09 novembre 2016

Trump énormément

Les commentaires sont évidemment ridicules. Sur le déclassement des classes machin. Sur les erreurs des sondeurs. Sur les abrutis qui disent "je vous avais prévenu". J'en passe. Les plus grotesques sont ceux qui concernent les andouilles (dont je ferai partie après cette introduction) qui en tirent des conclusions pour notre présidentielle bien à nous. J'en ai vu des qui pensent qu'il faut qu'Hollande annonce sa candidature au plus vite et ceux qui pensent qu'il doit la retirer dans les meilleurs délais. 

Une telle distorsion prouve que tous les analystes politisés sont nuls à chier mais on ne leur en veut pas. Ils sont des nôtres. Ils ne seront jamais aussi cons (désolés pour la violence des mots) que ceux qui accusent les électeurs américains d'être des cons. Ils n'ont as tort mais ils font bien ce qu'ils veulent. Cela étant, dans les blogs, jeai vu que l'indispensable GDC pour démontrer cette théorie. Comme si des électeurs américains pouvaient être plus cons que lui qui n'a toujours pas compris qu'on ne peut pas faire le bonheur des gens malgré eux. 

J'ai quand même un avis. Voire deux ou trois :
- cette élection prouve que ceux qui racontent n'importe quoi peuvent gagner. Nous devons soutenir Montebourg. 
- cette élection prouve que tout peut arriver. Nous devons soutenir Hollande. 
- cette élection prouve qu'il faut casser le système. Nous devons soutenir Macron. 

Dans l'attente, et contrairement à ce que je disais jusqu'avant, je me demande s'il ne faut pas réellement aller voter pour Juppé à la primaire pour limiter les risques. 

Cela étant, j'avais émis un seul avis sur cette élection. Clinton n'était pas une bonne candidate. Mais je n'ai jamais dit que Sanders était mieux. Seulement qu'elle était une mauvaise candidate. Son mari et Obama avaient de la classe, de la prestance, du charisme,...

Pas elle. En fait, elle a plus de défauts que notre candidate de 2007. Mais les mêmes problèmes. Elle n'attire pas les électeurs. Avant de faire des analyses pour la France, n'oubliez pas ce point. 

11 commentaires:

  1. J'ai les boules d'avoir zappé ce titre ! Merde, à force de ne plus bloguer, on perd la gymnastique du titre bon.

    Sinon bien ton billet

    RépondreSupprimer
  2. "elle a plus de défauts que notre candidate de 2007. Mais les mêmes problèmes. Elle n'attire pas les électeurs"

    Notre candidate avait non seulement la droite contre elle, de plus une droite unie à bloc pour Sarko, mais elle avait aussi ces aimables caciques du ps, qui n'hésitaient pas à lui balancer des peaux de banane à tous les coins de rue.
    Les moqueries permanentes des médias, une honte !

    H. Clinton a perdu alors qu'elle avait le soutien des démocrates et d'une partie des républicains, des banquiers, des médias, d'Hollywood, d'artistes tenant le haut du pavé etc.

    Non mais tu veux rire ou quoi là !

    Trump a eu exactement les mêmes conditions que Ségolène en 2007, mais lui c'est un homme qui bien que riche, a côtoyé tous les milieux, savait tenir dans l'adversité, n'a pas dévié sous les coups de boutoirs.

    La réussite était au rendez vous.

    Avis à ceux qui veulent continuer à se moquer des candidats et des électeurs, à se croire candidats naturels et calife à la place du calife.

    A bon entendeur Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te trompes. Il y a des raisons qu'on ne peut pas analyser. Aucune des deux n'étaient des bonnes candidates. Les raisons sont différentes. Sego attisait une certaine haine et les médias n'avaient pas à en ajouter. Hilary, c'est l'âge (physique, ça se voit) et l'ancienneté (ah non, plus elle). Ce n'est pas rationnel. Tant pis. Il faut l'admettre.

      Supprimer
  3. "cette élection prouve que ceux qui racontent n'importe quoi peuvent gagner. Nous devons soutenir Montebourg" : c'est rigolo que vous parliez de Montebourg... Parce que le protectionnisme économique préconisé par Trump ressemble fort à la démondialisation voulue par Montebourg. Suis-je le seul à l'avoir remarqué?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Les fanatiques de Montebourg aussi. C'est un peu pour ça que j'en parle.

      Supprimer
    2. Des fanatiques de Montebourg? Ça existe vraiment, ça? La vache!

      Supprimer
  4. Il me semble que le résultat de cette élection marque le profond conservatisme de ce pays que ce soit sur le plan économique, religieux ou politique. De mémoire, leur Constitution est celle d’origine, et si Trump a été élu, c'est surtout et avant tout dans les campagnes et autres grands espaces.
    Maintenent, il sert de révélateur à ce que nous avons de pire dans le monde politique français. Des avocats, donc des personnes susceptibles de manier le Verbe et qui sont censés le connaître qui confondent la voix du peuple et le populisme. Il faut le faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est trop fort, ce Trump ! Alors que 80 % des Américains sont des citadins, il a réussi à battre son adversaire avec les 20 % de bouseux restants.

      Heureusement, nous autres Européens, fins intellectuels, nous avons Pierrot13, qui n'est pas du genre, lui, à confondre la voix du peuple et le populisme.

      Pauvre con.

      Supprimer
    2. Arrêtez d'insulter bêtement et relisez le commentaire de Pierrot Treize.

      Il y a un système électoral abruti qui favorise les campagnes. Trump a eu moins de voix que Clinton.

      Par ailleurs, je n'aurais pas formulé sa remarque sur le populisme de cette manière. Je n'aime pas ce mot. Disons que les projets politiques sont faits par des avocats et des agences de communication ce que ne comprennent pas les militants qu'ils veulent faire le bonheur des gens malgré eux.

      Cela étant...

      Prenons un exemple au hasard : un normand qui aurait pris sa retraite à 60 ans dans "les conditions actuelles". Ce n'est pas grâce aux travaux des populistes en question

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.