11 juillet 2006

Politiquement correct

Je ne sais pas ce qu’a dit le défenseur italien Matterazi à notre Zizou pour qu’il explose comme ça, ce qu’il n’avait pas à faire mais le sujet de mon billet n’est pas là.

Mais voilà ce qu’à dit un sénateur italien : L'Italie a "battu une équipe qui, pour obtenir des résultats, a sacrifié son identité en alignant des Noirs, des musulmans et des communistes".

Ce sénateur italien a fêté la "victoire politique" des Italiens sur une équipe multiethnique.

Voilà ce que m’apprend une dépêche Reuteurs pompée sur Boursorama, de même que : les journaux italiens La Stampa et Corriere della Sera ont publié mardi la lettre de protestation de l'ambassadeur français en Italie, lequel dit regretter des propos inacceptables et méprisables qui ne peuvent qu'engendrer la haine.

Ce qui montre qu’on peut être ambassadeur et ne pas dire que des conneries.

On critique beaucoup nos sénateurs à nous, en s’interrogeant sur leur utilité réelle. Pourrait-on aussi s’interroger sur l’opportunité de maintenir un sénat en Italie, où 100 % des sénateurs (parmi celui que je connais) tiennent des propos ouvertement et résolument racistes ?

La FIFA qui prétend mener une campagne contre le racisme dans le football ne pourrait-elle pas rappeler à l’ordre la fédération italienne ? A défaut que de pouvoir interpeller le gouvernement italien, ce qui ferait mauvais genre (qu’une association telle que la FIFA puisse adresser une protestation sur le comportement des élus, mais c’est un autre débat).

A part ça on apprend aussi des mêmes sources que la Fifa a annoncé mardi que "La Fifa va ouvrir une enquête disciplinaire sur le comportement de Zidane pour établir aussi précisemment que possible les circonstances exactes qui ont entouré l'incident". Je veux bien qu’on enquête sur les circonstances de l’épisode douteux, mais il faudrait voir à étendre l’enquête à ce qui a pu le faire avoir ce comportement (et en plus, je veux bien qu’on fasse des fautes d’orthographes sur les blogs – on n’est pas des pros - mais les types de la FIFA pourraient utiliser précisément l’orthographe).

Nous avons d’un côté une idole nationale qui pète les plombs suite à des insultes. C’est grave. Ca ne va pas faciliter la tâche de nos éducateurs de tous poils qui vont devoir expliquer aux jeunes que quand on se fait insulter, ce n’est pas forcément indispensable de répondre par la violence. La bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe.

D’un autre côté, nous avons un élu d’une des plus grandes démocraties mondiales qui explique que son voisin multiethnique et fier de l’être a trahi son identité nationale.

Qu’est-ce qui est le plus grave ?

Je ne dis pas que ça ne pourrait pas arriver en France… Le sujet n’est pas là, et je ne suis pas spécialement fier de certains propos de nos ministres… ou de certains résultats d’élections !

Je dis juste que c’est grave. Mais on ne va pas déclarer la guerre à l'Italie.

Enfin !

Dans quelques jours, on saura peut-être à peu comment le défenseur a attaqué Zidane. Aujourd’hui il y a différentes versions dans la presse (France Soir ne recule devant rien pour sa une en reproduisant une insulte en très gros caractères… Peut-être qu’Eric de l’excellent blog http://crisedanslesmedias.hautetfort.com aura-t-il une idée sur la nécessité de continuer à défendre France Soir ?).

Dans quelques jours, on aura digéré une défaite que je continue à penser non justifiée.

Dans quelques jours, le championnat de France va reprendre. On pourra recommencer à se haïr gentiment entre Marseillais et Parisiens (moi, je m’en fous : quand je suis au bistro avec un Parisien, je passe Parisien s’il me paie un demi, et le gros Loïc - pas celui du blog voisin, celui de la boulangerie d'en haut - n'a pas compris que je suis né à Loudéac, pas à Guingamp).

Dans quelques jours, je pourrai recommencer à m’en foutre.

9 commentaires:

  1. La FIFA s'intéresse, en premier lieu, à ce que rapporte le spectacle du foot. Son supposé combat contre le racisme n'est que de la poudre aux yeux. Il ne s'agit pas d'une priorité pour cette organisation.
    La FIFA est une sorte d'état. Un état dont le domaine est un champ particulier de l'activité humaine.
    Pourquoi pleures tu ?
    Notre (ton) regard moutonnier a crée un monstre. Par ton attention personnelle tu légitimes, quotidiennement, son comportement.
    Sois content s'ils ne te mange pas.
    Le spectacle du foot est un non événement. On en fait une religion. Cela se paie.

    RépondreSupprimer
  2. Paramo,
    Je ne pleure pas et je crois que tu es à côté de la plaque.

    L'objet de mon truc était de dénoncer une montée du racisme et surtout de faire part de mon inquiétude en le voyant légitimé par des propos de poliques. J'ai pris un exemple facile et récent, mais le danger n'est pas qu'en Italie.

    Tu dis que la FIFA est une sorte d'état. C'est plutôt une sorte d'entreprise multi-nationale qui échappe à tout contrôle.

    Mais la FIFA, je m'en fous. Ce qui compte dans le foot ce sont ces centaines de milliers (voir de millions au niveau mondial) de jeune qui se retrouvent dans des clubs pour y jouer.

    Quand je dis que tu es à côté de la plaque, c'est surtout sur la fin de ton commentaire (même si on ne sait pas trop de quoi tu parles : quel monstre ?). Des qu'il y a des énormités, il faut les dénoncer. C'est en disant rien et en laissant faire qu'on légitime.

    RépondreSupprimer
  3. Plusieurs remarque. L'enquête sur Zidane. C'est, je crois, classique en cas de carton rouge. Et cela permettra, espérons-le, d'en savoir plus sur le comportement de Materazi. Il doit être sanctionné, ce salaud. On peut revoir ses 5 plus graves agressions ici: http://permanent.nouvelobs.com/sport/20060710.OBS4648.html
    Clairement, ce type ne devrais plus jouer au foot. C'est un délinquant. Mais il n'est ni le premier ni le dernier gagner une coupe du Monde. Il rejoint Schtielieke, Breitner et quelques joueurs argentins au panthéon des vouyous de la baballe...

    Autre remarque: les propos du sénateur italien (sans doute incontinent). Tu dis: "Je ne dis pas que ça ne pourrait pas arriver en France… " Tu oublies que Le Pen a dit à peu près la même chose, sous une forme atténuée.
    Cette histoire de combattre le racisme dans le foot est une foutaise. La FIFA ne fait pas grand-chose.

    Enfin, concernant France-Soir: ça s'arrête quand?

    RépondreSupprimer
  4. Mon "Je ne dis pas que ça ne pourrait pas arriver en France… " était jsutement une boutade pour rappeler que si l'heure est à se moquer de l'Italie, c'est par pure affection : on a notre dose de fumiers chez nous aussi.

    Pour le France Soir, je ne sais pas. Je ne lis même plus depuis que ce n'est plus Alain Bonhomme qui fait les mots croisés, ce qui était la seule raison valable de se pencher sur ce canard.

    Défendre la pluralité de la presse, ça va 5 minutes...

    P.S. : Merci pour le lien (mais au boulot, les URL qui contiennent le mot "sport" sont censurées... Je verai ça plus tard...).

    RépondreSupprimer
  5. Allez! Encore un lien.
    C'est un article de Libé titré: "L'extrême droite célèbre la défaite de Bleus trop noirs"


    http://www.liberation.fr/actualite/politiques/192889.FR.php

    RépondreSupprimer
  6. Je pense comme Eric. La FIFA a les moyens de arrêter les manifestations de racisme dans les stades.
    Mais elle n'a pas la volonté.
    Le débat sur la qualité de cette organisation est inutile.
    Chacun verra ce qui l'arrange.
    Mais c'est un fait que notre attention excessive pour un sport tel que le foot :
    1) nui d'autres sports.
    2) Donne trop de pouvoir et visibilité à des groupes peu recommandables.
    3) crée des mouvements de masse avec tout ce que cela charrie de bon mais surtout de mauvais. (Justement ton billet parle de cela)

    Je suis pour une réflexion sur la manière de finir à cette institution multiforme, héritée des romains, que l'on appelle le cirque.
    Tout le reste c'est de la pure perte de temps.
    Mais je sais que tu te dis :
    "C'est encore plus beau lorsque c'est inutile"
    Petit aristocrate, va !

    RépondreSupprimer
  7. Paramo, je suis plus optimiste que toi sur l'utilité des jeux. Des côtés, un côté "nationaliste" ressort avec ses travers aboninables... D'un autre côté les français découvrent qu'ils ne sont pas tous seuls...

    Et d'une manière générale, je ne suis pas opposé à la fête et aux jeux.

    C'est pas le foot qu'il faut supprimer... mais le système autour qu'il faut réformer.

    Que le but soit d'avoir des gamins qui jouent ensemble dans des clubs... pas de gagner un maximum d'oseille.

    RépondreSupprimer
  8. Top là !
    Je suis d'accord avec toi.
    Mais ce qui fait problème c'est la popularité de ce sport. Le foot en lui même peut être passionnant.
    Ce qu'il faut supprimer c'est les spectacles de masse.
    Il faut faire entrer dans notre culture des comportements de méfiance à l'égard du suivisme.

    RépondreSupprimer
  9. Le problème n'est pas la popularité mais ses conséquences !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.