23 mai 2006

Toujours notre bienveillant ministre des finances

M. Breton nous montre encore ses compétences en économie. Voilà ce que m'indique "la presse" ce matin : "Le ministre de l'Economie Thierry Breton a estimé mardi qu'il n'y a aucun "risque réel d'inflation""

Les analystes financiers eux constate que hier "le CAC 40 [cédait] 2,65% [...], les investisseurs restant inquiets face aux perspectives d'inflation".

C'est vrai que j'ai coupé les deux phrases (sur la deuxième, les risques sont aux US), mais on a un ministre des finances qui n'a pas la même analyse que les financiers, ça ne fait pas sérieux !

Il s'agirait de politique, on pourrait comprendre... dans un gouvernement de gauche. Mais là, il s'agit purement de l'observation de la société.

Houhou ! Thierry ! L'économie et la politique, ça ne consiste pas uniquement à communiquer sur le thème "tout va bien".

7 commentaires:

  1. Nicolas,

    Les marchés ne sont pas réellement objectifs. Dès qu'il y a une once de menace lointaine et encore pas sûr d'inflation, ils s'énervent. La bourse a toujours horreur de l'idée de 'l'inflation'alors dès qu'il y a un indice qui peut faire penser qu'il y a les prémices de quelque chose approchant, les bourses baissent. bon sang, je me répète là.
    Les ministères eux regardent les choses avec plus d'objectivité et force est de constater que les risques d'inflation sont minimums tant la rigueur monétaire est de mise.
    Il y a donc une différence entre la façon dont les marchés voient les choses et la façon dont les politques la voient.
    Thierry n'est pas un novice. Il connait le fonctionnement des marchés et ses excès.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne doute pas de la connaissance des marchés de titi, juste de sa connaissance de la politique...

    Sur le marché, je dois avouer que je m'en fous un peu (sauf pour ce qui concerne le placement de mes modestes économie), néanmoins, il se trompe rarement dans ses prévisions... Si ça veut dire quelque chose que le marché fait des prévisions...

    Ceci dit : l'OCDE prévoit : "Le risque d'une inflation nettement supérieure à 2% (abstraction faite de l'effet de la hausse prévue TVA allemande) lors des deux à trois prochaines années est jugé "faible, si l'on exclut de nouvelles augmentations importantes des prix du pétrole"."

    Mais "S'agissant de l'inflation, l'OCDE prévoit un taux de 1,6% cette année, après 1,7% en 2005, puis 2,0% en 2007"

    Donc les dernières prévisions ne prévoient pas une augmentation grave de l'inflation, mais une petite augmentation.

    RépondreSupprimer
  3. Certes, une petite augmentation mais pour les investisseurs dès milliards d'euros partis en fumée...
    Je te pense intelligent. pourtant tu dis que tu t'en fous du marché. tu sais qu'ils sont indispensables à la bonne marche de l'économie et aux flux de capitaux.
    Breton n'est pas un professionnel de la politique. il vient comme on dit 'de la société civile'. Mais il se débrouille pas trop mal et on a besoin de gens qui connaissent qui comme lui ont l'expérience des grandes entreprises.

    RépondreSupprimer
  4. Je m'en fous du marché au sens de De Gaulle qui disait un truc du type "la politique de La France ne se fait pas à la corbeille". Je m'en fous dans le sens où ce n'est pas un objectif en soi.

    Ce qui ne m'empêche pas de suivre les marchés...

    La fin en soi est l'augmentation du niveau de vie de la population (et tout ce qui passe avec), ce qui passe par une bonne marche de l'économie et peut-être (probablement) par les marchés.

    Ceci dit, dans mon précédent commentaire, je n'ai pas fini ma phrase... Je voulais dire "mais une augmentation quand même".


    A propos de Breton, tu penses qu'il ne se débrouille pas trop mal.

    Je ne crois pas. Deux exemples en deux jours :
    - son truc d'hier sur l'annonce des prix sur internet (ce qui sous entend beaucoup de chose, notamment que l'état va nous aider à nous serrer la ceinture, et passe par une campagne pour nous inciter à consommer moins. Je n'invente pas, c'est ce qui a été dit),
    - son intervention d'aujourd'hui auprès de la BCE (les français s'en foutent mais nos voisins sont relativement sensibles à l'indépendance de ce truc, qui est une des bases de la politique Européenne : l'interventionnisme français commence à exaspérer).

    Ca fait deux belles gaffes. Je répète donc qu'au ministère de l'économie (comme d'ailleurs dans tous les ministères), c'est d'un polique dont on a besoin, pas d'un chef d'entreprise !

    Mon article initial n'avait pas pour objet la bourse (mais on sais que ça dérive parfois... comme l'autre jour sur ton blog !).

    RépondreSupprimer
  5. Concernant le premier commentaire de Loic, je pense que nous avons affaire à un crypto gauchiste.
    Derrière un déguisement libéral, il vient de nous faire un superbe pamphlet anti marché. Continuez comme ça. (N'ayant pas été présenté, je me permets de vous vouvoyer, de plus je n'aimerai pas qu'on puisse imaginer que je partage en quoi que ce soit vos sympathies communistes).

    RépondreSupprimer
  6. Concernant Thierry Breton, cet ancien collègue, il ne s'est pas trop mal débrouillé avec France Telecom. A tel point que j'ai du mal à me souvenir du nom de son successeur.

    Mais de là à être ministre, y a de la marge. C'est pas le même ordre de grandeur.

    Je vous propose cette excellente citation de je sais plus qui : "plus de la même chose, ça n'est plus la même chose, c'est autre chose".

    Les politiciens en essayant d'intégrer parmis eux des "représentants de la société civile" jouent à un drôle de jeu. Ils veulent nous montrer quoi ? Qu'il y a plus mauvais qu'eux ? Qu'ils sont ouverts sur la vraie vie ? (Dans ce cas, c'est peut-être pas Thierry Breton le bon cobaye).

    Il faut remettre les choses à leur place. Une démocratie a besoin de citoyens, d'hommes politiques, de travailleurs (hou le vilain mot), de syndicats, de patrons, etc.

    A propos de travailleurs, d'ailleurs, je m'y remets.

    RépondreSupprimer
  7. Sarkoprout,

    J'apprécie de me faire traiter de communiste !!! merci, merci Sarkoprout

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.