20 août 2008

Convoqué par le Maire

Fermez les yeux, laissez-vous guidez et tout ce que vous voulez encore et vous voilà transportés sur mon blog « de bistro ». En fait, ce billet devrait y figurer mais comme je me retrouve convoqué par le Maire du Kremlin-Bicêtre à 17 heures dans son bureau, je suis bien obligé de raconter l’anecdote ici…

Ca fera de la pub pour l’autre blog, en vente dans toutes les bonnes librairies. Il va néanmoins falloir que je fasse un résumé de ma vie privée. Préparez vos éponges et remplissez vos verres.

Je vais commencer le résumé par hier soir. Les 42 années précédentes seront l’objet d’une dissertation ultérieure.

Joël (tiens ! Il était déjà personnage dans mon billet de ce matin sur ce blog…) a ainsi arrêté de boire et les autres copains étant en vacances, les soirées sont un peu tristes au Kremlin-Bicêtre. Tristes, pas dans le sens où il faudrait verser des larmes mais en étant tout seul au bistro, les histoires que je peux raconter ne font pas rire grand monde !

J’étais donc hier soir tout seul en Terrasse de la Comète vers 22 heures. Absolument tout seul (deux ou trois personnes dînaient dans la salle du fond) à siroter mon premier et dernier Ricard de la soirée matant les fesses des quelques passantes rentrant trop tard à la maison pour mériter qu’on leur regarde autre chose.

En quittant les lieux, le patron me dit « Tiens ! Nicolas, demain midi je t’invite à manger ». Une telle invitation ne peut pas se refuser quand on est en vacances (et de tout manière, c’est déjà ça de pris).

Ce midi, je me pointe vers 13 heures à la Comète pour boire un apéritif au comptoir (Michou, célèbre commentateur de mon autre blog est arrivé ensuite ce qui fait que je peux difficilement prétendre maintenant avoir bu UN apéro), quand le Maire du Kremlin-Bicêtre se pointe et s’installe en terrasse avec son assistant (Michou m’a dit que c’est son gigolo mais je lui rappelle que je tiens un blog sérieux).

Nous nous connaissons un peu depuis la campagne pour les municipales mais je ne voulais pas le déranger comme il mangeait avec un collaborateur : un personnage public a le droit aussi à une vie peinard et à un déjeuner cool en terrasse de la Comète. Tiens ! Si Jean-Luc Laurent pose nu en couverture de Voilà, je changerai d’avis.

Je m’installe donc pour déjeuner à l’autre bout de la terrasse, à la fin du service (vers 14 heures 15) : étant invité par le patron, je pensais qu’il allait manger avec moi… Il y a des choses qui m’échappent.

Quand le Maire eut fini son repas, il quitte la table ce qui semble normal, va payer son addition, puis me reconnaît. « Bonjour ça va, vous êtes en vacances ? » et tout ça « Oui, Bonjour Monsieur le Maire, les vacances se terminent, et les vôtres, ça a été ? ». Bref la routine. Puis, subitement : « Vous pouvez passer à mon bureau à la mairie cette après-midi ? ».

« Heu… Oui, vers 17 heures, ça ira ? ». « OK ! A 17 heures, je ne vous en dis pas plus ».

Me voilà dans l’attente. Comment voulez-vous que je réussisse ma sieste dans ces conditions ?


18 commentaires:

  1. Merde ! c'est palpitant ! Le début d'une brillante carrière d'édile ?

    Cela étant, votre titre n'est pas juste, je trouve : il vous a davantage invité que convoqué...

    RépondreSupprimer
  2. Didier,

    Pour un type qui n'utilise pas Netvibes, vous êtes drôlement rapide à débarquer ici !

    Désolé pour le titre racoleur... J'ai pêché. Ou presque : quand un Maire demande à un type qui glande en terrasse pendant ses congés s'il peut passer le voir, ça ressemble drôlement à une convocation.

    N.B. : Je ne suis pas inquiet, juste circonspect !

    RépondreSupprimer
  3. C'est sans doute pour son exposition annuelle "cravates et frisettes en banlieue sud" ?

    RépondreSupprimer
  4. ou pour tenir le blog personnel du Maire ?

    RépondreSupprimer
  5. J'espère que vous nous raconterez ...

    RépondreSupprimer
  6. Bientôt taulier du blog municipal du Kremlin-Bicètre ?

    RépondreSupprimer
  7. Arg ! J'ai hâte d'en savoir plus ! J'espère que tu vas pondre le rapport dès ce soir !

    RépondreSupprimer
  8. Le début de la zinfluence en dehors d'un écran et d'une loooooongue carrière politique... bravo.

    RépondreSupprimer
  9. si t'as mis tes cravates c'est mort...

    RépondreSupprimer
  10. C'est la mairie ca ? je préfère celle d'Armentières ^^

    RépondreSupprimer
  11. il est parti fêter sa voiture de fonction à la Comète à tous les coups !

    RépondreSupprimer
  12. Pendant que vous y êtes, vous pouvez lui demander ce qu'il compte faire de ce grand édifice à bureaux, en face de la Comête ? C'est pour mon fils, ça l'intéresse ...

    RépondreSupprimer
  13. Au choix c'est soit une histoire de cravate, soit une histoire de blog. Peut-être même un blog sur la dernière fabrique de cravate du Kremlin Bicêtre.
    Enfin, j'en sais rien, je brode pour occuper le suspens !
    :-)

    RépondreSupprimer
  14. Si ça se trouve, il va pouvoir racheter la Comète, et tous les blogueurs (même les trolls) auront mousse gratuite at vitam...

    RépondreSupprimer
  15. Hop ! Compte rendu fait. Sur l'autre blog, mais vous pourriez attendre. Si vous habitiez le Kremlin-Bicêtre, vous sauriez que pour rentrer de la Mairie de Bicêtre il faut passer devant La Môme et le Normand, le Petit Relais, le Brazza, le Théatre, l'Amandine (mais en vacances), l'Aéro et la Comète.

    Catherine,

    Ca commence par être occupé par un centre de formation pour adulte si j'ai bien compris (j'ai eu l'information aujourd'hui mais par le téléphone arabe, qui n'est pas le plus fiable).

    RépondreSupprimer
  16. @ Nicolas : Un centre de formation pour adultes ? Tiens, peut-être qu'ils préparent une formation au blogage de bistro, hé hé...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...