27 septembre 2017

Le principe de Jégoun

La plupart des salariés connaissent le Principe de Peter ou presque. Google et Wikipédia sont vos amis. Je vais résumer : dans une organisation hiérarchique, tout salarié finit par atteindre son niveau d'incompétence. Traduisons : plus vous progressez au boulot, moins vous avez la capacité à acquérir de nouvelles compétences et vous finissez par stagner en faisant chier les autres parce que vous n'êtes plus compétent mais vous avez la réputation de l'être. J'extrapole un peu mais c'est très observable dans mon domaine, l'informatique. 

Il y a aussi le principe de Dilbert. Je le résume aussi (ça fait longtemps que je ne l'ai pas étudié) : à un moment de votre carrière, vous êtes devenus tellement incompétent qu'on vous nomme chef pour vous empêcher de nuire en occupant un poste opérationnel. J'ai des noms. Et vous en avez aussi. Ne niez pas. 

Je les ai adaptés à ma propre carrière professionnelle. Je suis devenu tellement incompétent que je ne peux plus avoir de responsabilité professionnelle mais, en même temps, comme dit l'autre, je refuse d'être chef, ayant d'ailleurs la réputation d'être totalement incapable de gérer quoi que ce soir. Et d'avoir un poil dans la main dès que le sujet ne me passionne pas. Je bosse néanmoins comme un fou : mon boulot est passionnant. Je suis bien aidé par ma hiérarchie qui a trouvé un intitulé à ma fiche de poste ("expert" mais elle n'a pas dit en quoi) et une place dans l'organigramme ("responsable de la maîtrise d'ouvrage transverse" ou un truc comme ça : excusez du peu !). 

Toujours est-il que je connais un peu certains sujets et très bien d'autres mais moins que les experts. C'est ainsi que je participe à un tas de réunions avec des chefs de projets et des spécialistes hautement qualifiés mais comme je suis le seul à avoir une vague idée de ce dont chacun parle, je suis à peu près le seul à pouvoir faire la synthèse pour suggérer une décision à la direction. 

Je ne plaisante pas. J'élabore le premier jet du principe de Jégoun. Ça fera 30 ans le 4 octobre que je bosse dans le même domaine (les distributeurs de billets pour tout vous dire) mais dans différents services et avec différents rôles. Le plus drôle est que personne ou presque ne connaît mon CV. Tout le monde me prend pour un con normal alors que je suis un con exceptionnel. Quand on est dans nos réunions avec des chefs de projets et des experts, j'arrive à en casser certains en démontrant discrètement que mon niveau d'incompétence est tel qu'ils l'ont dépassé, par leur totale incompétence à extrapoler les domaines qui ne sont pas les leurs. 

Je vais vous laisser résumer le principe de Jégoun en commentaire, étant fainéant jusqu'au bout. Le principe général est qu'il faut maîtriser son incompétence pour l'utiliser à bon escient. 

Vous avez deux heures et je relève les copies. 

7 commentaires:

  1. Principe de Jégoun: "Bien qu'ayant atteint votre niveau d'incompétence, mais refusant d'être nommé chef pour empêcher de nuire, vous êtes toutefois en mesure de pouvoir faire la synthèse des idées des autres cons normaux, étant un con exceptionnel"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je préférais "un con remarquable" mais on touche le sublime.

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais atteint mon seuil d'incompétence, m'étant toujours arrangé pour rester un con ordinaire.

    RépondreSupprimer
  3. Excellent billet, tant qu'on ne t'invite pas à un dîner de cons tu es tranquille.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.