08 juin 2006

M. Sarkozy, chef d’à côté, a annoncé aujourd’hui ses chiffres de la délinquance.

Il est content de lui. Le chiffre global baisse de 8,80 % depuis 2002 alors qu’il aurait augmenté de 14,5 % sous la législature suivante…

Tiens, c’est marrant, les socialistes publient un communiqué de presse où on apprend les chiffres qui ont augmentés… Et qui rappelle, d’ailleurs que « la pression de la culture de la statistique à laquelle sont soumis les policiers conduit à décourager le dépôt de plainte. Ainsi en matière de violences, 32% des faits signalés par les victimes à la police et à la gendarmerie ne sont enregistrés qu’en main courante pour ne pas être comptabilisés dans les statistiques ».

C’est vrai ! Sous une législature de droite (en 1995 si ma mémoire est bonne), je me suis fait fracturé ma voiture dans mon parking. Je suis allé au commissariat du coin, et j’ai été reçu par l’inspecteur La Bavure. Ce n’est pas son nom, c’est le surnom qu’on lui donnait à l’époque où il fréquentait les mêmes bistros que moi, mais à l’époque je ne fréquentais pas les bistros près de chez moi, c’est après que j’ai revu le bonhomme.

Je m’égare à parler de ma vie privée dans un blog sérieux. J’arrive au Commissariat. Dans le hall, il y avait une petite dizaine de gugusses. Je me dis « Merde, il va falloir attendre » (je suis très grossier quand je me parle ». Voilà La Bavure, qui me fait passer en priorité en m’expliquant la raison. Je ne vais pas la dire ici : ses collègues et notre ministre (je ne sais pas s’il me lit) auraient honte.

Je m’égare toujours. Je lui explique mon histoire et lui indique mon intention de porter plainte. Il m’explique que ce n’est pas la peine et qu’une main courante suffit pour l’assurance…

Je ne m’égare pas mais voilà quand même le principe de base des statistiques criminelles. On peut faire dire aux chiffres ce qu’on veut.
Par une dépêche AFP de ce matin, l’AFP nous informe que « Le nombre de violences commises avec armes en milieu scolaire est passé de 385 en 2003-2004 à 667 en 2004-2005, soit une augmentation de 73,25%, selon une étude de la Direction centrale des Renseignements généraux (DCRG) réalisée fin mai ».
C’est ça la baisse à Nicolas Sarkozy.
Il se vante par ailleurs que la progresse de la violence aux personnes augmente seulement de 12,45% alors qu’avant elle avait augmenté de 42,20%. Ca me rappelle les gouvernements qui se vantent d’avoir ralenti la progression du chômage.
Donc voilà le bilan de Nicolas Sarkozy : une hausse de la violence aux personnes… Ce qui est quand même ça la vraie insécurité. Mais ce qui compte pour les électeurs c’est le sentiment d’insécurité.
Ceci dit cette augmentation de la violence aux personnes est-elle imputable aux gouvernements ?
Ou à l’augmentation du nombre de cartes bancaires et de téléphones portables et autres gadgets modernes, lecteurs MP3, … ?

J'oubliais un détail ! Pourquoi NS publie-t-il les chiffres aujourd'hui ?

2 commentaires:

  1. Et pourquoi personne ne commente cet excellent article ? C'est dommage !
    :-)

    [Moi, je ne me sens plus insécurisé, depuis que je n'ai plus de voiture !]

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.