23 août 2008

Saint Bernard

Tiens ! Un twit m’informe que c’est le douzième anniversaire de l’évacuation par les forces de l’ordre des gugusses, qui sous prétexte d’être en situation irrégulière squattaient l’église Saint Bernard. Une grande manifestation s’en était suivie et comme il faisait beau et que nous n’avions pas mieux à faire, Gaël et moi sommes allés manifester. A l’époque, il était venu passer quelques jours de vacances au Kremlin-Bicêtre, Maubeuge étant trop loin de chez lui.

Je précise que c’est Gaël qui avait insisté pour que nous y allions. Pour ma part, comme je suis beaucoup plus vieux, je n’avais déjà pas besoin de prétexte comme celui-là pour aller au bistro.

Je précise également mais en aparté car ça n’a rien à voir avec l’objet du billet que je tape ce billet sur l’ordinateur de ma copine Madame Martine (blonde à gauche, mais seulement sur la photo) qui est un portable avec un clavier très étroit pour faire tenir un pavé numérique. Je n'arrête pas de faire des fautes de frape et d’appuyer sur des combinaisons de touches qui déplacent le curseur dans tous les sens comme s’il courrait pour trouver un bistro ouvert. Je vous prie donc de m’excuser pour le nombre de fautes qui perturberont ce billet, encore plus que d’habitude.

Ainsi, nous nous étions gaillardement dirigés, en voiture (faut pas déconner non plus), vers la Place de la République pour rejoindre le cortège qui se allait vers la Place de la Nation. Il y avait 300 participants selon la police, 2500 selon France Info, 3000 selon le Monde, 500000 selon TF1 et un million selon l’Humanité. Je ne plaisante qu’à moitié. L’âge aidant et le temps passant, je ne me souviens pas des chiffres, mais je me rappelle juste que seuls TF1 et l’Huma que nous avions acheté le lendemain donnaient une vision à peu près conforme à ce qu’il nous avait semblé vivre de l’intérieur.

A un moment, je dis à Gaël : « Stop ». Je ne sais pas si vous avez déjà fait ce trajet à pied au mois d’août mais ça donne soif. Une pression s’imposait. On est donc allé s’en jeter un dans un bistro. En sortant, un type qui regardait derrière lui me bouscule et je manque de me casser la gueule. « Hé ho ! Vous pourriez pas regarder devant vous, non ! Ca va pas la tête ! » lui dis-je, puis je prends Gaël à témoin : « On rencontre vraiment des cons partout ». Aujourd’hui, la situation n’a pas changé : je ne sais pas si François Hollande sait où il va et s’il regarde devant lui… car c’est l’alors futur premier secrétaire du Parti Socialiste que j’avais engueulé, ce que me fit remarquer Gaël ensuite.

Nous reprenons la route et nous retrouvons à Nation. Je me dis « ouf ! » car j’en avais ma claque de marcher. Je ne savais pas encore que deux heures après, j’allais finir, par courir 200 mètres à la vitesse d’un jamaïcain énervé voulant gagner une médaille d’or, alors que moi, je voulais uniquement échapper aux vilains CRS qui nous poursuivaient avec leurs matraques.

Le méchant cortège de manifestant, arrivé à Nation, avait en effet décidé de poursuivre sa marche jusqu’au centre de rétention à Vincennes (ce qui fait une trotte)… puis de s’en prendre à ce centre comme s’il s’agissait de la Bastille, 207 ans auparavant. Mais, les CRS d’aujourd’hui sont plus efficaces que ceux de l’époque. Les gaz lacrymogènes avaient commencé à fuser. Gaël et moi, nous nous étions barrés discrètement et, avec trois ou quatre aux gugusses, nous avions tenté une nouvelle approche par une petite rue pour observer la scène. Les CRS nous avaient pris pour des méchants activistes… et ont décidé de nous poursuivre… Je n’ai jamais couru aussi vite que cette fois là !

12 ans après, la situation des étrangers en situation irrégulière n’a pas changé. Sauf qu’on les appelle maintenant les « sans papier ».

9 commentaires:

  1. Qui pourrait on trouver comme meilleur guide pour visiter notre capitale qu'un charmant bataillon de CRS.
    Que de petites ruelles charmantes resteraient inconnues sans la chasse à cour négligement lancée par ces gaillards toujours disponibles.

    La preuve, 12 années ont passé, et les souvenirs sont toujours aussi vivaces...

    RépondreSupprimer
  2. Tu pourrais citer tes informateurs sur Twitter, c'est nouveau de ne plus faire de liens ? :p

    RépondreSupprimer
  3. Luc,

    Tu veux que je mette un lien sur ton Twitt ?

    Philtre,

    Vive les CRS ?

    RépondreSupprimer
  4. bon hop un billet de moins à fiare, celui-ci est trés bien !

    RépondreSupprimer
  5. en fait c'est à partir de saint beranrd qu'on a commencé à les nommer des "sans papiers"

    RépondreSupprimer
  6. Les "sans papiers en situation irrégulière" s'appellent, en langage courant, des clandestins. Soit des gens qui se sont (et savent très bien s'être) introduits dans un pays illégalement. Donc : dehors, quelle que soit leur situation.

    RépondreSupprimer
  7. @didier Goux n'essayez pas de nous faire croire que vous imaginez que les sans papiers sont des hordes de clandestins ayant trtaversé des océans ou des continents pour voler notre travail !

    il y a aussi des gens à qui l'on refuse de rester après une dizaine (voire plus) d'années de bons et loyaux services

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai jamais trop compris pourquoi le curé de service voulait absolument dans son église ne recevoir que des fidèles avec papiers...

    [Les CRS en 1789, c'était la Compagnie Royale de Sécurité ? :-)) ].

    RépondreSupprimer
  9. Gaël,
    J'ai déjà tenté d'expliquer à Didier Goux que la plupart des sans papier ne s'étaient pas introduit illégalement.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...