17 mai 2006

Laurent Fabius a dit ce matin, à propos des élections présidentielles : "Il faut y aller sur une ligne claire, sinon c'est la France qui va dégringoler", prévient-il. "On ne peut pas rassembler la gauche et proposer une politique de type blairiste (...) Une ligne clairement à gauche est la seule de nature à favoriser le rassemblement de la gauche et à créer une dynamique".

Il a raison. Il a d'ailleurs dit plein de choses intéressantes. A peu près les mêmes d'ailleurs que DSK et Jack Lang. Les trois ont comme seul programme de montrer qu'ils sont meilleurs que Ségolène Royal, ce qui est peut-être vrai, mais la question n'est pas là.

Laurent Fabius a semble-t-il oublié qu'il représentait, il y a vingt ans, la ligne libérale du PS et que cette étiquette lui colle à la peau depuis. Alors, avec sa position sur la constitution Européenne (tout à fait respectable par ailleurs), il a essayé de se refaire une image un peu plus gauchiste.

Pour ma part, je venais d'avoir 18 ans quand il a été nommé Premier Ministre et je pense que tous les types de mon age ou plus ne pourront aller qu'à reculons pour voter pour Laurent Fabius. Sans compter qu'il y a encore une partie de la population, que nous surnommerons les vieux croûtons par affection, qui pensent que Lolo a lui-même pris une seringue pour inoculer le virus du sida dans des flacons de sang et qui ont oublié le juste dénouement du volet judiciaire de cette histoire.

Ceci étant dit, ce n'est pas pour cela que pendant mon heure de déjeuner - j'ai trouvé un PC avec un accès internet alors que hier soir j'indiquais dans un commentaire que je serai aux abonnés abents - je voulais écrire un article dans le blog, mais juste avant de le faire j'ai consulté l'actualité ce qui me vaut cette poussée de mauvaise humeur. Et du coup, j'ai dépassé l'heure du déjeuner, je diffuserai ce soir.

On pourrait probablement sortir une dose équivalente de méchanceté pour les autres candidats du PS.

Donc, pour déjeuner - pardon - pendant la pause déjeuner, je voulais signaler sur le blog un élément à propos du résultat du vote de la motion de censure hier que je ne retrouve pas dans la presse ce matin, mais je dois avouer que je n'ai pas pris le temps de la lire, le Parisien n'ayant pas été livré au bistro du coin à l'heure (5h30) où je prenais le café avant de me précipiter sur Orly pour décoller vers le Clemenceau (pour information, l'avion a atterri à Guipavas, pas sur le pont du bateau, ce qui est heureux pour ma tension artérielle). Dans l'avion, j'ai lu le Canard Enchaîné, ce qui fait que j'ai zappé sur l'actualité d'hier. Il faut arrêter de faire des motions de censure ou toute autre truc important à 19h le mardi soir, c'est-à-dire la veille de la sortie du Canard.

J'en reviens au résultat de la motion de censure. Je ne sais plus trop ce que je voulais dire (mon idée date de la fin de matinée, je le rappelle).

Dans le site web de l'assemblée nationale on indique le nombre de types qui ont voté pour (189) mais on indique pas le nombre de types qui ont voté contre, c'est-à-dire qui soutiennent le gouvernement.

190 ça ferait un tiers des députés s'ils étaient 580, mais ils ne sont que 577, donc, si je compte bien, 189 ça en fait un tiers (est-ce le hasard ?). Enfin, ils étaient 577 mais il y en a un qui est décédé récemment (observons une minute de silence) et ma connaissance de la constitution ne va pas jusqu'à savoir si le suppléant prend la suite immédiatement.

Il fallait atteindre 289 députés pour que la motion de censure passe. Dans ce système électoral que je qualifierai de " à la con ", il ne faut pas la majorité des suffrages exprimés mais celle des suffrages exprimables !

Comme il n'y a pas 289 députés hors de l'UMP, ce qui est déplorable, mais c'est le système électoral qui veut ça, la motion de censure n'avait aucune chance de passer, ce qu'on savait déjà.

Ce que je ne savais pas, et que je crois comprendre maintenant, c'est qu'en plus il n'y a pas besoin d'un seul vote contre pour qu'elle ne passe pas !

On ne sait pas le nombre de députés UMP présents ce jour, on ne sait pas s'il n'y a pas eu plus de " pour " que de " contre ", on ne sait même pas s'il y a eu un seul contre.

C'est révoltant (mais on ne va pas en faire un fromage, juste un article, un peu long, dans le blog).

Pour continuer sur le sujet, si un député UMP commençait à s'énerver du comportement de sa direction, il n'était pas obligé de voter pour faire plaisir à la dite direction (et pouvoir continuer à se présenter sous l'étiquette UMP), il suffisait qu'il prétende devoir impérativement dîner chez sa belle-mère pour ses 92 ans (c'est un exemple) pour éviter de voter.

Pour continuer encore dans le même sens- à une dizaine, les députés peuvent faire passer un amendement foireux (la reconnaissance du bienfait de la colonisation pour citer un exemple récent), mais on ne peut pas l'éviter (on ne peut pas obliger les députés à être présents trois jours par semaine dans l'hémicycle de 9h30 du matin à 11 heures du soir, et le reste du temps à la rencontre des électeurs : aucun patron du MEDEF n'irait jusque là).

Mais qu'un sujet aussi important qu'une motion de censure ne requière aucun suffrage contre me sidère un peu !

On pourrait parler un peu maintenant des arguments présentés par les différents intervenants (PS, PC, UDF, UMP et gouvernement).

D'ailleurs on va le faire.

J'ai trouvé le PC et l'UMP hors sujet (je n'ai pas vu l'intervention, je l'ai lue, mais je crois comprendre que M. Accoyer était pitoyable), puisqu'il ne parlaient pas du fond du problème, et pour le réduire à deux questions simples :
  • Peut-on conserver une tête de l'état où les trois ou quatre principauxgugusses se tirent dans les pattes à longueur de journée, se suspectentmutuellement, sont impliqués dans des affaires judiciaires, des affaires d'espionnage ?
  • Depuis six mois ou un an c'est le bordel en France, les parlementaires ne sont pas respectés, voire sont muselés, n'est-il pas temps de changer quelque chose ?

Bayrou a perdu son temps à ce justifier sur le fait de voter avec la gauche. Je résume ce n'est pas voter à gauche mais voter avec la gauche, il faut parfois s'allier ce qu'ont fait des illustres personnages dans le temps, comme De Gaulle, Mendes-France. Il a aussi cité Delors et Rocard, mais, là, il faudra lui demander les détails. Enfin, il a oublié le fond de sujet.

Il a cependant fait une remarque intéressante et pertinente qui mériterait une réflexion plus profonde que la mienne à cette heure tardive. En 2002, au deuxième tour, il a rappelé que M. Chirac avait été élu avec plus de
voix de gauche que de droite !

Le PS a quant à lui oublié les histoires du machin Warrior (au fait, c'est pas une casserole à Lolo ce truc-là ?) et les écoutes de tonton ! F. Hollande aurait pu en faire un peu moins sur l'aspect barbouzard de nos chers dirigeants, et s'en tenir au vif du sujet : toute la presse, nationale et internationale, sort tous les jours des trucs plus ou moins
louche sur l'honnêteté de ces chers, à un point qu'ils ne peuvent plus prétendre à la moindre crédibilité. Je parle surtout pour le PM !

Ce dernier Villepin, quant à lui continue sur sa ligne : arrogance et ignorance. Il ne se passe rien. Aucun coup reçu n'ai justifié. Ce sont les autres qui ne comprennent rien et ils sont donc profondément idiots. Il n'y a aucune raison de mettre en cause ma capacité à gouverner et donc pourquoi partirai-je ou même en aborderai-je l'idée ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.