06 septembre 2022

Vive le manifeste !

 


C’est probable que certains militants socialistes ne comprennent plus rien ou sont complètement dépassés. J’en ai même vu un qui, au sujet du manifeste de Bernard Cazeneuve, expliquent que « le congrès tranchera entre la ligne Faure et la ligne Cazeneuve. » Sauf que Nanard n’est plus au parti et n’a probablement que faire de cette vieille serpillière usagée : il va poursuivre sa route, au moins jusqu’aux prochaines échéances électorales, où il pourra mesure la distance franchie depuis ce dimanche 4 août.

J’ai évidemment signé ce manifeste et je ne vais pas revenir, dès aujourd’hui, sur les différentes raisons qui ont poussé mon stylo (ou, plus précisément, mon index sur l’écran de l’iPhone pendant mon voyage d’hier) : j’avais commencé à le faire mais mon billet ressemblait à un de ceux que je faisais au moment des élections.

 

Je vais quand même répondre aux copains très critiques sur la démarche : laissez-nous vivre… La démocratie n’est pas de ranger tout le monde derrière une opinion : Nupes a perdu à cause de cette union qui n’est pas rassembleuse. Vous ne pourrez pas me forcer à voter pour un programme qui me déplait porté par des gens en qui je n’ai pas confiance et qui veulent m’imposer un style de vie à coup de leçons de morale.

Le texte de Cazeneuve n’est pas un catalogue de mesure mais la description d’un projet dans lequel je me reconnais et qui dénonce, par ailleurs, certains comportements outranciers qui nous pèsent depuis des semaines.

 

La prochaine échéance électorale est l’élection européenne : il est hors de question que je vote, à cette occasion, pour une « coalition » qui refuse le projet européen au point de faire la base d’un accord électoral que la possibilité de ne pas le respecter et il est hors de question que je vote, à nouveau, pour un parti socialiste qui, comme en 2019, a abandonné ce scrutin tant il n’avait pas confiance en lui-même, tant il a encouragé sa propre perte. Olivier Faure était déjà à la tête du parti lors de cette erreur et, depuis, rien ne va mieux. J’ai plein de respect pour les gens qui continuent à y croire, à penser que remonter la pente sera difficile, qu’il faut suivre la voie et tout ça mais laissez-moi ne pas y croire et me réjouir de la survenue d’une force sociale-démocrate ayant une chance d’aboutir.

Bien sûr, l’appel de Cazeneuve fait suite aux propositions de Julien Dray, aux annonces de Stéphane Le Foll et sans doute à un tas de machins auxquels j’adhère. Bien sûr, j’ai un sérieux doute sur le fait que cela aboutisse à quelque chose de précis. Bien sûr, je me demande si ce machin est assez « inclusif ». C’est un mot à la mode, je veux dire « s’il prend bien en compte la diversité de la sociale démocratie », pas que le centre gauche mais aussi la « gauche républicaine et socialiste », mais aussi le vrai centre, soit une passerelle vers les gens de gauche tournés vers la macronie.

A propos de ces derniers, on lit un peu de tout tant on prend plaisir à vouloir les enterrer mais il ne faut pas prendre le sujet à l’envers : s’ils vont vers Macron, c’est parce que la gauche s’est tournée vers une radicalité. Beaucoup, d’ailleurs, ont voté « Macron », comme moi, sans conviction pour le bonhomme mais parce que le constat est simple : la gauche a fait sous elle et a abandonné ses électeurs.

 


Je lisais encore récemment un texte qui disait que la France était de plus en plus à droite. Je vous passe le fait qu’on entend cela depuis des dizaines d’années : la vérité est que ceux qui représentent la gauche actuelle ont totalement dégouté l’électorat qui, lui, est bien resté à gauche mais ne peut que voter au centre pour ne pas renier ses convictions. Rien que depuis que je tiens ce blog, une bonne quinzaine d’année, j’ai subi des attaques presque mensuelles d’imbéciles qui se croient être les seuls représentants de la gauche.

Alors tant pis ! Ce qu’il y a de dommage, c’est qu’un tas de militants ont fini par les suivre, non pas parce qu’ils étaient intimidés, j’espère, mais parce qu’ils ne savaient plus trop où aller et que leurs habitudes les poussent à militer tout comme certains militants ont dans les veines de ne voter que pour des formations bien estampillées à gauche.

C’est ainsi que ce qu’il reste d’une gauche se retrouve à 30% alors qu’il en faudrait 40 pour gouverner, avec des gens qui votent par réflexe et pas par conviction.

 

J’espère donc que le manifeste ouvrira une nouvelle voie, qu’il est le début de la reconstruction de l’autre partie des gauches irréconciliables, celle plus proche du centre, celle qui gagne des élections, souvent, d’ailleurs, avec un programme bien plus radical que le catalogue de mesures qui sert de phare à l’Avenir En Commun, la France Insoumise et la Nouvelle Union Populaire Ecologiste et Socialiste (de mémoire) mais qui ne dessine aucun projet de société, qui ne présente pas la France de demain mais uniquement des arguments pour dire « on est les seuls à gauche ».

Le problème est que les Français n’en veulent pas alors laissez nous tenter autre chose.

17 commentaires:

  1. c est pas gagné d'avance pour Cazeneuve si on en croit les propos de F Degoix pour qui il n'y a pas de solution en dehors de Mélenchon : (source http://noslendemains.fr/)
    "Pathétiques , l’offensive des hollandais , via Bernard Cazeneuve , pour tenter de faire échouer la Nupes . Ces gens là ont perdu tout ce qu’ils avaient gagné en 2012 par lâcheté , divisions , haines recuites et ambitions personnelles . Ils ont dilapidé leur conquête politique exceptionnelle en 5 ans et reviennent pour rejouer la même chanson . Sans comprendre que le moment est radical , au sens du retour aux racines , celle de la gauche de combat social et désormais environnemental . Ces soi -disant sociaux démocrates tentent pour la énieme fois de creuser la tombe d’une gauche qui retrouve des couleurs grâce à la maestria politique de Melenchon et à l’union , seule planche de salut. L’ initiative , sous des grands discours de philosophie politique , ne vise qu’à gagner un congrès , pour tenter de remettre en piste Hollande , ou l’un des tenants de cette gauche qui ne peut et ne sait pas barrer par mer déchaînée , tant elle manque de courage ."
    Marco

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est une grosse conne qui a perdu toute crédibilité.
      NJ.

      Supprimer
    2. Admettons que F Degoix soit une cassandre..."haines recuites et ambitions personnelles" je crois qu'elle parle de Mélenchon. "divisions", attendons que El liberator passe le bâton (ou de vie à trépas, c'est quoiqu'on en pense inéluctable" pour voir si ceux qui par "lâcheté" se soumettent ne retrouvent pas les leurs de haines, ambitions...Mouette and sea

      Supprimer
    3. Je la follow dans Twitter depuis des années et elle me fait rigoler avec toutes cette bêtise de fanatique typique.

      Supprimer
    4. S'il faut écouter Degoix ou Royal, vous êtes mal barrés :)

      Supprimer
    5. On n'est pas obligés, non plus, hein !

      Supprimer
  2. tu aurais pu mettre le lien :-) bon sinon, quoi reprocher à ce texte ? pas grand chose si ce n'est que Macron n'a pas été qu'un choix par défaut pour des millions (des milliards même) d'électeurs. Mais enfin, il fallait bien que les signataires marquent leur différence. Texte un peu long quand même et avec des mots ampoulés et savants. Nos politiques ont encore pas mal de boulot à faire pour causer simplement aux braves gens que nous sommes. personnellement je trouve dommage que B Cazeneuve n'ait pas fait un bout de chemin avec Macron et réciproquement (on peut rêver hein ?). A suivre ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un peu long et ampoulé, ça rappelle les motions du PS...

      Supprimer
    2. je n'ai pas osé le dire ...:-)

      Supprimer
    3. N’oublie pas de signer.

      Supprimer
  3. Il est indéniable que le style et les compétences de Bernard Cazeneuve marquent une réflexion très loin de l'ahurissant activisme de notre Savonarole des temps modernes qui apparaît de plus en plus comme l'enfant naturel de Poutine et de Trump.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le style littéraire est un tantinet insipide mais pour le reste, oui...

      Supprimer
  4. J'aimerai bien moi être l'héritier de Poutine et de Trump. Avec un peu de bol je pourrais hériter de leur fortune et de leur sens politique.
    La Dive

    RépondreSupprimer
  5. Bon, je n'ai pas lu le texte et ne le lirai pas puisqu'il ne s'adresse pas à moi. Par contre, en tant que citoyen républicain, je suis convaincu du besoin vital d'une gauche et d'une droite républicaine. Pas ces barjots jojos qui s'amusent à venir sans cravate à l'assemblée nationale pour faire chic et nous disent quoi manger, quoi penser, et comment se comporter. Ni ces opportunistes près à tout pour un steack, quitte à penser aujourd'hui l'inverse de ce qu'ils pensaient hier.

    Bernard Cazeneuve a démontré qu'il était un vrai homme d'état. Suivant la configuration du deuxième tour, je n'aurais aucun mal à lui apporté mon vote.
    Mais comme j'espère une droite républicaine solide, j'espère ne pas avoir à le faire ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu le feras...

      Cazeneuve n'est pas encore candidat, il y a du boulot, avant... Je ne sais pas ce qu'il a dans le crane mais probablement pas la magistrature suprême : pour être candidat, il faut être fou (avec de la bonne folie, hein !).

      Supprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...