30 août 2017

Ils ne sont plus que trois

Jean-Luc Mélenchon passe pour le meilleur opposant à Emmanuel Macron. D'ailleurs, il a encore dit des conneries sur lui, aujourd'hui. Mais, posons la question : n'est-ce pas une bonne stratégie de limiter le debat entre eux deux ? 

Je vais reprendre la place de BRP pour défendre Macron (mais c'est pour rigoler, hein ! Je défends en fait le leader charismatique du PS). 

Les autres partis sont laminés. Le PS, le FN, le PCF (encore que j'ai vu des publications pas connes sur son positionnement) et LR. Ce dernier est au dessous de tout. Ils devraient logiquement nommer Wauquiez comme prochain président, donnant ainsi les clés du parti à Sens Commun... qui sert de repoussoir à une grande partie de la droite. 

Ceci est un billet de blog, pas une chronique politique. Même si je n'approuve pas Macron, je le considère à titre purement personnel comme l'héritier de François Hollande. Ce dernier savait dès 2012 qu'il n'avait aucune chance d'être réélu vu qu'aucun Président n'a été réélu hors période de cohabitation. Il aurait donc nommé son successeur. Les types qui parlent de trahison devraient y penser un peu. 

Par ailleurs, Hollande est revenu et a critiqué Macron récemment alors qu'on devrait l'espérer à la retraite. Pas moi. 

Le debat politique est maintenant entre trois hommes "réputés" à gauche (sauf chez les gens officiellement de gauche, évidemment !) : Hollande, Macron, Mélenchon. Par ordre alphabétique. Les autres sont presque oubliés. Objectivement, ils ne sont plus que des guignols. 

Trois hommes. 

Et les trois ont intérêt à ce que ça dure. 

Au moins, ça tue la droite... 

11 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui. Il est condamné aux seconds rôles.

      Un peu comme un vieux con.

      Supprimer
    2. J'ai assez joué. Tu signes trop tes messages et ton insistance ne change pas quand tu change de "pseudo".

      Supprimer
  2. Subtile ton approche : faute d'une gauche volontairement unie, une gauche ( j'attends encore un peu pour Macron) sur la même ligne contre la droite...
    P.castor

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Macron est réellement ni de gauche ni de droite. Voir les résumés de son interview du jour.

      Supprimer
  3. Ce n'est parce que Hollande essaie de ramener sa science qu'il compte dans le débat politique…

    RépondreSupprimer
  4. Macron dans Le Point, à propos de François H. : « il serait étrange que l'impossibilité qui a été la sienne de défendre son bilan devant les Français puisse motiver une tentation, durant les années qui viennent, de le justifier devant les journalistes. »

    On pensera ce qu'on veut de l'actuel président, mais la flèche est assez bien envoyée, il me semble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et non (je trouve le moyen de défendre Hollande jusqu'au bout). Il n'a pas cherché à défendre son bilan que l'on peut voir un échec du à son conseiller en économie.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.