28 juillet 2018

Montparnasse : j’y étais. Au journal de TF1 aussi !



Pendant que j’attendais des informations de la SNCF quant à mon train (qui a finalement été annulé sans trop de sommations), un cameraman de TF1 passait par là ce qui fait je suis apparu au 20h pendant au moins deux secondes. Mon heure de gloire ne s’arrête pas là : je suis le premier à avoir tweeté au sujet de l’incident. 

Cela étant je n’ai rien à ajouter par rapport à ce que disent les journalistes. La SNCF a été très sympathique de nous donner de l’eau. J’aurais préféré de la bière mais avec la chaleur qu’il faisait, il faisait très soif... L’ambiance était assez bon enfant. On papotait entre nous...

Le truc qui m’a le plus gonflé, hier, outre le fait d’attendre trois heures (on s’en fout, je n’avais ça à faire) et surtout l’annulation d’un court séjour en Bretagne, ce sont les annonces de la SNCF qui mettait bien en avant la responsabilité d’ERDF... Quand j’ai des problèmes avec les serveurs au bureau qui nous pousse à mettre en place des cellules de crise, je ne dis pas que c’est de la faute de mes fournisseurs. 

Je le dis à froid, quand le service est rétabli, si c'est le cas. 

Or, la SNCF devrait faire profil bas. Si elle n’a pas de solution de secours, c’est un peu de sa faute, quand même. Si elle prend trois heures avant de rediriger les trains vers Austerlitz, c’est de sa faute. Si elle ne met pas des bus en place pour organiser des départs de TGV de Massy, c’est de sa faute. C’est quand même le troisième incident majeur à Montparnasse en à peu près un an (dont deux qui m’ont affecté).  Ça laisse le temps de s’organiser. Et de payer les fournisseurs pour le faire. 

Non mais sans blague. 

Quant à Twitter, je rigolais bien en lisant les braves gens chercher des informations et des andouilles qui en donnaient... Tout était sur le site de la SNCF et les panneaux d’affichage. Y a au moins ça qui fonctionnait. 

11 commentaires:

  1. Je me suis toujours demandé pourquoi les TGV n'avaient pas un (petit) groupe électrogène à bord comme les TER pour se dégager, à vitesse réduite certes, d’une zone en panne d'alimentation.Ce serait tellement plus simple avec une alim de secours pour la signalisation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n’est pas des pro mais on se pose tous des questions. Par exemple, si la SNCF a un risque de coupure électrique à Montparnasse, pourquoi n’a-t-elle pas des locomotives Diesel pour tirer les TGV 10 km ?

      Supprimer
    2. Petite réponse à ce sujet. Des locomotives diesel (en réalité diesel-électrique, mais l'essentiel est là) sont disponibles pour porter le secours au TGV. Ces machines pourraient servir, le problème c'est qu'étant donnée la quantité de trains au départ de la gare Montparnasse, il sera impossible de tous les tirer. Mettons qu'il faille les tirer jusqu'à Versailles Chantiers, ça fait un quart d'heure dans chaque sens sans compter le retour (la manœuvre peut prendre du temps dans le trafic, surtout que Versailles Chantiers doit retourner beaucoup de trains qui devaient juste passer à l'origine, notamment les Transilien et les TER Centre-Val-de-Loire. Autrement dit, à supposer qu'on trouve suffisamment de conducteurs habilités, et en ajoutant le délai d'accrochage et de décrochage, ça ne servirait quasiment à rien. En outre, sauf erreur de ma part, réglementairement les TGV ne peuvent être tirés par une machine de secours avec des voyageurs dedans.

      La déviation vers Austerlitz était la solution la plus logique, il fallait juste le temps de la mettre en place. Sachant que la gare a une capacité limitée, que seules 3 voies peuvent accueillir des TGV et qu'avec Castor ça nécessitait de réorganiser aussi tout le sud du RER C.

      Supprimer
  2. On pourrait également installer des pédales amovibles de secours pour que les voyageurs dégagent eux-mêmes le TGV..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Ni Pierrot ni moi n’avons la solution et l’ironie n’en est pas une.

      Supprimer
  3. Gloire ! tu passes très bien dans ll lucarne.

    RépondreSupprimer
  4. Un système redondant serait d'un grand secours dans ces grands noeuds ferroviaires où le préjudice pour les usagés qui se comptent par centaines de milliers est majeur . Bien sûr faudrait se demander si l'investissement est judicieux .
    vincent

    RépondreSupprimer
  5. J'ai essayé de répondre à quelques questions posées dans les commentaires précédents. Pour ceux qui ne me remettent pas, je suis agent circulation sur les voies de service de la gare d'Austerlitz.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.