04 septembre 2013

Six raisons de détester Twitter

Mon ami et néanmoins confrère fait un billet à propos des défauts qu'il trouve à Twitter. Du coup, moi aussi.

1. Le manque de savoir-vivre de certains.

C'est con à dire mais certains usagers ne respectent pas les règles élémentaires de courtoisie dont celle qui consiste à être poli avec les inconnus.

Je suis un des premiers à insulter les gens mais uniquement ceux qui n'ont pas respecté ces règles de savoir-vivre (je vais en énumérer certaines ci-après). J'ai peut-être un côté réac, mais je ne vois pas pourquoi des gens peuvent de croire absolument tout permis.

2. Les guignols qui donnent un avis péremptoire en 140 caractères

Je suis le premier à donner des avis péremptoires sur mon blog mais les types qui formulent une critique rapide méritent des baffes. Ils s’imaginent qu’on peut comprendre un « n’importe quoi », comme si on était dans leur crâne.

En complément, j’ai horreur de ceux qui commentent les billets de blog dans Twitter, en oubliant que la rédaction d’un billet de blog est une sorte de travail qui mérite un certain effort, voire plus, vu que le billet doit être dans la ligne éditoriale du blog. Twitter ne demande aucun travail.

3. Les imbéciles qui se méprennent sur les RT

Quand je RT un article ou un billet, c’est qu’il me semble souhaitable que mes fidèles abonnés aient accès à l’information en question. Ca ne veut pas dire que je suis d’accord avec l’analyse de l’auteur. Je RT ce que je veux, bordel !

Et je vous passe tous les crétins qui s’imaginent que je suis l’auteur de tous les billets que je RT…

4. Les cons qui se mêlent sans arrêt de discussions privées

Je dis bien sans arrêt, hein ! L’intérêt de Twitter est aussi de bavasser au hasard…

Je suis pote, dans Twitter, avec quelques célébrités. Elles sont suivies par des meutes de débiles qui n’arrêtent pas de discuter avec eux au point d’interférer sans cesse dans des conversations personnelles.

Laissez les vivre !

5. Les fumiers qui oublient que derrière l’avatar, il y a une vraie personne

Je vous le dis ici : ce n’est pas un community manager qui tient @jegoun mais un type qui tweete personnellement dans son temps de loisir.

Le fait qu’il s’agisse d’une vraie personne nécessite de respecter les règles de savoir vivre. Il m’arrive de déconner avec @RATP_Ligne1 (ou 7), avec @partisocialiste et des machins comme ça, mais quand quelqu’un tweete en son nom personnel, je considère l’humain d’abord…

Je vous assure qu’il y a des ces ahuris qui viennent faire des remarques à @jegoun comme s’il était salarié de la société Partageons&Co… Sans compter toutes les saloperies que j’entends (ou lis…) sur mon dos : je ne suis pas un communiquant officiel mais un type qui tient des blogs à titre personnel. Ceux qui ne sont pas d’accord avec moi ou me considèrent comme un gros con ont aussi la possibilité de ne pas s’abonner à mon compte ou de ne pas me suivre.

Des baffes se perdent réellement. En fait, à ces enfoirés, il ne manque qu'une chose : le respect !

6. Les andouilles paranos du unfollow

C’est dingue le nombre de types qui font la gueule quand je les « unfollowe » ou m’unfollowent en retour. Ils prennent ça comme un affront. Je vais donc leur expliquer : je m’abonne à tous ceux qui s’abonnent à mon compte. Il m’arrive donc d’être abonné à plus de 6 ou 700 comptes. Il est évident que je ne peux pas connaître tout le monde. Comme ma TL finit par se remplir trop vite, je vire ceux que je ne connais pas. Ce n’est pas un affront mais du ménage.

De toute manière, je ne les lis pas. Je lis les tweets uniquement de ceux que je connais (et on finit par connaître beaucoup de monde) sauf le soir au bistro quand Tonnégrande est trop saoul pour tenir une conversation.

L’exception : j’ai horreur des gens réellement que je connais qui me unfollowent sans m’indiquer le motif. Je comprends très bien que les lecteurs puissent être exacerbés quand je raconte trop de conneries (notamment pendant les meetings électoraux…). Mais ils pourraient avoir la politesse d’envoyer un mail gentil : « désolé, Nicolas, mais j’ai trop de type qui parlent de ça dans ma TL, ça m’agace, je t’unfolle, je te suis à nouveau plus tard ».

Hop !

16 commentaires:

  1. bref grosso modo ce qui te fait détester twitter se sont ses utilisateurs :)) plus que l’outil si je comprend ce que tu racontes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu comprends rien. Plus exactement, c'est l'usage qu'ils en font.

      Supprimer
  2. Je me demande bien quel peut être l'intérêt de Twitter, puisque je n'y suis pas.

    RépondreSupprimer
  3. Twitter, j'y étais, je n'y suis plus, et cela ne me manque pas.

    RépondreSupprimer
  4. moi j'ai rien compris à ce billet (follower, RT...). C'est vraiment une secte d'initiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un Français sur neuf.

      Ça me rappelle l'époque où mes parents disaient qu'une télé couleur ne sert à rien.

      Supprimer
    2. Une télé couleur ne sert toujours à rien ouaf ouaf.

      Supprimer
    3. Certes ! J'en ai une mais je ne la regarde jamais ou presque.

      Supprimer
  5. Au risque de me répéter (tu comprendras), j'aime ce blog car il me donne un avis que je réfléchis en fonction de mon avis. Ce que j'aime, c'est que chacun de tes articles m'apprennent des choses et me je me rends compte du travail que tu fais. Les articles sont souvent très longs, étoffés et bourrés de référence qu'il a fallu que tu lises, comprennes avant de pouvoir restituer une synthèse, une explication. Je respecte donc ton travail de fouille au-delà du "d'accord" ou "pas d'accord".
    Je ne comprends ni ne comprendrais jamais pourquoi une personne perd son temps à injurier une personne, à lui faire du mal... alors que finalement, il suffit de ne rien dire, de ferme sa porte, son réseau. Peut-être est-ce parce que certains s'ennuient et que comme les gosses battus... ils sont prêts à tout pour rompre l'isolement? Je ne sais pas. Mais franchement, les gens qui n'ont aucun respect pour les autres, ne peuvent pas demander qu'on en ai pour eux. Ferme ton réseau simplement, Nicolas. Ne te mets pas les sangs en l'air pour rien. Laisse dire. Ce faisant, tu ne joues pas leur jeu.
    Tu fais un excellent boulot et même si je ne suis pas d'accord avec tout ce que tu dis... bien des phrases me font réfléchir sur ce que je pensais être vrai...ou juste. Je te souhaite le meilleur et surtout l'encore.... Déjà, tu as le mien d'encore. Oui, je reviendrai te lire, encore et encore.
    Ema

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et tout ça.

      Quelques précisions : j'ai l'injure facile (voire pire, une forme de dénonciation). A partir du moment où un interlocuteur est malhonnête intellectuellement, je considère que l'insulte est la meilleure solution.

      Je ne veux pas fermer mon réseau. Je tiens au contraire à le maintenir pour des raison d'honnêteté intellectuelle. Tu prends cette histoire de Syrie, je n'ai jamais dit que j'étais favorable à une intervention. Par contre je RT des billets de gens qui le sont. Ce qui pousse les gens à croire que je suis pour. C'est extrêmement compliqué et c'est un peu pour ça que je parle, dans ce billet, de ligne éditoriale des blogs.

      Mais l'andouille dans Twitter ne va pas comprendre la nuance. Il est basique. Blanc ou noir. Oui ou non. Pour ou contre.

      Je poursuis : je ne peux pas me positionner pour ou contre une intervention dans la mesure où je ne sais pas de quelle intervention qu'il s'agit.

      Par contre, le Twittos aura vite fait de dire : il faut ou il ne faut pas (intervenir). Le blogueur sera un peu pareil. Il va d'obliger à avoir une position. Il va faire un billet pour démontrer qu'il faut ou ne fait pas intervenir. Aucune place au doute.

      Supprimer
    2. Je continue. Peu de lascars se posent la question. Moi, j'ai voté pour Hollande et l'ai soutenu pendant deux ans. N'ayant strictement aucune compétence en matière de politique étrangère, j'ai tendance à le soutenir. J'assume ma position jusqu'au bout. Sans me prononcer mais les imbéciles ne l'ont pas noté.

      Par contre, la plupart des internautes s'octroient des compétences à propos de tout et de rien et refusent de reconnaître qu'ils n'en ont pas. Par exemple, quand je parle des banques, j'ai une vraie compétence. C'est mon job et aussi le domaine où j'ai le plus facilement accès à l'information. De part mon boulot, je suis assez proche des conseils d'administration de ces honorables établissements.

      Par exemple, je "sais" depuis plus d'un an que la reprise économique aura lieu "vers maintenant" parce que les conseils d'administration des banques ont pris ce postulat pour faire leurs budgets. Les faits leur donne raison, l'OCDE a donné des "prévisions bonnes" hier. Il est trop tôt pour dire s'ils ont raison.

      Or les andouilles de Twitter ont intérêt à dire le contraire. Pour ma part, j'essaie d'être objectif... Et de bien délimiter des domaines de compétence.

      Supprimer
  6. Au risque de me répéter (tu comprendras), j'aime ce blog car il me donne un avis que je réfléchis en fonction de mon avis. Ce que j'aime, c'est que chacun de tes articles m'apprennent des choses et me je me rends compte du travail que tu fais. Les articles sont souvent très longs, étoffés et bourrés de référence qu'il a fallu que tu lises, comprennes avant de pouvoir restituer une synthèse, une explication. Je respecte donc ton travail de fouille au-delà du "d'accord" ou "pas d'accord".
    Je ne comprends ni ne comprendrais jamais pourquoi une personne perd son temps à injurier une personne, à lui faire du mal... alors que finalement, il suffit de ne rien dire, de ferme sa porte, son réseau. Peut-être est-ce parce que certains s'ennuient et que comme les gosses battus... ils sont prêts à tout pour rompre l'isolement? Je ne sais pas. Mais franchement, les gens qui n'ont aucun respect pour les autres, ne peuvent pas demander qu'on en ai pour eux. Ferme ton réseau simplement, Nicolas. Ne te mets pas les sangs en l'air pour rien. Laisse dire. Ce faisant, tu ne joues pas leur jeu.
    Tu fais un excellent boulot et même si je ne suis pas d'accord avec tout ce que tu dis... bien des phrases me font réfléchir sur ce que je pensais être vrai...ou juste. Je te souhaite le meilleur et surtout l'encore.... Déjà, tu as le mien d'encore. Oui, je reviendrai te lire, encore et encore.
    Ema

    RépondreSupprimer
  7. Pendant longtemps j'avais arrêté de lire votre blog régulièrement, ou en tout cas je n'y faisais que des passages sans jamais commenter, parce que j'étais très mal à l'aise avec l'idée qu'il n'était pas exclu que je m'y fasse fasse insulter ! Mais j'ai fini par y revenir très régulièrement parce que , même si souvent je ne suis pas d'accord, il y a un vrai travail dans vos billets ! Et cela m'intéresse de connaître l'avis des gens qui pensent différemment de moi (euh... de préférence quand ils partagent des valeurs proches, pour les autres que je trouve puants, je me protège un peu ... suis trop sensible et évite le déprime)
    J'ai commenté un peu. J'ai constaté qu'on pouvait être reçu avec respect. Je vous en remercie.
    Par contre je n'ai toujours pas compris ce que vous appelez "trollage". Par exemple j'aurais bien envie de répondre très longuement à votre billet sur l'anti-sarkozysme, vu que j'ai bien l'impression que notre forum "sarkostique.fr" est lui aussi , probablement autant que Sarkofrance au rayon blog, un des "fer de lance" de l'anti-sarkozysme.... et ce serait probablement tellement long que j'en ferais bien un billet si j'avais un blog ... Mais voilà, je n'ai pas de blog ! et je ne suis d'ailleurs même pas sur Twitter ! Je peux commenter chez vous, grâce à à "nom/url" mais je ne peux pas commenter chez sarkofrance car il faut des "comptes" que je n'ai pas (genre Wordpress, que je ne sais même pas ce que c'est) J'suis pas tellement geek en fait ... Mais je suis tout de même sur internet....
    Si je m'exprime longuement via les commentaires .... c'est du trollage ou pas ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et tout ça (désolé de ne pas répondre plus longuement mais j'ai sommeil et je ne peux exclure que vous ne soyez qu'un troll me suçant la bite pour rigoler, les aléas du blogage).

      Le blog principal de Sarkofrance a la même plateforme que le mien. Si vous pouvez commenter sur l'un, ça devrait être ok sur l'autre.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.