09 février 2024

Le retour du covid (dans les bistros et les médias)


 

Des chercheurs sérieux ont sorti une étude sur l’impact des mesures prises par le gouvernement pendant la crise sanitaire, de mars 2020 à octobre 2021 et les résultats sont largement positifs. Le premier confinement a permis de réduire la transmission du virus de 84%. Sans vaccin, il y aurait eu près de 160 000 morts en plus (au total, la Covid a entraîné 116 000 décès).

L’impact du confinement est évident : quand on ne sort pas, on ne peut pas choper de saloperies. Celui du vaccin étonnera peut-être les détracteurs… Il n’empêche que le bilan de la gestion est « globalement positif » comme dirait l’autre même si de fortes critiques peuvent être faites comme la systématisation de l’obligation du port du masque en extérieur, la fermeture des parcs, l’attestation ridicule… Pour ma part, j’en ajouterais une : le remplacement du « passe sanitaire » par le « passe vaccinal » mais je n’ai pas envie d’en discuter sauf sur quelques aspects.

Le plus important est qu’il a rendu la vaccination obligatoire pour certaines activités, évidemment, alors qu’il n’empêchait pas la transmission et a donc enlevé une alternative, le test, pour les zozos ne voulant pas subir une injection d’un produit dont certains (pas moi) pouvaient légitiment douter de la sécurité.

Et on se serait peut-être moins engueulés par la suite.

En outre, il a ajouté un doute sur la communication du gouvernement, déjà très important depuis le début de la crise avec les changements d’avis sur le masque. En gros, nos ministres sont passés du « il faut se faire tester pour savoir si on peut sortir » à « ça ne servait à rien, il faut être vacciné, même si le vaccin ne garantit rien ».  

L’étude ne semble pas avoir montré l’impact de ce « passe vaccinal » (mais elle est en anglais et j’ai un peu la flemme de tout lire).

 


Les engueulades ont été réelles. J’ai encore des potes qui ne se parlent plus et je reproche beaucoup le manque de « rondeur » de certains dans leurs argumentations tant ils étaient baignés dans leur foi (et qu’ils soient « pour » ou « anti »). C’est un peu la routine des discussions politiques avec tous les imbéciles qui ne laissent aucune part aux doutes : les leurs comme ceux des autres… On a atteint des sommets.

Quand on bosse dans un domaine médical ou scientifique, on peut être sûr de la sécurité et de l’efficacité des vaccins voir de de leur caractère primordiale mais il faudrait admettre que l’on puisse douter. A contrario, ceux qui n’y connaissent rien pourrait éviter la recherche sur internet d’informations auxquelles ils ne comprennent rien et qui sont souvent fausses ou mal interprétées et les jeter à la face des autres. C’est quand même simple de dire : « je n’ai pas confiance dans un vaccin qui vient d’être créé et qui a peu été expérimenté, je préfère m’en passer ». Car l’argument final était de traiter de débiles ceux qui avaient confiance dans le vaccin… Ce n’est pas bien.

 


Si je rebondis sur cet article c’est parce que cela fait plusieurs jours que j’ai une anecdote à raconter. Figurez-vous que je fais du psoriasis. Figurez-vous qu’avec l’alcool et le stress, «  le système immunitaire dit « inné » s'active de manière anormale et produit des molécules inflammatoires » qui se traduisent, chez moi, par des croutes sur la peau. Je fais des crises, par période. Je suppose que c’est le stress vu que je n’arrête jamais l’alcool… Pendant des années, elles ont été cantonnées au cuir chevelu (elles expliquent les pellicules peu photogéniques) et aux coudes (j’en ai salis, des comptoirs, quand, à force de frotter, ça commence à saigner). A partir de cet été, j’en ai fait sur les mains (surtout la droite). Les pliures (les lignes) qui n’arrêtent pas de bouger arrivent rapidement au sang et, en plus, on a une fâcheuse tendance à se gratter les croutes. Cela a cessé vers Noël même si quelques jours après, je ne pouvais toujours pas utiliser ma main droite pour serrer des trucs (pour le repas de famille qu’on a fait vers le 28, je n’arrivais pas à ouvrir les bouteilles de champagne ; heureusement que je vois surtout de la bière pression et du vin en cubi).

On est loin du covid, me direz-vous, mais je vais y venir.

Après les crises, les croutes mettent quelques temps à disparaitre. Il y deux ou trois semaines, j’ai revu au comptoir un vieux copain (quarante ans que je le connais, trente ans de vraie amitié, des vacances ensemble et tout ça). Il a vu mes mains et a sorti quelques banalités dont je n’avais que faire (la crise était passée et j’avais mieux à faire que d’en parler) et il me conseillais des « huiles essentielles » (il est hors de question que je prenne un truc qui ne m’est pas conseillé par un toubib ; sur le web, les articles non sponsorisés montrent par ailleurs qu’elles sont potentiellement dangereuses).

Le lendemain, il est venu avec une photo qu’il avait faite d’un dictionnaire des huiles essentielles pour me montrer qu’il avait ce qu’il me fallait. Je l’ai rembarré gentiment. Il a insisté. Je me suis fâché et j’ai dit que je n’avais rien à foutre de ses trucs pas scientifiques et que j’étais capable d’aller voir un toubib si j’en avais envie. Le ton a monté et il a fini par me dire : « ah tu es comme les partisans des vaccins, tu crois tout ce qu’on te dit alors qu’on nous ment en permanence » et a poursuivi par un truc qui ressemblait à « tu vois bien qu’on nous pulvérise des produits, tu connais les chemtrails, non, tu es vraiment un neuneu influençable. »

 


Tout ça pour dire que les détracteurs des vaccins contre le covid auraient dû être un peu plus prudents pour éviter que je ne mette en cause leur santé mentale et de qu’ils s’indignent qu’on les traite de complotistes.


L'article nous dit aussi qu'on n'aurait dû se confiner plus tôt que pas que Castex était chiant comme la lune.

4 commentaires:

  1. Prends garde avec les huiles essentielles.
    Effectivement sur certaines personnes elles peuvent avoir des effets secondaires graves (notamment allergiques -oedeme de quincke)
    Ceci étant etcà mon avis, elles peuvent aider efficacement dans certains soins pour ce que j'ai contaté.
    Hélène

    RépondreSupprimer
  2. Pour les "chemtrails" je ne connais pas le principe (suputé ou existant) mais ce que j'ai appris dans les années 60 c'est que l'iodure d'argent était utilisé pour la pluie etc
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Ensemencement_des_nuages

    Le covid ... nous ne pouvons qu'accorder notre confiance à ceux qui nous convainquent et à nos propres constats.
    Donc toute discussion est stérile au minimum et au pire exacerbe des haines chez les plus accrocheurs.

    Le confinement a été très dur à supporter pour une bonne partie des Français, il faudra un jour faire le même bilan que pour les traitements médicaux : les effets secondaires ne sont ils pas ont pire que la maladie.
    Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les effets secondaires ont été terribles mais il ne faut pas abuser, tout de même.

      Supprimer

La modération des commentaires est activée. Je publie ceux que je veux c'est-à-dire tous sauf ceux qui proviennent probablement d'emmerdeurs notoires.