27 juin 2022

Pérégrinations hospitalières

 


Depuis le début du mois, je retarde le jour de la rédaction d’un billet (le deuxième, en fait) sur l’administration des Hôpitaux de Paris. Je l’avais rédigé par étape mais Martin Hirsch, le patron d’AP-HP a démissionné le jour où j’avais prévu de le publier, m’obligeant à revoir une partie (je consacrais une partie de ma prose à décrire le gigantisme d’AP-HP et à présenter le fonctionnement global du suivi des malades, pour ceux qui ont la chance de ne pas savoir).

J’avais rendez-vous dans un service en « hôpital de jour » (HDJ, on appelait ça « ambulatoire », dans le temps) le 1er juin à 8h15 dans un service qui n’ouvre qu’à 9 heures pour faire des examens, dans un autre, à 8h30. Je n’invente rien. La secrétaire de mon chirurgien doit aurait dû mettre un sixième de mes poumons de côté demain pour son chat s’était plantée. Et comme on reçoit des convocations par mail, par courrier et par SMS, avec des mails qui te disent de pas lire les SMS et des SMS qui disent qu’ils doivent avoir le dernier mot, on finit par ne plus se baser que sur sa mémoire et la mienne est assez bonne pour ces bricoles (et seulement pour elles, j’oublie des rendez-vous sauf quand c’est le bordel, en fait !).

Le rendez-vous du 1er juin à 8h30 a été reporté le 15 juin à 8h30 ce qui tombe bien vu que j’avais un autre rendez-vous à une autre HDJ à 10h15 pour faire des examens dans deux autres services (l’hôpital Cochin est énorme !). Mais le 1er juin, je dans l’HDJ initiale, je croise mon chirurgien qui me dit que son chat à faim et qu’il devrait être en mesure de m’ablationnaliser le lobe inférieur droit prochainement et qu’il voulait me voir. Nous nous mettons d’accord pour le 17 pour un simple rendez-vous pour une opération devant avoir lieu le mardi suivant, le 21, donc, avec une hospitalisation dès la veille.

C’est clair, non ! Le rendez-vous du 17 tombait bien vu que j’en avais déjà dans un autre bâtiment de Cochin pour un petscan, un truc bien chiant mais moins que l’IRM. Du coup, il confirme la date à l’infirmière qui coordonne l’HDJ mais donne une autre date à sa secrétaire et me voila avec deux rendez-vous en stock. Nous nous en rendons compte assez tôt pour tout éclaircir mais les saisies ayant été faites dans le grand ordinateur d’AP-HP, j’ai reçu un bon lot de SMS et de mail contradictoires.

 

Le samedi (le 18, si je compte bien), le chirurgien m’appelle pour me dire que le robot était en maintenance et que l’opération était décalée d’une semaine – donc demain avec hospitalisation ce soir – ce qui rentre formellement dans mon crâne. J’ai profité d’un moment de répit avant l’heure de l’apéro pour prévenir ma hiérarchie, les plus proches collègues, la famille, les potes par mail, d’autre par Messenger et d’autres par SMS. Je ne sais plus où j’en suis.

Le lundi (le 20, si je compte bien), la secrétaire – celle qui avait déjà fait une erreur pour le 1er – m’appelle pour me confirmer ce qu’avait dit le chirurgien mais me dit une autre date ce qui ne rentre pas dans mon pauvre ciboulot. Donc je ne réagis pas. Nous convenons qu’elle m’enverrait le dossier par mail pour l’admission.

Je n’ai rien reçu mais je n’arrivais pas à m’en faire. Et je reçois des mails pour un rendez-vous lundi prochain mais ne précisait pas dans quel service ce qui me fait me rappeler que j’ai logiquement un rendez-vous dans un autre HDJ, mon SAPL, pour tout vous dire, le 5. Je me promettais de tout mettre au clair.

 

Je me pointe aujourd’hui à Cochin et l’infirmière du service où je devais être hospitalisé et qui était la même de l’HDJ du 1er me souhaite la bienvenue. Problème, elle ne trouve plus mon rendez-vous dans ses tablettes. Elle appelle la secrétaire du chirurgien, heureusement dans le même bâtiment, qui a pu me montrer le papier brouillons où elle avait pris les notes me concernant : l’opération est bien le mardi 6 juillet.

 

Les hôpitaux sont plein de gens compétents et charmants : ils vont rétablir ma santé… physique. Au niveau du mental, je ne garantis plus rien.

Vous allez en subir les dommages vu que je vais pouvoir faire plein de billets de blogs pendant la semaine.

11 commentaires:

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...