08 mai 2018

Débordons Macron sur son centre


Finalement, j’aime bien Copé. 😉

Il est le seul type de droite à être lucide et à faire ce constat. Les autres sont à la ramasse et se rapprochent des positions du FN pour exister alors que ce n’est pas ce que veut son électorat. Notons que les types de gauche font la même erreur en se séparant du centre gauche. On nous fait soutenir (au sens de la corde qui soutient) Macron pour éviter les autres guignols sans pouvoir blairer sa politique. 

Qui est de droite. 

Au moins, on peut reconnaître à Macron qu’il a réussi sa recomposition (ou décomposition) du paysage machin. 

Cela étant, je me demande si le centre gauche n’aurait pas intérêt à rebondir sur les propos de Copé. Surtout pas sur le thème : nananère, même les cadres de droite disent que Macron fait une politique rêvée par la droite (ce que je dis pourtant dans ma publication mais mon influence est limitée, non ?). Laissons les gugusses de droite se rendre compte d’eux même pour vider LR d’autant qu’il y a un risque rigolo. 

Je m’explique même si je n’aime pas m’avancer sur des thèses hasardeuses. La cote de popularité de Le Pen (Marine) est en chute livre ce qui fait que le FN pourrait se rétamer (sauf retour de Marion ou toute autre hypothèse amusante) laissant ainsi Wauquiez réussir son OPA sur l’extrême droite. On va se retrouver avec le FN à 10%, LR à 20, LREM à 40 (je ne déconne pas : regardez les derniers sondages sur le thème : et si l’élection avait lieu maintenant). Ceci nous fait 70% que l’on pourrait qualifier à droite selon les critères Copéens (et gauchistes). Et si ma tante en avait...

C’est au PS de faire le boulot, maintenant. Et il ne pourra pas se faire en débordant Macron sur sa gauche. C’est facile mais le mur est proche. Débordons-le sur son centre. 

On aura au moins la médaille du mérite.

28 commentaires:

  1. Ah tu as remarqué l'intervention de Copé ?
    Moi aussi.
    Il faut dire que faisant suite au joli travail de Fillon pour faire perdre la droite, il ne fallait pas s'endormir sur ses lauriers, des fois qu'elle reprendrait de la vigueur.
    Heureusement, la relève est assurée à l'UMP.
    Donc on récapépète :
    Ils sont en train de refaçonner le chef de file de la droite électorale à savoir Macron dans la tête des votants.
    La nièce fn va certainement faire son apparition (à lourdes ou ailleurs) dans les années qui viennent.
    Le rapprochement entre la droite dure le fn et autre se fera certainement.
    Si on comptabilise bien les rassemblements droite dure et qu'on compare le chiffre avec celui de droite centre,
    Ca risque d'être plus duraille que l'année dernière pour les futures présidentielles (chiffre du dernier sondage 18.4), ce d'autant que désormais c'est un handicap et non une prime qui va au président sortant.

    Alors la gauche centre ?
    Ben la tienne n'est pas vraiment représentée dans l'électorat.
    Peut être parce qu'elle n'a pas apporté d'amélioration au sort de la majorité des Français.
    Il faut tout de même qu'un cela soit pris en compte. Comment les gens peuvent ils voter pour ceux qui abaissent leurs conditions de vie qu'ils soient de droite ou de gauche ?
    La droite dure peut compter sur la politique d'immigration, mais la gauche centre ? Je ne vois pas.
    C'est la raison pour laquelle, sauf à dire merde à une partie de la politique d'austérité, il n'y a pas de raison pour que le ps remonte.
    Pour les gens, ce que Sarkozy avait voulu : rassemblement ps et centre droit Macron l'a fait.
    Cela sans vouloir te contrarier bien sûr. C'est juste un regard froid et désabusé sur le nouveau vieux monde.
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Alors la gauche centre ?
      Ben la tienne n'est pas vraiment représentée dans l'électorat. "
      Ben si... C'est dans les candidats qu'elle n'est pas représentée.

      Pour le reste, les électeurs de gauche a avoir voté Macron, comme moi, sont de plus en plus hérissés par le bonhomme même si les militants PS partis vers LRM n'osent pas trop le dire.

      Supprimer
    2. " Pour le reste, les électeurs de gauche a avoir voté Macron, comme moi, sont de plus en plus hérissés par le bonhomme "
      Comme je sais que tu ne racontes pas n'importe quoi j'aimerai bien que que tu sois plus précis,tu peux développer ?... . Car vois tu comme je ne suis pas hérissé , bien que venant de la même famille .J'aimerai bien connaitre ce qui nous "Sépare ". Nul obligation dans ce que je dis plus haut je continuerai de toute façon avec le plus grand intérêt .
      vincent

      Supprimer
    3. Rien de ce qu'il ne fait est de gauche, c'est tout. Au niveau fiscal, c'est n'importe quoi et ne va pas dans le sens de la "résolution" des inégalités, contrairement à ce que faisait son prédécesseur.

      Supprimer
    4. " Rien de ce qu'il ne fait est de gauche "
      Si pour l'instant ce que tu dis est exact, peut on convenir ensemble de faire le point en fin de mandat ? .
      En ce qui concerne l'augmentation de la CSG pour une partie des retraités, qui a pour but une baisse des charges des entreprises d'où l'amélioration du salaire net de son ou ses fils ou filles neveux ou nièces salaries ne me choque ou hérisse point .
      L'isf fait couler beaucoup d'encre,( c'est fou ce que depuis qu'elle a était modifier ce que l'on aurait fait avec mais bien sur n'a pas était fait pendant sa perception ) , si elle permet le maintient des riches sur le sol national ce sera une bonne chose donc attendons un peu pour faire le point
      vincent

      Supprimer
    5. Oui. On fera le point à la fin. Et je ne critique pas unitairement chaque mesure mais seulement la globalité.

      Supprimer
  2. Vu comme sa politique à droite, même les Radicaux de Gauche risquent de passer pour d'affreux gauchistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Alors la gauche centre ?
      Ben la tienne n'est pas vraiment représentée dans l'électorat."

      C'est pourtant celle qui a permis à Macron de se maintenir au second tour car elle avait reporté son vote pour Hollande sur lui.

      d'autre part, l'austérité est une notion économique utilisée à tort par l'extrême gauche pour décrire la politique économique juste libérale de ce gouvernement. Les mots ont un sens, il faut les utiliser de façon juste.

      Supprimer
    2. Captain,

      Tu ne réponds pas au bon commentaire. Mais tu as raison, notamment pour l'austérité (tant qu'on a un déficit, on ne peut pas parler d'austérité, surtout avec notre taux de dépenses "étatiques" par rapport au PIB).

      Supprimer
    3. « on ne peut pas parler d'austérité, surtout avec notre taux de dépenses "étatiques" »

      Du coup, on ne peut pas non plus parler d'une politique "libérale", ce que font pourtant les trois quarts des opposants à Macron, lequel est à peu près aussi "étatiste" que ses prédécesseurs, qu'ils aient été de gauche ou de droite.

      Supprimer
    4. Oui. C'est le problème des gauchistes, ils n'ont rien compris au libéralisme. Et le problème des types de droite qui sont eux-mêmes persuadés d'être libéraux.

      Et des libéraux qui ne savent pas à qui ils parlent.

      Supprimer
  3. @Captainhaka

    "C'est pourtant celle qui a permis à Macron de se maintenir au second tour car elle avait reporté son vote pour Hollande sur lui. "

    - Oui, elle s'est déplacée dans la rem et y restera sans doute.
    Par ailleurs il faudrait savoir la proportion qu'elle représentait au sein du ps.

    "d'autre part, l'austérité est une notion économique utilisée à tort par l'extrême gauche pour décrire la politique économique juste libérale de ce gouvernement. Les mots ont un sens, il faut les utiliser de façon juste."

    - Ca tombe bien, je ne connais rien à l'extrême gauche et je ne suis pas vraiment de gauche.
    - Lorsque j'emploie le terme austérité c'est dans le sens "politique de rigueur" (voir les détails sur internet). Je rappelle que cette politique a été mise en place par Mitterand il y a 34 ans, une paille, et que depuis les déficits de la France sont devenus abyssaux.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si les déficits sont abyssaux, c'est justement parce que ce n'est pas une politique de rigueur.

      Supprimer
    2. Je n'ai plus qu'à vous souhaiter une bonne multiplication des pains "avec 5 pains Jésus en a fait 5000" :-))

      Hélène dici

      Supprimer
  4. Concernant l'austérité voilà un exemple qui va dans le sens inverse de ce que tu m'écris :

    "Le Portugal a démontré depuis 2 ans, qu'une politique — inverse aux politiques austéritaires, et donc basée sur une relance par la demande et l'amélioration des protections sociales — pouvait fonctionner. Ce que le FMI avait déjà confirmé en 2016 en annonçant à propos de la Grèce que "l'austérité ne fonctionnait pas".

    De là à préconiser une politique sociale de relance en Europe, le pas est un peu grand pour l'institution internationale qui a toujours été favorable au désengagement financier social des Etats et à la privatisation de leurs infracstructures et services."

    https://information.tv5monde.com/info/portugal-un-redressement-economique-et-social-qui-prend-bruxelles-contre-pied-190588

    Je pense qu'il s'agit plus d'une volonté de privatisation totale des services publics et infrastructures que d'une volonté de redressement d'un pays. Et cela les Français l'ont compris.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La privatisation des infrastructures utilisées par le grand public (ce n'est pas le cas des aéroports : ce sont les transporteurs qui paient) est une connerie.

      Par ailleurs, ton article par du "désengagement financier social", genre privatisation de la sécu ce qui est une connerie (filer du pognon aux boites privées pour assurer un service que pourrait faire l'état).

      Mais on parlait d'austérité un peu par hasard et on diverge. D'ailleurs tu le disais toi même : ça fait trente cinq ans qu'on parle de politique d'austérité et ça ne fonctionne pas.

      Ce que disait Captain Haka, précisément : "l'austérité est une notion économique utilisée à tort par l'extrême gauche pour décrire la politique économique juste libérale de ce gouvernement. Les mots ont un sens, il faut les utiliser de façon juste."

      Voila : les mots ont un sens. Il n'y a pas d'austérité et il faut parler sérieusement. D'ailleurs, on le reprenait un peu, avec Didier, car il ne s'agit pas non plus de libéralisme. Il s'agit d'une politique qui va en faveur des plus riches (et à l'encontre de la "demande", je vais y revenir).

      Prenons un exemple (ce n'est qu'un exemple, je n'ai pas trop d'avis sur la mesure en question), la suppression de l'ISF. La suppression des impôts en général est bien sûr libéral mais si on ne baisse pas les charges de l'état, la suppression d'un impôt en particulier n'est pas libéral.

      Autre exemple : quand l'Etat passe par un PPP pour faire une infrastructure de service public, ce n'est pas libéral mais bien de droite, ça donne du pognon au privé pour faire un service strictement public. Le truc libéral serait que l'Etat ne s'occupe plus d'infrastructures (ce qui n'est pas toujours ridicule, je parlais des aéroports : pourquoi l'Etat aurait-il à gérer des trucs utilisés uniquement par des entreprises ? Quel gain pour le contribuable ? C'était un excellent exemple contre NDDL mais très mal exploité par les gauchistes car ce n'en était juridiquement pas un : on avait une mauvaise structure financière mais elle n'avait rien de libéral - Par contre, si l'aéroport est privatisé, il faut qu'il y ait une concession et une facturation de l'Etat parce qu'il y a utilisation du domaine publique avec monopole évident).

      Quant à la politique de la demande (j'avais promis d'y revenir), c'est un peu d'un autre siècle, ce clivage (entre la politique de la demande et celle de l'offre). D'ailleurs, le Portugal a bien fait une politique de l'offre (lis bien l'article) avec la réindustrialisation, le tourisme,... Et le Portugal n'est pas dans le même périmètre que la France (les salaires y sont de la moitié, les Portugais sont peut-être moins consommateurs de produits achetés,...).

      Supprimer
  5. Si j’etais de la vraie gauche je crois que je t’insulterais (comme ça pour le plaisir du débat et de la discussion saine humaine et apaisée)

    A part ça c’est bien d’avoir des nouvelles de Copé. Essais d’en avoir de Cambadelis et de Alliot-Marie aussi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jegoun, j'ai une question complètement hors propos pour FalconHill. Si ça te fais suer ne la publie pas.
      Ensuite évidemment je ne fais pas partie de la droite libérale (question d'époque et de sensibilité), ce qui ne m'empêche pas de comprendre que la libéralisation était en partie obligatoire et que les réformes aussi. Malheureusement ce que je vois depuis 25 ans c'est la mise à sac de la France à la place de réformes structurelles bien menées.
      Aprés, je ne vois pas la différence entre les Jupéistes et le centre gauche. Ils sont tous des libéraux bon teint.
      FalconHill
      Comment fait on pour se rendre à ce chemin dans le champsaur (l'ancienne voie ferrée entre
      Gap et la Mûre) sur votre site ?
      http://falconhill.blogspot.fr/search/label/Champsaur

      Hélène dici

      Supprimer
    2. Je ne réponds pas à la question finale. ;-)

      Pour le reste, il est évident que Falconhill et moi sommes très proches politiquement. Mais irréconciliables sur le clivage machin. Les militants politiques n’arrivent pas à comprendre cela. Tiens ! Prenons Didier Goux. Il est aussi évident que je suis assez proche que lui mais que Falconhill et lui sont éloignés.

      C’est ainsi. La politique n’est pas des mathématiques (sauf pour ce qui concerne l’arithmétique électorale, mais je pense que sur ce sujet, on est tous les droits d’accord).

      Supprimer
    3. Helene...

      Faut aller à Gap. Et ensuite prendre la direction du col Bayard, et apres’c’est La.



      Helene

      Direction Gap et l e Col,Bayard (Grenoble). Et c’est par là, direction col de Manse (vers Saint Nicolas (encore lui) Pont du Fossé)
      C’est Gap le centre.

      Sur le clivage je ne suis pas d’accord avec Nicolas, nous n’avons jamais été aussi proche car ce qui nous divise est moins important que ce que ni nous rassemble.
      Nous sommes républicains post 45, et je pense que nous sommes proches,

      Je n’ai jamais défendu une droite libérale, républicaine oui.

      Supprimer
    4. J’ai toujours défendu une gauche républicaine, libérale mais on est peu nombreux.

      Donc, pour le clivage, tu peux ne pas être dnzccotd avec moi mais il faut approfondir ce sujet. A la libération les gaullistes ont gouverné avec les communistes.

      Supprimer
    5. Nicolas c’est ce qu’on dit : il y a des valeurs au delà des clivages, et je pense que malgré nos sensibilités nous’sommes Aujourd’hui très proches sur des points qui me semblent essentiel.

      Après il y a des divergences, mais comme de partout. Elles me semblent moindre que les divergences que j’ai avec la vraie gauche et la vraie droite

      Supprimer
  6. Falcon
    bon, je prendrais la route du col de Manse et d'après les photos c'est avant pont de frappe.
    Apres on va à pont du fossé et je ne connais pas un pareil chemin là bas.

    Si tu es Jupéiste, tu es forcément libéral sur le plan économique (par rapport aux anciens RPR dont j'étais tendance sociale)
    Je pense que les points de vue divergent avec Jegoun sur la politique migratoire. Mais ça c'est un terrain tellement marécageux qu'il vaut mieux l'éviter :-)))

    Nicolas,
    tu as parfaitement raison, de Gaulle a su gouverner avec les communistes. Tout est faisable pour peu que l'on veuille s'en donner la peine.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélène,
      Falconhill me commente avec un message très personnel et je ne suis pas sûr que ton intervention soit vraiment à propos.

      Seuls lui et moi peuvent analyser nos relations et on le fait public parce qu’on s’est connus par les blogs.

      Supprimer
    2. Hélène,

      Ne pense pas que les divergences entre F et moi te regardent. Ce qui fait notre amitié ne regarde que nous.

      Supprimer
    3. Nicolas,

      les choses sont simples : Si mon commentaire est malvenu n'hésite pas à le retirer.
      Je ne m'en formaliserai pas pour une raison, on peut parfaitement tomber comme un cheveu sur la soupe et il est normal de le retirer. :-))
      Hélène dici

      Supprimer
  7. Je viens de tomber sur un article qui semblerait te donner raison, centre gauche, centre droit etc. etc....
    et c'est Macron qui recréerait ces deux pôles :-))
    L'angle de vue n'est pas banal, mais finalement pas faux :

    "Exit Tax : vers un sursaut de la droite et de la gauche, «amantes trompées» d'Emmanuel Macron ?"

    http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2018/05/10/31007-20180510ARTFIG00130-exit-tax-vers-un-sursaut-de-la-droite-et-de-la-gauche-amantes-trompees-d-emmanuel-macron.php#xtor=AL-201

    Hélène dici




    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.