains »)

« La gauche reviendra au pouvoir quand elle assumera un discours républicain ferme, un humanisme sans complaisance. Une république qui restera généreuse mais stricte et indivisible. »

Une République laïque et intransigeante. Mais à l'écoute du peuple, sans lui inventer des pensées...

 

Amen, si je puis me permettre.

 

10 commentaires:

  1. Encore un bon billet.

    La gauche reviendra surtout au pouvoir si elle se débarasse de ces copies caricaturales du Le Pen père que sont Mélenchon et sa secte. Leur attitude est lamentable.

    Je garde en souvenir le tweet de la distinguée Sandrine Rousseau le soir de la motion de rejet. Un chez de très bon gout, amusant quand on voit le résultat quelque jour aprés.

    Bonne fin d'année

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont lamentables mais, en plus, nuls en stratégie électorale...

      Supprimer
  2. Si vous pensez vraiment que l'immigration n'est pas du ressort du Parlement Européen, il va falloir faire un billet pour expliquer comment les eurodéputés et représentants des États membres de l'UE sont parvenus hier à un accord sur un ensemble de mesures destiné à gérer les flux migratoires vers l’Union européenne. Ils étaient hors-jeu ?

    La Dive

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La décision reviendra (heureusement) aux Etats (via le Conseil Européen). La validation par le Parlement est du pipi de chat. L'accord lui-même est fait en urgence pour faire croire à l'efficacité de l'Europe à quelques mois des élections européennes vu que nos dirigeants craignent une poussée de l'extrême droite.

      L'essentiel de mon propos porte sur cela, le fait que c'est le Conseil Européen qui va prendre la décision.

      Enfin, il faut voir le contenu de l'accord qui vise essentiellement à aider les pays aux frontières de l'Europe (Italie, Grèce...) surtout lors des périodes de crise. En gros, ils pourront nous filer une partie des migrants sinon on devra payer. Ca ne va nécessairement dans le sens d'un contrôle de l'immigration en France.

      Supprimer
  3. ah les gens de gauche "il faut une gauche qui " , ça fait depuis combien de temps que je lis ça?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais. Ça dépend. Là je suis plutôt dans un contexte « je reviendrai militer si… ».

      Supprimer
  4. Je ne suis pas expert en ces domaines mais je crois savoir que le Conseil Européen décide par consensus la plupart du temps. Ce consensus est préparé en amont lors de l'élaboration de l'accord par des représentants des Etats membres et du parlement. C'est ce qui a été fait pour cet accord sur la gestion des flux migratoires. Cela va donc passer crème si l'accord est prononcé avant les prochaines élections.
    Restera ensuite la possibilité aux Etats de dire non, ce truc ne m'intéresse pas, j'ai déjà ma dose de clandestins et les 20.000 euros par tête de pipe, vous pouvez vous assoir dessus. C'est théoriquement possible, c'est une affaire de volonté politique, mais il faut pour cela un personnel politique qui justement ait une volonté et une dette publique limitée. Là je ne crois pas que nous cochions toutes les cases.
    On peut donc anticiper que, pour reprendre votre expression, on nous "filera quelques paquets de migrants" en rab'. Cela détruira encore un peu plus les outils d'intégration...
    Je vous rejoins donc sur le thème principal de votre billet : la nouvelle loi immigration votée à l'assemblée dans la douleur à l'assemblée ne va pas résoudre grand-chose. On n'a pas le cul sorti des ronces !

    La Dive

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ll y aurait beaucoup à dire sur le fonctionnement de l'Europe d'une part et sur les enjeux des élections diverses d'autre part. Des sujets qui me passionnent. Pour revenir à mes propos dans le billet, c'est une erreur de croire que le Parlement Européen puisse avoir le moindre impact sur la gestion des immigrés autrement qu'à l'entrée de l'Europe... et encore, le consensus est plus important que son vote, consensus qui conditionne surtout la décision du Conseil. Tout cela m'énerve car les votes, en juin, ne porteront pas sur les prérogatives du Parlement mais sur la politique intérieure des pays...

      Pour le reste, on est d'accord, avec ce texte européen, on risque d'avoir plus de migrants et la loi française (quelle qu'elle soit) ne peut rien à l'immigration. Ce n'est pas parce qu'on supprimera les APL que les gugusses ne viendront plus...

      Le problème est donc bien l'intégration et, pour ce qui "me" concerne, les positions de Mélenchon ne vont pas dans le bon sens.

      Supprimer
  5. Excellent billet.

    La gauche est nulle sur ce coup là. Et le gouvernement a eu une très bonne idée en proposant cette loi juste avant Noël. Ça va bien égayer certains repas de famille. T'en penses quoi, tonton Roger, de la loi immigration ? 😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour répondre "sérieusement", je pense que les gens se foutent du fond de la loi, ils ont l'impression qu'on bosse pour eux et ça leur suffit.

      Supprimer

La modération des commentaires est activée. Je publie ceux que je veux c'est-à-dire tous sauf ceux qui proviennent probablement d'emmerdeurs notoires.