06 février 2024

Référendum de paille

 


Le referendum hidalguesque sur l’augmentation du coût du stationnement pour les véhicules lourds et autres SUV a été un fiasco. Moins de 3% des parisiens inscrits sur les listes électorales ont voté pour et, en plus, on imagine que les boboécolos qui veulent taper sur les pollueurs et les gauchistes qui veulent taper sur les riches se sont déplacés en masse. Autant dire qu’une immense majorité de la population s’en fout.

C’est la démonstration que tout ne doit pas être du ressort d’un référendum et que c’est bien le rôle de nos politiciens d’agir, sur la base d’un programme et en prévision des prochains suffrages.

Le sujet a largement fait le tour de la presse et des réseaux sociaux et je ne vais qu’ajouter quelques réflexions, bien évidemment de la plus haute tenue sinon je ne servirais à rien.

 

Tout d’abord, les partis populistes qui réclament des « référendums d’initiative populaire » et des consultations du même métal se plantent largement, surtout quand ils le font au prétexte d’augmenter la démocratie. C’est de la pure démagogie et vive la démocratie représentative.

Ensuite, je suis contre ce type de mesure : si ces véhicules sont polluants et peuvent être remplacés par des machins moins abominables, ils doivent être interdits. Point barre. Je n’ai pas dit que j’étais pour cette interdiction (je suis partagé : contre les machins qui polluent mais pour les libertés individuelles) mais je suis contre toute fiscalité qui permet aux riches d’acheter un droit à polluer.

« Hé mec, j’ai du pognon, j’ai le droit de détruire la planète. » Pour résumer.

 

A force de lire des articles et d’écouter des collègues de boulot ou de bistro, je ne sais plus sur quoi portait la question (et je m’en fous, ce qui n’aide en rien ma mémoire). Il n’empêche qu’il faut être un peu débile pour avoir une grosse voiture à Paris. Il vaut mieux une petite poubelle qui ne craint pas les chocs et se faufile partout tout en pouvant se garer sans occuper la surface d’un studio parisien.

Je conchie, en plus, tous les zozos qui achètent une grosse caisse pour montrer leur aisance, tout comme les abrutis qui boivent des bières spéciales hors de prix alors que la bière de base est bonne et bien plus digeste.

Amen.


Dépenser du pognon pour une caisse quand on habite en ville alors qu'il est si simple d'en louer une et de se faire livrer les courses est significatif des manques de moyen de la psychiatrie en France, tout comme le fait de penser qu'on peut sauver le monde à coup de referendums dans la capitale.

20 commentaires:

  1. salut

    Sans épiloguer sur ceux qui vont se retrouver à payer plus cher alors qu'ils ont une électrique ou une hybride (la batterie est lourde, de chez lourde) ou de ceux qui, de toute façon, prennent le métro. Ce qui m'horripile dans cette histoire c'est l'organisation d'un référendum qui a du couter 400K€ soit le cout de la rénovation de quelques classes d'école dont la mairie a la charge (ou autre chose pour lesquelles la même mairie se plaint de ne plus avoir de moyen ou d'aides de l'état) alors que c'était dans leur programme dans la rubrique "Le vert en beauté". Ils sont élus pour prendre des décisions prévues dans leur programme et voilà qu'ils veulent les faire légitimer. A croire qu'ils doutent de la leur.
    Là ils se retrouvent avec un résultat qui, clairement, est anti non parisiens puisque le stationnement résidentiel ne change pas et les souterrains non plus (si j'ai bien lu). Il reste dans leur programme la ligne "suppression de 60 000 places de parking"

    Après, je viens à Paris en TGV, je fais tout à pied, je n'y habite pas. C'est le concept je suis élu avec un programme et je dépense des sous bien utiles ailleurs qui me fait réagir

    RépondreSupprimer
  2. J'y vois un autre enseignement : les Français se foutent de la politique, y compris au niveau local. Ils votent et sont peinards durant 5 ou 6 ans selon l'élection.

    Sinon, je trouve que les pouvoirs publics devraient s'intéresser au tonnage des véhicules, qui est aujourd'hui un des critères majeurs de la consommation d'énergie en plus de la hauteur. Il faut y mettre une limite - si possible au niveau européen, ce dont je doute - pour ce qui est des voitures de loisirs. Je te rejoins sur le fait que les surtaxer outrancièrement revient à leur donner à un droit à polluer. On entre alors dans la logique des biens dits Veblen, dont la demande augmente avec le prix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas s'ils s'en foutent totalement mais ce qu'il y a de sûr c'est qu'ils ne veulent pas avoir à trancher ce genre de truc. A la limite, ce n'est pas de la politique...

      Pour ce qui concerne le reste (y compris le doute), on est d'accord ! C'est plus le tonnage qui est en jeu (je ne sais pas si la hauteur joue vraiment sur la consommation sauf à grande vitesse).

      Supprimer
  3. Bah
    Les seuls bénéficiaires de cette mesure sont ceux qui encaissent les montants des parcmètres.
    A part ça, ni les poumons des parisiens, ni "le ciel de Paris" n'en profiteront, comme d'ailleurs 90 % des mesures écologiques.
    Elles vident les poches des Français, bloquent les biens qui devraient être mis a la location (isolations de l'habitat) et ont une influence négative sur le marché de l'immobilier (liste non exhaustive).
    Vivent eux !
    Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1. C'est ce qu'on dit à chaque nouvelle augmentation de taxe : c'est pour renflouer le budget mais je n'y crois pas (le montant du déficit de Paris est-elle qu'il serait plus efficace de pisser dans un violon).

      2. Vider les poches de ceux qui ont du pognon et achètent des bagnoles inutiles ne me gêne pas.

      3. Pour l'impact sur le marché de l'immobilier, je ne sais pas. Mais Paris est la cinquième grande ville mondiale la plus dense (et la première de notre monde dit "développé") : dissuader les habitants d'y habiter est de salubrité publique.

      Supprimer
  4. J’attendais le référendum au sujet de plus ou moi s ou pareil d’immigration mais je dois encore patienter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un referendum au sujet de l'immigration n'empêcherait pas les clandestins de venir se réfugier chez nous et ne servirait donc pas à grand chose. On pourrait avoir un referendum rendant obligatoire l'exécution des OQTF mais l'impact sur le budget serait tel que le texte serait jugé non conforme à la Constitution.

      Supprimer
  5. J'ai eu un mal de chien à cliquer sur le bouton "répondre" sous le commentaire de Denis et je n'arrive pas sous celui de Cyrille. Les bugs Blogger... Je vais donc répondre ici, à l'ancienne.

    Cyrille,

    On est d'accord, en gros, mais la démocratie a un coup. 400 000 euros, c'est rien. Mais oui, c'est une mesure qui doit être dans le programme et pas faite comme un coup de comme, à la volée.

    Que le résultat soit "anti non parisien" ne me choque pas. Les Parisiens font bien ce qu'ils veulent chez eux, dans le cadre de la loi et de la Constitution.

    RépondreSupprimer
  6. La métropole d'Aix-Marseille reporte l'extension de la ZFE pour les Crit'Air 3
    "J'ai décidé de ne pas mettre en application le Crit'Air 3, qui devait entrer en vigueur le 1er janvier 2025 à Marseille. Je le reporte sine die. Il faut du temps, il faut être plus tolérant", explique Martine Vassal."

    Contre la surtaxation des SUV....
    _____________

    Devant la montagne de polluants émis par d'autres sources que les automobilistes, on ne peut que saluer la logique de Martine Vassal. (Paquebots de croisière, Fos sur Mer etc.)
    Hélène



    https://www.bfmtv.com/marseille/la-metropole-d-aix-marseille-reporte-l-extension-de-la-zfe-pour-les-crit-air-3_AD-202402030493.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle n'a pas tort sur le fond. Néanmoins :

      1. Une responsable d'une collectivité territoriale ne peut pas s'opposer à la loi.

      2. Si on continue à justifier le fait de ne rien faire parce qu'il y a d'autres pollueurs, on ne va pas avancer...

      Supprimer
    2. Elle ne s'oppose pas, elle "reporte"
      Hélène

      Supprimer
  7. Je dois être idiot, mais je n'arrive pas à comprendre comment, concrètement, les parcmètres feront pour différencier un SUV d'une bagnole de salaud-de-pauvre au moment de délivrer son ticket de stationnement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes idiots tous les deux, Didier. On m'a répondu dans Twitter. Dans les <a href="https://www.plaquimmat.fr/le-stationnement-payant-changent-au-1er-janvier-2018/36#:~:text=Horodateur%20et%20saisie%20du%20num%C3%A9ro%20d'immatriculation&text=Donc%20plus%20besoin%20de%20d%C3%A9poser,horodateurs%20sont%20connect%C3%A9s%20entre%20eux.>nouveau parcmètres</a> (à partir de 2018), il faut saisir le numéro d'immatriculation. Le service des cartes grises pourra miraculeusement être appelé en temps réel pour obtenir le modèle du véhicule.

      Supprimer
    2. Oups !

      Nous sommes idiots tous les deux, Didier. On m'a répondu dans Twitter. Dans les nouveau parcmètres (à partir de 2018), il faut saisir le numéro d'immatriculation. Le service des cartes grises pourra miraculeusement être appelé en temps réel pour obtenir le modèle du véhicule.

      Supprimer
    3. Me voilà rassuré ! J'étais très inquiet pour les finances de Mme Dingo…

      Supprimer
  8. Ah, je vois que le progrès progresse et que les parcmètres peuvent discuter avec le service des cartes grises, tout au moins quand celui-ci n'est pas débordé. C'est formidable mais cela reste petit bras. En effet, après avoir appris le modèle et la masse de la bagnole, il pourraient demander l'identité du proprio de l'engin pour ensuite entamer une petite causette avec un gafam qui passerait par-là afin de savoir si ce salaud de proprio n'aurait pas, par hasard, déjà tenu quelques propos haineux sur la toile. Si c'est le cas, une surtaxe de 50% devrait s'imposer car il ne faudrait pas que Paris serve de refuge aux salfachos proprio d'autos ....

    La Dive

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Restons calmes... Les machins sont déjà connectés, il n'y a rien de neuf.

      Supprimer
  9. Encore une attaque en bonnet difforme contre nos classes moyennes laborieuses qui se lèvent le matin pour réarmer le pays.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. Je publie ceux que je veux c'est-à-dire tous sauf ceux qui proviennent probablement d'emmerdeurs notoires.