29 décembre 2018

Et voila 2019 !

Ficus (rien à voir avec le sujet du billet mais je voulais voir à
 quoi ça ressemblait)

« Au moins, il y a une chose sur laquelle on sera tous d’accord : Emmanuel Macron est le pire Président qu’on ait eu de la Cinquième ! » C’est ce qu’a dit un type dans mon Facebook, hier. Je vais lui répondre. Outre qu’il reste des types fans de Macron à un point que si l’élection avait lieu maintenant, il serait réélu, je pense qu’il y a bien pire que lui, Nicolas Sarkozy, par exemple. Et je ne doute pas que chacun de mes lecteurs pourrait démontrer qu’un autre type a été pire ! Tiens ! Et de Gaulle qui nous a refilé cette constitution et qui a été obligé de se casser vu que ses réformes ne passaient pas, hein ? On en parle de de Gaulle ?

Etrange façon de commencer un billet de vœux pour 2019, me direz-vous. Laissez-moi continuer, je vous prie, bordel. Dans Twitter, ce matin, un type a dit ça : « Le service de presse de l’Élysée se refuse toujours à communiquer le lieu où se trouve actuellement Emmanuel Macron. » Le type est sérieux. D’ailleurs je l’ai repris en lui disant qu’il faut vraiment « être-peine à jouir pour poser la question ! » Il m’a dit « Quelle question ? ». Donc pour lui, ce n’est pas une question. Il pense vraiment que l’Elysée nous cache ce que fait le Président. Tout d’abord, je me fous de ce que faire le Président pour les fêtes et j’espère que 99% des citoyens ont la même idée que moi (ou la même absence d’idée, plutôt). Ensuite, j’espère que l’Elysée nous cache vraiment ce que fait le Président et que c’est heureux. Vous imaginez le compte Twitter de l’Elysée.

8h30 : Monsieur le Président de la République prend le café avec Madame.
8h40 : Monsieur le Président va faire une rapide promenade dans le parc avec son chien.
8h50 : Monsieur le Président vient de remplir la gamelle de croquettes du chien en question car il est important qu’il affirme ainsi qu’il est le maître. Maintenant il fait caca et les premiers bruits entendus laissent penser que tout va bien.
8h55 : Monsieur le Président de la République prend un dernier petit café avant d’avoir le premier entretien de la journée. Un huissier vient néanmoins d’être licencié : il avait oublié de garnir les toilettes d’assez de papier pour assurer l’hygiène de l’élu. Madame Macron Brigitte était heureusement dans les parages et a pu sauver sa grandeur d’époux.

Vous me direz que je pourrais prendre la résolution, pour 2019, de ne plus lire de conneries dans les réseaux sociaux, de ne plus m’abonner à des comptes au hasard et de ne plus suivre des personnes qui me sont chères. Vous avez raison. Mais j’ai horreur de prendre des résolutions. Je n’en prendrais qu’une pour cette nouvelle année. Elle ne s’applique pas uniquement aux réseaux sociaux mais aussi aux bistros : je continuerai à envoyer chier les types qui veulent me causer alors que je n’ai pas envie. Non mais sans blague.

Le type qui parlait du pire président se permet de se positionner dans l’histoire, comme si son tweet était « historique », comme s’il avait la moindre importance. Il est à peu près sûr que chaque Président cherche à avoir une place dans l’Histoire mais nous ne sommes que des merdes, surtout si nous cherchons à nous mettre dans l’histoire en 140 ou 280 caractères. Ca me fait penser à l’autre andouille de député LREM, Joachim machin. Il m’est très sympathique. Il se fout de ce qu’il peut publier et ne dit que des conneries depuis quelques jours. Un peu comme moi quand je m’emmerde au bistro, vers 23h, mais que je suis bien décidé à faire la fermeture même si les copains ne sont pas là. Je préfère m’adresser à des inconnus que voir des inconnus s’adresser à moi alors que je n’ai pas du tout envie de me voir imposer un sujet de discussion et surtout l’avis d’autrui. L’intérêt d’un billet de blog par rapport à une publication Facebook ou Twitter est que vous n’obligez personne à vous lire. Dans les réseaux sociaux, vous n’obligez personne, bien sûr !, mais il faudrait être con ou prétentieux pour y venir et ne pas lire ce qu’il se passe. Alors que personne ne viendra sur mon blog s’il n’a pas envie d’y venir.

Donc Joachim est très drôle et il a une meute d’andouilles qui le suivent et qui le critiquent. Des organes de presse sont obligés d’avoir des employés pour suivre cela et les partis politiques sont en émoi. Certes, Jojo n’a pas été spécialement élégant avec mémère qu’il a accusé de mettre des tonnes de maquillage pour cacher ce qu’elle a à cacher mais sinon…

Ces critiques se placent dans l’histoire. Ils s’imaginent que leurs propres indignations ont le moindre intérêt et que cette série de tweets aura un impact sur la carrière du Jojo mais s’en s’imaginer lequel. Le lascar vient de se faire un nom en démontrant que la politique et les réseaux sociaux sont ridicules. Il vient de démissionner de son parti politique (ou de son groupe parlementaire, je n'ai pas tout suivi).

Il vient de dire (ou je viens d’entendre) que son boulot de parlementaire ne peut pas se faire dans ce bruit quotidien des réseaux sociaux ou d’information en continue. Tiens ! On parle beaucoup, à nouveau, de Benalla, pour une histoire de passeport diplomatique. Objectivement, cela n’a strictement aucun intérêt. Je suis citoyen de mon pays. J’ai confiance dans sa justice et dans ses institutions, au sens large (la presse, par exemple, peut mettre à jour des informations qui peuvent donner lieu à des poursuites). On se fout de Benalla. Ceux qui tombent dessus veulent évidemment s’attaquer à Macon. Mais quel est l’intérêt de s’attaquer à Macron ? Il démissionne et un autre guignol le remplace. Même pas. Il ne démissionnera pas. Il ne fera probablement rien et s’il le fait, cela ne changera rien.

Ce n’est pas par hasard que je parlais de de Gaulle en début de billet. Lui aussi, il a eu ses « gilets jaunes » en mai 68. Quelques semaines après, les réactionnaires manifestaient pour le soutenir puis il a été obligé de démissionné un an après… Et, en fin de compte, qu’est-ce qui a changé pour les Français. Quatre ou cinq ans plus, une page s’est tournée, on est entré dans une crise économique et un chômage de masse qui dure depuis des années. 45 ans, on y est encore. Des types manifestent. Le Président fait quelques concessions en dépensant des sous qu’on a pas pour leur faire plaisir et il passe pour un ultralibéral qui achète le peuple comme si un libéral pouvait dépenser les sous de l’Etat.

L’histoire est courte.

Concentrons-nous sur 2019. Faisons des vœux qui ne seront pas respectés.

Faisons-le vœux que le parti socialiste se remette debout en 2019. Donnons-leur un conseil : mettez un type avec un certain charisme à la tête de la liste pour les élections et, hop !, vous serez à nouveau la première formation de gauche dans le pays. Un type ou une gonzesse. Par exemple, une ancienne candidate… Ou une maire de Lille, de Paris ou d’où vous voulez.

Faisons-le vœux que les andouilles qui donnent leurs avis de manière péremptoire dans les réseaux sociaux se rendent compte du ridicule de leurs propos. Oui, je rêve.

Faisons-le vœux que les mêmes andouilles prennent du recul, arrêtent de diffuser des informations sans analyse et de pondre des slogans de cinq mots qui ne sont lus que par des types qui s’emmerdent.

Faisons-le vœux que Twitter et Facebook refusent de voir les andouilles en question mettre en lien dans leurs publications de articles qui ont plus de 12 heures (dans les commentaires, ils peuvent le faire) pour que ces andouilles arrêtent de croire qu’ils font un journal et qu’ils sont la seule source d’information de leurs abonnés. Et en plus, ça me gonfle.

Faisons-le vœux que tous les observateurs de la vie politique se rendent compte que la menace identitaire est bien réelle, que le vil communautarisme nous guette et qu’il effraie les électeurs.

Faisons-le vœux, enfin, que les élites qui s’ignorent arrêtent de faire des leçons de morale à tous les sujets, y compris les pistes cyclables, hein !, leçons qui effraient également les mêmes électeurs.

Faisons-le vœux que la paix nous arrive au comptoir des bistros. Et c’est bien ça le plus important.

Et tous mes vœux à mes potes, mes proches, ma famille, moi. Je me fous des autres, il faut bien le reconnaître.

Et longue vie aux blogs, ces supports où des cons s'adressent à des crétins qu'ils connaissent et pas à une meute d'abrutis dégérés.

24 commentaires:

  1. « puis il a été obligé de démissionné un an après »

    Point du tout : rien, absolument rien ne l'obligeait à démissionner suite au référendum perdu. sinon, évidemment, sa parole qu'il avait donné au peuple et le respect qu'il avait des deux (sa parole et le peuple).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui. Il a été obligé de démissionné parce qu’il avait donné parole.

      Supprimer
  2. De Gaulle en résumé :

    "De Gaulle mène à son terme la décolonisation : en Afrique noire, en créant en 1958 la Communauté française qui conduit à l’indépendance acquise en 1960 ; en Algérie, en mettant fin à la guerre et en acceptant de négocier avec le FLN l’indépendance acquise en 1962.

    De Gaulle inaugure une politique d’indépendance nationale dite « des mains libres » à l’égard des blocs, et la met en œuvre sur le plan financier, monétaire, militaire et diplomatique : rejet de la domination américaine
    (assainissement financier et franc fort, force de dissuasion nucléaire, retrait de la France du commandement militaire intégré de l’OTAN, discours de Phnom Penh, « Vive le Québec libre » … ) ;

    refus d’une Europe supranationale ; opposition ferme à l’adhésion du Royaume-Uni dans la CEE ; ouverture en direction des pays communistes et du tiers-monde ( reconnaissance de la Chine populaire, voyage en Amérique latine ).

    -> Mais son action est contestée : par les défenseurs du régime d’assemblée ( Mitterrand et Mendès France ) qui rejettent les institutions de la Vème République ;
    par les partisans de l’Algérie française qui considèrent qu’il les a trahis ( semaine des barricades en 1960, putsch des généraux en 1961, attentat OAS du Petit-Clamart en 1962 ) ;
    par les salariés confrontés au déclin des secteurs traditionnels ( grève des mineurs de 1963 ) ;
    par l’opposition de gauche qui le met en ballottage aux élections présidentielles de 1965, menace sa majorité présidentielle aux élections législatives de 1967 et tente d’exploiter les événements de mai 1968 pour se hisser au pouvoir ; par sa propre majorité qui le lâche lors du référendum sur la réforme du sénat dont l’échec entraîne sa démission en 1969."

    http://www.cndp.fr/crdp-reims/cinquieme/deGaulle.htm

    Je rajouterais en outre que les bidonvilles ont été rasés au profit des HLM (toujours en service presque 50 ans aprés) disposant du confort total etc.

    De Gaulle a dit : "aprés moi le chaos" - reçu 5/5 général, à commencer par votre premier ministre qui nous a mis sous la coupe des banques étrangères, le reste a suivi.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  3. T'es vachement bon pendant les vacances !

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  5. Il est où votre rade que je vienne faire un tour pour vous saoûler et surtout d’abord pour me saoûler !!

    RépondreSupprimer
  6. c'est vrai. le ficus n'a rien à voir avec ce brillant billet

    RépondreSupprimer
  7. a l’an que ven que se siam pas mai que siguem pas mens.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, si les patoisants débarquent, moi j'me désabonne ! faut pas déconner non plus…

      Supprimer
    2. Ah ah ah 😆 Si ça embête Didier, c'est parce qu'il est infoutu de déceler une faute d'orthographe ça me rend jouasse.
      C'est une phrase provençale dite à l'arrivée du nouvel an qui veut dire :
      A l'an qui vient, si nous ne sommes pas plus, que nous soyons pas moins.
      Hélène dici


      Supprimer
    3. Fichtre et diantre, Didier nous parle de patois alors qu'il s'agit d'une langue!!!
      Alors j'en profite pour te souhaiter une bonne année 2019 avec plein de ficus. Variété d'arbres dont le figuier fait partie et dont les fruits sont excellents avec le foie gras (entre autres).

      Supprimer
  8. Comment ça rien à voir avec le billet a l'heure de la contestation des gilets jaunes !!!.
    Quand on sait que chez les bouddhistes c'est symbole de sagesse et il en faudra beaucoup de la part du Président ainsi qu'aux contestataires dans leurs revendications.
    Très bonne année 2019 Nicolas
    vincent

    RépondreSupprimer
  9. Très bonne année, que les pistes cyclables te soient bénéfiques ou les cyclistes dépistés t'évitent, au choix .... c'est l'année de tous les possibles.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.