24 février 2018

La reforme duraille


Ceci est mon deuxième billet du jour après 9 jours d'abstinence. C'est de la faute à Denis. ;-) Toujours est-il que je voulais en faire une suite au rapport Machin sur la SNCF et sa nécessaire réorganisation mais mon poil dans la main m'a empêché. 

C'est alors que je suis tombé, grâce à Hip et non pas Hips, sur cette publication : les trains sans conducteur arrivent. 

Et on voit des militants bas du front nous expliquer qu'il ne faut pas remettre en cause le statut de cheminot. Je défends évidemment les avantages dont ils bénéficient, notamment en compensation de leurs horaires délirants et des conditions de vie du personnel roulant (Ben oui, un contrôleur parisien qui doit passer la nuit à Passy sur Eure parce que son train s'arrête là...).  

Par contre, il faut bien reconnaître que le marche du travail évolue. C'est bien. Des métiers chiants disparaissent. C'est mal, ça fait du chômage patati patata. 

Mais il faut bien reconnaître que l'emploi à vie n'est plus possible. Les statuts particuliers doivent disparaître. Doucement. Et pas tous. Étudions au cas par cas. A l'occasion. 

Tout comme la fameuse suppression des petites lignes. Certaines doivent disparaître, par exemple quand une ligne de car est plus efficace. C'est le cas pour la petite ligne que je prends le plus souvent (Saint-Brieuc - Loudéac). 

Mais des andouilles pensent que le service public doit passer par le train alors que l'essentiel est de permettre aux gens de se déplacer. 

Notons que ce sont de vils réactionnaires hostiles à tout changement et se prétendant progressistes. 

6 commentaires:

  1. Pacy et non Passy : on vous l'a dit cent fois, bordel ! (Et, en plus, la gare est fermée depuis belle lurette.)

    Cela dit, vous vous foutez carrément du monde quand vous parler des horaires "délirants" des cheminots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas si simple.

      Quant aux horaires délirants, les trains fonctionnent presque 24/24.

      Supprimer
    2. Oui, mais ce n'est pas toujours le même type qui conduit le train. J'ai bossé à la SNCF (il y a longtemps, certes) : je peux vous dire que les roulants avaient beaucoup, beaucoup de "récup'.

      Ce qui n'empêche pas que, au bout d'un moment, certains peuvent commencer à trouver la vie duraille…

      Supprimer
  2. Donnons le même statut aux personnels de santé pour voir...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.