01 février 2018

La bourde du jour en communication politique

Cette histoire est délirante. Nous avons un type qui a tué sa femme (d'après la rumeur parce qu'elle a dit qu'il bandait mou). Son avocat dit des conneries à la télé. La ministresse du droit des gonzesses dit, à raison, qu'on ne peut pas justifier un feminicide avec de telles conneries. 


Le chef du parti unique du gouvernement auquel elle appartient répond que les ministres n'ont pas à entrer dans une affaire judiciaire ce à quoi elle est obligée de répondre (illustration). 


Si le patron de LREM de permet de recadrer un membre du gouvernement, on ne peut pas omettre d'imaginer que ce type est un vrai con. D'autant que le recadrage en question est complètement crétin. 


Si un avocat dit des conneries sur un me affaire judiciaire à la télé pour essayer de convaincre le public que son client ne mérite pas de condamnation, il mérite des baffes et, surtout, de se faire recadrer par un membre du gouvernement. 


Et si Casta laisse entendre qu'une ministre du gouvernement intervient dans une procédure judiciaire, il mérite d'être licencié sur le champ. Même du temps d'Hollande au pouvoir, on n'avait pas vu une telle erreur. Pourtant, les chefs du PS de l'époque... Dépasser CambaDesir, il fallait le faire. 


22 commentaires:

  1. Je me demande ce que Macron (sept fois loué soit son nom !) attend pour virer cette consternante péronnelle…

    De plus, en réfléchissant cinq minutes, je me fais fort de lui trouver au moins une douzaine de très bonnes raisons d'en balancer une dans un museau féminin. Surtout si on est marié avec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Arrêtez de louer son nom, ça va vous coûter cher)

      Et justement, il y a tant de raisons de lui taper dessus que celle-ci est mauvaise.

      Supprimer
  2. C'est quand même mega malaise cette histoire...

    Mais Marlène Schiappa c'est une catastrophe ambulante qu'il ne fallait pas mettre à ce poste et ce niveau la... (y a des erreurs de casting dans ce gouvernement)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Putain ! J'ai le seul blog de gauche qui défend une gonzesse d'un gouvernement de droite pour lequel j'ai "voté" commenté uniquement par des types de droite pour critiquer la gonzesse alors que mon billet est pour critiquer un type qui vient de la gauche...

      Supprimer
    2. Je comprends plus rien à la politique du monde d'après 2.0 tout ça post Macron...

      Avant que je retourne boire il faut que je dise du bien ou du mal de bécassin... pardon du ministre très estimable Marlène Schiappa ?

      (après je peux aussi être d'accord quand on mat une tape sur Castaner hein, c'est toujours un plaisir même si le dans une même phrase que les nullos Cambadésir c'est péché :) quoique Wauquiez arrive derrière )

      Supprimer
    3. Il n'y a plus rien à comprendre...

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Comme les trois précédents. En 2012, nous étions plus proche du pouvoir mais c'était le bordel quand même.

      Supprimer
  4. Ou il avait la tête dans le cul,ou Casta a pris la grosse tête .
    vincent

    RépondreSupprimer
  5. Quel salamalec !

    Un avocat qui amène un mis en garde à vue à avouer. Pourquoi pas ? mais on change de paradigme en France sur ce point là.
    Évidemment, comme c'est nouveau ou au moins trés rare (publiquement), tous les ténors qui reprendraient bien l'affaire, viennent le dezinguer sur "la première radio d'information", et subsidiairement sur les autres,
    L'avocat de la défense, certainement sérieux et compétent, mais un peu naïf en matière de communication, vient se tirer regulierement des balles dans le pied.
    Le bâtonnier de Besançon qui lui demande de ne plus s'exprimer dans les médias, ce qu'il refuse au risque de se faire radier (voir article du point de ce jour).
    Comment peut on demander à un avocat de ne pas s'exprimer publiquement alors qu'il est mis en cause publiquement par des confrères,et des journalistes. (quid du contradictoire ?)

    Une secrétaire d'état qui vient s'immiscer dans une affaire qu'elle ne connaît pas, n'hésitant pas à requalifier le meurtre en assassinat et en recardant l'avocat de La défense.
    Une procureure qui essaie de siffler la fin de la partie, ce qui n'empêche pas les autres de continuer, alors qu'elle a toutes les raisons de son côté (affaire bien menée, qui en est au début de l'enquête, et qui est loin d'être clôturée). Écouter son intervention d'hier qui est extrêmement bien faite.

    Alors c'est ça l'Amérique ?
    Zut, ça tombe mal, parce que j'ai appris hier, que là bas dans certains États, un enfant pouvait être adopté plusieurs fois jusqu'à sa majorité, en passant simplement par un notaire.

    Elle est pas belle la vie ?

    Hélène dici

    "Randall" le prénom de l'avocat de la défense "au nom de la loi" ça ne s'invente pas :-)
    Vas y Joss !





    Un membre du gouvernement qui recadre les arguments d'un avocat de La défense ^^ dans une affaire en cours,
    Des avocats qui dezinguent l'avocat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi j'ai écrit "salamalec" ?
      Ma foi !
      Je voulais dire quel bazar.
      Hélène dici

      Supprimer
  6. Je n aurais pas mieux dit ...bravo
    sylvie

    RépondreSupprimer
  7. Un avocat plutôt honorablement connu ( c'est le régional de l'étape qui parle) déstabilisé parce qu'il a cru à l'innocence de son client,( même si localement la rumeur le désignait comme coupable) qu'il défendait en tant que partie civile ( dommages intérêts éventuels, pretium doloris) qui du statut de victime passe brusquement à celui d'accusé du fait d'une enquête menée en toute discrétion et avec efficacité, sous la férule d'une procureure aussi ferme que mesurée dans les infos qu'elle communique.
    Et voilà la "pythie" qui dispense sa sentence, de quel droit, au nom de quelle légitimité morale ? Elle me fait penser à Cécle Dufflot danssa manière de parler à tort et à travers.
    P.CASTOR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a vaguement reconnu avoir dit des conneries. Ca arrive ce n'est pas grave.

      Et elle a fait son job en condamnant des propos idiots.

      Supprimer
    2. Castor, je vous mets en lien une interview de maître Florand, puisque vous êtes de cette région,
      je trouve son attitude trés élégante vis à vis de son collègue et sa réaction frappée au coin du bon sens.

      https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/affaire-alexia-daval-l-avocat-de-la-famille-d-alexia-condamne-la-pression-de-la-secretaire-d-etat-1517593024?ref=yfp

      Hélène dici

      Supprimer
  8. J'ai quand même oublié une chose dans mon laïus, c'est que la plupart du temps, les mis en examen dans des affaires hors normes n'ayant pas les moyens de payer un trés bon avocat, ces derniers demandent leur autorisation de passer dans les médias, afin de faire une pub (sans que ce soit dit).

    Bon ça se comprend, et même c'est souhaitable pour les plus démunis.

    -> le problème ne vient pas des infos que les avocats peuvent donner, mais de l'instrumentalisation de l'opinion publique pour faire pression sur l'appareil judiciaire. Ca, ça va pas !

    Gare aux dérives.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème est surtout la médiatisation des affaires judiciaires sans intérêt. Je ne dis pas ça pour me fâcher mes ami-e-s féministes. Mais ça ne résout aucun problème.

      Supprimer
    2. Tu fais de l'inclusif maintenant : nous sommes (toutes et) tous foutus !

      Supprimer
  9. Hélène dici,
    Merci, un petit coucou en passant à Sylvie, Stan and co

    P.CASTOR

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.