03 août 2020

Les droits à la déconnexion et à glander pendant les heures de travail et vice versa

Pendant la seconde quinzaine de juillet, j’ai eu une forte baisse d’activité en dehors des heures de réunion (l’activité est naturellement ralentie avec l’étalement des congés et le hasard a fait que je n’avais plus de dossier à traiter). Ces périodes ne sont pas rares. C’est lié à la structure de mon boulot (la contrepartie est que je vais passer des semaines la tête sous l’eau).

 

C’est la troisième fois que ça m’arrive depuis le début du confinement et du télétravail non stop. Il y a eu la première semaine où tout le monde était occupé par la mise en place du nouveau dispositif de travail mais je n’étais pas vraiment concerné… Je m’occupais en me documentant sur les outils de travail collaboratif, notamment Teams, ce lui que nous allions avoir à utiliser. Il y a eu une autre phase, vers fin avril. Je crois avoir analysé comme un retour à la routine, pour les équipes mais qu’elles n’avaient pas réussi à se replonger dans les dossiers ! Pas facile de se plonger dans des projets quand on n’est pas au bureau. La gestion quotidienne se fait très bien en télétravail mais une page blanche ne se remplit pas. Je me rappelle avoir appelé l’adjoint de la chef pour lui supplier de me donner du travail, n’importe quoi, est Excel à remplir pour préparer le plan de charge, de la documentation à faire sur un sujet que je ne connais pas,… Ca fait plus de quinze ans que j’ai la même chef et elle est habituée à ce que je rende satisfaction mais se fout totalement de ce que je peux glander au quotidien…

 

Quand je suis au bureau, je suis connu par mes collègues pour passer du temps par période, à glander dans Facebook ou à jouer avec mon iPhone, tout en étant disponible de 8 à 21h et, pendant d’autres, à bosser comme un fou en courant dans tous les sens.

 

Pourtant, ce n’est pas facile de ne rien faire quand vous êtes au bureau si vous êtes quelqu’un de normal (j’entends par là, pas un fainéant, un fainéant n’a pas de complexe et on les repère assez facilement : ils passent leur temps à discuter avec les autres pour s’occuper alors que les « normaux » voudraient le faire en travaillant). Il vous faut faire quelque chose, non seulement pour vous occuper mais aussi pour vous donner l’impression d’être utile « socialement »… et éviter d’avoir celle que les chefs pensent que vous ne serviez à rien.

 

Evidemment, il y a une grosse différence entre le travail normal et le télétravail. En télétravail, vous ne distrayez pas les autres en glandant et vous avez toujours de quoi vous occuper. Vous vous foutez des chefs : ils ne peuvent pas vraiment savoir ce que vous faites mais ils ne sont pas mécontents vu que le travail pour lequel vous êtes payés est fait (ce n’est pas souvent que je donne un argument contre le télétravail, ici, mais la contrepartie est que, si vous glandez au bureau, c’est la productivité de vos collègues qui baisse). En plus, au bureau, vous êtes à votre poste de travail et vous pouvez lire les mails dès qu’ils arrivent et donc y répondre au plus vite.

 

Pendant la première partie de mon télétravail de déconfinage en Bretagne, je m’efforçais de prendre des pauses d’un quart d’heure plusieurs fois par jour ou, du moins à ne pas passer plus d’un quart d’heure en pause (à faire la cuisine, à entretenir le jardin, à faire ma toilette, à déjeuner,…) sans consulter mes mails « au cas où ». C’est peut-être à cause de ce que j’appelais « l’utilité sociale » ou ne pas supporter le sentiment de trahir la confiance de celui qui vous accorde un salaire… Cela étant, hormis ces deux dernières semaines, j’ai été bien occupé, de quoi dépasser 8 heures par jour de boulot (comptez donc le temps de travail effectif d’un cadre dans un bureau d’une grande entreprise, en comptant l’heure tardive d’arriver, la pause déjeuner consacrée aux courses, le départ à la bourre pour aller chercher les mômes, les discussions avec les collègues, les travaux personnels, courses et démarches administratives sur internet : cela dépasse rarement 6h30 – j’ai vérifié : je suis une pute, les salariés étant renforcés dans leurs idées du fait qu’ils passent deux heures de travail par jour dans les transports en commun et sont donc absents de la maison près de 9h par jour).

 

Du coup, pendant ces deux semaines, j’attendais les mails, histoire d’avoir une occupation plus rapidement.  Et comme j’étais fatigué (sept mois sans vrais congés, je passais du temps sur mon lit, dans le fauteuil du séjour… à lire à jouer… et à dormir), je ne pouvais passer du temps devant mon PC à attendre les mails. J’ai alors eu une idée géniale : activer les notifications sur mon iPhone pour les mails professionnels.

 

Je l’ai fait un peu par hasard. Je m’étais inscrit à des réseaux sociaux ou réactivé

d’autres (comme Instagram, voir mon billet d’hier) et donc revu les notifications… Et j’ai pensé à Outlook ! L’idée géniale en question. J’ai subitement retrouvé une sensation de liberté, disponible à 100% sans, pour autant, être scotché à mon poste de travail. Je m’étais toujours refusé à le faire au nom de la sacrosainte au nom de lu sacro-saint « droit à la déconnexion ». J’avais désactivé les notifications sur mon téléphone professionnel car je ne l’utilise que pour être appelé et j’en avais marre d’y recevoir des notifications alors que je les avais sur mon PC mais je n’avais jamais pensé à l’iPhone personnel !

 

Le bonheur ! Je vais au bistro à 17h30 et je reçois une notification pour un mail professionnel. Et je le lis ou le traite… Il ne s’agit pas de tricher et de faire croire qu’on travaille tout le temps : la plupart des cadres supérieurs en entreprise reçoivent des centaines de message par jour, il faut les lire souvent pour éviter d’en avoir une cinquantaine à la reprise, le matin. Il y a deux choses : d’une part ce sentiment d’utilité sociale (dont le fait de mériter un salaire) et, d’autre part, un besoin d’efficacité collective : si vous pouvez traiter un mail en quelques secondes pendant vos heures de loisirs, cela empêchera vos collègues de passer des heures à trouver la réponse et donnera toute satisfaction au demandeur.

 

Alors pourquoi ne pas étendre la réflexion aux congés payés ! De toute manière, le cadre supérieur a intérêt à lire ses mails au jour le jour pour éviter d’avoir un stock trop important à la reprise. Ce stock important lu en vitesse vous ferait zapper des informations importantes perdues au milieu de tonnes de données et vous occuperait plusieurs journées. On le fait quasiment tous. Et quitte à lire les mails, autant les traiter s’il faut le faire, sinon, on oubliera à la rentrée (on ne va pas relire les mails déjà lus…). Et vous n’avez pas les traiter vu que vous êtes en congés : donc vous les faites suivre à des collègues si vous n’avez pas une réponse immédiate à apporter. C’est paradoxal : vous les traitez parce que vous n’avez pas à les traiter parce qu’en les traitant en mode « déconnecté », vous pouvez le faire superficiellement et que vous n’aurez plus à les traiter à fond !

 

Ainsi, le droit à la déconnexion est une vraie foutaise. Evidemment, vous ne lirez pas les mails pendant un repas de famille ou une après-midi à la plage mais vous les lirez après…

 

Vendredi soir, j’étais en congés et j’ai oublié de désactiver les notifications. Dans le fond, ce n’est pas grave (c’était sans compter avec les six mails de statistiques hebdomadaires que je reçois à 4h le lundi matin et qui m’ont réveillé) : je ne reçois pas de mail le week-end sauf cas particulier ! Et il y en a eu un dimanche : les types de la production informatique ont cru qu’un de nos serveurs était planté et qu’il y avait eu un impact pour la clientèle. En tant normal, je n’aurais rien pu faire alors, à la fois en congés et en week-end, ce n’était même pas la peine que je bouge un sourcil… Recevoir un mail important (et ceux en réponse, au fur et à mesure du traitement de l’incident) ne pas dérangé !

 

Ce matin, je n’y pensais plus (sauf à 4h…). Ce n’est qu’après avoir commencé à rédiger ce mail que j’ai commencé à recevoir des notifications et à les lire d’un œil discret. Je ne sais pas si je vais les couper (je vais arrêter le bip qui va avec, quand même…). En fait, ce qui m’a le plus dérangé, ce matin, ce sont les mails négatifs, en l’occurrence ceux d’une collègue d’un lointain service qui nous rappelait ce que nous avions à faire, histoire de montrer à tous que c’est elle qui menait le jeu. Ce qui m’a gêné, en fait, c’est qu’en étant en congés, je n’ai pas plus lui répondre avec ma pensée profonde : « si tu veux faire notre boulot, tu peux le faire, mais je vais aussi dire à ton patron que tu veux faire notre boulot et qu’en nous disant quoi faire, tu fais un truc pour lequel tu n’es pas payée et tu coûtes cher à la boite. »

 

Je crois que tous ces sujets doivent être traités globalement : le droit à la déconnexion, celui de glander pendant les heures de travail ou de travailler pendant les heures de glande, le télétravail, la surveillance du travail des autres doivent être traités globalement, surtout dans les grandes entreprises. Ainsi, qu’une personne d’un autre service nous rappelle ce qu’on a à faire est beaucoup plus dégradant et fatigant que de se sentir obligé pour différentes raisons de lire des mails.

 

Et le monde du travail s’en sortira beaucoup mieux…

 

 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...