02 novembre 2016

La cuite d'Halloween

A la demande de Francois pour qu'il puisse avoir de la lecture en faisant caca demain, je fais une deuxième longue publication ce soir. Dans le temps, je faisais des billets de blog pour faire rire Fiso mais tout se perd. 

Je vais donc raconter ma soirée de vendredi chez Cécile et Christophe au 1880. 

Ils avaient organisé une soirée Halloween. Le principe est : on se saoule la gueule en mettant un déguisement et un maquillage pour être laid. Pour ma part, je n'ai pas besoin d'artifice pour y parvenir. Il y avait un DJ pour faire l'animation. La musique était à chier mais j'étais prévenu. Le DJ aurait pu être mon petit fils. Ça ne nous rajeunit pas. 

J'étais donc à un bout du comptoir à faire des conneries avec mon iPhone. Je me croyais le plus vieux des clients. Pour vous dire, je me demandais si je n'avais pas deux fois plus d'années que le deuxième. Je buvais des bières (je n'ai pas dit que ce billet était là pour diffuser des informations). 

A un moment, je constatais qu'on commençait à être nombreux. Dans la première salle, on était 43. J'ai compté. Comme il y a trois salles plus la terrasse, je pense qu'on devait être environ 180. Les trois serveurs n'étaient pas de trop dans le jus. En plus, ils ont un fond de pitié pour moi. Je fais un geste et ils me servent sans que je doive faire la queue comme les jeunes cons. 

A un moment (bis), je vois que l'ancien patron, le père du nouveau, avec qui j'ai passé quelques soirées dans une autre vie, était à l'autre bout du comptoir avec un abruti notoire et un sourire équivalent. J'ai pris alors une décision de la plus haute importance et je suis allé les rejoindre. Je n'étais plus le plus vieux. 

A minuit, j'ai commencé à boire des pintes de bière vu qu'ils ferment en principe à une heure. Il fallait que j'accélère pour avoir la légère ébriété qui me caractérise en fin de soirée, en principe. 

Deux tournées plus tard, l'ancien patron commençait à papillonner et à danser devant le DJ. Quant à moi, je me posais une question. Normalement, à 0h35, les patrons sonnent la cloche pour indiquer qu'ils vont servir les derniers verres. Là, rien. C'est alors que j'ai compris : ils avaient demandé une dérogation pour fermer une heure plus tard. Me voilà dans l'embarras. Alors que j'étais pile poil à l'heure pour la cuite d'une heure du matin, j'étais en avance pour celle de deux heures. Je me comprends. 

J'ai néanmoins une grande dose de philosophie. Quitte à avoir deux grammes à une heure, je peux en avoir trois à deux. Vous suivez ? Je continue donc à la pinte. A la guerre comme à la guerre, quoi ! 

Entre temps la musique à chier exceptionnelle avait cessé. La musique à chier normale était revenue. Pour des raisons que j'ignore, c'est à peu près à cet instant que ma mémoire diverge un peu et que la version du patron est différente de la mienne. 

Vers 1h30, la cloche sonne. Je commande une pinte et la bois en quelques minutes, par mégarde. J'en commande donc une autre, pour la soif. Le patron m'entend et prend mon verre. Horreur ! Il ne le remplit pas mais se contente de le poser sous la pompe à bière et vaque à ses occupations. 

Je ne sais pas pourquoi j'étais un peu frustré mais j'ai vite compris qu'ils s'activaient pour la fermeture. J'ai ronchonné en fermant ma gueule, ce qui est très fort. La cloche a sonné pour annoncé la fin du service. Les verres se sont vidés.

Tous les clients sont partis et ma pinte est arrivée. 

Je suis donc parti à 2 heures et des brouettes en me demandant pourquoi j'avais réglé 51€10 alors que je ne bois que des verres à 2€50 ou 5€ (à vue de nez, je pense que j'ai payé un verre au vieux et un à l'abruti). Je rentre à la maison sans me faire arrêter par les gendarmes pour ébriété sur la voie publique. 

Le matin, je me réveille frais et rose à 7h10. Mais j'ai été pris d'une crise de panique. J'étais persuadé que le changement d'heure avait eu lieu et je ne comprenais pas pourquoi mon réveil donnait la même heure que mon iphone. 

On est peu de chose.

1 commentaire:

  1. le reveil aussi fort que l'iphone pour la mise à jour de l'heure, oui il y a de quoi paniquer :)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.