25 juillet 2018

Macron : vulgaire

Il a tout gâché par une phrase : « qu’ils viennent me chercher ! ». Depuis son élection, j’étais assez bienveillant. Je n’aime pas la politique qu’il mène mais mes critiques ont toujours été légères, ce qui me faisait parfois passer pour macroniste ce qui est rigolo. De la part de gens qui semblent ne pas comprendre que le clivage droite gauche ne serait plus vendeur électoralement en France avant plusieurs années. Surtout de la part de types de gauche... Au moins, à droite, ils ont une certaine discipline. Fillon est arrivé troisième alors que ses casseroles auraient dû le pénaliser beaucoup plus lourdement (il a fait les quatre cinquièmes - un peu moins - des voix par rapport à ses prédécesseurs alors qu’Hamon a fait le quart...). 


Par ailleurs, je n’ai jamais critiqué le bonhomme Macron en tant que tel ou pour sa façon de faire de la politique. Après tout, il a réussi à se faire élire et à former une majorité parlementaire. Bravo. Certains aspects m’ont amusé mais sans plus. J’ai même fait des compliments pour son rapport au Parlement alors que la tendance autour de moi est plus de favoriser ce dernier et à limiter les pouvoirs du Président. Je ne vais pas me justifier mais nous autres, Français, sommes incapables de faire une majorité parlementaire fiable (quand les députés ne sont pas des godillots, c’est le bordel, on l’a vu sous Hollande). Et ce n’est pas une question de Constitution ou de numéro de République (et c’est pour ça que j’ai tendance à conchier ceux qui pensent que changer un mode de gouvernance, comme on dit, sauvera le monde). 


Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : je suis contre la baisse du nombre d’élus. Les parlementaire n’ont pas qu’à voter les lois, ils font des rapports, des commissions,... En diminuer le nombre revient à tuer la démocratie, en quelque sorte. Cela étant, les dernières audiences pour l’affaire Benmachin me laissent perplexe. On a surtout vu des clowns se mettre en avant. Ces machins ne devraient pas être télévisés. Un journaliste de l’AFP et basta. 


Revenons à l’affaire. Le type aurait dû être lourdé dès le 2 mai. Ça n’a pas été le cas. L’affaire n’aurait néanmoins pas dû sortir. Lire d’article de Mme Lévy dans Causeurs. Je sais, c’est mal. Et je ne sais pas faire de liens autres que vers mes blogs. Je résume : Macron allait réorganiser la sécurité de l’Elysée en mettant son pote Alex comme chef. Ça a déplu en haut lieu. Ils ont filé la vidéo à la presse en sachant que ça allait faire du bruit. Hypothèse intéressante. 


Dernier épisode « en date » : le type n’aurait pas eu 15 jours de mise a pied sans salaire mais seulement la suppression de 15 jours de congés acquis l’an dernier et à prendre en 2018. Nos braves internautes n’ont pas compris que ça revenait au même ou presque et relancent la machine dans les réseaux sociaux. Par rapport à Pasqua, Macron est un génie. Pasqua lançait une affaire dans l’affaire pour que personne n’y comprenne rien. Macron fait lancer une affaire par l’opposition. Chapeau. 


Sa communication d’hier fut pas mal contrairement à ce que disent beaucoup de gens toujours désireux de critiquer et d’analyser la communication (ce qui est toujours ridicule : on ne peut pas l’analyser dans l’instant, il faut voir les effets à moyen terme. Par ses propos, il a pris l’affaire à sa charge, a endossé la responsabilité. Du genre « bon les gars, j’aurais pas du faire confiance à mon copain, une erreur de jugement ». Du coup, toutes ses conneries ne servent plus à rien. Il n’y aura pas de fusible à sauter. C’est de sa faute et on ne peut pas l’atteindre pour ça. Et il l’a dit. Par cette phrase. « Qu’ils viennent me chercher ! ».


Le problème est qu’elle est du niveau d’une petit frappe, d’un trou du cul de cabinet, de branleurs de cours de récréation. Il aurait le dire plus clairement. « J’ai fait l’erreur. Alex est définitivement viré. Je ferai plus attention dorénavant. Mais la nature des institutions empêchent le Président d’être compromis par ces histoire. Il faut arrêter maintenant. Il n’y aura pas de bouc émissaire. Je souhaite, par transparence, que les commissions parlementaires fassent la lumière sur ce pataquès et que la justice fasse son boulot. Pour Alex, ça sera rapide. Pour déterminer les responsabilités au dessus, ça prendra des années et mon chef de cabinet sera à la retraite avant. »


Mais il y a eu cette petite phrase. J’ai toujours rigolé des andouilles qui comparaient Macron à Sarkozy. Maintenant, je pense qu’il est pire. Il est plus vulgaire. 


Et un Président ne peut pas être vulgaire. 


17 commentaires:

  1. Excellent billet que j’aurais pu ou du écrire si j’avais eu du talent ou de la volonté.

    Faudra juste que certains opportunistes qui ont rejoint le train en Marche reconsidèrent leur position sur Sarkozy, qui etait d’un peu rare dignité en comparaison avec notre président du nouveau monde.

    Sinon Pasqua était un chouette monsieur et je pense amicalement à lui ^_^ (sérieusement en plus)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me rappelle la fois où je l’avais rencontré (pour le 11 novembre 1988, je faisais mon service et il avait déjeuné au Fort où j’étais).

      Supprimer
    2. Je savais pas que tu l’avais rencontré :-)

      Supprimer
    3. Je l’ai déjà raconté dans le blog mais il y a longtemps. Il faudrait que je le refasse. C’était une journée extraordinaire (pas à cause de lui).

      Supprimer
  2. Oui, bon... Dire que c'est vulgaire, je veux bien, mais il prévient: s'ils me cherchent, ils me trouveront. Je subodore donc que quelques affaires vont sortir fort opportunément dans les prochains temps...

    RépondreSupprimer
  3. Pour être Président on n'est pas moins homme et entendre des galéjades à longueur d'antenne par certains élus ou pseudo commentateurs " es politiques ".Il y a de quoi disjoncté car vois tu trop c'est trop . Bien sûr c'est mal mais les députés d'En Marche ne sont pas aussi roublards que les vieux briscard de la politique qui surfent sur la vague pour le plus grand plaisir des "gogos " .
    La phrase que tu condamnes réveillera peut être les députés EM de rentrer dans le lard de leurs adversaires c'est le sens que je donne à la phrase que tu désapprouves .
    Venez me chercher et vos "armes" seront les miennes .
    vincent

    RépondreSupprimer
  4. ce technocrate qui vire coq de basse cour genre louis XV te fais oublier la radio des blogueurs

    RépondreSupprimer
  5. Que la phrase de Macron soit maladroite, c'est certain et je pense que peu le contestent.
    Par contre la Commission d'enquête est en dessous de tout. Elle est prévue et organisée pour enquêter mais elle est devenue un tribunal. Ce qui n'est pas dans ses attributions.
    De là à regretter Pasqua, il y a un grand pas à ne pas franchir.
    Le SAC était une organisation au service exclusif d'un homme (De Gaulle) et son existence s'est terminée dans le sang (massacre d'Auriol) quand un des premiers membres, il a quand même été initiateur d'une loi liberticide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais bien mais il a été avancé que Macron avait créé un service privé de protection et c'est ce qu'était le SAC. D'autre part Pasqua a eu de fortes responsabilités dans cette organisation

      Supprimer
    2. Oui mais tout ton commentaire est à charge contre mon billet.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.